Un léger passage à vide de Nicolas Rey

Un léger passage à vide de Nicolas Rey

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Nothingman, le 26 février 2010 (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 39 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 12 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (42 536ème position).
Visites : 5 495 

Du whisky au Coca light

Après quatre ans d'abstinence, Nicolas Rey nous revient avec un roman autofictionnel où il nous livre ses tranches de vie, mélange de mauvaises passes et de moments dingues comme il le dit lui-même dans la quatrième de couverture.
"Même pas mort, je vais bien", lâche l'auteur au milieu du livre après son léger passage à vide. Et pourtant, on peut dire qu'il a eu chaud. "Je suis à trois grammes de cocaïne par jour. Je bois dès le réveil. Je m'enfile douze Xanax 50 milligrammes et sept Stillnox toutes les 24 heures. Je vous fais grâce des digestifs et de la codéine. Tout va presque bien". Tel était le quotidien de ce dandy parisien avant d'effectuer une cure de désintox. Là, un médecin: "J'ai deux mauvaises nouvelles. La première,vous ne devez plus jamais boire. Même un peu. Même de temps en temps. Donc, n'oubliez pas, plus une goutte d'alcool jusqu'à votre décès! La deuxième: la rechute se produit dans 80% des cas.. On se revoit la semaine prochaine pour évoquer la cocaïne et les médicaments." Tout est dans ce passage plein de cynisme et d'humour noir. Une grande qualité chez cet auteur. Et il passe donc du whisky, boisson dont il était adepte et de laquelle il fait un vibrant éloge dans la première moitié du livre - "Le whisky ressemble à du miel sur une angine, un mélange de douceur et de force, de l'énergie solaire liquide totalement recyclable" - au Coca light qu'il s'envoie par canettes entières après sa cure.
Sa cure est aussi un prétexte pour évoquer un avant (les difficultés du couple, l'arrivée d'un enfant, la tyrannie des convenances,...) et un après (comment faire pour vivre quand on n'a pas su conserver sa femme et son fils près de soi, la paternité malgré tout,...).
On retrouve avec plaisir l'écriture et le style tout en urgence de Nicolas Rey, comme si l"'équipe de Barcelone déploie une attaque". Sauf qu'avec le Barça, dans 80% des cas, ça finit au fond, tant leur jeu est empreint de réalisme. Au contraire de l'auteur qui, même si c'est voulu, reste dans la superficialité, là où on aimerait qu'il aille au bout des choses, un peu plus en profondeur. Ne boudons cependant pas notre plaisir. Il s'agit d'un joli et léger moment de lecture. Mais loin d'être un passage à vide.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un autre milieu

5 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 60 ans) - 16 juillet 2019

Nicolas a "connu un léger passage à vide entre onze et trente-cinq ans".
Ce qu’il appelle son "passage à vide", c’est la vie d’un homme accro à l’alcool, au tabac et surtout à la drogue.
Même la naissance de son fils n’arrive pas à le détacher de ses addictions.
Mais entre le départ de sa compagne Marion et la prise de conscience du père qu’il représente, il prend enfin la décision d’entamer une cure de désintoxication.

Beaucoup d’humour dans ce récit où la tendresse se fait discrète.
Nicolas Rey fait de nous les témoins des années gâchées avant le sevrage, mais aussi du courage qu’il faut pour tenir bon, de la preuve d’amour que cela représente.
"Je regarde mon petit bonhomme avec infiniment d’amour et beaucoup de peine."

Mais cette pudeur cachée sous les rires ne m’a pas convaincue. Nicolas Rey vit dans un milieu qui m’est bien sûr totalement étranger, et bien que ce sujet m’intéresse, je n’ai ressenti aucune empathie. Peut-être m’attendais-je à relire "Tomber sept fois, se relever huit" de Philippe Labro.
Seule la dernière page nous fait osciller entre larmes de tendresse et d’amertume.

La Vie d'un homme perdu entre l’alcool et la coke.

6 étoiles

Critique de Anonyme3 (, Inscrit le 6 septembre 2011, - ans) - 7 septembre 2011

Nicolas Rey nous concocte un livre de 182 pages sur la tranche de vie d'un homme perdu entre alcool, sexe et cocaïne.

