La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe Delerm

La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe Delerm

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Chat pitre, le 18 juillet 2000 (Linkebeek, Inscrite le 23 février 2001, 46 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 37 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (295ème position).
Visites : 18 798  (depuis Novembre 2007)

Un ballotin de pralines

Que dire d’un livre si simple qui coule doucement, comme un bon vin se laisse boire ?
Philippe Delerm : c’est aussi bon que le chocolat, aussi simple qu'un déjeuner chez sa grand-mère. Des moments de la vie décrits avec simplicité. Une série de nouvelles à lire au coin du feu en hiver ou sous un arbre en été. Que c'est doux de se laisser vivre. Quel talent ! J'ai tout particulièrement aimé " le Croissant du Trottoir ".

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La première gorgée de bière [Texte imprimé], et autres plaisirs minuscules Philippe Delerm
    de Delerm, Philippe
    Gallimard / L'Arpenteur (Paris. 1988).
    ISBN : 9782070744831 ; EUR 11,90 ; 04/02/1997 ; 92 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le sourire aux lèvres

7 étoiles

Critique de Nathafi (SAINT-SOUPLET, Inscrite le 20 avril 2011, 50 ans) - 19 juin 2013

Quelle étrange impression ! Ce livre énumère tant de scènes vécues que j'ai, d'abord, eu le sourire aux lèvres, me surprenant à commenter parfois chaque panneau qui se rapprochait de mes propres expériences, puis une sensation de malaise, me demandant si l'auteur et moi n'avions pas vécu les mêmes moments... Et pourtant, non, je ne connais pas Philippe Delerm...

J'ai regretté souvent les chutes de ses petites histoires, assombries alors, qu'à mon avis, elles ne méritaient pas de conclusions si ternes. La nostalgie, oui, mais quelques images se seraient imposées gracieusement en évoquant simplement d'agréables souvenirs.

Par contre, pour l'inhalateur, il a tout à fait raison, aujourd'hui, avec le bol et la serviette sur la tête, plus moyen de lire en même temps !

C'est divertissant, l'écriture est agréable, l'ouvrage se lit rapidement, trop rapidement, peut-être...

oui!!!

10 étoiles

Critique de Gencive (, Inscrite le 26 décembre 2012, 37 ans) - 6 avril 2013

que de souvenirs si bien décrits!!
l'opinel, le "on pourrait presque manger dehors", la dynamo, les petits poids...
un livre que ne comprendraient pas les plus jeunes, mais qui ravivent des souvenirs familiaux passés pour ma part
un joli moment
un très beau livre

un livre heureux

9 étoiles

Critique de Jaimeoupas (Saint gratien, Inscrite le 4 octobre 2010, 45 ans) - 1 mars 2013

Philippe DELERM nous offre un livre heureux.

Il y a peu de livre sans douleur, souffrance ou noirceur.

Si nous devions en choisir un ce serait celui-là.

Du retour en enfance, aux plaisirs de moment de vie d'adulte.

9 étoiles

Critique de Anonyme3 (, Inscrit le 6 septembre 2011, - ans) - 23 août 2012

Biographie de l'auteur:

Philippe Delerm est né le 27 novembre 1950 à Auvers-sur-Oise.
Ses parents étant instituteurs, il passe son enfance dans des «maisons d'école» : à Auvers, Louveciennes, Saint-Germain.
Il fait des études de lettres à la faculté de Nanterre, puis devient professeur de lettres en Normandie.
Il vit donc depuis 1975 à Beaumont-le-Roger (Eure), avec Martine, sa femme, également professeur de lettres et illustrateur-auteur d'albums pour enfants.
Il anime un club de théâtre et un club de football dans son collège, après avoir été entraîneur d'athlétisme.
Auteur d'une vingtaine d'ouvrages destinés à un public adulte dont "La première gorgée de bière", un des plus grands succès d'édition, qui s'est vendu à un million d'exemplaires, et "La sieste assassinée".

