L'oiseau Canadèche de Jim Dodge

L'oiseau Canadèche de Jim Dodge

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par CC.RIDER, le 12 décembre 2011 (Inscrit le 31 octobre 2005, 59 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 259ème position).
Visites : 1 436 

Un joli conte naturaliste

Vivant seul dans son ranch du Grand Ouest américain, Jake, un vieil homme de plus de quatre vingt ans, ancien aventurier, chercheur d'or, bouilleur de cru et joueur de poker itinérant, plusieurs fois marié, se retrouve avec la garde de son petit-fils Titou, orphelin de père et de mère. Alors qu'ils ont deux caractères parfaitement opposés (Titou est calme, docile et se plait à poser des clôtures partout, Jake, amoureux des grands espaces, est alcoolique et rebelle), ces deux-là vont vivre en parfaite harmonie avec Canadèche, un col-vert apprivoisé et boulimique qui viendra compléter leur improbable trio.
Ce très court roman (105 pages) ou plutôt cette « novella » est un petit bijou littéraire pour plusieurs raisons. Tout d'abord par son esprit. C'est un vrai conte naturaliste moderne comme on n'en écrit plus et qui apporte une grande bouffée d'air pur dans nos poussiéreuses et parfois déprimantes bibliothèques. Ensuite par son intrigue et ses personnages. C'est une histoire d'amour et d'amitié pleine de malice et de tendresse, une véritable leçon de vie. Et enfin, « last but not least », par sa qualité littéraire. C'est un style minimaliste capable de dire énormément avec fort peu de mots, une technique à l'emporte pièce faite de mises en exergue souvent brossées à la vitesse de l'éclair et de laissés dans l'ombre un peu mystérieux. Dodge suggère plus qu'il ne dissèque ou décrit et c'est très bien. En grand conteur, il sait laisser la part au rêve, à l'imaginaire ce qui est très agréable pour le lecteur.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Très original

8 étoiles

Critique de Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 35 ans) - 24 février 2015

Vous cherchez une petite parenthèse littéraire originale ? Alors L'oiseau Canadèche est fait pour vous.
L’histoire a été décrite on ne peut mieux par les deux critiques précédentes. J’insisterai peut être un peu plus sur le rôle de la mort dans ce roman. Toujours présente malgré la légèreté de ce conte naturaliste, elle joue un rôle fondamental. Même si elle est peu évoquée, elle n’en reste pas moins un point central du récit.
Cependant L'oiseau Canadèche est un court roman lumineux, souvent drôle, au ton désinvolte porté par des acteurs originaux. Ainsi Titou et son grand père Jake, personnage haut en couleurs, accompagnés de leur volatile, une jeune cane boulimique nommée Canadèche forment un trio agréable à suivre. Il ne faut pas non plus oublier le fameux sanglier Cloué-Legroin, le « Moby Dick » de Titou.
L’écriture est simple, fluide et prend parfois des accents poétiques. 105 pages dévorées d’une traite. Cela ne m’était plus arrivé depuis un petit moment.
Pour résumer une lecture vraiment agréable, originale, à découvrir.

Quel roman !!!!

9 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 37 ans) - 10 juin 2013

Ce roman de 105 pages est original, vif et quelque peu déjanté.
Titou est confié à son grand-père, Pépé Jake, après la disparition de ses parents morts violemment. Ce grand-père aime profondément l'alcool et le jeu. Grâce aux conseils d'un indien mourant, il va même se lancer avec succès dans la production d'un whisky extrêmement fort aux drôles de vertu : le "Vieux Râle d'Agonie". Titou est aux antipodes de Pépé Jake. Il est plus agréable, est obsédé par les clôtures au grand désarroi de son grand-père et est très grand ( plus de deux mètres ). Un beau jour, une rencontre va changer l'existence de ce duo fort sympathique et attachant : une cane ! Et quel oiseau !

Ce roman met en scène des personnages que l'on a envie de suivre et de connaître. L'univers décrit est fantasque, poétique et profondément américain. Le lecteur se laisse transporter par la prose de Jim Dodge. L'auteur joue avec le mots, trouve des images frappantes et possède une imagination des plus surprenantes.

Le roman est bref et pourtant d'une incroyable richesse. A la dernière page, on ressent l'envie de relire ce texte afin de mieux s'imprégner de ce microcosme où il est question de réincarnation, d'alcool, de sangliers, de divorces, de parties d'échecs, de mort ... Là où l'auteur est brillant réside dans sa faculté de basculer d'un registre à l'autre en menant son lecteur par le bout du nez. L'on rit de certaines évocations initiales, mais les deux paragraphes qui évoquent la découverte par l'enfant du corps mort de sa mère sont bouleversants.

Un court roman qui a un bel avenir devant lui !

Forums: L'oiseau Canadèche

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'oiseau Canadèche".