Le choeur des femmes de Martin Winckler

Le choeur des femmes de Martin Winckler

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Maylany, le 8 janvier 2010 (Inscrite le 11 novembre 2007, 39 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 13 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (898ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 5 769 

Bon roman ... sauf la fin !

Un roman enthousiasmant, instructif et très parlant aux femmes et à leurs problèmes dits "féminins", abordés du côté des professionnels avec quelques notes d'humour et des acteurs principaux originaux et bien dépeints.

La construction du roman est également assez originale, alternant en majeure partie le récit du personnage central avec des récits d'autres personnages, des chansons, quelques articles médicaux, …

Malheureusement tout le charme tombe à la dernière partie du livre. Assez brutalement, la vie de Jean Atwood occupe entièrement la scène et l'on tombe dans une intrigue alambiquée qui s'achèvera en apothéose mélodramatique et, comme par hasard, complètement reliée au début du roman … une fin qui ne vole vraiment pas haut.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le choeur des femmes [Texte imprimé], roman Martin Winckler
    de Winckler, Martin
    POL
    ISBN : 9782846822671 ; EUR 22,80 ; 27/08/2009 ; 602 p. ; Broché
  • Le chœur des femmes [Texte imprimé] Martin Winckler
    de Winckler, Martin
    Gallimard / Collection Folio
    ISBN : 9782070440399 ; 02/02/2011 ; 682 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Critique très juste de l'institution médicale en France

8 étoiles

Critique de Krys (Haute-Savoie, Inscrite le 15 mars 2010, 36 ans) - 11 novembre 2015

C'est un petit bijou, à mettre dans les mains de tous les médecins ! Le récit est axé autour de la gynécologie mais va plus loin que ça.
C'est une véritable remise en question de l'institution "médecine" française.
L'histoire en elle-même n'est que peu originale, mais c'est surtout un prétexte pour parler de ce sujet...
A lire donc !

Coup de cœur pour le chœur des femmes !!

10 étoiles

Critique de Nola Tagada (Paris, Inscrite le 22 octobre 2012, 34 ans) - 10 mai 2013

C’est simple, à la minute où j’ai commencé ce livre, j’ai su qu’il allait se passer quelque chose ! A peine commencé j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher. Je me suis mise à le lire partout, tout le temps, jusqu’à tard dans la nuit, dans le métro, le bus, aux toilettes, en faisant la cuisine, devant la télé.. Bref, j’ai eu un véritable coup de coeur pour ce joli livre.

C’est un véritable hymne aux femmes que nous offre là Martin Winckler. C’est beau, intense, et plein d’émotions (normal puisqu’on parle de femmes non ?! Ok, ok, je ne suis pas là pour faire ma féministe). Vous passerez du rire aux larmes, de la colère à la douceur, de la résignation à la révolte, bref par tout un tas d’émotions qui font qu’il est hors de question de poser ce bouquin !

C’est un livre qui dénonce, qui raconte, qui bouleverse et qui témoigne. Au début du livre, Martin Winckler a tenu à préciser : “ Ce livre est un roman : les personnages, l’unité 77, la ville de Tourmens, son CHU et les événements qui s’y déroulent sont imaginaires. Mais presque tout le reste est vrai.” C’est de là que ce livre puise toute sa force et sa puissance. Véritable roman-témoignages, c’est un livre plein de tendresse et de poésie malgré son lot d’histoires dures et sordides. C’est un livre qui m’ a fait du bien car il est plein d’espoir et fourmille de très belles histoires pleine de sincérité et d’humilité.

A commencer par l’histoire du roman elle-même. Jean Atwood, jeune médecin passionnée de chirurgie gynécologique a passé ses cinq dernières années à prouver à la terre entière qu’elle était faite pour ce métier. Brillante et major de sa promo, elle est ambitieuse et envisage une carrière hors du commun que rien ni personne ne pourra remettre en question. Alors qu’elle s’apprête à obtenir le job de ses rêves, la consécration pour laquelle elle s’est donnée corps et âme, on lui impose un stage de six mois dans l’unité 77 du CHU de Tourmens pour valider son internat. Or l’unité 77, un service de gynécologie des plus banals et dirigé par un simple médecin généraliste de surcroît, le Docteur Karma, n’a strictement rien d’intéressant à apporter à Jean qui se destine à tout, sauf à écouter des histoires de bonnes femmes se lamenter sur leur sort.

N’étant pas du tout du genre à renoncer, Jean se rend à l’unité 77 avec le coeur gros mais bien décidée à torcher son stage vite fait bien fait. Malheureusement elle devra faire face au Dr Karma et à son équipe. Ces derniers ne l’entendent pas de cette oreille et ne sont pas prêt à se faire marcher dessus par une petite docteur tout juste sortie des jupes de sa mère et qui croit tout savoir sous prétexte qu’elle est la meilleure, quand bien même le dirait son dossier.

