Marcellin Caillou de Jean-Jacques Sempé

Marcellin Caillou de Jean-Jacques Sempé

Catégorie(s) : Bande dessinée => Divers

Critiqué par Kinbote, le 30 septembre 2002 (Jumet, Inscrit le 18 mars 2001, 62 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 468ème position).
Visites : 6 039  (depuis Novembre 2007)

Lecture pour tous

C'est l'histoire de Marcellin Caillou qui rougit quand il ne faut pas et ne rougit pas quand il faudrait, et qui se complique la vie à se demander pourquoi. Il rencontre René Rateau qui, lui , ne cesse d’éternuer sans cependant avoir un rhume. Les deux compères se lient d'amitié et ne peuvent se passer l'un de l'autre comme quand l'amitié est fusionnelle. Mais, un jour, Marcellin perd de vue René, qui a déménagé. Il connaît des amitiés de substitution et devient un adulte qui rougit quand il ne faut pas etc., qui a un emploi du temps chargé et une vie somme toute bien vide. Un jour il entend dans la foule un grand Atchoum qui le sort d'un coup de sa solitude. On l’aura compris, il a retrouvé son ami René Rateau qui n’a rien perdu, comme on l'entend, de sa singularité. On les voit enfin, tout petits face à l’immensité du monde, qui ont produits, pendant le temps de leur séparation, des êtres eux aussi affublés des mêmes caractéristiques que leurs parents, et qui déjà sont devenus inséparables...
Ce qui caractérise l'univers de Sempé, c'est la plongée de l'humain minuscule dans des ensembles grandioses qui met en évidence sa solitude et provoque des visons contemplatives, un sentiment de compassion, de tendresse à l'égard de nos faiblesses. Jochen Gerner, illustrateur et graphiste qui vient de donner une version particulièrement sombre (au propre comme au figuré) de « Tintin en Amérique », donne cette définition éloquente de la BD: « La possibilité infinie de rapport entre l'écrit et l’image est l’intérêt principal de la bande dessinée ».
Cet ouvrage de Sempé, paru pour la première fois en 69 (et maintenant disponible en Folio), fournit une agréable illustration des "pouvoirs" la BD.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Timidité quand tu nous tiens

10 étoiles

Critique de Miss teigne (, Inscrite le 6 mars 2008, 39 ans) - 1 avril 2008

Marcellin Caillou est un petit garçon comme les autres si ce n’est qu’il est affublé d’une maladie désagréable : l’éreutophobie. En effet, il rougit de façon inopinée et finit par craindre ce phénomène incontrôlable. Conscient que chaque enfant qui l’entoure est doté d’une caractéristique propre, il se sent néanmoins différent. Jusqu’à ce qu’un jour, sa route croise celle d’un autre petit garçon qui outre le fait qu’il s’installe dans l’immeuble qu’il occupe, se retrouve dans la même classe que lui. Ce petit bonhomme, René Rateau, violoniste à l’avenir prometteur, est quant à lui sujet à des éternuements intempestifs…Imaginez un peu ce que peut donner une envolée de violon interrompue par des éternuements inopportuns… Unis par une solide amitié, les deux compères sont néanmoins séparés à la suite du déménagement de René. Les années passent, et Marcellin rougit toujours quand il ne faut pas et ne rougit toujours pas quand il faut…Adulte, engagé dans une vie métro-boulot-dodo et dans une vie de famille (ses enfants ayant hérité de cet atavisme dérangeant), il entend dans un bus des éternuements persistants…Marcellin et René se retrouvent et tentent de combler tant d’années de solitude en revivant les années perdues.

Un livre délicieux. Tant par l’histoire pleine de vérité que par l’humour. Comme à son habitude, Sempé met en scène des petits bonhommes attachants. Le graphisme est comme toujours mignon à souhait et laisse bien sûr une large place au noir et blanc. Les seules couleurs autorisées étant le rouge du rougissement et des coups de soleil (là, Marcellin se sent moins seul), le jaune de la jaunisse et le bleu (illustrant le fait d’avoir très froid). J’ai adoré et le relis régulièrement sans faim et sans fin.

L'émotion en plus ...

8 étoiles

Critique de Tophiv (Reignier (Fr), Inscrit le 13 juillet 2001, 45 ans) - 17 décembre 2002

Kinbote a une fois de plus tout dit ! je rajouterai juste qu'on retrouve ici un mélange entre les recueils de dessins de Sempé (rien n'est simple,tout se complique, la grande panique ...) et un peu de l'esprit de la série des petits Nicolas, avec une histoire moins développée (et oui, Goscinny ne participe pas !) et un peu plus d'émotion.
En tous cas, Sempé restera surement dans la mémoire collective comme un grand dessinateur un peu à part.

Forums: Marcellin Caillou

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Marcellin Caillou".