Les Liaisons dangereuses de Pierre-Ambroise-François Choderlos de Laclos

Les Liaisons dangereuses de Pierre-Ambroise-François Choderlos de Laclos

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Nelle, le 26 janvier 2002 (Bonne, Inscrite le 9 janvier 2001, 41 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 54 avis)
Cote pondérée : 9 étoiles (11ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 27 992  (depuis Novembre 2007)

A lire absolument

Le roman épistolaire par excellence, transposé maintes fois au cinéma, et à des époques différentes. Mais ne vous arrêtez pas aux films, achetez le livre !
Les liaisons dangereuses, c'est un jeu entre un séducteur, Valmont et Mme de Merteuil, c'est à celui qui accumulera le plus de conquêtes, qui impressionnera l'autre. C'est aussi la manipulation, la tricherie, les plaisirs, et l'amour... Valmont va-t-il faire céder l'innocente Mme de Tourvel ? A quel prix ? A une époque où on ne badinait pas avec la vertu, ce jeu était forcément "dangereux".
Bref, c'est passionnant, le style est vif, impertinent, enjoué. La forme épistolaire est originale et séduisante aussi. Un classique indémodable (l'amour est un thème indémodable, car oui, il s'agit d'amour...), je ne m'en lasse pas.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un peu lent mais...

8 étoiles

Critique de Palmyre (, Inscrite le 15 avril 2004, 55 ans) - 2 novembre 2015

Le film de Stephen Frears fait partie de mes "bonheurs" du cinéma. Mais je trouvais injuste de n'avoir pas lu ce grand classique! Et bien j'ai trouvé que le milieu du livre était assez lent, mais lorsqu'on arrive au dénouement, on ne s'ennuie plus du tout!
À part cela, le livre mérite d'être lu ne fut-ce que pour sa magnifique utilisation de la langue Française, que de belles tournures de phrases!
À lire absolument !

Liaisons dangereuses.

9 étoiles

Critique de Martin1 (Chavagnes-en-Paillers (Vendée), Inscrit le 2 mars 2011, - ans) - 27 juin 2014

"Crois-moi, choisis un autre Amant, comme j'ai fait une autre Maîtresse. Ce conseil est bon, très bon; si tu le trouvez mauvais, ce n'est pas ma faute."
"Adieu, mon Ange, je t'ai prise avec plaisir, je te quitte sans regret : je te reviendrai peut-être. Ainsi va le monde. Ce n'est pas ma faute."

Si j'ai trouvé le milieu du roman vraiment long, j'ai beaucoup aimé la quatrième et dernière partie : comment toutes les liaisons "dangereuses", comme autant de cordes et lacets, vont finir par garrotter les deux manipulateurs.
L'ambiguïté et la finesse des rapports entre tous les protagonistes (j'ai bien dit : chacun avec tous les autres) est un régal, et le dénouement est à la hauteur de l'attente.

Mais quelle sal*pe!!

10 étoiles

Critique de Apor8613 (, Inscrit le 16 novembre 2012, 27 ans) - 1 décembre 2013

C'est un chef d'oeuvre, tout est réussi dans ce livre, en particulier Mme de Merteuil qui arrive à être charmante et sadique tout à la fois. Cependant je ne conseille pas la version film que j'ai trouvé beaucoup trop froid et sage comparé au livre.

Un modèle dans le genre

8 étoiles

Critique de SpaceCadet (, Inscrit(e) le 16 novembre 2008, - ans) - 15 juillet 2013

Après avoir écrit un opéra peu convainquant (dont la partition fut confiée au chevalier de Saint-Georges), Pierre A. F. Choderlos de Laclos (1741-1803) publie 'Les liaisons dangereuses', sa seconde oeuvre, en 1782. Il s'agit d'un roman épistolaire écrit pendant qu'il poursuit une carrière militaire insatisfaisante et de laquelle il cherche ainsi à se distraire. Le roman remporte un succès immédiat.

L'action tourne autour de deux personnages, le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil anciens amants devenus amis, confidents et complices des intrigues amoureuses qu'ils enchaînent, souvent dans le but principal de s'amuser aux dépens d'un milieu social rigide. Au gré de ces batifolages, on croise une poignée de personnages qui feront les frais, de façon parfois dramatique, de la cruauté de ces deux là.

Mais cette amitié n'est pas sans failles, et c'est bien par le biais de leurs exploits que ces deux personnages se mènent une guerre douce dont on ne connaît d'ailleurs pas très bien les tenants, le passé de cette relation n'étant que vaguement évoqué dans le roman. Ainsi, si la psychologie de cette relation particulière s'avère quelque peu ambiguë, et bien qu'elle se laisse deviner au fur à mesure que le roman évolue, on n'en sait pas suffisamment sur le compte des personnages pour effectivement tirer les conclusions qui s'imposent à l'issue du roman.

De la même façon, les motivations individuelles de ces deux acolytes, bien qu'effleurées en cours de récit, restent difficile à définir, notamment en raison d'antécédents insuffisamment définis. Ainsi, si tous deux exhibent envers autrui une cruauté hors du commun, il est difficile de justifier ou d'expliquer ce comportement.

On l'aura d'ores et déjà compris, la thématique de ce roman repose en grande partie sur une étude des personnages qui le composent ainsi que sur les interrelations qui y sont développées.

Suivant cette perspective, les lettres échangées placent donc le lecteur en position d'observateur, lui donnant ainsi accès aux différents points de vue des personnages ce qui permet de se familiariser avec leur personnalité et leur psychologie. Ce procédé fournit également l'opportunité de voir les événements sous différents angles et, en l'absence de narrateur, il offre au lecteur suffisamment d'informations pour qu'il puisse se constituer un portrait d'ensemble.

Cet exercice obligé ainsi que les interruptions répétées inhérentes à la forme, sont ici deux éléments qui ralentissent le rythme du récit et portent atteinte à la fluidité du texte, appelant ainsi à un investissement plus soutenu de la part du lecteur. Puis éventuellement habitué au rythme plutôt lent qui prévaut tout au long du récit, une fin abrupte vient bousculer la donne et prend le lecteur quelque peu au dépourvu.

L'écriture est élégante et nombre de formules, pompeuses à souhait, sont non seulement amusantes, mais elles permettent de découvrir quelques traits d'esprit de l'époque. D'une lettre à l'autre, l'écriture ne varie que de peu, mais le ton truculent des échanges entre la marquise et le vicomte, la réserve affichée par la présidente de Tourvel, le ton tendre du chevalier Danceny et le ton quelque peu naïf de Cécile de Volanges, etc., contribuent, tout autant que les traits de caractères que l'on découvre chez chacun des protagonistes, à constituer des personnages à la fois tangibles et distincts.