Suffisante, prétentieuse, arrogante, désagréable et agressive, le Dr Atwood va se heurter à une toute autre médecine que celle qu’on lui a apprise : celle de l’écoute, de la patience, et de l’empathie. Un vrai cauchemar pour notre chirurgienne en herbe ! Petit à petit, au fil des consultations et des histoires qu’elle est forcée d’écouter, elle va découvrir un véritable monde parallèle. Aux côtés du Dr Karma, un médecin d’exception (celui qu’on aimerait toutes avoir comme gynécologue), elle va redécouvrir son métier et ouvrir les yeux sur ce qui lui importe vraiment, ce qu’elle avait enfoui au fond d’elle-même, trop occupée à se battre pour la première place. L’unité 77 va alors se transformer en véritable parcours initiatique. Faisant tomber ses oeillères, elle finira par enfin entendre ce que ce choeur de femmes a de plus beau à offrir.
Le rythme est soutenu, le ton dynamique et familier mais ça se lit très bien. Le récit est quelque fois ralenti par l’histoire de ce choeur de femmes mais il permet de donner du corps et de la profondeur au livre. Pas de suspense insoutenable ici, le dénouement est largement prévisible, pourtant cela ne m’a pas empêchée de tourner les 671 pages avec une avidité que je n’avais pas connu depuis longtemps. Le docteur Karma, son équipe et Jean sont des personnages auxquels je me suis attachée tout de suite, à tel point que j’ai été super triste de lire la 671ème page, limite si je n’ai pas versé une petite larme. Et puis la fin du bouquin, que dire... Tout est bien qui finit bien correspondrait bien à cette fin c’est sûr, mais c’est plus intense que ça, elle est poignante, touchante et magnifique (bien que très attendue).

Martin Winckler signe ici un véritable hommage aux femmes mais aux hommes aussi, ceux qui nous accompagnent tout au long de notre vie. C’est un livre humain et sincère qui vaut vraiment le coup d’être lu et bien sûr que je vous le conseille vivement !

un livre original pour les femmes

8 étoiles

Critique de Jaimeoupas (Saint gratien, Inscrite le 4 octobre 2010, 48 ans) - 26 février 2013

Le Choeur des femmes est un livre original.

Un livre qui parle aux femmes d'histoires de femmes.

Ce n'est pas si souvent que l'on s'intéresse à la gynécologie dans la littérature.

Les anecdotes sont cocasses et l'on se retrouve assez facilement dans les expériences de l’héroïne.

Seul bémol, je ne crois pas que ce livre puisse plaire aux hommes ...

immersion totale

9 étoiles

Critique de Pourquoipas (, Inscrite le 26 février 2013, 38 ans) - 26 février 2013

J'ai lu ce livre -sur les conseils de ma soeur et de ma mère - à contrecoeur je dois bien l'avouer. Travaillant dans le domaine médical, je ne souhaitais pas me replonger le soir venu dans les problèmes de service.... Mais, finalement, je me suis lancée..... à coeur perdu dans ce choeur qui m'a emportée. Quel livre!
Tout y est , l'intrigue est prenante l'héroïne attachante et ce qu'elle décrit du monde médical est assez vrai, on trouve aussi bien des gens passionnés que de vrais enflures...... finalement comme dans tous les métiers.
Plus jeune, un jour un professeur de français a répondu à ma question: " A quoi servent ces descriptions à n'en plus finir?"; il m'a dit" plus vous détaillerez votre roman plus vos écrits seront efficaces, et plus on croira à la véracité de l'histoire". Et il avait raison, ce roman en est la preuve.

La médecine de l'humain

9 étoiles

Critique de Elya (Savoie - Dauphiné - Ardèche, Inscrite le 22 février 2009, 30 ans) - 3 mai 2012

Le chœur des femmes, c’est ce que les médecins gynécologistes entendent chaque jour ; et c’est celui que certains écoutent et comprennent sans juger. La nuance est de taille, et c’est tout l’enjeu de ce magnifique roman que de dresser la ligne de partage entre 2 visions de la médecine. Ceci donne un côté malheureusement un peu manichéen à cette profession. Mais ces 2 façons de travailler, même si elles sont, et heureusement, bien réductrices de ce qu’est la médecine du 21ème siècle, sont celles qui existent dans la réalité.
Djinn, cette jeune interne en fin d’étude, tout juste arrivée dans ce qui sera sont dernier terrain de « stage », représente la face noire de la profession : hautaine, aigrie, frustrée, autoritaire, pressée. On l’excusera plus tard, car elle a évolué des années durant dans un univers on ne peut plus macho, celui des chirurgiens (c’est caricatural, mais il y a un peu de vrai là-dedans). Elle se heurte à ce qui deviendra ensuite son mentor, Franz, un médecin généraliste qui exerce en tant que gynécologue et qui est l’emblème suprême de la douceur, de l’honnêteté, de l’intelligence, de l’égalité et de la compréhension. Ce duo insolite sera jusqu’à la dernière page au cœur de la double intrigue qui se glisse peu à peu au fil des pages et qui, si elle a le mérite de donner un peu de souffle au roman, finit complètement en queue de poisson.