Description du livre:

« C’est facile, d’écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s’ouvre, docile, offerte. Quelques-unes, moins mûres, sont plus réticentes - une incision de l’ongle de l’index permet alors de déchirer le vert, et de sentir la mouillure et la chair dense, juste sous la peau faussement parcheminée. Après, on fait glisser les boules d’un seul doigt. La dernière est si minuscule... L’écossage des petits pois n’est pas conçu pour expliquer, mais pour suivre le cours, à léger contretemps. Il y en aurait pour cinq minutes mais c’est bien de prolonger, d’alentir le matin, gousse à gousse, manches retroussées. On passe les mains dans les boules écossées qui remplissent le saladier. C’est doux ; toutes ces rondeurs contiguës font comme une eau vert tendre, et l’on s’étonne de ne pas avoir les mains mouillées. Un long silence de bien-être clair, et puis il y aura juste le pain à aller chercher. »

Mon avis:

+: Nouvelles, bien écrites, courtes, qui se lit vite (1h environ) et qu'on aime à relire au cours de notre vie. Histoire de nouvelles bien vue où on repense à nos moments de vie partagés avec notre famille, nos amis...

-: Quatrième de couverture bien faite, mais écrite trop petite et Première de couverture d'un banal, ce qui donne pas forcément envie de feuilleter et lire le livre, dommage.

En conclusion:

Philippe Delerm avec ces nouvelles, à la fois drôles et émouvantes où s'entremêlent moments de vie et souvenirs d'enfance, nous transporte dans le monde de la famille, des amis et surtout de la joie de vivre.

Merci à Philippe Delerm pour ce magnifique recueil de nouvelles "La Première Gorgée De Bière Et Autres Plaisirs Minuscule" qui donne le sourire et surtout nous ressasse tous nos souvenirs d'étés et d'enfance.

Merci et encore Merci.

Plutôt deux fois qu'une!

9 étoiles

Critique de Thorpedo (, Inscrit le 22 octobre 2009, 38 ans) - 10 février 2010

A lire à relire: sur la plage, l'été sous un chêne, le matin sur sa terrasse, aux WC, et encore dans bien d'autres lieux. Une petite pépite qui se dévore avec plaisir.

Doux

6 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 4 avril 2009

Un charme à la Amélie Poulain, ça m’a fait penser à la chanson Mes joies quotidiennes de La mélodie du bonheur. C’est une lecture très relaxante. Les textes sont courts, une série de tableaux de plaisirs des sens. Intéressant, un grand sens de l’évocation, mais chacun a ses propres plaisirs minuscules...

Esquisses de petits plaisirs champêtres

3 étoiles

Critique de Stavroguine (Paris, Inscrit le 4 avril 2008, 33 ans) - 4 janvier 2009

Plutôt qu'une collection de micro-nouvelles - comptez trois pages en moyenne par "tableau" - ce livre est tout au plus une étude. A la manière de ces peintres qui croquent des visages pour, plus tard, les intégrer dans un tableau. Ces visages, aussi remarquables soient-ils, ne sont pas l'oeuvre, juste un travail préparatoire. Il en est de même pour ces plaisirs minuscules.
Delerm l'a-t-il oublié ? ignoré ? A-t-il cédé à la facilité ou n'a-t-il simplement pas su résister aux sirènes mercantiles le poussant à publier ce qui ne devrait être que de simples brouillons ? Quoi qu'il en soit, il nous repaît de ces petites scènes qui, à la différence de certains dessins des grands maîtres, n'ont absolument rien de remarquable. On voit juste se succéder une farandole de petits plaisirs, pour la plupart rustiques, des petites tranches de vie - même pas ! - des natures mortes. En outre, ce qu'évoque Delerm ne m'évoque rien. Je dois être trop urbain, trop superficiel. Trop jeune ou trop blasé peut-être. Et puis en plus, j'aime pas la bière, même pas la première gorgée. Seule cette histoire (c'est un bien grand mot) de vélo et bicyclette aura légèrement retenu mon attention. Même quand il évoque des choses que je connais, que j'aime, l'autoroute la nuit par exemple, Delerm ne les aime pas pour les mêmes raisons que moi, et ce dont il parle, encore une fois, ne signifie rien pour moi. Il y a une véritable incompatibilité d'humeur.