Enfin, une prépondérance à développer avec plus de soin les personnages féminins laisse à penser que l'auteur ait souhaité exploiter avec plus d'insistance l'expérience vécue par les femmes de ce milieu, une expérience notamment marquée par une éducation déficiente ainsi que de multiples contraintes sociales.

En conclusion, avec cette histoire habilement ficelée et des personnages adroitement constitués, Pierre A. F. Choderlos de Laclos exhibe une maîtrise sans faille du genre épistolaire, faisant de ce roman un véritable modèle dans le genre.

un chef-d'oeuvre

10 étoiles

Critique de Junos2005 (, Inscrite le 12 mars 2013, 26 ans) - 12 mars 2013

Dense au première abord, la lecture défile sans que l'on sans rende compte.
Quel virtuosité de Laclos qui parvient avec une habilité sans pareil à donner vie à des caractères si différents les uns des autres!
L'intrigue est quant à elle plus qu'excellente et fait ressortir l'aspect sadique de chaque lecteur qui se passionne pour ces libertins sans morale. Quel lecteur n'a pas espéré autant que Valmont voir succomber la présidente de Tourvel!
A lire absolument! Pour ma part c'est ma 5 ème lecture et le plaisir est toujours intact. C'est à cela qu'on reconnait les chefs-d’œuvre: une oeuvre qu'on relit infiniment avec le même régal...

Difficile pour une non-francophone de naissance mais exceptionnel

10 étoiles

Critique de XueSheng (, Inscrite le 26 novembre 2012, 30 ans) - 26 novembre 2012

Une référence de la littérature française, m'a-t-on dit.
Je trouve la langue extrêmement raffinée et digne des plus grands auteurs de langue française. C'est déjà comme un poème de lire chaque lettre. Mais les mots portent aussi un sens très complexe, et c'est sans doute le plus étonnant dans ce roman : la construction intellectuelle et dramatique est d'une grande complication et de plus sans faille et passionnante de bout en bout.
Les double sens, les ruses et les mensonges sont les matériaux de ce livre vraiment unique à mon avis.

"Le scélérat a ses vertus, comme l'honnête homme a ses faiblesses."

9 étoiles

Critique de Antihuman (Paris, Inscrit le 5 octobre 2011, 33 ans) - 31 octobre 2012

Pur classique et aussi presque huis-clos se déroulant le roman est contre toute amalgame - et en particulier ceux d'aujourd'hui qui veulent que tout séducteur/trice éventuel soit forcément des démons possédés, au contraire des rangés ! Et surtout l'oeuvre de Laclos ne se lit pas d'une traite, jusqu'à la fin dramatique je ne suis même pas sûr qu'on puisse correctement en parler en une case: De Valmont à Merteuil, le tout n'est pas simple et prompt à quelque raccourci en tout cas même si sa popularité a permis au grand public de la découvrir. En effet, qu'est-ce qui est de toute façon dangereux, qu'est-ce qui est absurde et qu'est-ce qui ne l'est pas ?

De sorte que dans ce jeu de l'amour et du hasard même l'humour est le comique sont présent, et c'est vraiment peu dire de le noter.

Qui est pris qui croyait prendre

8 étoiles

Critique de Fleur-de-lyss (, Inscrite le 12 juin 2011, 21 ans) - 30 octobre 2012

Les liaisons dangereuses méritent assurément leur réputation. Comment ne pas tomber en admiration devant l'habileté et la ruse déployées par l'infernal duo, Valmont et Merteuil?
A force de défis et de manipulations -nécessités ou simple caprices ? - les deux protagonistes tissent une toile complexe telle un château de cartes ne devant sa stabilité qu'à leur alliance.
J'admire surtout l'auteur pour avoir su orchestrer sans fausse note ces divers correspondances. Il alterne les personnages sans y perdre en cohérence.
La correspondance entre le Vicomte de Valmont et la Présidente de Tourvel accuse cependant certaines longueurs et répétitions. Il faudra parfois s'armer de patience pour persévérer jusqu'au cœur de l'histoire.
Mais si, au cours de ma lecture, j'avais par moment perdu mon enthousiasme, la fin m'a réconciliée avec l'oeuvre grâce à son rythme plus prenant.
Un livre qui propose de nombreuses réflexions et ne peut laisser indifférent.

Un chef d’œuvre absolu

10 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 43 ans) - 12 juin 2012

J’ai vraiment adoré lire et relire ce livre que je considère comme un très Grand Cru dont la dégustation me laisse à chaque fois un sentiment d’extase.
Dans ce roman épistolaire, le machiavélisme atteint son paroxysme avec deux libertins, la Marquise de Merteuil et le Vicomte de Valmont, anciens amants qui cultivent un goût immodéré pour la conquête et le jeu de la séduction.
Dès les premières pages on est très vite captivé par le piège tendu par Valmont et la Marquise de Merteuil. Tous les deux tissent leur toile implacablement pour prendre au piège la douce Cécile de Volanges et la pure Madame de Tourvel.
Par le biais des lettres dont la variété de style fait qu’on reconnaît immédiatement chacun des personnages, le roman s’organise très astucieusement et nous offre des points de vue différents.
Ce qui est formidable dans ce roman c’est la richesse et la justesse psychologique de toutes ces lettres. Je n’ai d’ailleurs jamais retrouvé dans un autre roman épistolaire un tel degré de perfection.
C’est donc avec une fascination évidente qu’on assiste à ce combat entre le vice et la vertu. La chute inexorable montre qu’on ne joue pas impunément avec les sentiments des autres.
Un bijou à garder précieusement dans sa bibliothèque !

Un délice !

9 étoiles

Critique de Mithrowen (La Chaux-de-Fonds, Inscrite le 23 août 2011, 27 ans) - 11 mars 2012

C'est machiavélique, érotique et malsain !
Une vraie merveille sur laquelle il est inutile de tarir plus d'éloges...

La référence littéraire sur la séduction et le libertinage

9 étoiles

Critique de Amy37 (Tours, Inscrit le 13 octobre 2011, 31 ans) - 11 janvier 2012

Quand la raison se met au service du désir et du plaisir à travers la plume (ô combien talentueuse!) de Laclos cela donne "Les liaisons dangereuses".

Ce livre est une merveille tant par le style raffiné de son auteur,qui excelle dans la description des travers de l'Homme (manipulation, cynisme, machiavélisme), que par le sujet traité à la fois universel et intemporel.

Une oeuvre à savourer comme il se doit.
Pour faire durer le plaisir je vous recommande fortement de regarder l'adaptation cinématographique de Stephan Frears (de loin la meilleure selon moi).

