1Q84 - Livre 3, Octobre-Décembre de Haruki Murakami

1Q84 - Livre 3, Octobre-Décembre de Haruki Murakami
(Ichi-kyū-hachi-yon (いちきゅうはちよん))

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par PA57, le 18 mars 2012 (Inscrite le 25 octobre 2006, 36 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 14 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (34 359ème position).
Visites : 5 618 

La fin de la trilogie

Dans ce troisième et dernier tome apparaît un nouveau personnage : Ushikawa. Ushikawa est un ancien avocat, recruté par les Précurseurs pour enquêter sur la mort de leur leader et retrouver Aomamé. Tengo, quant à lui, cherche à retrouver Aomamé, et va dans la "ville des chats", dans laquelle son père vit ses derniers jours.
Ce troisième tome, dans la continuité des deux précédents, est de plus en plus étrange. Il pose beaucoup de questions sur cet étrange monde qu'est celui de 1Q84? où brillent deux lunes.
Cette fin m'a un peu déçue, car celle-ci est assez attendue et laisse en suspens beaucoup de questions. De toutes les questions ouvertes au cours de la trilogie, quasiment aucune ne trouve de réponse à la fin.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  1Q84

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Bouquet final

10 étoiles

Critique de Eauzen (, Inscrit le 26 mai 2016, 59 ans) - 26 mai 2016

Ce livre 3 clôture cette trilogie 1Q84 d'Haruki Murakami qui a rencontré un important succès commercial, dans notre monde et sans doute dans des mondes parallèles…
il n'est donc pas besoin de rentrer dans le détail de la narration.
Je rappellerai simplement qu'il s'agit de l'histoire de deux trentenaires, Aomamé et Tengo dans le Japon des années 80, qui s'aiment depuis leur furtive rencontre à l'école primaire et séparés brutalement pendant vingt ans. Dans cette histoire, l'écriture et la publication d'un livre, qui se retrouve propulsé en haut de l'affiche, « la chrysalide de l'air », vont faire bouger les lignes.

« Les choses et l'apparence c'est différent »

J'ai consulté un certain nombre de critiques de lecteurs  « amateurs » mais aussi de « professionnels», il apparaît que cette trilogie ne laisse pas indifférent, entre enthousiasme, envoûtement et incompréhension, ennui. Je suis dans la première catégorie mais je propose une grille de lecture qui semble t-il se singularise.
En premier lieu, la référence au roman d'Orwell 1984 ne me parait pas pertinente en dépit de la quasi homonymie du titre et de certaines mentions expresses dans le corps de l'oeuvre de Murakami. Les « little people », les Précurseurs ne sont pas « big brother » il est possible de leur échapper, on ne connait pas véritablement leur nature, leur essence, leur dessein, pas nécessairement toxiques. Or, on sait que le monde de big brother est un totalitarisme absolu, omnipotent.
En second lieu, 1Q84 n'est pas un livre fantastique, le rapprochement pourrait être fait avec cette autre magnifique trilogie « A la croisée des mondes » de Pullman. Cette trilogie est effectivement construite autour de l'existence de mondes parallèles, y compris celui des morts, où on peut passer corps et âme, enfin pour certain(e)s dans des conditions particulières. C'est encore moins Lewis Carol, Aomamé ne bascule pas en descendant avec son échelle métallique comme Alice passe derrière le miroir. de l'autre côté du miroir, il s'agit d'un monde désaxé, en trompe l'oeil, d'onirisme baroque.

A mon avis 1Q84 est plus proche du « monde de Sophie » de Gaarder que de celui de Pullman ou d'Orwell, c'est un roman philosophique, sans que jamais le texte ne prenne un ton académique. Les interrogations viennent, naturellement, subtilement présentées, s'interpellent et en se liant prennent sens, comme des pièces d'un mandala que l'on construit. Ceci peut expliquer que certains lecteurs soient décontenancés, en particulier après le début où avec Aomamé en tueuse à gages et son arme fétiche, quelques séquences érotiques, ces lecteurs peuvent imaginer avoir affaire à un polar fantastique à la mode basic instinct.

En descendant ce fameux escalier sous l'oeil narquois du tigre d'Esso, le seul saut réalisé, le seul sceau qu'elle brise (oui facile…) Aomamé le fait en elle, à l'intérieur d'elle même. Il s'agit d'une descente en soi, au plus profond pour sortir de la phase de son existence qui l'empêche de retrouver l'homme de sa vie. Elle doit prendre conscience des obstacles et les surmonter, de l'univers mental où elle s'est laissée enfermer.

« je suis ce que je suis depuis toujours »

Il n'y a qu'un monde c'est celui que l'on construit, qui correspond à son authenticité, en l'occurrence celui de l'amour.

