La grande entourloupe de Roald Dahl

La grande entourloupe de Roald Dahl
( Switch bitch)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Tournesol, le 1 mars 2002 (Paris, Inscrite le 21 janvier 2002, 31 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (32 684ème position).
Visites : 2 318  (depuis Novembre 2007)

Mort de rire....

Quatre histoires pour se fendre la poire.... du bonheur en perspective! Roald Dahl offre dans ce livre des récits délicieux comme toujours, où l'humour fin et léger glisse inlassablement dans le cynisme et l'humour noir. Il y est question de sexe et de plaisir, mais aussi de mort et de déceptions... On rigole sans arrêt jusqu'à la chute, puis on arrête un peu de sourire car finalement le rire ne vient plus quand on s’aperçoit que.... oui, c'est pas si drôle, les hommes sont tellement tournés en ridicule... C'est cruel et invraisemblable, bref on en redemande toujours à la fin!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Tel est pris qui croyait prendre

5 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 5 septembre 2013

Ce recueil compte quatre nouvelles, d’amusantes histoires, tordues, grivoises, qui font plaisir à lire.

L’invité : Un homme nous parle de son oncle Oswald, dandy et grand voyageur, genre Casanova. Dans l’une de ses dernières aventures, il est invité dans un château féerique et entreprend de séduire la femme de son hôte ainsi que sa fille.

La grande entourloupe : Deux maris entreprennent de coucher avec la femme de l’autre, sans qu’elle s’en aperçoivent. Tout est préparé avec soin pour parer à (presque) toutes les éventualités.

Le dernier acte : Une femme qui vient de perdre son mari qu’elle aimait passionnément doit apprendre à refaire sa vie et surmonter ses envies suicidaires.

Chienne : On retrouve Oswald dans une autre de ses aventures où il s’associe à un savant fou qui veut créer un parfum qui déclanche un appétit sexuel incontrôlé sur les hommes.

Contrairement à ses oeuvres les plus connues, ce ne sont pas des histoires pour enfants, ni même ados. C’est assez osé, définitivement pour public averti, ce que je ne me doutais pas. J’ai aimé l’oncle Oswald, avec ses défauts, mais qui reste quand même sympathique, Chienne est la nouvelle que j’ai trouvée la plus amusante et c’est grâce à lui. J’ai aimé le recueil, mais je n’ai pas trouvé ça incontournable. Disons que j’ai passé un bon moment de lecture.

Forums: La grande entourloupe

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La grande entourloupe".