Superbement pervers

10 étoiles

Critique de DE GOUGE (Nantes, Inscrite le 30 septembre 2011, 60 ans) - 10 octobre 2011

Un pur joyau, cette analyse des rapports humains, cette volonté, par jeu, d'influer sur le destin par deux personnages d'un cynisme fascinant qui entrainent les autres (et eux mêmes) dans un canevas d'intrigues ou ils se délectent jusqu'à ...... la destruction.

Le roman épistolaire est toujours singulier, cette œuvre n'a pas pris une ride : la volonté de domination et de manipulation n'appartient à aucun siècle !

C'est affligeant de voir les personnages manipulés par nos deux "héros" se précipiter si allègrement (innocemment ?) dans la toile d'araignée conçue à leur intention ...

Valmont et Merteuil, on n'a pas envie de rencontrer leurs semblables : saurions nous leur échapper ? Pas sûr !

Quoiqu'il en soit, quand on a lu ce livre, on ne peut l'oublier : rares sont les ouvrages dans lesquels on ne peut s'empêcher de vivre passionnément le destin de chaque personnage : aurais-je agi différemment ?

Une œuvre à part,dérangeante, éblouissante et inoubliable

Indispensable pour se cultiver, et dans une bibliothèque

9 étoiles

Critique de Lancelot-du-lac (, Inscrit le 21 juin 2011, 51 ans) - 23 juin 2011

Intelligence, finesse, style, psychologie, informations sur l'histoire de l'époque, beauté des phrases, subtilité des personnages, maîtrise admirable de l'intrigue... on n'en finirait pas de citer toutes les qualités de ce livre.
Il est sans doute l'un des meilleurs romans jamais écrit, et le restera, à travers les siècles. Tout comme "Le grand Meaulnes", il s'agit d'un ouvrage initiatique et mythique (au sens propre), on ne peut pas passer à côté, ou alors on manque quelque chose de vraiment admirable et essentiel.
Evidemment pour certains lecteurs, habitués à une écriture facile et superficielle, à des phrases courtes et plates, bref à ce que la majorité des livres nous offrent aujourd'hui, ses pages peuvent demander un peu plus d'attention et de concentration. Mais "Les liaisons..." restent un des modèles de ce que la littérature peut offrir de mieux.

Magnifique cette prose !!!

10 étoiles

Critique de Daoud (LYON, Inscrit le 8 février 2011, 42 ans) - 23 février 2011

Je n'ai jamais lu une prose aussi fine et reflétant tant d'intelligence !
Les histoires qui se déroulent et finissent par se rejoindre sont toutes tellement réalistes que jamais nous ne saurons si elles ont été inventées par l'auteur ou retranscrites...

Il faut prendre son temps car le style d'écriture est ancien (et si beau) mais ça vaut vraiment la peine !

"LE" roman épistolaire

10 étoiles

Critique de Opalescente (, Inscrite le 8 novembre 2005, 34 ans) - 21 décembre 2010

Malgré une forme difficile (les lettres justement), Laclos parvient à créer un livre qui brille par son écriture soigneusement polie et sa mise en scène intelligente, ménageant un intérêt toujours grandissant, jusqu'à la partie finale, véritable apothéose, dont il m'a été impossible de décrocher avant la dernière phrase.
Certains pourront reprocher une certaine longueur, en particulier les échanges entre Valmont et la Présidente de Tourvel, mais cette lenteur relative est compensée par la correspondance entre le Vicomte et Mme de Merteuil, toujours vive et sournoise ... mais passionnante.
Un monument.

Un thriller à l'ancienne

10 étoiles

Critique de Mahier (, Inscrite le 15 septembre 2010, 37 ans) - 15 septembre 2010

Oui, un thriller, car malgré l'écriture surannée, on sent tout au long du livre une tension et un piège se refermer sur l'ensemble des personnages, mais qui seront les victimes?
Un roman moderne donc, un cran au-dessus d'Harlan Coben.

Adaptation ciné magnifique.

10 étoiles

Critique de Donatien (vilvorde, Inscrit le 14 août 2004, 74 ans) - 20 juillet 2010

L'adaptation des "Liaisons" par Stephen Frears est vraiment magnifique! Mais il faut aussi lire le texte de Choderlos de Laclos pour le style, le vocabulaire.... C'est une fête de la langue française.
Recopier une lettre permet d'en ressentir la magie !
A+

Waw !!!

10 étoiles

Critique de Jiminy (Lyon (ou presque), Inscrite le 14 octobre 2009, 22 ans) - 20 juillet 2010

Ce livre est superbe, les personnages tellement différents dans le style de l'écriture on peut sans problèmes les différencier, c'est un vrai régal !

Et juste un mot sur l'adaptation de Stephen Frears où Glenn Close y est plus belle et bouleversante que jamais ! On en sort complétement retourné et abasourdi !

Bien écrit à n'en pas douter... mais j'ai pas accroché du tout !

2 étoiles

Critique de MrClint99 (, Inscrit le 5 décembre 2009, 38 ans) - 21 décembre 2009

Cet empilement de lettres entre bourgeois endimanchés de mauvaise moralité au style suranné m'a profondément ennuyé. C'est mon avis.

Incisif, acerbe, sulfureux, provocateur, osé, libertin, audacieux, cruel

9 étoiles

Critique de Matthias1992 (, Inscrit le 27 août 2007, 24 ans) - 31 août 2009

En un style incisif et mordant sont orchestrés les fameux jeux de séduction du Comte, ses joutes verbales virtuoses avec la Comtesse. Le style est acerbe, formidablement cruel; la structure polyphonique du roman épistolaire contribue à donner une image exhaustive de cette époque et de cet état d'esprit, le libertinage.

Les liaisons dangeureuses - une finesse d'étude

10 étoiles

Critique de Veroniquedubois (Liège, Inscrite le 23 mai 2008, 56 ans) - 31 août 2009

Libertins, libertines de tous temps
Evocations de vos heures de liberté
Soudoyez ainsi vos manipulations.

Libertins, libertines de tous âges
Imaginez aussi tous dommages.
Amusez-vous si vous le pouvez.
Illusion de toutes puissances
Sans oublier les retours de flammes
Osent vous défier au-delà de tout.
Nuées de lettres les trahissent.
Sauvez-les d’un honneur, d’un amour disparu !.

DANGEREUSES


Véronique Dubois

Extrait du livre - page 305 – Les liaisons dangereuses – Chaderlos de Laclos

En vérité, Vicomte, vous êtes bien comme les enfants, devant qui il ne faut rien dire, et à qui on ne peut rien montrer qu’il ne veuille s’en emparer aussitôt ! Une simple idée me vient, à laquelle même je vous avertis que je ne veux pas m’arrêter, parce que je vous en parle, vous en abusez pour y ramener mon attention ; pour m’y fixer, quand je cherche à m’en distraire ; et de me faire, en quelque sorte, partager malgré moi vos désirs étourdis !