C'est ainsi qu'il peut être lu dans le livre 2 « Oui 1984 comme 1Q84 ont la même formulation originelle. Si tu ne croyais pas au monde et s'il n'y avait pas ton amour, tout ne serait que toc. Peu importe que l'on trouve dans l'un ou l'autre de ces mondes, la ligne qui sépare la réalité de l'hypothèse n'est généralement pas visible pour les yeux. On ne la voit qu'avec le coeur. »


Aomamé doit quitter sa vie de tueuse, se faire violence pour créer des liens humains forts, ne pas se laisser dévorer par des apparences glauques qui ont emporté ses deux amies. C'est le monde qui est en elle et nulle part ailleurs, qu'elle doit affronter et tuer.

Ainsi du livre 1 il peut être également cité « Aomamé lança un regard autour d'elle puis examina la paume de ses mains, scruta la forme de ses ongles et pour plus de sureté, également celui de ses seins en les saisissant à deux mains par dessus son chemisier. Pas de changement. C'était bien le même volume et la même forme. Je suis ce que je suis depuis toujours. le monde est le monde de toujours. Pourtant quelque chose a commencé à être différent. Cela Aomamé le ressentait. »
Roman philosophique ai-je dit, Murakami pose ses héros en questionnements, en méditations avec des enchainements soigneusement mis en ordre de bataille philosophique.

« Je ne possède strictement rien sauf mon âme »

Le sous titre du chapitre 2 du livre 2 est un clin d'oeil exprès à Descartes et à ses méditations métaphysiques. du reste, dans la citation précédente impossible de ne pas associer les interrogations d'Aomamé à celles formulées dans ces méditations.

Tengo doit aussi descendre en lui-même, pacifier son mal être, s'interroger sur ses relations avec celui qui est officiellement son père ; lui aussi il lui faut descendre retrouver cet homme affronter des questions qui lui vrillent l'âme et qui l'ont enchainé dans un monde.
Pour retrouver Aomamé il doit voir également cette seconde lune qui éclaire la nuit de sa souffrance, de son enfance, du haut de ce toboggan, ne pas voir (que) la lune des apparences. Il écrit les mots de la « Chrysalide de l'air » qui lui offre sa métamorphose, les mots qui entrent en résonance. Il quitte les chemins balisés des maths qui l'empêchaient de percevoir et d'accéder à la vie, à sa vie.

Il y aurait bien sûr encore beaucoup à dire mais 1Q84 est une pure merveille

Mieux que le tome 2 mais bon...

5 étoiles

Critique de Phileas (, Inscrit le 27 novembre 2015, 60 ans) - 4 décembre 2015

Ce tome trois, que je me suis fais un devoir de lire est plus réussi que le précédent.
Mais on ne retrouve pas ce plaisir que le livre 1 m'a apporté.

De trois tomes ce livre aurait été une vraie réussite en ne faisant qu'un avec une cure pour perdre les kilos en trop.

Pour la postérité cela aurait été à l'avantage de l'auteur... pas pour son portefeuilles.

Très original !

8 étoiles

Critique de Marsup (, Inscrit le 22 octobre 2009, 43 ans) - 19 août 2013

Contrairement à ce qu'en disent nombre de critiques, ce livre 3 est très réussi !

Il est vrai que toutes les questions posées ne trouvent pas de solution, parfois des pistes, des suppositions ou rien... mais qu'importe !

Laissons faire notre imagination et applaudissons ce beau voyage auquel nous a convié l'auteur !

Le problème des trilogies..

1 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 59 ans) - 11 août 2013

J'ai souvent eu un problème avec les trilogies et pensé que le troisième tome était de trop ! Et cette fois rien n'est plus vrai.
Et pourtant ça partait sur de bonnes bases : l'idée des deux lunes est géniale... ces deux mondes croisés, ce concept "mère-fille" où l'une est l'ombre de l'autre. Il faut croire que la répétition a tué le plaisir.
Je voudrai vous citer un paragraphe que j'ai trouvé vraiment pénible. J'étais à deux doigts de refermer le livre en d'en rester quitte avec ce qui ressemblait à une corvée.

" Je dirai que, sans DAUGHTER, MOTHER n'aurait probablement pas de forme individuelle achevée...
... Que devient DAUGHTER sans MOTHER, je n'en ai aucune idée. Sans doute sont elles inachevées. Parce que, en fait, DAUGHTER n'est qu'un double. Mais dans le cas de Fukaéri, même si MOTHER n'est pas à ses côtés, DAUGHTER a sans doute pu assurer sa fonction de médium. "

Je pousserai un long soupir devant le principe d'une "presque-immaculée- conception" et l'image du tigre de chez ESSO qui offre un autre profil comme un accord tacite... comme le sourire d'une promesse sur la nouvelle vie d'un monde où il n'y a qu'une lune !

Les deux premiers livres m'avaient séduit mais hélas celui-ci m'a beaucoup lassé.

