Poupée volée de Elena Ferrante

Poupée volée de Elena Ferrante
( La figlia oscura)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Sunsi, le 31 juillet 2009 (Inscrite le 30 juillet 2009, 41 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (32 455ème position).
Visites : 2 882 

La poupée d'une femme

Ce nouveau roman de Elena Ferrante s’ouvre sur l’arrivée dans une station balnéaire italienne de Leda, une femme seule qui s’apprête à passer quelques semaines de vacances entre baignades, promenades, rêveries, lecture et travaux professionnels.
Dès les premières pages, ce livre prend la tournure d’une réflexion intérieure d’une femme qui se penche rétrospectivement sur sa vie, de femme, d’épouse et de mère. C’est avant tout de la maternité dont il s’agit dans ce livre et la difficulté d’être mère ; ce thème prend source dans la fascination qu’exerce une famille venue en vacances sur Leda et que cette dernière observe à distance sur la plage.

Son attention se porte notamment sur la jeune Nina et sa petite fille, dont la complicité et l’amour partagé la renvoient à ce qu’elle n’a pas réussi à établir avec ses propres filles. On apprend plus tard qu’elles les a abandonnées pendant trois ans pour vivre sa vie et tenter de se trouver elle-même. Un jour, Leda décide de voler la poupée fétiche de la petite fille et de la conserver avec elle comme un objet précieux, lui permettant de s’envelopper de cette relation mère-fille. La raison de cet acte n‘est pas claire ; il est insensé et d’autant cruel que tout le monde sur la plage est mis à contribution pour retrouver la poupée, dont la disparition cause tant de tristesse à sa propriétaire.
La vie intérieure de cette femme est riche, en proie à un télescopage de sentiments. Elle est tantôt dans la vie, recherchant le contact des autres et s’intéressant à d’autres vies, l’occasion pour elle de s’interroger sur la sienne. Elle est à d’autres moments dans le retrait de sa solitude, sa culpabilité, de ses ambivalences que l’on rencontre souvent chez ces personnes qui veulent vivre véritablement et tout à la fois sans jamais y parvenir car cela demande toujours de faire des choix.
Au fond, a-t-elle été heureuse ? L’est-elle aujourd’hui ? Difficile de savoir. Peut-être faut-il voir dans la dernière phrase du livre « je suis morte mais je vais bien » une réponse que chacun interprétera à sa manière.
J’aime ce livre car il me parle et il parle probablement à d’autres car cette belle figure de femme touche indéniablement et encore plus dans le magnifique décors de l’Italie qui nous réchauffe le cœur et l’âme.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Poupée volée [Texte imprimé], roman Elena Ferrante traduit de l'italien par Elsa Damien
    de Ferrante, Elena Damien, Elsa (Traducteur)
    Gallimard / Du monde entier (Paris)
    ISBN : 9782070785711 ; EUR 18,00 ; 09/04/2009 ; 175 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une vie

6 étoiles

Critique de Alouette (Seine Saint Denis, Inscrite le 8 mai 2008, 32 ans) - 13 avril 2010

J'ai lu le texte d'une traite... Pour voir où ça menait. Léda part en vacances au bord de la mer et dresse un "bilan" de sa vie: ses relations avec sa mère, ses filles, son mari, sa carrière d'universitaire...
Elle rencontre sur la plage une famille qui va peu à peu la fasciner (surtout en voyant la complicité d'une mère pour sa fille) ce qui va l'amener à encore plus réfléchir sur la relation qu'elle a entretenu avec sa mère et ses deux filles.
Ce texte traite aussi de la quête d'identité: peut-on concilier un travail et son rôle de mère ? Que faire quand on n'arrive pas à se réaliser dans le dernier ? Des questions que pourrait se poser une femme active d'aujourd'hui...

Forums: Poupée volée

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Poupée volée".