Juste pour le plaisir de mettre 5 étoiles

10 étoiles

Critique de Shelovesyou (, Inscrite le 2 mars 2009, 28 ans) - 2 mars 2009

J'étais censée étudier ce livre en terminale, mais le nombre de pages m'avait découragée.
Par chance, cette oeuvre était au programme ma première année de fac, et cette fois j'ai complètement plongé dans ce livre qui est une pure merveille. Le style impeccable, une maîtrise parfaite des personnages, de leur caractère, leurs vices, et de leur écriture. Une Merteuil qu'on adore détester, un Valmont qui ne mérite pas moins.

Quand je pense à l'énorme travail d'écriture que cela a du demander à Laclos !! Ce roman est parfaitement bien écrit. Intemporel, de plus.

Un chef d'oeuvre, ni plus ni moins. (et Dieu sait que ce titre est rarement justifié).

D'autres "liaisons dangereuses."..

10 étoiles

Critique de Lefildarchal.over-blog.fr (, Inscrite le 12 janvier 2009, 71 ans) - 24 février 2009

Bonjour et par avance vous prie de me pardonner de faillir à la recommandation de ne vous parler que du livre traité.
Je voulais vous demandez si vous aviez lu un auteur très rare par ses thèmes et une écriture surannée comme venue d'un autre temps: Robert Alexis .
Il semble bien connaître tous ce qui concerne les dangers .de certaines liaisons aux perverses dérives sans aucune vulgarité de style.
"La robe" chez Corti ,son dernier roman "Les figures" se déroule aux dix huitième siècle...Alors si vous voulez bien avoir quelques idées de cet auteur, bienvenue sur mon blog lefildarcha.over-blog.fr
Bien cordialement.
Hécate

Bien évidemment "Les liaisons dangereuse" un incontournable chef-d'oeuvre!!!!

une merveille

9 étoiles

Critique de Sophie anne (, Inscrite le 10 février 2009, 47 ans) - 10 février 2009

je ressentais tout. C'était merveilleux.

Un bon goût de vieux

8 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 19 octobre 2008

Livre qui peut facilement entrer dans la catégorie « roman d'amour avec une dualité d'écriture inédite » *blague d'initiés*. Je trouve la forme délicieusement vieillotte en correspondances, en lettres, mais l'histoire est un peu trop prévisible pour moi qui connais les adaptations cinématographiques par coeur. Je pense à Dangerous Liaisons de Stephen Frears, Valmont de Milos Forman et, plus dernièrement, le moderne Cruel Intentions. Mon personnage préféré est la marquise de Merteuil, comme l’était Iago dans Othello, j’aime les personnages machiavéliques. Ça reste un classique, un roman épistolaire à son meilleur, mais je l’aurais plus apprécié si je n’avais pas vu tous ces films...

Un roman initiatique

10 étoiles

Critique de Alouette (Seine Saint Denis, Inscrite le 8 mai 2008, 31 ans) - 13 juin 2008

Tout simplement mon livre préféré...
Le style est tout simplement merveilleux, on passe de la fraicheur et de la naïveté de Cécile, à la cruauté et la puissance de Merteuil en passant par la virtuosité libertine de Valmont (j'ai en mémoire une lettre qu'il envoie à Tourvel mais je ne me rappelle plus très bien du numéro...)
Les différentes histoires donnent parfois un suspens insoutenable à l'avancée de l'histoire principale.
La fin est surprenante même si elle laisse un goût amer d'inachevé dans la bouche.
Je ne peux dire qu'un seul mot : ouah !!!

tellement actuel !

10 étoiles

Critique de C.line (sevres, Inscrite le 21 février 2006, 39 ans) - 10 mars 2008

Je ne me lancerai pas dans la description de ce manège qu'est le roman de Laclos. Car c'est bien un manège : ça tourne, plus ou moins vite, ça monte et ça descend, les personnages se croisent, parfois se frôlent, se touchent comme sur des chevaux de bois.
Non je ne me lancerai pas là dedans.

Je ne me lancerais pas non plus dans l'analyse de leur relationnel pervers... mais est ce vraiment ça ? Le libertinage n'est pas perversion mais jeu avec but, gain et punition en cas de triche.

lancez les dés - Passez votre tour - Reculez de trois case - Ne passez pas par la case départ et ne touchez pas le gros lot - à moins que vous ne choisissiez de tirer la carte "mystère"

C'est aussi alambiqué que "les liaisons dangereuses". Vous ne savez jamais où les personnages vont être entrainés car rien n'est pré-défini : tout se joue à chaque page.


bref : UN LIVRE DE CHEVET !

Ma merveille

10 étoiles

Critique de Loras (, Inscrite le 13 juin 2007, 29 ans) - 14 novembre 2007

Pour moi c'est vraiment LE livre par excellence, avec une magnifique intrigue cruelle au possible, des personnages aussi sournois et perfides les uns que les autres, des rebondissements et une fin tonitruante. Avec un style qui se dévore facilement, et ce genre épistolaire de correspondance qui me plait énormément.

On est tous et toutes emballés par cette oeuvre et je la conseille bien vivement à ceux qui n'auraient pas encore plongé dans les abîmes obscurs de Laclos...

Malgré quelques passages un peu lents...

9 étoiles

Critique de Bibou379 (, Inscrite le 26 mai 2005, 32 ans) - 2 octobre 2006

L'intrigue est cruelle et plus que prenante, l'écriture est subjuguante et de nombreux passages mériteraient la postérité! Le tout en fait un roman épistolaire tout à fait unique et surtout c'est un monument de la littérature à mon goût. Valmont et Mme de Merteuil sont exquis et nous sauvent parfois des autres correspondances quelque peu ennuyeuses. A lire c'est une évidence!

Superbe

9 étoiles

Critique de Lélia (, Inscrite le 22 février 2006, 27 ans) - 2 juin 2006

Je n'ai pas terminé de lire ce bouqin, mais je le trouve tout bonnement formidable !!
C'est un chef d'oeuvre, qui ne se lit pas rapidement, certes, mais qui me passionne !
Bizarre pour certain d'avoir une passion pour un tel livre, mais je le trouve fantastique !

Pas mal mais...

