Si je t'oublie, Bagdad de Inaam Kachachi

Si je t'oublie, Bagdad de Inaam Kachachi
(Al-ḥāfiẓaẗ al-amrīkiyyaẗ)

Catégorie(s) : Littérature => Moyen Orient , Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par CC.RIDER, le 21 novembre 2012 (Inscrit le 31 octobre 2005, 59 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 1 315 

Un témoignage très crédible et très émouvant

De 2003 à 2008, Zeina se retrouve en Irak (à Tikrit puis à Bagdad dans la zone verte) interprète pour l'armée américaine. Son père, journaliste et présentateur de télévision arrêté et torturé par la police secrète de Saddam Hussein, s'est réfugié aux Etats-Unis avec toute sa famille. Arrivée toute jeune, Zeina se sent autant américaine qu'irakienne de confession chrétienne chaldéenne. Elle accepte de s'engager dans l'armée à la fois pour le salaire mirobolant et par reconnaissance vis à vis de son pays d'adoption. Mais le retour au pays d'origine se révèle aussi amer que décevant. Sa grand-mère la reçoit très mal et lui fait bien sentir qu'elle est devenue une collabo. Les autochtones se montrent plus qu'hostiles et ses propres convictions s'effritent face à la réalité d'une guerre particulièrement sale. (Attentats suicides, enlèvements, égorgements, interrogatoires brutaux et humiliants).
Présenté sous la forme d'un témoignage très crédible, ce roman nous présente le portrait d'une jeune femme immigrée tiraillée entre ses deux « niches » : le pays natal qui la rejette et le pays d'adoption dont elle ne comprend pas bien les motivations. L'ambiance de l'Irak en guerre est très bien rendue avec sa chaleur de fournaise, ses menaces permanentes et à travers les drames d'une guerre sale et sans grand panache. Au départ, Zeina est convaincue de prêter la main à une juste cause : déboulonner le tyran responsable du malheur de sa famille. A la fin, elle n'est plus sûre de rien et se demande même si l'on n'a pas remplacé une dictature par une autre, une torture par une autre et une oppression par une autre. Un livre qui donne à réfléchir sur les horreurs de la guerre, sur l'identité, les racines, le patriotisme et sur la définition même de la résistance. Le terroriste des uns étant toujours le résistant des autres. L'écriture est fluide et agréable à lire et le lecteur peut aisément s'identifier au personnage tiraillé de la sympathique Zeina.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Si je t'oublie, Bagdad

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Si je t'oublie, Bagdad".