Mèmed le mince de Yaşar Kemal

Mèmed le mince de Yaşar Kemal
(Ince Memed)

Catégorie(s) : Littérature => Moyen Orient

Critiqué par CHALOT, le 15 mai 2011 (Inscrit le 5 novembre 2009, 69 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (20 218ème position).
Visites : 1 771 

Une épopée sociale, politique et héroïque

«  Mèmed le Mince »
de Yachar Kemal
collection folio
éditions Gallimard
réédité en 2003
556 pages
Une épopée sociale, politique et héroïque

La terre de ce plateau des contreforts du Taurus, en Turquie est travaillée par des paysans pauvres qui suent sur leur petit lopin de terre.
Beaucoup de ces terres appartiennent aux chefs locaux, les aghas qui n'hésitent pas à exiger plus du tiers et parfois plus de la moitié des récoltes de ceux qui travaillent. Tout puissant, l'agha local, Abdi quasi propriétaire de cinq villages,règne en maître, n'hésitant pas à punir les récalcitrants.
Mèmed le mince qui vit seul avec sa mère a bien essayé de fuir son village et de vivre autrement mais ramené chez lui par les hommes de l'agha, il continuera à subir les vexations et les violences du maître jusqu'au moment où il décidera de partir et de combattre les armes à la main
Il va prendre aux riches, protéger les pauvres et en plus se permettre de distribuer les terres des aghas à ceux qui les cultivent. Il est aimé des sans rien, craint des puissants qui n'hésitent pas à mobiliser la gendarmerie qui intervient en force.
Mémed est devenu un personnage légendaire , ses amis diffusent son portrait :
« Il a d'énormes yeux gris-bleu. Ses cheveux sont en brosse. Son visage est amer, son menton mince, son teint basané, sa taille moyenne. Il peut faire passer une balle dans le chas d'une aiguille. Il est vif, courageux. Il ne recule pas devant la mort. »
Les pauvres n'en peuvent plus, d'autant plus que beaucoup de lopins qui appartenaient à leurs familles ont été spoliés. Mémèd leur montre l'exemple et si beaucoup de bandits errent dans les montagnes, il est le seul à aider et à respecter les opprimés.
Ce roman populaire turc est pour tout public...Il enchante les plus jeunes et nous entraîne tous à réfléchir sur l'injustice et sur les moyens qui restent à notre disposition pour mettre fin aux inégalités sociales criantes et inacceptables!

Jean-François Chalot

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Mèmed le mince ou l'histoire d'un opprimé devenu justicier

7 étoiles

Critique de Som Lang (Ecrouves, Inscrit le 28 octobre 2011, 44 ans) - 25 décembre 2013

Mèmed , ce qu'il voulait, c'était pouvoir labourer son petit lopin de terre, nourrir la femme qu'il aime et sa mère, dans une Turquie "post-féodale" et fraîchement laïque impulsée par Atatürk. Une vie simple quoi ! Et voilà que ce gros porc d'Agha, cupide, arrogant et cruel vient tout gâcher. Et on suit notre héros dans sa révolte: d'abord fugitif, puis assassin, bandit, justicier "légendaire" et enfin mari et père brisé.
Finalement, Mèmed fera ce qu'il a à faire, et comme une forme de rédemption, il viendra implorer la bénédiction d'une vieille femme, celle qui ne l'a jamais abandonné. Puis, il disparaîtra Mèmed ..

Si je ne n'ai entièrement adhéré au style "kémalien", et même si le livre a un peu vieilli (1955), je dois reconnaître que j'ai pris du plaisir à suivre notre héros et que j'ai hâte de savoir ce qui lui arrive dans le reste de la saga.
Je suis très mauvais critique, mais pour un livre, je pense que c'est plutôt bon signe.

Forums: Mèmed le mince

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Mèmed le mince".