8 étoiles

Critique de Rachida (Porto-Vecchio, Inscrite le 1 avril 2006, 28 ans) - 2 avril 2006

C'est un livre très intéressant mais certaines lettres sont très longues et l'ouvrage est quand même "long". Sinon l'histoire elle-même m'a plu. Une histoire d'amour arrangée et le mélange de la manipulation, du libertinage, de la séduction et des apparences trompeuses. Cette oeuvre nous laisse réfléchir sur la société contemporaine, car souvent nous retrouvons cette forme de "ruse" chez certaines personnes.

D'après moi ce livre reflète certaines personnes de notre société contemporaine. Le bonheur des uns et le malheur des autres. C'est mon point de vue!!!!

un faux ami...

6 étoiles

Critique de Estel (Briançon, Inscrite le 9 février 2006, 28 ans) - 23 mars 2006

Les liaisons dangereuses"... Rien que le titre nous laisse penser qu'il s'agira d'une histoire d'amour regorgeant de macabre et se terminant forcément mal... mais en fait, rien à voir. Tout d'abord, à l'époque, "liaison" pouvait seulement signifier "amitié"... et c'est bel et bien de cela qu'il s'agit dans ce roman épistolaire... Certes, il est sombre, il dénonce le libertinage, il donne des renseignement sur la société sous Laclos. Mais il n'y a pas véritablement d'histoire ou tout du moins d'action... En fait, j'ai trouvé ce livre d'un ennuyeux au niveau de l'histoire mais en revanche, au niveau de l'Histoire, regorge de renseignement et je le conseillerai donc pour cette raison là!

Un régal

10 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 39 ans) - 18 novembre 2005

Le style est magnifique, le genre - épistolaire - d'un raffinement à souhait, et l'intrigue d'une perversion exquise. Oui, je me confesse, j'ai adoré ce livre ?

Comment n'ai-je pas pu en avouer mon opinion plus tôt, après de telles dythirambes ? Peut-être unvague fond de pudeur intellectuelle, levé désormais.

Quant à la véritable victime, il me semblerait que c'est Madame de Merteuil, car c'est elle qui tombe de plus haut, Valmont étant celui qui s'en tire le moins mal. Cécile pressentait, me semble-t-il, que lui tomberait dessus son statut imminent de victime.

Quant aux adaptations cinématographiques, que de variétés ! La palme revient à Stephan Frears, qui en fait, me semble-t-il, une remarquable transposition. Le trio d'acteurs -John Malkovitch, Glenn Close, Michelle Pfeiffer - est sublime. Celui de Milos Forman est pas mal, mais m'a moins emballé. Celui de Vadim avec Gérard Philipe, Jeanne Moreau et Jean-Louis Trintignant m'est apparu passable, les acteurs sont bons, mais la mise en scène manque de flamme. L'adaptation télévisée par Josée Dayan avec Catherine Deneuve et Ruppert Everett - très mal doublé - est assez franchement raté.

la victime

10 étoiles

Critique de Ania (novi sad, Inscrite le 12 novembre 2005, 32 ans) - 17 novembre 2005

qui est vraiment la victime...? Cécile..? non!!! Danceny? lui non plus!!!!!!!!!!!! concernant le fameux rapport bourreau-victime, eux deux rassemblent plus aux victimes, c'est vrai. mais les vraies victimes sont Valmont et la marquise, et leur bourreau n'est que la vie!!!!!!!!!!
je trouve que c'est plus facile d'aimer bien que de n'être pas aimé, que de ne jamais sentir cette noble émotion... pourtant Valmont l'a senti, mais trop tard, en se rendant compte, en mourant, de tout ça...
une oeuvre merveilleuse......
qui nous révèle encore une fois, mais sans les moralités ennuyeuses, que c'est l'amour qu'on doit chercher et lutter pour, et non la gloire qui laisse le coeur vide et la vie dépourvue de joie!!!!!!!!!!!!!!

Cet indécrottable Valmont!

10 étoiles

Critique de FightingIntellectual (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 34 ans) - 10 septembre 2005

Après maints visionnements des plusieurs adaptations du fameux roman, je me suis mis à la tâche d'affronter ce colosse de la littérature...mais quelle partie de plaisir! Dans la vague des Sade et Diderot, Laclos a composé un roman épistolaires aux allusions et aux métonymies qui m'ont parfois fait rire aux larmes. C'est si drôle lorsque tout n'est pas dit directement.

Une course folle, une ode aux chimères de sexe et de dépravation qui déchirent notre époque.Bravo!

Venin enchanteur

10 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 39 ans) - 25 mai 2005

Voila à quoi peut servir l'art : l'exutoire aux vices personnels, un défouloir. Cynisme et sadisme sont les mamelles de cette oeuvre épistolaire incontournable et politiquement incorrecte. Je ne sais pas trop si un auteur oserait tenter pareille intrigue, outre nos dévergondées du jour, du type de Catherine Millet, Camille Laurens et autres. Pour un homme, je crois que ce serait suicidaire sur un plan littéraire.

J'ai bien aimé Valmont, avec Glenn Close et Michelle Pfeiffer, j'ai pas mal apprécié l'adaptation de Roger Vadim, moins connue, avec Gérard Philipe, Jeanne Moreau et Jean-Louis Trintignant. Mais celle de Josée Dayan en téléfilm, avec Catherine Deneuve, Ruppert Everett et Françoise Brion, est ratée : c'est totalement plat, ce qui est un comble, et d'autant plus décevant de la part de la réalisatrice, pourtant habituée aux téléfilms de qualité.

Sinon, pour Jules, on ne dit pas "critiqueur", mais critique. Un moment d'inattention, certainement, car Jules écrit toujours très bien : ses avis sont un régal à lire.

comme vous le souhaitez!!...

5 étoiles

Critique de Dedel (, Inscrite le 18 avril 2005, 28 ans) - 14 mai 2005

Ce livre est sans aucun doute un livre référence qu'il faut avoir lu... Un roman épistolaire où l'on découvre au fil des pages le secret de différentes liaisons dangereuses...
Seulement, au fil des pages, on se lasse de cette écriture sous forme de lettres!
Je suis donc partagée quand à la lecture de ce texte alors jugez vous-même!

