Tranchecaille de Patrick Pécherot

Tranchecaille de Patrick Pécherot

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Hexagone, le 22 juillet 2011 (Inscrit le 22 juillet 2006, 49 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (21 391ème position).
Visites : 2 141 

Travail de sape dans les tranchées.

Un polar ayant pour cadre les tranchées de 14/ 18, il y a de quoi interpeler.
Un officier est chargé de mener l'enquête sur un poilu qui aurait assassiné son supérieur au cours d'un assaut au front.
Pécherot mêle habilement l'histoire pure de ces poilus et la fiction. Proposant des alternances de point de vue sur la responsabilité de Tranchecaille.
Le cadre historique confère un indéniable intérêt. Le front, les tranchées, l'arrière, les officiers, la vie de régiment sont la trame principale du livre. L'auteur emprunte au cinéma, avec " Le pantalon ", il évoque les gueules cassées, comment ne pas penser à " La chambre des officiers ". Bref, une belle découverte, de plus j'ai contacté par mail l'auteur, qui m'a courtoisement répondu.
La lecture de ce livre, contrairement à Dugain, m'a donné envie d'aller musarder vers le mémorial de Péronne...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les sentiers de la gloire

6 étoiles

Critique de Homo.Libris (Paris, Inscrit le 17 avril 2011, 54 ans) - 14 août 2018

Pas grand-chose à ajouter aux billets judicieux d'HEXAGONE et de PATMAN. Sauf que, pour rendre à César ce qui lui appartient et pour rester dans le domaine de la littérature, disons que Patrick PECHEROT a su utiliser pour ses besoins les publications de ses aînés : "Le pantalon" d'Alain SCOFF, "Paths of glory" de Humphrey COBB, "La chambre des officiers" de Marc DUGAIN, romans dont le cinéma, toujours à court d'idées originales, s'est emparé... Ces allusions à des faits avérés, à des personnages réels, à des œuvres (livres, films, etc.), insérées habilement dans le récit, concourent à la réussite de ce livre. L'auteur semble particulièrement bien documenté, pour vous en convaincre, je ne saurais trop vous conseiller de lire ou relire les témoignages des acteurs de l'époque*. Il faut également souligner une construction ingénieuse, un style agréable et dynamique, un vocabulaire riche et bien employé** qui s'adapte parfaitement à l'époque considérée, sans pasticher !
Seule contradiction avec une recension précédente (celle de Paofaia - nous n'avons pas dû lire le même roman), il n'apparaît pas évident que Jonas soit innocent ! Mais cela n'a vraiment aucune importance. Car le plus important dans ce livre n'est pas de savoir qui est coupable et qui ne l'est pas, mais plutôt pour quelle raison "on" sera exécuté !
Un livre qui mérite le détour ...


* Quelques idées pour ceux qui seraient intéressé(e)s, liste non exhaustive :
- La peur, Gabriel CHEVALLIER ;
- Orage d'acier, Ernst JÜNGER ;
- Ceux de quatorze, Jean GIONO ;
- Les croix de bois, Roland DORGELÈS ;
- À l'ouest rien de nouveau, Erich Maria REMARQUE ;
- Voyage au bout de la nuit, Louis-Ferdinand CELINE ;
- La grande guerre (essai historique), Pierre MIQUEL (et toute production de cet historien spécialiste de 14 - 19).
Et, romans "autour" de la Grande Guerre :
- Les âmes grises, Philippe CLAUDEL ;
- Un long dimanche de fiançailles, Sébastien JAPRISOT ;
- les trois livres cités dans le corps de ma "critique", ainsi que les petits polars de T. BOURCY et G. PREVOST.

** Ce qui nous repose des approximations, psittacismes, et tics de langage du moment, qui pullulent dans un récent (incompréhensiblement attribué) prix Goncourt dont l'action se situe à la même époque !.

Injustice Militaire...

9 étoiles

Critique de Patman (, Inscrit(e) le 5 septembre 2001, 57 ans) - 13 novembre 2013

Des polars historiques sur 14-18, il n'y en a pas pléthore. La série des "Célestin Louise" de Thierry Bourcy, "La valse des gueules cassées" de Prévost, le dernier Pierre Lemaître "goncourisé" et un ou deux autres et puis basta, on tire l’échelle. Faut dire que le sujet est vaste mais aussi très complexe. Parmi tous ces romans, Tranchecaille est celui qui m'a cependant laissé le meilleur souvenir de lecture. Comme le signale Hexagone, l'auteur a fait quelques emprunts au cinéma ("le Pantalon" ou "La chambre des officiers" mais aussi bien sûr "Les sentiers de la gloire") mais nous sommes quand même bien là devant un bon suspense policier. Comme souvent dans la littérature policière, l'enquête n'est que prétexte à nous faire découvrir un univers particulier; ici en l'occurrence celui des tranchées de 14-18 et de l'absurdité de la "justice militaire".

Le pantalon trop long

8 étoiles

Critique de Paofaia (Moorea, Inscrite le 14 mai 2010, - ans) - 11 novembre 2013

Présentation de l'éditeur:

Chemin des Dames, 1917, l'offensive du général Nivelle tourne à l'hécatombe. Dans l'enfer des combats, un conseil de guerre s'apprête à juger le soldat Jonas, accusé d'avoir assassiné son lieutenant. Devant l'officier chargé de le défendre défilent, comme des fantômes, les témoins harassés d'un drame qui les dépasse. Coupable? Innocent? Jonas est-il un simulateur ou un esprit simple? Le capitaine Duparc n'a que quelques jours pour établir la vérité. Et découvrir qui est réellement celui que ses camarades ont surnommé Tranchecaille.

C'est un livre édité en Série noire, , mais cela n'a pas grand chose d'un roman policier!
On sait dès le départ que ce pauvre Jonas est innocent, mais qu'il n'y a plus d'innocents en 17, quand les poilus commencent à se lasser de tomber les uns à la suite des autres et à se mutiner. Il faut des conseils de guerre, il faut des exemples et de la bonne vieille justice militaire. Parce que Jonas n'est pas seulement suspect dans le meurtre d'un capitaine, mais aussi dans celui d'une civile, marraine de guerre, qu'il aurait trucidée lors d'une permission. Imaginez que la justice civile vienne le chercher pour l'enquête avant qu'on ait eu le temps de l'exécuter dans les règles.. Et tout cela à cause d'un pantalon trop long!

C'est un très bon roman historique , peut-être trop d'ailleurs, pour moi, qui ai beaucoup lu sur la boucherie de la grande guerre, car on sent que l'auteur a voulu tout y mettre, la vie de ces pauvres soldats, l'imbécillité de la majorité des chefs, et surtout le mensonge et l'hypocrisie régnants pour ne pas décourager le patriotisme !
Le style est calqué sur celui de l'époque, et comme il y a beaucoup d'intervenants car cette histoire est racontée par de nombreux témoins, il varie, comme à l'époque, en fonction de l'origine sociale de celui qui parle.
Non, c'est vraiment très bien fait, et si on n'a jamais lu de récit de cette guerre , il me semble que celui-ci est excellent.
Sauf que, pour moi, Bardamu -Céline a déjà tellement bien tout écrit, difficile de ne pas y repenser pour dire que s'il ne fallait en lire qu'un, c'est évidemment Voyage au bout de la nuit.

Forums: Tranchecaille

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Tranchecaille".