Ce roman se dévore en quelques jours malgré sa densité, et son caractère répétitif parfois. C’est une critique acerbe de la formation et du corps médical d’aujourd’hui, complètement sclérosés et à la merci des labos pharmaceutiques, qui fait passer son propre intérêt avant celui des patients. C’est une ode à une médecine plus humaine, plus à l’écoute, plus dans l’échange, plus « patiente » finalement. Et ça sent le vécu, toutes ces situations abracadabrantes décrites par certaines patientes avec certains médecins ; ces mutilations, cette incompréhension, cette culpabilité. Ces femmes se livrent, corps, et âme surtout, à Djinn et Franz, et on y croit à toutes ces histoires, on sait que c’est vrai.

Cet ouvrage changera forcément le regard que l’on porte sur la médecine. Martin Winckler n’est pas un de ces écrivains dont on admire le style (somme toute très léger), l’analyse psychologique de ses personnages (très exagérée), ou encore l’intrigue (trop irréaliste) ; non, c’est bien plus que ça ; c’est un écrivain que l’on remercie de partager ça avec nous, un écrivain que l’on remercie de militer au quotidien pour une médecine moins autoritaire, plus humaine, à l’égard des femmes comme des hommes. Son site internet est là pour témoigner : http://martinwinckler.com/

Regard lucide sur le monde médical !

8 étoiles

Critique de DE GOUGE (Nantes, Inscrite le 30 septembre 2011, 63 ans) - 3 mars 2012

Très intéressant, l'itinéraire de cette interne, formatée par un monde médical machiste (ce que subit une femme qui, ose vouloir empiéter dans le domaine "noble" donc masculin, de la chirurgie ....) et totalement irrespectueux de la parole et de la réalité du patient ....!
Fascinant cet auteur médecin qui sait si bien parler des femmes, de leur honte et douleur au quotidien !
Superbe, l'approche, je dirais même l'accouchement de cette femme médecin qui découvre l'humanité que ses "humanités" ont tout fait pour détruire .....
Dommage : la fin du livre tient du Grand Guignol ....Ca casse complètement l'intérêt de l'ouvrage , Las !

Mais je mets quand même 4 étoiles, car l'ensemble du livre nous ouvre, qu'on le veuille ou non, sur ce qui pourrait être une belle et autre réalité ...
On aimerait tellement les rencontrer ces toubibs ..........quand on a besoin d'eux !

Un écrivain étonnant, un roman haletant, une héroïne captivante

9 étoiles

Critique de Ichampas (LAMBALLE, Inscrite le 4 mars 2005, 56 ans) - 11 décembre 2011

Un écrivain étonnant, Martin Winckler réussit merveilleusement à se glisser dans la peau d’une femme. Quel étonnement qu’un homme, que des hommes puissent avec une telle justesse prendre la parole des femmes, nous transmettre leurs sentiments, leurs questionnements, etc. Quelle plume, j’ai hâte de découvrir ses autres romans.
Un roman haletant, quel arrachement cela a été pour moi de le quitter en cours de lecture. Son achèvement me laisse pantoise et en même temps quelle belle leçon de vie. Ce livre m’a apporté un moment d’allégresse. La majorité de ce roman se déroule sur un espace temps relativement court mais quelle intensité.
Une héroïne captivante, le dénouement est cruel pour elle mais il lui permet de « détricoter » son histoire, peut-être un peu trop mélo à mon goût.
A recommander vivement, j’en ai parlé à ma fille de 15 ans, peut-être est-elle trop jeune pour aborder toute la cruauté humaine exposée dans ce roman.

Un point de vue inhabituel, à lire !

9 étoiles

Critique de Luce33 (, Inscrite le 29 mai 2011, 40 ans) - 1 septembre 2011

Elle est jeune, brillante et pétrie de certitudes sur le métier de chirurgien.
Il est entier, généraliste dans un service de Médecine de la femme, et en colère contre ses confrères gonflés d'importance qui ne daignent pas écouter leurs patients.
De cette opposition frontale naît progressivement une cohabitation qui les enrichit mutuellement, et répond à leurs questionnements personnels.
Un roman passionnant, qui mérite de dépasser le ton familier des premières pages, pour s'immerger dans le quotidien d'un médecin à part, qui lutte pour atténuer la détresse des plus vulnérables, sans sombrer dans le misérabilisme.