Pur plaisir

10 étoiles

Critique de Absolution (Quiévy, Inscrite le 5 avril 2005, 27 ans) - 10 avril 2005

"J'ai vu les moeurs de mon temps et j'ai publié ces lettres.", voici la préface de la "nouvelle Héloïse" de Monsieur Rousseau, est-elle applicable aux "Liaisons Dangereuses"? C'est ce que suggère l'édition "Pocket ". Dans cette société où le libertinage se mêle au mode de vie plus chaste, il n'est pas surprenant de voir un livre apparaître tel que celui. Enfin, je dis que cela ne semble pas étrange mais plaçons-nous dans cette société du 18ème aux moeurs dérangées. Laclos fait évoluer ces personnages au milieu de la noblesse parisienne. Chacun d'eux est une caricature allégorique plus ou moins explicite de cette société. Prenons d'abord cette pauvre Cécile, enfant simple et innocente, sensible et fragile, Laclos nous montre ici la fragilité de cette société aux portes d'une révolution qu'elle ne fait qu'entrevoir mais présent pourtant de plus en plus proche. La révolution dans la vie de Cécile est ce mariage qui lui semble si proche d'elle mais si loin de sa vie. Quant à sa mère, elle représente le pouvoir, ce pouvoir absolu et despotique qui discrètement est remis en question. Et ce monsieur de Valmont, cet ingénu et charmant manipulateur est en fait le coeur de la révolte: il est cette pensée manipulante et manipulée, cultivée et inculte qui voudrait tant de choses mais est sans cesse surpris par ses aspirations. Mené par le bout de la queue (qu'on me pardonne l'expression) par Madame de Merteuil, il semble ne plus réaliser l'aventure dans laquelle il se trouve. Madame de Merteuil, femme au double visage, c'est elle la vraie société du 18ème, ballotée entre raison et désir, ambition et oppression. On la croirait libre d'elle même mais ce n'est qu'un jouet dans les mains de son destin. Libertine? elle est loin de l'être, ne s'assumant même pas à la face du monde, elle se mépriserait presque. Finissons cette liste avec la Présidente de Tourvel et madame de Rosemonde, toute deux exemples de chasteté. L'une jeune et fraîche succombe malgré elle aux tourments du désir et l'autre souffre mille tourments en apprenant la mort de la jeune fille et de son neveu. Ils sont l'image du petit peuple soumis et subissant qui ne fait que suivre une vie tracée pour eux. Ainsi Laclos fait bel et bien un portrait allégorique d'une société en changement. Certains penseront que son style est lourd et compliqué mais sa prose est sans égal. "Encore plus faux et dangereux qu'il n'est aimable et séduisant, jamais, depuis sa plus grande jeunesse, il n'a fait un pas ou dit une parole sans avoir un projet, et jamais il n'eut un projet qui ne soit malhonnête ou criminel", si ça, ce n'est pas de l'Art, j'accepte d'être pendue sur le champ. Voilà un des aspects qui démontre le talent de cet auteur qui ne connut pourtant pas la gloire qu'il méritait. Alors au lieu de vous acharner à lire les 800 pages du dernier Harry Potter, laissez-vous tenter par les 457 des "Liaisons dangereuses".

Un chef-d'oeuvre

10 étoiles

Critique de Kreen78 (Massy, Inscrite le 11 septembre 2004, 38 ans) - 7 décembre 2004

Je ne me lasse pas de le lire. Quand je pense que je l'avais eu au programme du bac de Français et que je ne l'avais même pas lu... Mais je l'ai quand même découvert des années plus tard, après avoir vu les deux adaptations au cinéma, précédemment citées par vous autres lecteurs, plusieurs fois.

Et je trouve que lire ces lettres est un régal. J'adore. C'est si... subtil et bien tourné!

Un chef-d'oeuvre... de perversité!

4 étoiles

Critique de Eniotna (Savenay, Inscrit le 27 juin 2004, 29 ans) - 28 juin 2004

Je lis toutes les critiques édifiantes qui parlent des Liaisons Dangereuses comme d'un monument de la littérature et je dois avouer que mon avis est plutôt mitigé.

Du point de vue de la forme, je rejoins tous les précédents lecteurs: une maîtrise absolument formidable du roman épistolaire mérite une attention particulière. La psychologie des personnages est si bien étudiée que l'on obtient un véritable détachement de toutes les personnalités, la froide progression de Valmont ou de Merteuil est vraiment calculée au poil: l'auteur a réussi à atteindre une perfection formelle vraiment remarquable.

Mais peut-on approuver une si bonne analyse quand celle-ci est mise au service de sentiments si bas? Certes, on se rend compte que les sentiments qu'éprouve Valmont pour la Présidente de Tourvel vont au-delà du désir physique. Mais si c'est l'amour qui transparaît de plus en plus dans le récit, ce désir est aussi (et surtout) accru d'un plaisir froid à faire tomber petit à petit cette dévote qui s'accroche désespérément à sa vertu. Valmont n'est pas intéressé par la possession de cette femme mais par les divers moyens qui s'offrent à lui pour la conquérir, et il s'imposera tout un tas de conditions pour épicer son plaisir de séduire. La Merteuil ne nous apparaît pas non plus comme une femme mais comme une calculatrice; je me souviens par exemple d'une lettre qu'elle envoie à Valmont et dans laquelle elle lui raconte son enfance: c'est absolument intolérable et fascinant à la fois! Elle connaît à fond tous les désirs, toutes les pensées des hommes et ne s'en sert que pour mieux faire souffrir! Les lettres deviennent bientôt le théâtre d'une lutte enragée qui joue sur une perversion incroyable de l'esprit.

Peut-être suis-je un tantinet romantique <:) mais on peut sans doute espérer mieux comme technique de séduction. Même si ce livre est une réussite en ce qui concerne la finition de chaque personnage, je le considère plus comme un manuel guerrier qui montre des esprits ravagés par le cynisme; et cela me gène de voir l'amour sous ce jour si malsain.

Si je ne parle pas du livre....

10 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 35 ans) - 19 août 2003

c'est car les autres critiqueurs en parlent déjà bien, ce que je peux dire c'est que la version de Frears est la meilleure adaptation que j'ai vue, ce qui me fait réagir à propos du téléfilm de TF1, c'est qu'ils reprennent l'idée de Roger Vadim qui a déjà transposé le roman dans les années soixante, la chaine a pourtant fait "le comte de Monte cristo" et "les Misérables" en reconstituant l'époque où les auteurs ont situé leur roman.
Le livre: que dire de plus que les autres critiqueurs, Laclos a opposé le vice à la vertu, mais personne ne sort indemne de cette lutte (Valmont meurt, avec les honneurs puisqu'il arrive à vaincre Merteuil, Merteuil sera ruinée et défigurée, Mme de Tourvel meurt de tristesse et de désespoir, Cécile enfermée au couvent, Danceny devenu chevalier de Malte, Mme de Rosemonde et Mme de Volanges ont perdu les êtres auxquels elles tenaient.
Frears et Forman ont une version presque commune de la mort de Valmont qui selon eux est un suicide de celui-ci, meilleure lame que Danceny, chez Frears Valmont se jette volontairement sur l'épée de Danceny et chez Forman, Valmont se bat ivre mort face à Danceny, alors que Laclos lui n'a pas donné de détail sur la mort de Valmont, mais c'est quand même le seul personnage avec Tourvel qui peut aspirer à la rédemption, si on en croit certaines rumeurs Laclos voulait donner une suite positive aux "Liaisons dangereuses". De toute façon ce roman est unique tant par son style que par son contenu.

