La prospérité du vice - Une introduction (inquiète) à l'économie de Daniel Cohen

La prospérité du vice - Une introduction (inquiète) à l'économie de Daniel Cohen

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Economie, politique, sociologie et actualités

Critiqué par Veneziano, le 20 septembre 2009 (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 41 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (33 871ème position).
Visites : 2 982 

Histoire économique élémentaire

Cet ouvrage est destiné au grand public, pour mieux retracer les grandes phases de la genèse des politiques économiques, de l'importance démographique, de la construction du commerce international, afin, au final, de mieux comprendre les fondements des mutations lourdes de l'actualité économique, à savoir la nouvelle répartition des rôles entre pays face à la mondialisation, les mécanismes essentiels de la crise économique et financière et les défis écologiques et démographiques des décennies à venir.

Le livre est clair, écrit dans un style concis et réparti en chapitres assez courts, si bien qu'il est très accessible. Cet avantage en constitue peut-être le principal écueil : rien de fondamental n'y est révélé, d'autant plus que l'auteur reprend ses thèmes fétiches, notamment développés dans la Mondialisation et ses ennemis. Il ne lui en est, évidemment, pas tenu rigueur. Ce qui m'a davantage agacé est la promotion et le battage médiatique dont ce livre a fait l'objet. Il n'y a rien d'inconvenant à venir en faire la réclame, mais la posture du Nouvel observateur, hebdomadaire français social-démocrate fortement boboïsant m'a quelque décontenancé, en lui consacrant une couverture et de nombreuses pages. Il vient à ériger l'auteur en messie économique d'un pan bien identifié de la population. S'il n'y a rien d'infamant la-dedans, j'avoue avoir noté un décalage entre l'importance qui est donnée au livre et son apport réel.
Il en vaut tout de même la peine, je vous rassure ; mais cette posture lui coûte, de ma part, une demi-étoile.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un ouvrage didactique permettant de balayer l'histoire économique dans une perspective large

8 étoiles

Critique de NQuint (Charbonnieres les Bains, Inscrit le 8 septembre 2009, 47 ans) - 13 décembre 2009

L'ambition du livre de Cohen, que j'ai personnellement découvert par l'excellent "Trois leçons-leçons sur la société post-industrielle" est de rebalayer l'histoire économique, installé, comme il le dit "sur les épaules de quelques géants". Parmi ces géants, citons pêle-mêle, Say (quoique ...), Malthus, Ricardo, Keynes, Marx, Friedman, Smith, Kondratiev

Disons-le tout de suite, ce livre ne s'adresse pas à tous les publics :

- les amateurs avertis de l'économie n'apprendront pas grand chose et resteront sur leur faim
- les néophytes pourront découvrir la saga de l'Homme et de l'économie sur un ton didactique et une forme accessible jusqu'à ce qui fait leur quotidien actuellement : la crise économique amorcée par l'effondrement des subprimes
- ceux qui sont entre les deux, comme moi, connaissant les fondements de la pensées des maîtres pré-cités sans forcément en avoir lu tous les ouvrages (!) retrouveront une agréable mise en perspective historique se lisant facilement (24h pour ma part)

La force de Cohen est de trouver le juste milieu entre l'ouvrage surdocumenté fermé aux profanes et la vulgarisation vidée de sa complexité.

J'ai particulièrement apprécié les passerelles avec l'évolution globale humaine (et notamment le ouvrages de Jared Diamond que je viens de terminer) et l'emphase sur le point d'inflexion majeur qu'a été le développement de l'agriculture (que l'on prend à tort pour une évolution naturelle et binairement bienfaitrice) ; la réhabilitation de Malthus que l'on a, je pense, a tort ringardisé (à la fois car l'on pensait avoir vaincu sa "malédiction" et que sa pensée est hors-champ du politiquement correct) ; l'explication pratique de la crise des subprimes et de ses conséquences (même si elle n'apporte que peu de plus-values pour ceux qui auront décrypté la crise au travers de la presse avec un peu d'attention) ; l'ouverture à l'Inde et à la Chine qui ne manque pas de finesse et sort des poncifs habituels ; l'ouverture sur la psychologie individuelle et des masses, notamment en matière de consommation et de (non)satisfaction, avec des références appuyées à Keynes, entre les lignes à Freud et la prise en compte du travail important de la psycho-sociale de la seconde moitié du XXème siècle ; une exégèse mesurée et intéressante des cycles de Kondratiev.

Un ouvrage de vulgarisation, au bon sens du terme, brillant et tout-terrain.

Forums: La prospérité du vice - Une introduction (inquiète) à l'économie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La prospérité du vice - Une introduction (inquiète) à l'économie".