Les veuves d'Eastwick de John Updike

Les veuves d'Eastwick de John Updike
(The widows of Eastwick)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par B1p, le 1 novembre 2010 (Inscrit le 4 janvier 2004, 45 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 1 601 

l'Irrévérence et la Mort

Trente ans après leurs méfaits, Sukie, Jane et Alexandra sont prêtes à se retrouver. Il faut dire qu'elles s'étaient presque totalement perdues de vue, dispersées aux quatre coins des États-Unis, après le traumatisme qu'elles avaient infligé à la petite bourgade d'Eastwick où meurtre, libération sexuelle et sorcellerie avaient laissé des traces indélébiles.

Elles avaient alors pu fonder une nouvelle famille, dégottant chacune un mari. Mais avec l'âge et la disparition (regrettée cette fois) de chacun d'entre eux, l'envie de se revoir et de faire le point sur leur passé aussi bien sur leur avenir reprend le dessus.
Sacrifiant d'abord au rite des voyages (le Canada, l'Égypte), elles décident de louer des appartements sur le lieu qui a été le théâtre de leur débauche : la demeure "Van Horne" dans la bourgade où elles ont imprimé les mémoires : "Eastwick".

Même si l'âge et la maladie guettent, les 3 amies démoniaques sont toujours aussi jouissivement irrévérencieuses que dans le tome initial des Sorcières (qu'il n'est cependant pas nécessaire de lire ou de relire pour suivre l'histoire ici présente). On ne sait si elles sont clairement sorcières ou si elles se contentent de donner à leur vie la liberté due aux femmes depuis leur libération, mais peu importe : le regard cynique qu'elles portent au monde et à ses rites petit-bourgeois est presque intact malgré la vieillesse.

C'est avec plaisir qu'on suit leurs aventures alors qu'elles retrouvent leurs connaissances d'antan et qu'elles essayent de faire face aux gens qui n'ont pas oublié...
Mais c'est moins l'intrigue que la liberté de ton et la fluidité du texte qui emportent l'adhésion. Même si la mort guette et finit par emporter quelques reliefs du festin, elle n'est pas traitée de manière exagérément menaçante. Au contraire, on a l'impression que rien, même pas la mort, ne peut éteindre leur liberté d'être et leur liberté de jouir.
Et vous voulez que je vous dise ? C'est tant mieux !

Le roman ici présent est le dernier ouvrage écrit par John Updike avant qu'il nous quitte, emporté par le cancer à l'âge de 76 ans.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Les sorcières d'Eastwick

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les veuves d'Eastwick

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les veuves d'Eastwick".