Gerhard Richter Panorama : Une rétrospective de Camille Morineau, Lucia Pesapane

Gerhard Richter Panorama : Une rétrospective de Camille Morineau, Lucia Pesapane

Catégorie(s) : Arts, loisir, vie pratique => Arts (peinture, sculpture, etc...)

Critiqué par Septularisen, le 20 juin 2012 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 50 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (31 602ème position).
Visites : 1 630 

DECOUVRONS GERHARD RICHTER

Gerhard RICHTER (né en 1932 à Dresde) est un des plus importants peintres actuels (Praemium Imperiale de Peinture en 1997), surtout connu pour ses tableaux figuratifs inspirés de la photographie, ainsi que pour ses peintures abstraites.
Ce livre, qui est en fait le catalogue de la grande exposition qui se tient actuellement au Centre Pompidou Paris, est l’idéal pour ceux qui veulent découvrir la vie et l’œuvre de ce peintre. Les nombreuses œuvres présentées, souvent en pleine page, et avec une qualité d’impression exceptionnelle couvrent en effet la période 1964-2011. Les commentaires sont eux très instructifs et accessibles au plus grand nombre.

On peut grossièrement diviser la carrière de RICHTER en décades. L’artiste apparaît sur la scène européenne au début des années 60, avec des œuvres inspirées directement de la photographie. Elles l’imposent d’emblée comme membre à part entière du Pop Art européen. Une œuvre représentative de cette époque est le tableau : Emma (Nu sur un escalier) de 1966, visible au Museum Ludwig de Cologne.
Dans les années 70 l’artiste travaille sur des compositions non figuratives, des monochromes gris et des «Nuanciers» inspirés par les échantillons de couleurs proposés dans les magasins de peinture. Le tableau le plus représentatif de cette époque est sans doute : «1024 couleurs» de 1973 visible au Centre Pompidou de Paris.
Au cours de la décennie 80, RICHTER peint l’exact opposé, une explosion de couleurs vives et contrastées. Des grandes toiles abstraites qui représentent aujourd’hui les deux tiers de la production du peintre, et qui lui valent une reconnaissance internationale. Un bel exemple en est le tableau « Glenn » de 1983, dans la collection du Musée d’art Moderne de St. Etienne Métropole.
La décennie 90 voit l’artiste peindre des toiles abstraites à l’aide d’une grande planche en bois et d’un racloir métallique qui étale la peinture encore fraîche et lui donne un aspect fluide aux multiples nuances. Une très belle toile représentative de cette époque est : «S. avec enfant» de 1995 conservé au Hamburger Kunsthalle d’Hambourg.
Les années 2000 sont marquées par une alternance et une reprise de motifs et de thèmes qu’il avait déjà abordés dans les années 60 et sur lesquelles il revient ponctuellement. L’œuvre la plus étonnante est le vitrail du transept Sud de la cathédrale de Cologne, réalisé sur le modèle d’un Nuancier de 1974.

Voilà. Il n’y a pas grand-chose à dire de plus sur ce magnifique catalogue, sinon de le lire et d’aller ensuite découvrir l’œuvre picturale de ce monument de la peinture contemporaine.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Influences photos, cocktails de couleurs et nuances de gris

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 40 ans) - 13 août 2012

Il est vrai que Gerhard Richter a connu des périodes assez marquées : il a ainsi émis des tableaux inspirés de photographies, des portraits ou des clichés de reportage, des grandes surfaces abstraites très colorées, à mi-chemin entre Pollock et Olivier Debré (à mon sens), et des grandes formats de nuances de gris, rappelant Soulages pour le monochrome en nuances et Olivier Debré pour l'étalement.
Récemment, il a été influencé par les effets de miroir et l'infographie.
Au début de sa carrière, il a entretenu des échanges contradictoires, dans tous les sens du terme, avec Marcel Duchamp : il s'est inscrit en faux dans le processus de déconstruction de ce dernier, pour recomposer.

Cet artiste fait réfléchir sur le processus créatif, les procédés stylistiques utilisés dans le dernier tiers du XXème siècle et au début du XXIème. L'oeuvre est suffisamment hétéroclite pour, à la fois, déconcerter et plaire tour à tour. Chacune et chacun sera sensible à une part de celle-ci.
Cet artiste est riche, assez complexe, presque toujours novateur, et sait s'adapter à son temps. C'est une assez belle découverte que je viens de faire.

Forums: Gerhard Richter Panorama : Une rétrospective

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Gerhard Richter Panorama : Une rétrospective".