Manipulation, perfidie et intelligence

9 étoiles

Critique de Bluewitch (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 37 ans) - 19 août 2003

Le roman:
On dépasse la simple idée d'égocentrisme, les limites de l'orgueil sont repoussées, la clairvoyance et l'esprit sont mis au service du machiavélisme... L'innocence même en prend pour son compte et fait place au péché et à la dégradation. Où la recherche de la jouissance physique et morale peut-elle parfois mener les actions... Des moeurs viles peuvent s'insinuer au sein même de la plus naïve existence. Quels personnages passionnants!! Valmont... il nous dégoûte et pourtant nous séduit, nous abandonne, dans un sursaut d'honneur, poussant encore notre indulgence à voiler sa ruse et son inconstance. Son charisme nous trompe et nous aide à espérer sa rédemption. Quant à la marquise de Merteuil, elle effraie par tant d'égoïsme et surtout de réussite dans ses aventures destructrices. Que le destin se chargera de réparer. Plaignons Cécile Volanges et sa crédulité inconsciente, sa faible personnalité et son inconséquence. Quant aux autres, rarement personnages secondaires n'auront tant mis en évidence les caractéristiques des principaux protagonistes.
Tout cela dans des mots de velour, langage paradoxal à un tel avilissement d'esprits...

Les films!! Un petit mot à l'intention de Killeur.Extrême pour ses multiples interventions qui ne nous parlent pas ou peu du roman qu'il dit avoir lu. D'abord, "Cruel intentions" (titre original que le commerce français a imaginé rendre plus attractif en y mettant le piquant du mot Sexe), ne suit pas vraiment la trame du roman, contrairement à ce que tu dis, et les Liaisons dangereuses de Josée Dayan ne sont pas les premières à être transposées à une autre époque puisque c'était le cas dans ce dernier. Quant à Valmont, que je n'ai pas encore vu mais serais ravie de voir (je suis persuadée que Colin Firth en Valmont doit être redoutable), grand bien lui fasse s'il a pris des libertés! Frears s'étant concentré sur le respect du roman, il aurait sans doute paru réchauffé d'en faire autant avec Valmont!
L'important est avant tout que nombreux cinéastes aient voulu relever le défi de rendre au cinéma la consistance et les idées d'un tel roman qui, j'en suis certaine, procurera encore du plaisir aux lecteurs des décénies à venir!

Une manie...

10 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 35 ans) - 19 août 2003

de certains réalisateurs consiste à transposer un classique à notre époque. cette fois c'est Laclos qui aura le droit à cet honneur (?)puisque TF1 va diffuser prochainement une adaptation de son célèbre roman dans les année soixante (Vadim l'avait déjà fait, sauf que lui c'était à son époque), pourquoi pas me direz-vous tant que le film respecte l'oeuvre, mais souvent ce n'est pas le cas, des fois heureusement on a une bonne surprise. Je ne jugerai pas le téléfilm avant de l'avoir vu, mais je me demande si ça coûtait vraiment plus cher de reconstituer l'époque où le roman se déroule à la place des années soixante.

Un roman unique

9 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 35 ans) - 6 juillet 2003

les "Liaisons dangereuses" est un de ces romans qui révolutionne la littérature car des siècles après leur publication ils continuent à inspirer d'autres auteurs, l'exemple le plus marquant est "Le comte de Monte-cristo" qui non seulement a engendré des pastiches, mais a aussi inspiré indirectement plusieurs scénaristes, le "Fugitif" (la série et le film avec Harison Ford et Thommy Lee Jones) peut aussi être considéré comme une variation du roman de Dumas (le gentil médecin accusé d'un meurtre et qui s'évade pour retrouver le coupable). Pour en revenir aux "Liaisons dangereuses" ont inspiré des versions (Frears, "Sexe Intentions" qui suit pratiquement la trame du roman). Par contre, je n'ai pas aimé "Valmont" car il souffre du même problème que l"Homme au Masque de fer" avec Di Caprio, il n'adapte pas le roman, il le réécrit avec son propre point de vue et se détache de l'oeuvre originale. Je ne dis pas que ces films sont mauvais, mais on a du mal à les comparer aux livres puisqu'ils sont si différents.

Comme toujours, Lucien est la voix de la sagesse...

9 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 72 ans) - 21 juin 2003

En effet, son conseil envoyé à Killeur Extrême me semble des plus judicieux !... A lire la critique de Kinbote, je n'oserais plus me lancer sur un sujet du genre !...

Et clic!

10 étoiles

Critique de Lulu (Liège, Inscrit le 10 janvier 2002, 25 ans) - 21 juin 2003

T'aurais peut-être intérêt à tourner sept fois ton doigt sur le bouton de la souris avant de cliquer, Killeur Extrême. Les montées au filet de Kinbote sont meurtrières!

"Ce beau et méconnu Valmont"