Pourtant, tout ceci est parfaitement charmant. Et puis, c'est à la mode les petits plaisirs de la vie. Ici, Delerm rabaisse même son ambition : ses plaisirs à lui ne se contentent pas d'être petits, ils sont minuscules ! Le genre de trucs qui fait qu'on se complaît dans une vie qu'au fond, on n'aime pas ; le genre de trucs qui fait oublier leur tristesse au gens tristes, qui remontera le moral des travailleurs et les empêchera de se dire qu'une vie où l'on est forcé de pointer tous les jours de l'aube au crépuscule pendant quarante ans n'a aucun sens. Ces petits plaisirs dont on nous abreuve - dont on nous submerge - ce sont une nouvelle sorte d'antidépresseurs. Quelque part, on pourrait louer l'intention, se dire qu'ils permettent aux gens de sourire. Cependant, moi, je les trouve infiniment pervers, ces petits plaisirs. Ils donnent aux gens l'opportunité de se satisfaire du petit, justement, du minuscule tout en oubliant de vivre pleinement. Renoncez au grand, jouissez du médiocre. C'est une littérature à l'image de la société.
Et puis, au-delà de cette dimension quasi-politique - à laquelle on peut d'ailleurs ne pas souscrire - qu'est-ce qu'ils sont fades, ces petits plaisirs. Oh ! C'est charmant. Oui. Mais petit à petit, et finalement très rapidement, ce n'est plus qu'incroyablement lassant. Bien sûr, ça se lit vite et puis, on n'est pas obligé de tout lire d'un coup, on peut en piocher une, lire un vrai livre, et puis y retourner plus tard. C'est bien, aussi, en rentrant d'un boulot assommant, c'est adapté : 3 pages et hop, éteignez la lumière. C'est du sur-mesure.
Voilà donc un ouvrage médiocre, pour se soustraire à une vie médiocre. Finalement, lire "La première gorgée de bière", c'est un de ces plaisirs minuscules qui font l'objet du livre : on n'en tirera rien, on n'en sortira pas meilleur, on n'aura rien vécu de beau ou de grand, mais pendant le temps de la lecture, peut-être, si, à vous, ça vous parle, un petit sourire viendra-t-il se poser sur votre visage, pour en repartir, sans laisser aucune trace, dès le livre refermé.

les petits plaisirs de la vie

9 étoiles

Critique de Velmoz (, Inscrite le 28 octobre 2006, 51 ans) - 23 juillet 2008

dès que l'on se sent un peu morose, tristounet vite un chapitre de ce livre et on réalise que ces petites choses si simples sont parfois de grands plaisirs.... A garder toujours à portée de main juste pour pouvoir s'y replonger en cas d'urgence. A conseiller et à avoir absolument dans sa bibliothèque.

Vrai

8 étoiles

Critique de Nouillade (, Inscrite le 13 mars 2008, 26 ans) - 13 mars 2008

Certains passages décrits dans le livre, ces sensations si personnelles qu'on croit être les seuls à éprouver, m'ont frappé tellement je me suis reconnue dans les propos de l'auteur.

Un petit livre à lire vite fait, avant d'aller dormir.

"Le meilleur est pris"

7 étoiles

Critique de Heyrike (Eure, Inscrit le 19 septembre 2002, 50 ans) - 11 mars 2007

Instants choisis, instants figés dans la douceur de la mémoire, réel ou imaginaire, où tout est délice. Certains textes me renvoient à mes propres perceptions, parfois lointaines, que je ne veille pas toujours à renouveler ; à un passé qui passe en laissant des traces, des bonnes et des mauvaises.

Ces moments délicieux sont perceptibles par tous, pourvu que l'on s'accorde le temps de vivre. Chacun les siens. Ce qui m'a le plus touché c'est l'évocation à plusieurs reprises de ces moments fugaces et presque insaisissables où l'essentiel apparaît, effaçant les effets artificiels de l'existence. Ces moments presque extatiques qui nous laisse croire qu'il est possible de toucher du bout des doigts l'infini accroché à un rayon de soleil, à une odeur ou à un son d'où surgissent mille sensations qui assaillent le corps et l'esprit, vous projettent dans toutes les directions à la fois, pour, à la finale, vous ramener au centre de votre vie. Le temps d'une seconde…à peine.

"La sensation trompeuse d'un plaisir qui s'ouvre à l'infini…En même temps, on sait déjà. Tout le meilleur est pris"

Tranche de vie...