En résumé : une grande, très grande déception !

si j'avais su, j'aurais po lu!

5 étoiles

Critique de Prouprette (Lyon, Inscrite le 5 février 2006, 35 ans) - 8 juillet 2013

Quelle fin décevante!!
Finalement on revient avec une solution bateau pour sortir de 1Q84, qu'Aomamé a évoqué des dizaines de fois sans jamais le faire... j'espérais que ça ne soit pas si simple...

Je suis déçue de la facilité pour laquelle l'auteur a opté, après une trame aussi bien menée...

Un tome un peu plus "policier", qui se transforme en Harlequin larmoyant!

1Q84

7 étoiles

Critique de Sarazohra (, Inscrite le 3 mars 2012, 31 ans) - 29 mai 2013

Adoré ce livre, mais un peu moins que les 2 premiers tomes.

On a envie d'en savoir plus dans le dénouement! Plein de questions en suspens!
La fin arrive trop vite.

On s'attache aux personnages on veut donc plus de réponses, plus de suite sur leur vie et sur la suite. Tout ne peut pas rentrer dans la normale comme ça! cela semble irréaliste.

Quelle déception !

2 étoiles

Critique de Aligot (, Inscrite le 6 août 2010, 49 ans) - 10 mai 2013

ouf ! fini ! je suis enfin venue à bout de ces trois très gros tomes !! et.... tout ça pour ça ?? enfin , je me demande comment lisent les critiques littéraires, ce livre ayant connu un très bon accueil à sa sortie !
Récit compliqué, alambiqué, et lent mais lent ! pseudo mystico-poético-fantastico-onirico...et j'en passe !
Autant j'avais adoré l'un des livres précédents de Murakami ("Kafka sur le rivage") autant ces 3 tomes me paraissent complètement insipides et superflus... C'est à se demander si ces ouvrages sont bien du même auteur...

j'ai lu les 3 tomes, je pense que je les oublierai très, très vite. Pas grand chose à retirer de tout ça.
grosse déception.

1 étoile par loyauté pour l'auteur de "Kafka...."

Ouffff

5 étoiles

Critique de POOKIES (MONTPELLIER, Inscrit le 16 août 2006, 42 ans) - 4 décembre 2012

Voici le dernier tome de cette série mystico romantique.
J'ai été très heureux de retrouver nos héros des deux tomes précédents. Mais passé ce bonheur, ce livre reste très décevant. En effet, il est lent, ennuyeux à certains moments, poussif et de nombreuses questions restent en suspens. J'ai été déçu de cette fin qui reste pour moi totalement inachevée. En tournant la dernière page, je me suis dit : 3 tomes pour ça. C'est dommage car les 2 premiers étaient vraiment prometteurs.

Fallait-il un tome 3 ?

6 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 80 ans) - 19 mai 2012

Dès le début du roman, on est heureux de retrouver les personnages des deux tomes précédents. De plus on n'est pas trop dépaysé car l'auteur nous rappelle les épisodes passés, et la mémoire revient vite.

C'est d'ailleurs ce que je reprocherais à Murakami : il n'y a pas beaucoup de neuf dans son récit, quelques épisodes intéressants, comme la mort du père du héros, très bien racontée. Donc on a un peu l'impression de ne pas "en avoir pour notre argent", d'autant que la conclusion est un peu hâtive et ne répond pas toujours aux questions accumulées.

A lire uniquement pour ne pas avoir le sentiment d'avoir manqué quelque chose...

C'est la fin

6 étoiles

Critique de GiLau (Annecy, Inscrite le 18 septembre 2010, 56 ans) - 8 mai 2012

Ca-y-est, nous y sommes !
La première partie du dernier tome est très lente mais a posteriori indispensable à la connaissance précise des personnages.
Je confirme que je n'ai pas du tout été touchée par l'histoire d'amour de nos héros mais j'ai aimé l'ambiance et l'originalité de l'histoire, le monde parallèle créé par Murakami, fantastique et cruel, les questions en suspens qui ne donnent que l'envie d'échanger à ce propos !
On imagine, on suppose... il n'y a pas de réponse à tout et c'est très bien ainsi !

Réunion de deux solitaires

6 étoiles

Critique de Isad (Occitanie, Inscrite le 3 avril 2011, 59 ans) - 9 avril 2012

Le livre se poursuit dans la même veine que précédemment : la description des événements du point de vue de chaque protagoniste. On appréhende ainsi mieux leur psychologie avec des éléments du passé qui sont révélés par petites touches ou qui sont répétés afin qu’on en apprécie mieux le poids dans leurs décisions.
Les chapitres alternent maintenant entre 3 narrateurs. On a toujours Aomamé et Tengo auxquels vient s’adjoindre Ushikawa, le détective privé à la solde des précurseurs et qui enquête pour retrouver la trace de celle qui a tué leur leader.

