Badawi de Mohed Altrad

Badawi de Mohed Altrad

Catégorie(s) : Littérature => Arabe

Critiqué par TRIEB, le 27 août 2012 (BOULOGNE-BILLANCOURT, Inscrit le 18 avril 2012, 67 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 486ème position).
Visites : 3 496 

S'ARRACHER OU SE TRAHIR ?

A quel prix se paye la conquête de la liberté ? Cette dernière doit-elle passer par l’effacement de sa vie, de ses origines, de ses racines ?

Mohed Altrad, dans son roman : « Badawi » pose cette question, sans que celle-ci ne revête jamais un caractère inactuel ou passéiste.

Un jeune bédouin, Maïouf, est en butte aux contraintes imposées par sa famille, qui lui interdisent l’accès à l’école, une liberté de mouvement minimale, le libre choix de sa conjointe. Pour conquérir cette liberté, Maïouf fréquente l’école presque clandestinement, se joue de l’influence néfaste exercée par sa grand-mère, personnage habité par la volonté de nuire et de répandre le mal autour d’elle .

Cette libération passe pour le jeune Maïouf , par l’excellence scolaire .Il l’atteint , se fait remarquer par ses enseignants, qui lui offrent une place dans un pensionnat , à Raqqah, localité de Syrie pas comparable à Damas ou Alep dans ses dimensions , mais qui lui ouvre les portes vers le monde extérieur . Sa situation de fils d’une femme répudiée entretient également sa révolte intérieure.

A Raqqah, il fait la connaissance d’une jeune fille, Fadia, dont il peine à reconnaître la nature des véritables sentiments qu’il éprouve à son égard : il en est amoureux, un peu comme le personnage principal du Grand Meaulnes d’Alain Fournier, promettant à cette jeune fille de l’attendre, de réaliser avec elle une union aboutissant à la naissance d’un enfant, le tout situé dans un futur indéterminé.
Après avoir obtenu une bourse du gouvernement syrien, Maïouf, qui a changé son prénom pour se faire appeler Zaher, « le victorieux » fait des études en France, y devient ingénieur en pétrochimie, et obtient un poste dans les Emirats du Golfe Persique. Durant son séjour, il est fasciné par la puissance de ces infrastructures, puissance dont il croit, un instant, être une composante :

« Il n’était plus à Raqqah, il n’était plus le petit Badawi dont on pouvait se moquer . C’est juste, la puissance le fascinait . Mais déjà, lorsqu’il était enfant, elle l’avait fasciné, et intimidé aussi, surtout parce qu’elle lui paraissait inaccessible. »

Le mérite de ce livre est de poser les questions relatives au danger, toujours omniprésent, de se renier pour épouser la modernité, d’oublier et de délaisser des éléments constituants de nos identités . C’est un roman d’apprentissage, doublé de la description d’un amour impossible car trop absolu, entre Zaher et Fadia.
C’est aussi un hommage discret, mais pertinent et actuel, à la maîtrise de l’esprit critique pour un être humain digne de ce nom . Une allusion est faite dans le livre à des contacts que Zaher, alias Maïouf, a avec les Frères Musulmans : « IL avait puisé dans leurs exhortations une force nouvelle, celle des certitudes. Mais tout ne l’avait pas convaincu dans ce qu’ils affirmaient .Il avait eu l’occasion de connaître quelques juifs, et l’idée que le judaïsme était le mal lui était apparue bien étrange . Il ne les avait pas rejoints, mais avait pris chez eux un regard critique sur le monde et les mœurs qui l’entouraient. »

Peut-on mieux dire ? Roman à découvrir, en raison de sa tonalité générale, alliant sincérité, justesse, et profondeur.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Badawi [Texte imprimé], roman Mohed Altrad
    de Altrad, Mohed
    Actes Sud / Babel (Arles)
    ISBN : 9782742797769 ; EUR 6,60 ; 04/05/2011 ; 254 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

En mal d'identité

8 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 53 ans) - 9 août 2016

Le principal intérêt de ce livre fût pour moi de découvrir la vie des bédouins : ce sont des tribus vivant dans le désert, dans des conditions très rudes et qui en plus sont marginalisées et considérées avec dédain (en tout cas Syrie). Cela à travers l'histoire d'un enfant qui, orphelin d'une mère répudiée et pour ça considéré comme un paria dans sa tribu, parvient à s'extraire de son milieu grâce à l'école. Mais en reniant ses racines il perdra son identité et se trouvera toujours en porte-à-faux vis à vis des autres.

On suit donc ce personnage depuis son enfance dans le désert, puis les études dans la ville et ensuite en France grâce à une bourse d'étude. Finalement il ira travailler en Arabie Saoudite. Mais partout il se sentira rejeté et différent des autres, ni Arabe, ni Bédouin, ni Européen.

J'ai préféré les passages qui semblent plus personnels, par exemple quand il raconte ses premiers émois amoureux vis à vis d'une voisine dans la ville où il étudie, c'est assez émouvant et authentique. Pour le reste j'ai trouvé que le récit manquait un peu d'intensité et je n'ai pas senti une réelle empathie pour le narrateur dont le comportement m'a semblé parfois incompréhensible.

Forums: Badawi

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Badawi".