8 étoiles

Critique de Doudou35 (RENNES, Inscrite le 5 mars 2005, 34 ans) - 30 mars 2006

J'aimais bien le fils, alors j'ai eu envie de découvrir le père...
Même style, même veine, même description du quotidien.
C'est vrai, c'est frais, on s'y croit.
Attention, ne pas le dévorer en une fois. Le mieux est de le poser sur la table du salon, dans la cuisine ou sur la table de nuit, de l'ouvrir quand vous passez devant. De lire. De fermer les yeux et d'imaginer. Et de reprendre le cours des choses.

un délice

10 étoiles

Critique de Saphoo (, Inscrite le 5 février 2006, 53 ans) - 5 février 2006

grâce au site j'ai découvert Delerm, et ce livre fut le premier que j'ai goûté et savouré. je remercie les lecteurs qui m'ont fait découvrir cet auteur qui nous transporte vers une bulle de douceur. depuis j'ai enchaîné avec d'autres titres qui sont tous aussi charmants. comme, le bonheur, les amoureux de l'hôtel de ville, etc.. j'ai bien l'intention de les lire tous, toujours avec une grande sérénité que peut nous apporter ce genre de lecture.

A découvrir pour les gens qui ont perdu le sens du mot bonheur au présent et tout simplement.

Ne supporterait pas le temps ?

4 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans) - 30 janvier 2006

Partagé je suis. Je viens de relire « La première gorgée de bière … » et, horreur, je n’y ai pas retrouvé le bonheur ? J’aime P. Delerm. J’aime ce qu’il écrit (Ah ! Le Portique, Un été pour mémoire, …), mais … là, non, ça n’a plus fonctionné ? Moi ? Lui ? Sais pas. Ca m’a paru trop mièvre, exempt de magie (et sans magie, ce genre de littérature ?). Peut être faut-il être dans des dispositions d’esprit particulières pour que ça fonctionne ? Déçu. J’avais beaucoup aimé il y a quelques années !
Que ça ne décourage pas d’autres de lire !

Croquez la vie à pleine dents!

10 étoiles

Critique de S.J (Brinay (18), Inscrite le 27 janvier 2006, 31 ans) - 30 janvier 2006

Plongez-vous au coeur des succulents et enivrants plaisirs de la vie!
C'est moelleux comme un gâteau et croquant comme une pomme!
Avec Delerm, j'ai regoûté aux plaisirs de la vie qu'on ne prend pas vraiment le temps de savourer.
Avec lui, je suis retombée en enfance, me rappellant la promenade dans la forêt en cueillant des mûres et des champignons, par exemple.
A tout âge on a besoin de ces plaisirs minuscules qui allégent l'atmosphère oppressant de la vie quotidienne.

Pour ceux qui veulent croquer la vie à pleine dents!

P.S:L'avantage c'est qu'on peut revenir facilement sur ces petits plaisirs banals en somme.

S.J -20 ans -le 30 janvier 2006-

Charmant et optimiste

8 étoiles

Critique de Lileene (, Inscrite le 5 mai 2004, 33 ans) - 19 octobre 2005

Voir les petits bonheurs quotidiens, ceux qu'on ne voit pas toujours et qui sont pourtant nécessaires. Une bouffée d'air pour tous ceux qui veulent découvrir ou retrouver ces petits instants où l'on se sent heureux sans raison particulière!

La grandiose expression des mots

9 étoiles

Critique de Béa (livry-gargan, Inscrite le 14 août 2005, 23 ans) - 15 août 2005

Je n'ai pas lu le livre mais j'ai emprunté la cassette à la médiathèque de ma ville.
Dès le premier chapitre (ou "un couteau dans la poche), je me suis laissée emporter par l'expression sensationnelle des mots de Philippe Delerm, tendres et explicites à la fois, doux mélange de souvenirs des plus agréables.
Je n'ai pas très bien compris certains passages, comme celui du "bruit de la dynamo" ou "le tour de France" mais c'est certainement parce que je n'ai que dix ans et que je n'ai pas vécu tout ça. J'ai adoré le croissant du trottoir et l'odeur des pommes, ainsi que invité par surprise et un banana-split. Ce livre est une pure merveille, lisez le des que vous pouvez.

Béatrice Lect

Un autre regard

10 étoiles

Critique de MOPP (, Inscrit le 20 mars 2005, 80 ans) - 13 juillet 2005

Quel objet aussi simple qu"Un couteau dans la poche" peut prendre autant de relief, engendrer autant de pistes de réflexion, raviver autant de souvenirs ?