Livre sans prétention, déconstruit et avec un léger goût de mauvaise vie.

Il se lie très vite, dans le métro ou le train.
Un petit livre a lire sans se soucier de rien.

Merci pour cela Mr Rey Nicolas.

Des tranches de vie

6 étoiles

Critique de Mouderare (, Inscrit le 4 août 2011, 35 ans) - 15 août 2011

Un petit livre qui se dévore très vite. Une série de chroniques, certes pas toutes uniformes en qualité, mais l'auteur arrive à nous faire voyager entre rires et émotions.
Cette autofiction ne brille pas par l'originalité des thèmes abordés (alcool, drogue, paternité ...) mais révèle la qualité de l'auteur en tant que chroniqueur.
Si vous avez une petite heure à tuer je vous conseille l'édition "livre de poche"

Un long passage à vide

1 étoiles

Critique de Dudule (Orléans, Inscrite le 11 mars 2005, - ans) - 13 avril 2010

Le titre résume très bien la situation pour le lecteur "un léger passage à vide" , heureusement pour nous uniquement 180 pages. Jai rarement lu un livre aussi désolant, sans style, sans réflexion, le milieu très parisien, petit bobo.
J'ai fini cette lecture car je suis membre d'un jury et que ce roman est sélectionné.

Une chronique d'une vie décomposée

7 étoiles

Critique de Amnezik (Noumea, Inscrit le 26 décembre 2006, 51 ans) - 8 avril 2010

Ou plutôt une successions de chroniques d'un quotidien partagé entre l'alcool, les médocs et la coke, puis la prise de conscience qu'il doit se reprendre en main s'il veut voir grandir son gosse et enfin la rédemption une fois libéré de ses démons... Sans prétentions certes mais non sans intérêts...

Belle couverture, pâle contenu.

2 étoiles

Critique de Choca (, Inscrit le 19 mars 2010, 32 ans) - 20 mars 2010

Livre qu'un ami m'a prêté. Le style est facile, et se lit à la volée. Il manque vraiment quelque chose. Rien ne semble utile à narrer dans cet ouvrage, que beaucoup d'autres auraient pu écrire, pour peu qu'ils aiment l'alcool et la coco et qu'ils aient eu des amis dans le milieu de l'édition.
Quelques passages divertissants, mais pour 17€, c'est du vol.

Léger et vide...

4 étoiles

Critique de CC.RIDER (, Inscrit le 31 octobre 2005, 61 ans) - 19 mars 2010

Nicolas raconte Rey, sa vie, son ennui, son spleen, ses défonces, sa dépendance à l'alcool, aux médicaments et à la cocaïne. Il sort d'une cure de désintoxication qui semble avoir réussi et vient d'avoir un enfant. Sa femme, sans doute lassée du personnage, l'a quitté mais il en a trouvé une remplaçante qui a fini par partir « faire le point à New-York »...
Ce livre n'est absolument pas un roman, mais plutôt une sorte de journal intime fait de courtes descriptions souvent très superficielles de petites tranches de la vie d'un bobo parisien. Tout cela est donc léger et presque aussi vide que son titre. Et on peut passer à autre chose sans difficulté. On a de la peine à s'intéresser à ce personnage finalement égoïste et nombriliste. Aussitôt lu, aussitôt oublié.

Sympathique

8 étoiles

Critique de Sforza (Bagnols sur cèze, Inscrit le 4 décembre 2009, 30 ans) - 18 mars 2010

