Coma de François Gilbert

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Libris québécis, le 9 juillet 2012 (Montréal, Inscrit(e) le 22 novembre 2002, 77 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (34 478ème position).
Visites : 1 278 

Un Japonais fuit en Chine

Kikuchi Satô, un Japonais, fuit son pays après un échec amoureux tragique pour s’implanter à Shanghai, où il occupe un emploi au sein de la brigade du restaurant d’un grand hôtel. Le suspense repose sur la découverte de la personnalité trouble du héros. Lui-même entreprend son introspection quand Ayako devint comateuse à la suite d’une tentative de suicide ratée. Malheureuse que Kikuchi ne réponde pas à ce qu’elle attend de lui, elle lui crève un œil avant de se jeter d’un bateau sur lequel le couple se trouve le jour de leur fatidique séparation.

Pour oublier son drame, il fournit de grands efforts pour s’intégrer à son pays d’adoption en cherchant l’admiration d’autrui. Pour s’y faire, il accorde une attention particulière à son image, voire emprunter celle de ceux qu’il admire, tel Yoshi, le frère d’Ayako, dont il porte même les vêtements pour paraître plus viril. Cette quête d’identité le conduit hors de ses pas. Il veut être autre pour atteindre le cœur d’autrui. Problématique qui se creuse par sa ressemblance avec Ayako. Serait-il plutôt un androgyne en quête d’une orientation sexuelle ? Faute de choisir son camp, il se retient d’un amour véritable, dont se plaignent les femmes qui l’aiment, telles sa copine japonaise et Ya Jun, la réceptionniste de l’hôtel où il travaille.

Le portrait porte la signature d’un auteur parvenu au sommet de son art. Pourtant, c’est la première œuvre d’un trentenaire. Bref, la quête amoureuse qu'il présente est un petit bijou que l’on saura apprécier si l’on est interpellé par les maux de l’âme.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

De l'art de gâcher une belle histoire...

6 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 63 ans) - 23 juillet 2012

François Gilbert est un jeune auteur québécois dans la trentaine, enseignant dans une école de francisation pour les immigrants à Montréal. Ce livre est son premier roman. Il a effectué plusieurs voyages en Asie et a choisi de situer l'action de son roman en Chine et au Japon. Son personnage principal est japonais et travaille dans un petit hôtel chinois. Kikuchi Satô a quitté son pays afin d'oublier un passé douloureux et un drame amoureux qui lui a laissé des séquelles permanentes. Un jour, il reçoit la visite de la mère de son ancienne amoureuse qui le supplie de revenir au pays afin de rendre visite à sa fille plongée dans un coma profond. La pauvre femme espère que la visite du jeune homme saura réveiller Ayako. Elle fonde ses derniers espoirs sur Kikuchi.

Je trouve l'idée de départ excellente. Le roman d'ailleurs prend une tournure fort intéressante quand l'auteur décrit la vie de madame Watabe et la relation qui se tisse lentement entre elle et Kikuchi. Mais pourquoi François Gilbert n'a-t-il pas exploité ce filon et pourquoi a-t-il choisi de couper court à cet épisode pour faire revenir Kikuchi en Chine ? Il est passé à côté de quelque chose qui aurait pu être génial, quelque chose qui aurait fait de ce roman un grand roman. Comment peut-on se tirer dans le pied de la sorte et tout gâcher avec une deuxième partie ennuyeuse et terne. Pourquoi ne pas avoir développé davantage la relation trouble qui s'établit entre Kikuchi et madame Watabe ? L'auteur tenait là un trésor qu'il n'a pas su exploiter.

L'écriture heureusement est belle et lumineuse, suffisamment pour soutenir l'intérêt du lecteur jusqu'à la fin malgré un dénouement très en deçà de ce à quoi je m'attendais.

J'espère seulement que monsieur Gilbert ne gâchera pas toujours son récit de la sorte et saura suivre, la prochaine fois, une voie plus subtile et alors, oui, il pourra prétendre au statut d'écrivain qu'il mérite.

Forums: Coma

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Coma".