Le couteau, cet opinel n° 6, ne me rappelle-t-il pas un repas matinal partagé avec des amis en Provence, alors que nous étions en train de cueillir des brugnons et que nous voyions le Rhône argenté qui "serpentait" dans l'aube ?

Ne me rappelle-t-il pas d'autres souvenirs, en cascade ?

Oui DELERM, de son état, Philippe, parvient dans ces brefs récits à engendrer la poésie des choses simples. Et contrairement à certains lecteurs-critiques, je pense qu'il nous offre dans la grande littérature...

Des petits riens

9 étoiles

Critique de FéeClo (Brabant wallon, Inscrite le 12 février 2004, 41 ans) - 21 juin 2005

Voilà un livre que j'ai déjà souvent ouvert.
Je choisis une histoire au hasard, c'est le titre qui m'arrête. Puis je la lis à haute voix. Je la relis pour chercher une interprétation plus juste. Et je déguste un court passage, comme je pourrais boire une gorgée de bière (parce que j'aime ça)...

Ce sont des histoires qui parlent de petits riens qui font la vie. De sentiments que l'on pourrait tous avoir déjà ressenti, ou ressentir un jour...

Ce n'est pas de la grande littérature, ce sont des mots à la portée de tous. Et je peux comprendre que certains n'y trouvent pas le dépaysement parfois attendu à la lecture d'un livre. Ici pas de rêve absolu ni de voyage lointain, mais du concret, du vécu, du terre à terre... et pourtant...

on pourrait presque manger dehors...

10 étoiles

Critique de Isaline (Tours, Inscrite le 16 avril 2005, 37 ans) - 23 mai 2005

Le livre de chevet par excellence... on le garde précieusement... on l'ouvre de temps en temps...et toujours avec plaisir! Philippe Delerm nous parle de lui, de nous... chaque chapitre évoque un souvenir précieux qu'on avait presque oublié et qui nous revient, grâce à la lecture, tel un vieux parfum de notre enfance...vieux mais si doux... et rien que pour cette phrase anodine et pourtant si poétique : "on pourrait presque manger dehors"...merci monsieur Delerm!
ps : si vous aimez les textes de Vincent Delerm vous aimerez ceux de Philippe Delerm...et vice versa...

Simplicité des mots

7 étoiles

Critique de Oxymore (Nantes, Inscrit le 25 mars 2005, 45 ans) - 14 mai 2005

Bel ouvrage que ce petit livre de Delerm. A priori, le livre semble simple mais c'est justement dans cette simplicité descriptive que naissent de grands livres.
Rien de transcendant bien sûr dans cette gorgée mais juste l'expression de petites choses que nous connaissons tous et cette certitude de connaitre ou d'avoir vécu chaque chose dans toute son exactitude.

avis divergents...

10 étoiles

Critique de Clementine (, Inscrite le 3 décembre 2004, 49 ans) - 20 avril 2005

je comprends que l'approche de ce livre divise l'opinion mais franchement quel exercice périlleux,décrire les petites choses de la vie avec autant de vérité ce n'est pas donné à tout le monde.
lu à sa sortie,bien avant que tout le monde se mette à copier,ce livre m'a transporté.

Médiocres choses...

3 étoiles

Critique de Numanuma (Tours, Inscrit le 21 mars 2005, 44 ans) - 20 avril 2005

Voila donc est objet qui n'est qu'un livre. Ce n'est pas un roman , un essai, un recueil de poésie, un recueil de nouvelles, une biographie ou une autobiographie...
C'est un peu tout en même temps et ce n'est donc rien qu'un objet à poser sur un meuble à force de vouloir être trop consensuel.
Voila un objet qui a eu un gros succès un librairie parce qu'il surfe sur ce sentiment imbécile qu'est la nostalgie. En ce sens, Delerm a été avant-gardiste (rien que de l'écrire, j'ai froid dans le dos) puisqu'avant tout le monde, il a jeté la mode du "c'était mieux avant". Quand on ne connaissait pas le goût de la bière, par exemple.
Bref, Delerm a fait le judicieux mélange de la madeleine de Proust avec les chansons fanées de Cabrel. Et ça marche! A la lecture, on pense à l'enfance, au goût perdu des bonnes choses, aux vacances insouciantes... Bref, on idéalise le passé, on déprécie le présent et on s'emmerde profondément.
A lire et oublier ensuite, histoire de le relire dans 10 ans et de se souvenir qu'on avait eu la mauvais goût de trouver ça bien.

un petit bijou!

