Cheval de guerre de Michael Morpurgo

Cheval de guerre de Michael Morpurgo
(War horse)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Nicolas75, le 23 août 2012 (Paris, Inscrite le 19 août 2012, 26 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (22 116ème position).
Discussion(s) : 2 (Voir »)
Visites : 2 923 

Emotion avec un grand E

Adapté au cinéma par Steven Spielberg, Cheval de Guerre est un roman jeunesse sur la première guerre mondiale. Un regard original sur la guerre. Celui de Joey un demi sang qui sera cheval de ferme puis cheval de guerre, en Angleterre et en France.

Joey, le cheval de ferme, devient cheval de guerre en 1914. Il va alors vivre l’horreur des combats auprès des Britanniques, des Français, ou du côté des Allemands. Pour lui, les soldats, les paysans ou les vétérinaires ne sont pas des ennemis mais des hommes, chez qui il rencontre la bonté comme la méchanceté. Joey partage leurs souffrances et leurs peurs et sait leur redonner de l’espoir.
Il nous raconte son histoire depuis qu’il a été vendu au cours d’une vente aux enchères jusqu’au No Man’s Land en plein cœur du champ de bataille. En adoptant le point de vue original du cheval, l’auteur se libère de tout parti pris.

Cheval de Guerre est un roman émouvant très bien écrit qui permet aux jeunes lecteurs de découvrir la Première Guerre Mondiale à travers un regard dénué d’a priori. Joey porte son regard sur les hommes quelque soit leur nationalité. Loin de comprendre la logique de la guerre, Joey sera d’ailleurs un point d’attache à travers le temps. La mise en avant de la relation entre l’homme et l’animal est touchante et juste. Joey met les hommes sur un pied d’égalité. Anglais, Français ou Allemands, les hommes savent se montrer bons comme cruels, mais aussi justes et sensibles. Pas de gentils ni de méchants. L'histoire envoie un puissant message de paix car un cheval n'a pas de nationalité. Ainsi, nous suivons son parcours tantôt dans l'armée britannique, tantôt dans l'armée allemande et l'amour qu'il trouve auprès des hommes-soldats existe aussi bien dans les deux camps qui sont pourtant ennemis.

LE livre de mon enfance, que je vous fait partager.

Il donne un éclairage d'humanité sur un monde dont on ne voit que la brutalité.
Verdict, une très belle écriture et une histoire très émouvante.
Je vous conseille vivement à tous ce bijou !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Ames sensibles, s'abstenir!

4 étoiles

Critique de Kata001 (, Inscrite le 25 mai 2015, 18 ans) - 27 mai 2015

Personnellement, je n'ai pas aimé ce livre.

Je l'ai trouvé beaucoup trop triste. En le lisant, je n'arrêtais pas de pleurer.

Mais, cette histoire est bien racontée. On voit les horreurs de la guerre à travers les yeux de Joey, un cheval qui ne comprend pas ce qu'il se passe.
Dans ce livre, l'auteur fait comprendre qu'un cheval ne voit pas avec les yeux mais avec son coeur. Pour lui, peu importe que la personne soit noire ou blanche de peau, tant qu'elle est gentille. Dans ce livre, on met en valeur la bravoure des chevaux qui ont accompagné les hommes peu importe les épreuves. Bref, dans ce livre, on fait comprendre que le cheval est bien plus qu'un animal, c'est un allié.

Je trouve que c'est la meilleure façon de raconter cette horrible guerre. Mais, comme je l'ai déjà dit, j'ai trop pleuré pour pouvoir aimer ce livre.

Une émouvante histoire

8 étoiles

Critique de Catinus (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 66 ans) - 11 avril 2014

Joey est un fier poney élevé chez des fermiers, en Angleterre. En 1914, il est vendu à l’armée britannique et le voici sur les champs de bataille. Il tombera aux mains des Allemands, puis auprès d’une petite famille française . Avec beaucoup de chance et grâce à son excellente constitution, il sortira sain et sauf de l’effroyable conflit.

Vous l’avez compris, c’est Joey qui est, ici, le narrateur de cette jolie histoire destinée principalement à la jeunesse. On peut cependant émettre quelques bémols. Ainsi, pour rappel : les chevaux dorment debout et non couchés, les boutons d’or leur sont extrêmement nocifs (« nous restions à brouter l’herbe grasse des prés remplis de boutons d’or «) ; est-on sûr que « les chevaux comprennent le caractère décisif de la mort « ? ; enfin, l’auteur de ce livre – bien ficelé – a un peu trop tendance à humaniser les chevaux et Joey en particulier. Mais à part cela, une bien émouvante histoire emplie d’humanité et d’amitiés avec un happy end, rassurez-vous.

Pour info, Steven Spielberg en a tiré un film : « War horse «.

Forums: Cheval de guerre