A la fin bien sûr, les 2 héros se retrouvent et regagnent le monde normal de 1984. Tout le livre n’a été que le prétexte à cette rencontre. Il a fallu 20 ans d’expériences diverses, d’attentes, de souvenirs, pour que ces deux êtres solitaires se rendent compte qu’ils se complètent et veulent vivre ensemble.

On est toujours dans une sorte d’entre-deux, pas à proprement parler poétique mais cotonneux. Les personnages qui paraissent pragmatiques se posent de nombreuses questions sur eux-mêmes, la vie qu’ils mènent et la raison pour laquelle ils en sont arrivés là.
Les phrases s’accumulent agréablement, même si certains passages déjà racontés autrement par quelqu’un d’autre peuvent sembler des redites. Je suis ressortie satisfaite de cette lecture, sans bien savoir pourquoi, comme après une longue rêverie.

IF-0412-3871

Final?

6 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 39 ans) - 9 avril 2012

Les deux personnages poursuivent leur objectif, qui est devenu commun : Se retrouver. Chacun de leur côté, ils attendent ce moment : Tengo, au chevet de son père, et Aomamé dans son appartement retranché. L’attente est vraiment longue, et on subit durant plus de la moitié du volume, les faits et gestes répétitifs de nos deux héros. On les suit jour après jour, ressentant avec emphatie leur patience et leur motivation, cependant cela entraîne une vraie lassitude à la lecture.
Si ce dernier volume reste intéressant, il semble être de trop, tant l’histoire de « 1Q84 » aurait pu être réduite en matière à deux tomes. La conclusion décevante atténue mais n’enlève rien de la magie qui opère sur l’ensemble de l’œuvre.
Haruki Murakami a étalé son récit, sans toutefois perdre son inventivité et sa prose qu'il manie toujours avec autant de brio.

Un troisième tome d'une extrême lenteur

5 étoiles

Critique de Aliénor (, Inscrite le 14 avril 2005, 51 ans) - 29 mars 2012

C’est avec beaucoup d’impatience que le lecteur attendait de retrouver Tengo et Aomamé, pour la suite de leur étrange histoire dans un monde fantastique et dangereux, baptisé 1Q84 par Aomamé. A la fin du livre 2, certaines questions avaient trouvé réponse mais beaucoup d’interrogations demeuraient, nous laissant dans un insoutenable suspens.
Dans ce troisième opus, une troisième voix se fait entendre : celle d’Ushikawa, homme étrange et antipathique déjà présent dans les deux premiers livres. Cet enquêteur, chargé par les Précurseurs de retrouver la trace d’Aomamé, se révèle redoutable et se rapproche inexorablement de nos deux loups solitaires.

Ce qui caractérise ce roman, c’est la lenteur de l’intrigue. D’un côté, Aomamé vit recluse dans un petit appartement, attendant d’être exfiltrée pour pouvoir renaître sous une nouvelle identité. Elle consacre ses journées à des exercices physiques pour se maintenir en forme, et à la lecture de Proust. De l’autre, Tengo est appelé au chevet de son père, plongé dans le coma sans qu’aucune explication médicale puisse être donnée à l’aggravation de son état. Il semble simplement avoir décidé d’en finir avec la vie, et Tengo consacre ses journées à lui faire la lecture, guettant une réaction chez ce père qui ne lui a toujours pas livré ses secrets.

Lenteur donc, et malheureusement répétition. Répétition du déroulement des journées de nos deux héros, et de celles d’Ushikawa. Les mêmes gestes, les mêmes actes, les mêmes pensées se répètent inlassablement, au point que j’en suis arrivée à me demander si Murakami n’avait pas étiré sa prose pour que ce livre 3 atteigne une longueur identique à celle des deux premiers opus. Le lecteur se voit en permanence rappeler des faits qu’il a pourtant lus suffisamment peu de temps avant pour bien s’en souvenir. Et ces constants rappels ont fini par me lasser. J’ai quelque peu l’impression d’avoir été embarquée dans une vaste opération commerciale, dans laquelle je me suis jetée les yeux fermés puisque j’adore l’univers unique et si particulier de cet auteur.

C’est sans doute précisément parce que je suis fan que ce livre 3 me laisse un arrière goût un peu amer, renforcé par le fait que si des portes se ferment à la fin de l’histoire, d’autres s’ouvrent, laissant présager une suite aux aventures de Tengo et Aomamé. Une suite que les lecteurs n’attendaient peut-être pas, pensant que le livre 3 signerait la fin de l’aventure. Et dont la sortie – si elle voit effectivement le jour – sera savamment orchestrée par des éditeurs très habiles, partout dans le monde.

Forums: 1Q84 - Livre 3, Octobre-Décembre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "1Q84 - Livre 3, Octobre-Décembre".