10 étoiles

Critique de Dedel (, Inscrite le 18 avril 2005, 29 ans) - 18 avril 2005

Ce livre est une belle leçon de vie : appréciez la vie telle qu'elle vient... Et goûtez les minuscules plaisirs qui la composent!
De belles descriptions d'une vie si simple que l'on en oublie quelque fois l'essentiel : le plaisir!
Bravo à Delerm...

délicieux

10 étoiles

Critique de Lussy (, Inscrite le 19 janvier 2005, 39 ans) - 19 janvier 2005

un livre qui nous donne des sensations superbes... ma nouvelle préférée est celle du banana split, évidemment à chaque fois que je vais au restaurant et que je commande mon dessert favori, je me replonge dans cette petite histoire... avec délectation...

je vous conseille de suivre cet auteur avec "enregistrements pirates"... un livre qui nous apprend à regarder la vie autour de nous différemment et à aimer les gens....

on ne se lassera jamais de la finesse de cet auteur

petits exercices de style

6 étoiles

Critique de Tophiv (Reignier (Fr), Inscrit le 13 juillet 2001, 42 ans) - 12 novembre 2004

parfois j'ai eu du mal à entrer dans ces brèves "histoires", difficile d'entrer dans l'ambiance en si peu de mots et je n'ai vu que l'artifice, le travail du texte.

Mais parfois, un mot, une phrase, une image m'a touché. Je suppose que d'autres lecteurs auront été touché par des évocations différentes selon leurs souvenirs, leur passé ... En cela, le livre est réussi. C'est joli mais ça ne prend pas toujours. Toutes les pages n'éveilleront pas une émotion chez vous mais il est presque sûr que certaines y parviendront et celles-ci feront pour vous la valeur de ce petit livre.

Mes préférés : "Invité par surprise", "Le dimanche soir", "Le jardin immobile"

En matière de courts textes évocateur de sensation et de souvenirs, je préfère les "Tropismes" de Nathalie Sarraute.

La vie tout simplement

8 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 48 ans) - 13 septembre 2004

Tout comme les micro-nouvelles de ce livre, une critique courte et simple.

L'éloge de la beauté de la vie en 91 pages. On reconnaît certains de nos plaisirs, d'autres non. C'est doux et rafraîchissant comme une première gorgée de bière.

A chacun ses plaisirs...

5 étoiles

Critique de Nirvana ( Bruxelles, Inscrite le 7 avril 2004, 44 ans) - 26 juillet 2004

Et qu'est ce qui se passe si on ne sait pas rouler à vélo, qu'on ne peut pas boire d'alcool, qu'on est au régime (adieu banana split, croissants et gâteaux du dimanche...) et allergique aux mûres, qu'on n'a ni jardin ni terrase pour dîner dehors, qu'on déteste le Tour de France, qu'on n'a jamais été à Paris, qu'on trouve les boules en verre kitsch, et qu'on est jamais malade?
Non, je plaisante!!!
C'est vrai que Delerm parvient en quelques mots à mettre en valeur des petits gestes, des petits faits de la vie de tous les jours (mais parfois d'une manière un peu trop pompeuse pour moi) et que cela nous offre l'occasion de raviver certaines sensations qu'on ne prend parfois plus la peine de savourer. C'est sans doute ce qui explique le battage médiatique autour du livre à une époque où certains ne prennent plus le temps de "se poser" pour savourer l'instant.
Par contre, je suis un peu déçue de ne pas retrouver la description de choses encore plus simples, et absolument sans intervention "matérielle", comme un sourire échangé avec un(e) inconnu(e), qu'on reçoit comme un cadeau, un enfant qui vous raconte un secret dans le creux de l'oreille, ou un baiser d'amoureux quand on ne s'y attend pas,... bref, j'émets quelques réserves pour ce petit roman, rapide à lire, mais que je ne relirai pas. Je préfère savourer mes petis plaisirs...