9 étoiles

Critique de Kinbote (Jumet, Inscrit le 18 mars 2001, 58 ans) - 20 juin 2003

Dans ma note précédente, je ne marquais aucune préférence pour un film en particulier.
Mais les deux films dont il est question ici sont sortis en salle (fin des années 80) dans un intervalle de temps suffisamment court que pour susciter les commentaires et les comparaisons. Personnellement, j'ai très apprécié le film de Frears qui a, sinon fait découvrir John Malkovitch et Glenn Close ou encore Michelle Pfeiffer, confirmé leurs qualités d’interprètes. Un film d'acteurs, cadré très près de visages, à l’intrigue serrée et, il faut le rappeler, adapté de la pièce de Christopher Hampton, issue donc d'un domaine artistique où le jeu des acteurs, le resserrement des lieux et de l’action, constituent par excellence ses modes mêmes de fonctionnement. J’ai vu ensuite « Valmont » qui ne m'a pas procuré les mêmes types de plaisirs. Je me souviens des décors du film - privilégiant les extérieurs aux intérieurs, la grande nature au confinement des salons -, des cadres plus larges laissant à la fois au regard du spectateur et aux comédiens (tributaires de ce regard) plus de liberté (d'action pour les uns, d’interprétation pour les autres), cette même liberté que s’est autorisée, d'après Killeur.extreme, Jean-Claude Carrière, et qui renverrait donc le film de Frears au rang d'une illustration pure et simple du roman de Choderlos de Laclos.
Jean-Luc Godard nous a appris à critiquer les films d'après les enjeux et les mouvements d’argent dont ils furent l'objet. Stephen Frears qui fut jusque là un réalisateur intimiste (il a par ailleurs collaboré avec Hanif Kureishi qui est devenu par la suite un des meilleurs écrivains anglais), un auteur de la Nouvelle vague britannique, a surpris avec ce film à costumes dénotant sur sa production précédente (en tant qu’auteur intimiste, il a été un des premiers à traiter les homosexuels comme des personnages à part entière et non comme des parias souffrants ou risibles; avec Frears leur mode de sexualité ne constitue plus le ressort du film) dont le succès lui a ouvert les portes d’Hollywood pour son film suivant : « Les Arnaqueurs ».
Milos Forman, qui vient du cinéma tchèque, avait déjà connu les fastes d’Hollywood avec « Vol au-dessus d'un nid de coucou » et « Hair » - il sortait de l’immense succès de son « Amadeus » (là aussi une adaptation théâtrale). En travaillant avec Claude Berri (le producteur à succès que l’on sait mais qui fut aussi dans les années 70 le réalisateur de films très personnels dans la lignée d'un François Truffaut) et Jean-Claude Carrière, son complice de toujours, il a choisi de regoûter au cinéma de ses débuts et, là où on l'attendait dans un remake à peine modifié de son précédent film, d'innover, d’expérimenter, de surprendre. Alors que l'un ambitionnait de se mesurer au cinéma américain, l'autre se plaisait à revenir, malgré les apparences d’un film fastueux, à ses premières amours.
Aujourd'hui, je n'ai nulle envie de revoir le film de Frears tant il m’apparaît comme un produit de consommation à usage unique alors qu’il me plairait beaucoup de revoir « ce beau et méconnu Valmont », comme il est écrit dans un article récent de l'Express Livres consacré à Claude Berri.

"Valmont" un bon film ???????????????

9 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 35 ans) - 20 juin 2003

Je respecte les avis différents du mien en général, mais là c'est trop !!! Comparer "Valmont" de Forman et "les liaisons dangereuses" de Frears. Dans le premier, le réalisateur se permet de tout changer, seules quelques scènes sont fidèles au roman de Laclos, Frears lui, adapte le roman s'il se permet une ou deux infidélités (alors que "Valmont" se permet une ou deux fidélités) le film suit la trame du livre. Et surtout il y a Malkovitch qui joue vraiment bien
Valmont.

Oserais-je?...

9 étoiles

Critique de Rosenblum Petit (Marcinelle, Inscrite le 22 novembre 2001, 43 ans) - 20 juin 2003

Oui oui... Je ne peux bien entendu m'empêcher d'ajouter que, outre "Valmont" et "Les liaisons dangereuses", un autre film récent (1999) s'est inspiré du roman de Choderlos de Laclos. Il s'agit de "Sexe Intentions" de Roger Kumble avec Sarah Michelle Gellar ("Buffy contre les vampires") jouant le rôle de Madame de Merteuil et Reese Witherspoon ("La revanche d'une blonde" notamment) dans le rôle de Annette. La particularité de ce film étant que l'histoire a été remise au goût du jour... Seule originalité car entre nous c'est un vrai navet!!! Mais ce n'est bien entendu que mon opinion.
Les étoiles c'est pour le livre et les deux autres films...

Ne pas oublier le "Valmont" de Forman

9 étoiles

Critique de Kinbote (Jumet, Inscrit le 18 mars 2001, 58 ans) - 19 juin 2003

Le film Valmont de Milos Forman, adapté par J-C Carrière, et sorti à la même époque que celui de Frears, n'est pas mal non plus... Il vrai que la vision de ces films (de même que la version contemporaine que l'on doit à Roger Vadim, sur une musique de Thelonius Monk) m'ont aussi jusque maintenant comme dispensé de lire le livre-source.

Grandeur et décadence

10 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 37 ans) - 19 juin 2003

Après avoir vu le film de Stephen Frears, je m'étais toujours refusé à lire le roman, croyant ne pas y retrouver la perfidie et le machiavélisme malsain de certains personnages. Et bien, force est de constater que je me suis aussi laissé prendre par la force de l'écrit. L'avantage est, qu'à la lecture, je pouvais placer le visage élégant et rusé de John Malkovich sur le génial personnage du vicomte de Valmont, celui de Glenn Close sur l'infâme Merteuil (je passe la suite de ce casting de rêve) et ainsi recréer à loisir le film. L'histoire à tout pour plaire et tout le monde la connaît!Le vicomte de Valmont est très lié avec la marquise de Merteuil et est amoureux fou de la présidente de Tourvel, jeune femme vertueuse et dévote. Merteuil élabore alors avec Valmont un vaste plan destiné à assouvir à la fois leurs plaisirs et quelques vengeances. Un plan qui va toutefois les conduire à leurs pertes respectives. On ne joue pas impunément avec les sentiments, même les siens! Libertinages, tromperies, duperies dans le siècle des Lumières. Les jeux dangereux de l'amour et la psychologie des personnages achèvent de faire de ce roman épistolaire un chef d'oeuvre de la littérature française. Pourtant je n'aime pas trop appliquer ce terme!
Dans ce livre, on va à l'amour comme on va à la guerre. On ourdit des plans, on cible, on attaque, on rejette une fois conquête faite. Grandeur et décadence d'une certaine aristocratie libertine. "Qui pourrait ne pas frémir en songeant aux malheurs que peut causer une seule liaison dangereuse!"

Une correspondance machiavelique

8 étoiles

Critique de Fane (Nancy, Inscrite le 28 mai 2003, 39 ans) - 2 juin 2003

Le jeu subtil et pervers de Valmont et de Madame de Merteuil mêle mensonges, manipulation, libertinage, séduction, honneur et apparences. Un roman épistolaire complet et agréable à lire, autant pour son style que pour l'histoire qu'il raconte.

Je peux comprendre...

10 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 72 ans) - 26 janvier 2002

que tu ne t'en lasses pas ! Un véritable chef-d'oeuvre que ce livre ! Quelle langue, quelle subtilité ! Les personnages sont extraordinairement bien décrits, chacun dans le rôle qui est le sien. Ce livre ne pouvait que faire beaucoup de bruit à sa sortie et il reste effectivement d'actualité, même si les moeurs ont évolués. Devant l'amour nous restons les mêmes, mais devant le cynisme et devant l'acte gratuit aussi !... Il est des comportement qui cassent et qui tuent !...

Forums: Les Liaisons dangereuses

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Les liaisons dangereuses : le livre ou le film ? 20 Laurent03000 24 septembre 2009 @ 16:05

Autres discussion autour de Les Liaisons dangereuses »