Tout d’abord, ce n’est pas un roman à proprement dit. Un roman, s’installe dans l’espace et dans le temps. Une intrigue se dessine, et dépose son influence tout au long des scènes. Petit à petit. Chez Nicolas Rey, rien de tout ça. L’intrigue c’est sa vie. Une vie difficile, qu’il nomme ironiquement un léger passage à vide. Car cet homme là est alcoolique. C’est ce point qui sera principalement développé tout au long du livre. Cette décadence si chère à certains auteurs contemporains, sur laquelle ils jouent, avec laquelle ils dansent, dans laquelle ils se complaisent. Autant dire tout de suite qu’ici, ce n’est pas le cas.
Ce livre découpé en chroniques (Nicolas Rey est un chroniqueur) raconte des bribes de vie, la sienne ; des morceaux de vie découpées avec un esprit lucide et aiguisé : son nouveau rôle de père, sa cure de désintoxication, ses amis.
Il faut bien le dire : sa plume est efficace, c’est là tout l’intérêt du livre. Les phrases sont simples, mais claquent suffisamment pour rendre la lecture agréable. Le style du chroniqueur est concis, taillé pour amener au lecteur l’essentiel. Le rythme lent du début s’estompe doucement, pour atteindre un rythme de croisière guère plus rapide. On se surprend à tourner les pages pour savoir la suite. Les lignes résument ce qui s’apparente à des scènes, là où un roman les développerait plus longuement. Et ça marche d’autant plus que l’ironie caractéristique de l’auteur reste présente, éparpillée pour décrocher un sourire au lecteur de temps en temps.

On en vient parfois à se demander si l’écriture de ce livre n’était pas une sorte de seconde thérapie. La théorie de l’écrivain qui se libère par l’expression de ses vices semble trouver aisément sa place ici. A-t-on vraiment besoin d’en faire part à la Terre entière, là est la question.
A qui s’adresse ce livre ? A tous ceux dont Nicolas Rey a su attirer l’attention. A ceux qui trouveront une résonnance dans son histoire, aux nostalgiques de leur propre cure, aux alcooliques souhaitant s’en tirer, ou bien aux cyniques qui s’attardent sur le malheur des autres. Pour finir, je citerai Nicolas Rey lui-même disant la chose suivante : « Un libraire m’a appris un jour qu’il fallait laisser trois chances à un livre. Il faut l’ouvrir trois fois, à trois endroits différents, et lire une phrase à chaque fois. Si les trois vous plaisent, il faut l’acheter. ». La suite vous appartient. Pour ma part, cette première rencontre avec l’auteur ne sera pas la dernière.

Pas le meilleur mais....!

6 étoiles

Critique de Spirit (Ploudaniel/BRETAGNE, Inscrit le 1 février 2005, 59 ans) - 16 mars 2010

Ce livre n'est certes pas le meilleur de Nicolas Rey mais de là à le pendre haut et court aux poteaux de certaines critiques, non! Ce n'est après tout qu'un livre et il n'y a là aucun crime de commis.

Au travers de ce livre Nicolas Rey garde son style et nous prend par la main pour nous conduire sur les chemins de ce début de vie dissolu qu'il a brûlé de bien des manières. C'est une expérience pour lui mais aussi pour le lecteur, l'on se brûle vite les ailes à chercher l'ivresse de la vie sur des terrains plus boueux qu'une tourbière et l'on en revient dans un état qui fait regretter les chemins empruntés.
Ce livre sera peut être une charnière dans sa carrière ou (ce que je n'espère pas) le chant du cygne.
J'aime l'homme et j'aime aussi les sentiments qu'il laisse passer dans ses écrits......

Vide

1 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 50 ans) - 5 mars 2010

Des phrases courtes sans style. Des réflexions prétentieuses. Bref, un ennui total.

encore trop de nombril !

1 étoiles

Critique de Poil2plume (Strasbourg, Inscrite le 5 février 2010, 56 ans) - 2 mars 2010

Si chacun s'épanchait sur ses malheurs personnels, les libraires seraient champions du monde en body-building à force de trimballer des cartons de brouets autofictionnels. Non, Nicolas Rey n'est pas un écrivain, c'est tout au plus un habile metteur en scène de son petit ego affamé. Un écrivain a un imaginaire, il doit se projeter dans la peau d'un autre et le faire vivre de telle sorte que le personnage de fiction soit crédible. Ici, rien de tel. C'est du Angot un peu plus viril et on se demande d'ailleurs s'il n'a pas avalé toutes ses saloperies pour se donner une idée de bouquin...

Forums: Un léger passage à vide

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Un léger passage à vide".