Goûter les plus petits plaisirs de la vie !!!

10 étoiles

Critique de El Mehdi (, Inscrit le 4 mai 2004, 33 ans) - 4 mai 2004

Ce livre est une sorte de remember qui nous fait penser à quel point les plus petits plaisirs de la vie tels que manger un croissant tout juste sorti du four un matin d'hiver est un bonheur immense contrairement à toute la superficialité qui nous entoure.
Vraiment, je vous conseille de le lire et de vous le trimballer partout.
Merci de votre compréhension.
elmehdi.com

Un ersatz médiatisé

1 étoiles

Critique de Sebastien (, Inscrit le 5 mars 2004, 51 ans) - 12 mars 2004

J'ai lu il y a quelques années la très fameuse gorgée de bière de notre ami Delerm. Encore un fois le battage médiatique et les propos sur ce livre de lecteurs littéralement fanatisés laissaient penser un ouvrage innovant dans le genre et à classer au-dessus de la moyenne. Après lecture (et pendant !) quelle déception sur ce qui est présenté par l'auteur comme "les petits plaisirs quotidiens". Autant dire que ça place le plaisir bien bas, rouler en voiture et discuter avec un ami, éplucher des haricots, boire de la bière... bref une pseudo-poésie de comptoir sans substance. Amoureux des belles lettres et amateur de poètes plus substantiels je ne conseille guère ce livre aux férus de littérature. Eventuellement à lire dans un train ou dans une salle d'attente ça peut passer ! Concernant l'auteur il se trouve que j'habite près de chez lui et j'ai eu l'occasion de le rencontrer dans une soirée, pour quelqu'un qui se propose d'ériger les plaisirs simples en apanage pour attristé(e)s je n'ai guère apprécié le personnage, car lui il n'a pas l'air très simple précisemment, le genre sophistiqué un peu hautain. Resterait à découvrir d'autres de ses ouvrages et à mieux connaître le bonhomme, parfois on est surpris ! En finale c'est une bonne chose tout de même que cette gorgée car elle a le mérite d'avoir fait des heureux, et puis les goûts et les couleurs...

Ah, oui !...

10 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans) - 5 juin 2002

Vive Delerm et l'art qu'il a de nous faire voir les moindres belles petites choses de la vie quotidienne, du temps qui passe...
Ah oui ! Aux longues et belles cannes de Venus Williams, si féline et élégante dans ses déplacements... Autre chose que les guibolles poilues et rudes de nos Diables... Sur une telle liane, il aurait pu nous en écrire de belles choses Delerm !

Un livre de saison

8 étoiles

Critique de Lucien (, Inscrit le 13 mars 2001, 62 ans) - 4 juin 2002

26 degrés à l'ombre... Venus Williams sur la Deux et les Diables Rouges sur la Une... Bientôt les examens mais pas encore... Bientôt, la montagne de corrections... Bientôt aussi, la brève éternité des grandes vacances. La première gorgée de bière. La petite lampée de Delerm, sur la terrasse, tandis que fane la clématite et que s'ouvre le vieux rosier, celui de l'époque où les roses avaient un parfum. Bientôt, on suivra le Tour de France, en se rappelant l'âge pas si lointain où l'on y croyait encore; bientôt, on ira aux mûres ou aux framboises (on a compté des centaines de promesses, pas loin, dans le petit jardin); on savourera un roman d'Agatha Christie, on verra "l'orange clair du thé", "le parfum mauve et fade de la vieille Mrs Atkins" - tiens, si on le buvait, cet Earl Grey, si on la fumait, cette pipe de Semois? -; on se dira que l'on pourrait peut-être manger dehors, si l'orage ne vient pas tout gâcher; on se promettra de sortir le vélo, en sachant à l'avance que l'on n'entendra plus jamais le bruit de la dynamo; on dégustera un petit porto, dont "les deux o gouleyent au fond de la bouteille noire"; on se prendra un bain à bulles et on se couchera entre les draps frais - sur la table de nuit, ce livre jaune qu'on n'a pas pu quitter. Qu'est-ce qu'on a bien fait de l'emprunter au bibliobus, ce petit Delerm!