Et si les gynécologues respectaient leurs patientes ?

8 étoiles

Critique de Bolcho (Bruxelles, Inscrit le 20 octobre 2001, 71 ans) - 27 juin 2011

Un roman sans doute, mais à peine. Ce que l’on retient surtout de cet excellent livre, c’est la somme d’informations surprenantes qu’il contient, sur la médecine, la gynécologie, les rapports médecins-patients et sur l’immense suffisance imbécile d’un grand nombre de praticiens. Ces 600 et quelques pages devraient être au programme des facultés de médecine, et apprises par cœur en plus (fastoche pour les carabins qui passent leur temps à mémoriser…) : ils y trouveraient des trucs pour se comporter en êtres humains.
Savez-vous, par exemple, que rien n’oblige les gynécologues à examiner les femmes en leur demandant de mettre les pieds dans les étriers, position plutôt humiliante ? Elles peuvent parfaitement s’installer sur le côté et relever les genoux en « chien de fusil » : c’est ce qu’on appelle la « posture anglaise » ou décubitus latéral. On peut même accoucher comme ça, sans problème, mieux que dans la position « classique ». Mais l’homme (ou la femme) « de l’art » y perd sans doute un peu de ses rêves de puissance.
D’accord pour dire que la partie finale est un peu « capillotractée », mais dans l’ensemble, la présentation sous forme de fiction est plutôt bien faite et soutient l’attention, avec une certaine discrétion.
Et puis, il y a cette phrase merveilleuse que ma compagne m’a brandi triomphalement sous le nez : « (…) la digression discursive ne fait pas obstacle à la pensée féminine, c’est un élément consubstantiel, essentiel aux élaborations conceptuelles d’un cerveau féminin notoirement multitâche… ».
D’accord mesdames, continuez à nous perdre dans les méandres de vos pensées.
Oui, parce qu’il faut noter que ce livre est un très bel hommage aux femmes.

j'ai adoré

10 étoiles

Critique de Titoulematou (, Inscrite le 26 février 2011, 36 ans) - 5 mai 2011

Personnellement j'ai bien aimé ce livre. J'ai apprécié justement que ce ne soit pas juste un livre médical... que le personnage de Jean ait un peu plus de profondeur. Bon d'accord c'est un peu tiré par les cheveux, mais j'ai bien aimé.
Il faudrait que toutes les jeunes filles tombent sur des gynéco comme le docteur Karma, aussi à l'écoute.... on éviterait peut être beaucoup d'avortements et de grossesses non désirées...

http://lireetrelire.blogspot.com/2011/05/…

MILIEU TRES MEDICAL

5 étoiles

Critique de Gardigor (callian, Inscrit le 27 avril 2011, 42 ans) - 29 avril 2011

Le volume m'a fait un peu peur au début compte tenu du sujet mais finalement c'est bien écrit et cela reste plaisant de découvrir ce monde médical et ses approches si particulières.
Néanmoins la chute n'a pas beaucoup d'intérêt.

Précis de gynécologie... à faire lire à tous les praticiens !

6 étoiles

Critique de Lu7 (Amiens, Inscrite le 29 janvier 2010, 34 ans) - 16 novembre 2010

C'est effectivement un roman qui n'en est pas un; c'est une fiction, assez maladroitement construite et écrite, bricolée pour y développer un discours de fond sur les dérives des pratiques médicales.

Et le propos en est vraiment très intéressant, c'est finalement ce qui fait que le lecteur engloutit les quelques centaines de page assez rapidement, et avec envie.

Par contre, le cliché du jeune Padawan farouche qui devient un sage parmi les sages en une semaine, je n'y adhère pas.

L'écriture qui cherche sans vraiment réussir à retranscrire les pensées du personnages principal ("Mais qu'est-ce qu'il croit celui-là ? Que je vais me laisser traiter comme un interne débutant ? Il se met le doigt dans l'oeil !"), ça me rappelle mes rédactions en classe de 3ème... et dans un roman écrit par un adulte pour les adultes, ça m'agace !

Et la fin, mes amis, la fin... ou comment bâcler un roman qui n'en est pas un avec un rebondissement final sorti de nulle part... telle une nouvelle accolée à la fin d'un premier livre, complètement différent.
Une fin comme ça ternit toutes les bonnes impressions que l'on a eues au cours de la lecture, dommage !

Forums: Le choeur des femmes

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  La médecine et nous autres, pauvres patients ! 3 DE GOUGE 5 mars 2012 @ 20:24

Autres discussion autour de Le choeur des femmes »