Les gens de Philippe Labro

Les gens de Philippe Labro

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par CC.RIDER, le 4 juillet 2009 (Inscrit le 31 octobre 2005, 60 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 10 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (22 151ème position).
Visites : 3 912 

Roman de gare

Maria, 16 ans, jeune américaine d’origine polonaise, devient jeune fille au pair dans une famille de milliardaires américains après avoir fugué de chez d’indignes parents adoptifs. Marcus Marcus, animateur vedette d’un talk-show télévisé de prime time, se sent en perte de vitesse depuis qu’un début de calvitie précoce s’est installé sur le sommet de son crâne. Caroline, assistante de production cinéma, après s’être fait jeter par son amant craintif devant son épouse, se reconvertit comme coach de comportement auprès de la nouvelle ambassadrice des Etats-Unis qui n’est autre que la milliardaire qui a recueilli Maria la jolie routarde.
Avec Labro, on évolue dans un milieu bourgeois bobo friqué, américanisé et nombriliste. On ne parvient pas à vraiment s’intéresser à ces trois personnages « prototypes » (Marcus Marcus est la démarque poussée jusqu’à une lamentable caricature de certains Ardisson ou Fogiel) et pourtant la moindre de leur pensée, le plus microscopique sentiment est analysé, disséqué et tartiné sur moultes pages. Le résultat donne un bouquin facile à lire mais assez creux et surfait digne au pire du roman de gare et au mieux du registre Gavalda-Musso-Lévy. Du sentimentalo-social n’ayant d’intérêt que pour qui s’intéresse au milieu people et en particulier pour les adeptes de « Voici-Voilà »…
Extrait : « Il y aura de la finance, du média, de la politique, de l’art, de l’édition, de la médecine, de l’argent et du pouvoir. De l’argent propre et de l’argent sale, du pouvoir apparent et du pouvoir réel. Ca c’est les signifiants. Et puis il y aura des snobs, d’ex-cover-girls reconverties en comtesses, des courtisans, des imposteurs, des fausses valeurs, des laissés pour compte mais qui s’accrochent encore et des has been qui peuvent toujours faire un come back, et puis des has been qui ne feront plus de come back, mais à qui l’on doit, selon leur passé et leur palmarès, respect et reconnaissance, voire considération. Ce sont les moins signifiants et les signifiants. Vous comprenez ? » (Page 314)

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Difficile de se faire un avis...

5 étoiles

Critique de Manumanu55 (Bruxelles, Inscrit le 17 février 2005, 39 ans) - 14 octobre 2014

Un personnage est horrible (Marcus x2) et prend le pas sur les autres au début... mais les autres prennent petit à petit place et amènent une certaine humanité. Un petit passage très court (entre D et C) est même assez électrisant je trouve...
Mais c'est clairement l'histoire de Maria qui a le plus de poids pour le lecteur que je suis !!!

Mais je suis assez d'accord avec certaines critiques négatives sur le côté superficiel et branché...

On prend tout, on mélange, et bing!

6 étoiles

Critique de Prouprette (Lyon, Inscrite le 5 février 2006, 34 ans) - 7 janvier 2014

Le thème des destins croisés a été vu, revu, et re-revu, et là on prend les mêmes ingrédients que d'habitude, on rajoute un peu de "people TV" et on y est.

On a le couple hype, chic et bourgeois, la petite ado abandonnée, violée et d'une beauté exceptionnelle, le vieux célibataire qui réussit sa carrière mais pas sa vie privée, la célibataire qui assume et attend le grand Amour, la belle ambitieuse, la patronne glaciale...on mélange tout et voilàààà!
Pour pimenter tout ça, un petit meurtre.

Tout est là pour réussir un roman de lecteur moyen. Je ne peux pas dire que je n'ai pas apprécié, mais je ne me suis pas non plus éclatée! Ca se lit très bien, l'écriture est fluide, les chapitres courts, pourquoi pas?!

Destins croisés à la mode hype

7 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 40 ans) - 5 février 2012

Trois destins se rencontrent, ou plutôt s'entrechoquent, de manière aussi brutale que loufoque, dans le paysage audiovisuel français sous contrôle de l'économie américaine.
Ces trois personnages sont, en effet, quelque peu stéréotypés, et l'auteur, qui lancé la chaîne Direct 8 pour le groupe Bolloré qui l'a cédé il y a peu, sait mettre, dans ses relations, les éléments vendeurs propices à attirer l'attention de la lectrice et du lecteur moyens, du sexe, de la trahison, des reconstructions, de nouveaux départs.
Les ingrédients y sont, l'ensemble reste enjoué, mais, étrangement, la sauce ne prend pas, pas parfaitement : la recette trop évidente, un poil trop tape-à-l'oeil et racoleuse, sans que le résultat final soit véritablement désagréable. Ce roman se laisse lire, on n'y passe pas un mauvais moment, mais je doute également qu'il puisse laisser un souvenir inextinguible.
On peut se laisser tenter.

tout simplement génial!

9 étoiles

Critique de Elfebretonne (, Inscrite le 11 juillet 2010, 43 ans) - 12 décembre 2010

Je me suis tout à fait attachée aux personnages. Je les ai trouvés criants de réalité. C'est avec tristesse que j'ai tourné la dernière page.
Et le style! Facile mais qui tient en haleine.
Une découverte de cet auteur qui fut pour moi une agréable surprise.

Une bonne lecture

8 étoiles

Critique de Maylany (, Inscrite le 11 novembre 2007, 38 ans) - 8 décembre 2009

Ce livre met en scène 3 personnages différents, présentés séparément dans un premier temps.

On soupçonne évidemment que ces personnages finiront par se rencontrer mais on a beaucoup de difficultés à deviner comment et pourquoi leurs chemins se croiseront.

La curiosité nous emporte donc rapidement. L'intérêt est d'autant plus important que chacun des 3 héros est intriguant à sa façon (Maria par ce qui vient de lui arriver et dont on ne comprend pas les tenants et aboutissants ; Marcus Marcus par son caractère déjanté ; et Caroline par l'incongruité de la fin de son histoire d'amour).

Le passage permanent d'un personnage à l'autre au début du roman n'est ni perturbant ni frustrant car les passages sont assez longs et les 3 histoires aussi intéressantes les unes que les autres.

Certes tout cela n'est ni philosophique ni absolument marquant mais l'écriture est très agréable, fluide et entraînante.

Superficiel branché

1 étoiles

Critique de Bunny (, Inscrite le 29 novembre 2009, 61 ans) - 29 novembre 2009

Totalement d'accord avec CC.Rider

On baigne non pas dans le quotidien , mais dans l’ordinaire. Pire, dans un ordinaire branché et en toc. Marcus et Liev , Caroline et Tom , c’est la jet set d'affaires , entre patrons brillants et cyniques et décideuses performantes et élégantes . Mehdi, l'homme à tout faire , est neuneu ("ch'ais pas madame Caroline"). Maria, c’est « sans famille » au 21° siècle. Seul Miguel le mexicain par sa pudeur et sa simplicité s’en tire. Sans intérêt ( ...pour moi) . J’arrête chapitre 3.

Un bon moment

9 étoiles

Critique de Verosalie (, Inscrite le 15 novembre 2009, 40 ans) - 15 novembre 2009

Oui un très bon moment passé. Très heureuse de ce dernier titre de Philippe Labro et je me réjouis d'un prochain roman. J'aime sa manière d'écrire et de voir la société. Très vite lu et très facile à lire.

Un excellent roman

9 étoiles

Critique de Kyp (, Inscrit le 4 septembre 2009, 25 ans) - 4 septembre 2009

Le dernier roman de Philippe Labro est tout simplement génial. Il arrive à tirer une histoire très bien construite et à bien détailler le manque d'amour de ses personnages. Peut être l'un des romans que l'on peut considérer dans ces années où il n'y a rien d'exceptionnel à se mettre sous la dent comme un exemple du modèle contemporain.

Faux pas ?

3 étoiles

Critique de Garance62 (, Inscrite le 22 mars 2009, 56 ans) - 4 juillet 2009

Il y a un certain nombre d'années j'avais du plaisir à lire Labro. J'aurais du en rester là car je n'ai tout simplement pas fini celui-ci. L'histoire traine en longueur et manque tout simplement d'intérêt, d'énergie. Labro sait faire bien mieux, espérons que ce soit juste un faux pas.

Forums: Les gens

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les gens".