L'eau à la bouche

8 étoiles

Critique de Bolcho (Bruxelles, Inscrit le 20 octobre 2001, 69 ans) - 4 juin 2002

Il suffit d'une petite heure, et on a lu « La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules » de Philippe Delerm : Un couteau dans la poche, Le paquet de gâteaux du dimanche matin, Aider à écosser les petits pois, Prendre un porto, Dans un vieux train, Un banana-split, Invité par surprise, Le dimanche soir, Apprendre une nouvelle dans la voiture, Le journal du petit déjeuner. Voilà, j’ai noté mes préférés. A vous donner la joie d’être en vie encore pour un peu de temps. Quelques notes prises en lisant. Page 12, à propos des gâteaux du dimanche matin que l’on ramène dans leur carton, en le tenant par la ficelle : « (…) le temps balance en ostensoir au bout d’une ficelle brune ». Et page 13 : « C’est facile d'écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s’ouvre, docile, offerte ». Vous ne sentez pas le petit regret amusé ? Ah, si tout était aussi facile à chaque fois qu'on intervient du doigt sur la fente de la gousse… A propos de gousse, d'où vient le mot « vanille » et pourquoi, à votre avis parle-t-on des « filles à la vanille » ? La rime seulement ? Peuh. Et ça continue d'ailleurs : « (…) sentir la mouillure et la chair dense, juste sous la peau faussement parcheminée ». Que l’on ne me parle pas de hasard. Moi, je dis qu'ils sont torrides ces petits pois.

anti déprime

10 étoiles

Critique de Thierry67 (Illkirch, Inscrit le 4 juin 2001, 37 ans) - 10 juillet 2001

Ce livre est plus efficace que du prozac! Le seul livre que j'ai acheté après l'avoir emprunté en bibliothèque. Un chef d'oeuvre!

la simplicité du quotidien

0 étoiles

Critique de Passionnata (Hermalle, Inscrite le 21 février 2001, 53 ans) - 7 mars 2001

Quel livre merveilleux ! Philippe Delerm sait conjuguer l'art d'écrire avec celui de l'émerveillement de tous les instants et l'on découvre (ou redécouvre) son quotidien propre. L'on prend ainsi plaisir aux petits riens qui peuvent faire de grands touts quand on prend la peine de s'y attarder. J'ai beaucoup aimé "invité par surprise", car j'ai retrouvé tous les ingrédients de l'atmosphère qui se dégage de l'instant précédant l'invitation chez certains de mes amis. Delerm n'aurait pas pu mieux l'exprimer. C'est un véritable jongleur de mots, si simples et pourtant si touchants, si droits au but ! On aimerait aussi s'atteler à des écrits aussi poignants et aussi vrais, mais en aurait-on le talent ? A voir.

Onctuosité

0 étoiles

Critique de Sandy (Bretagne, Inscrite le 5 février 2001, 40 ans) - 27 février 2001

Depuis longemps je tombe sur ce titre en cherchant une lecture intéressante. Or à chaque fois, sans en avoir pris le temps d'en lire le résumé, je l'ai classé dans la catégorie des récits nostalgiques de l'adolescence d'un auteur qui nous racontait cette période propice aux découvertes en tout genre... Cela ne m'intéressait donc pas...
Alors pourquoi finalement j'en fais aujourd'hui la critique? Car j'ai enfin eu le courage de retourner le livre et d'en lire le résumé :)).... Aux mots couchés sous mes yeux, je n'ai plus hésité une seconde... ce que je prenais pour une histoire d'adolescent (boutonneux?) allait finalement me permettre de prendre conscience que les choses les plus insignifiantes que l'on faisait pouvaient être aussi les plus douces... Lire un livre sur une plage...
J'y ai retrouvé de nombreuses sensations... la joie de se lever tôt et d'aller acheter les croissants, celle d'aller aux mûres, etc.
Ce livre est un pur délice...J 'ai adoré! Ce qui n'était qu'un emprunt à la bibliothèque deviendra une acquisition certaine afin de pouvoir me replonger dans les petites joies de la vie... Et à mes heures perdues, d'en faire une parodie!

à lire absolument !!!

0 étoiles

Critique de Joujou (Bordeaux, Inscrite le 2 février 2001, 48 ans) - 15 décembre 2000

Un moment de déprime, lisez ce livre qui remet les choses simples de la vie à leur place. Cela aide parfois quand rien ne va!!!!!

Forums: La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules".