Le Judas de Léonard de Leo Perutz

Le Judas de Léonard de Leo Perutz
( Der Judas des Leonardo)

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques

Critiqué par Patman, le 18 novembre 2002 (Inscrit(e) le 5 septembre 2001, 56 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 862ème position).
Visites : 3 795  (depuis Novembre 2007)

Perutz nous fait une Cène.

Nous sommes à Milan, au printemps de l’an de grâce 1498. Maître Léonard travaille depuis des mois à une fresque dans le réfectoire du couvent Santa Maria della Grazia : la dernière cène. Mais voilà, le travail n'avance pas, au grand dam du prieur et du vieux Duc Ludovico Sforza. C'est que le maître n'a toujours pas trouvé le moyen de représenter son principal personnage, celui qui fera de l'œuvre un « chef- d’oeuvre » : Judas !
Mais voici que débarque en ville un honnête marchand allemand, Joachim Behaim, venu à Milan vendre des chevaux et régler quelques affaires en souffrance. Il croise dans la rue une superbe jeune femme dont il tombe follement amoureux. Il s’installe donc pour une plus longue période que prévu sous le fallacieux prétexte de recouvrer une dette vieille de plusieurs années auprès d'un escroc notoire.
Il se lie avec Mancino, un étrange poète de rue au passé obscur et quelques artistes locaux qu’il fréquente dans une auberge... Naturellement, rien ne se déroulera comme prévu ! Une fois de plus, on retrouve les thèmes chers à Perutz : le naïf (anti) héros malgré lui, la substitution, l’humour subtil, le contexte et les personnages historiques en toile de fond (Léonard de Vinci et François Villon), bref, tout ce qui fait un bon petit roman à rebondissements. Deux petites heures de lecture plaisante que je ne peux que vous recommander chaudement.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le Judas de Léonard [Texte imprimé] par Leo Perutz trad. de l'allemand par Martine Keyser
    de Perutz, Leo Keyser, Martine (Traducteur)
    10-18 / Domaine étranger
    ISBN : 9782264011657 ; 36 F ; 01/11/1988 ; 240 p. ; Broché
  • Le Judas de Léonard [Texte imprimé], roman Leo Perutz trad. de l'allemand par Martine Kayser
    de Perutz, Leo Kayser, Martine (Traducteur)
    Phébus / Libretto (Paris. 1998)
    ISBN : 9782859408855 ; EUR 9,10 ; 27/02/2003 ; 256 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Léonard ? Leonardo da Vinci, bien sûr.

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 62 ans) - 27 avril 2019

Et voilà Léonard de Vinci en quête d’un modèle pour le Judas qu’il doit représenter dans un tableau de la Cène, vaste œuvre magistrale, en cours de réalisation pour le Couvent de Maria delle Grazie à Milan. Le tableau n’avance pas et le prieur du Couvent vient se plaindre au Duc Ludovico Maria Sforza, qui convoque Léonard de Vinci.
L’explication est donnée ; Léonard de Vinci est en quête d’une figure de Judas qui pourrait l’inspirer et de Judas, il n’en trouve pas. Il a beau remuer ciel et terre, bouges et tavernes, point de Judas.

« Parce que l’élément essentiel entre tous, répondit messire Léonard, je ne le possède ni ne le vois encore, je veux parler de la tête de Judas … Comprenez-moi bien, messeigneurs ! je ne cherche pas un galopin ou un malfaiteur quelconque, non, je veux trouver l’homme le plus vil de tout Milan afin de donner ses traits à Judas. »

C’est qu’il est perfectionniste notre Léonard !
Parallèlement arrive à Milan Joachim Behaim, un Allemand. Il est venu à Milan vendre au Duc deux chevaux. C'est un commerçant qui achète et vend tout ce qui peut lui ramener un bénéfice. Homme d’affaires intelligent, entreprenant, qui a beaucoup voyagé, il s’est laissé capter par la vision d’une jeune femme entraperçue sur un marché et ne parvient pas à l’oublier. De fil en aiguille, remontant toutes les pistes qui peuvent le mener à cette femme, il arrive dans une taverne, l’Auberge de l’Agneau, fréquentée par des artistes (peintres, sculpteurs, poètes, et même Léonard lui-même à l’occasion), des gens d’église aussi mais surtout en fait des gens sans le sou.
Il rentre là en relation avec le sieur Mancino, étrange poète au coup de poing ou de dague facile qui connait la jeune femme.
Joachim Behaim s’est donné une autre mission à Milan, celle de récupérer une dette de dix-sept ducats contractée par un Florentin qui vit maintenant à Milan, Bernardo Boccetta, auprès de son père et qui n’a toujours pas été remboursée. Cette affirmation provoque l’hilarité à l’Auberge de l’Agneau, Boccetta étant un escroc notoire et avaricieux qui n’a jamais rien remboursé.
Le décor est planté :
- Léonard cherche « le » Judas.
- Joachim cherche la femme entrevue.
- Et il cherche aussi à se faire rembourser les dix-sept ducats.

S’ensuit un roman intelligent et sensible dans lequel Leo Perutz entrecroise tous ces fils pour en faire un « tissu » convaincant. Ce roman se lit rapidement et on en sort plutôt plus intelligent qu’avant d’entamer sa lecture.
A noter que ce fut le dernier roman de Leo Perutz et qu’il fut publié à titre posthume.
A noter également que rarement une conclusion ou postface de l’auteur n’a autant apporté à saisir toutes les clés du roman ! Je ne vous en dis pas plus, le mieux est de lire « Le Judas de Léonard » !

Diabolique Perutz

9 étoiles

Critique de Ravenbac (Reims, Inscrit le 12 novembre 2010, 53 ans) - 18 mars 2018

Milan, 1498. Léonard de Vinci, invité à la cour de Ludovic le More, travaille à sa célèbre Cène. Il cherche en vain un modèle pour la figure de son « Judas ». Il a beau hanter les bas-fonds de la grande cité lombarde, les vices qu'il découvre sont à l'évidence de ceux que Jésus aurait pardonnés. Or Jésus n'a pas pardonné à Judas.
Pendant ce temps, Joachim Behaim, un marchand allemand honnête et droit, entre en ville et croise le regard d'une belle dont il tombe amoureux.
Un roman délicieusement malicieux et finement écrit. La fin est surprenante.

Forums: Le Judas de Léonard

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le Judas de Léonard".