Tony Takitani de Haruki Murakami

Tony Takitani de Haruki Murakami
(Tonī Takitani (トニー滝谷))

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par Septularisen, le 23 juin 2009 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 52 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 2 800 

UNE FABLE URBAINE

Tony Takitani, à reçu à sa naissance un prénom américain, ce qui est tout de même très étrange pour un Japonais, tout simplement parce-que son père, musicien de jazz, s’était lié d’amitié, après la guerre, avec un commandant Américain des troupes d’occupation. En effet, après la mort de sa mère, trois jours après sa naissance, celui-ci avait voulu être le parrain de Tony. C'est en son honneur que Shozaburo Takitani avait donc appelé son fils unique Tony.

Cette «étrangeté» allait conditionner toute la vie de son fils, en effet, celui-ci est souvent rejeté par la société japonaise, à cause de son nom occidental bien sûr, mais aussi de ses traits qui le rapprochent d’un sang-mêlé. Tony Takitani devient donc un enfant débrouillard mais très solitaire, d’autant plus que son père, très souvent absent à cause de ses tournées musicales, n’est pas quasiment jamais auprès de lui.

Studieux ,Tony Takitani réussit facilement ses années d’études et à trente-cinq ans est un homme travailleur et solitaire, mais aussi un dessinateur de grand talent travaillant pour la publicité. Devenu très riche, il habite seul une grande maison dans une banlieue chic de Tokyo. Un jour pourtant il lui arrive un événement auquel il ne se serait jamais attendu : il tombe éperdument amoureux d’une jeune fille de vingt-deux ans, employée intérimaire dans une grande maison d’édition.

Après une cour assidue, et malgré leur grande différence d’âge, celle-ci accepte de l’épouser. Pour Tony Takitani c’est le bonheur fou, d’autant plus que sa femme se révèle être une excellente maîtresse de maison. Aucune ombre ne vient assombrir le tableau de sa vie conjugale, son travail marche toujours aussi bien, et sa femme et lui ne se disputent jamais.

Un seul détail, toutefois, tracasse Tony Takitani : sa femme achète trop, mais alors vraiment beaucoup trop de vêtements. Une pièce entière de la maison est transformée en dressing et remplie de centaines de vêtements de luxe et de dizaines de paires de chaussures. Sa femme à une véritable fièvre acheteuse, et perd littéralement le contrôle d’elle-même dès qu’elle voit une nouveauté dans les vitrines d’un magasin. Tony Takitani lui se contente de passer derrière sa femme et de payer les factures.

Un soir, après le dîner, Tony Takitani s’en ouvre à sa femme, celle-ci reconnaît, en effet, qu’elle n’a pas besoin de toutes ces montagnes de vêtements. Quelques jours plus tard, en allant rapporter des vêtements qu'elle venait d'acheter dans une boutique, elle trouve la mort dans un accident de la circulation…
La douleur, le remords et le sentiment de culpabilité de Tony Takitani n’ont alors plus de limites…

Dix jours après l’enterrement de sa femme, Tony Takitani publie une petite annonce dans la colonne emploi d’un grand quotidien pour rechercher une assistante : «Profil souhaité : femme, de taille 36, 1,61 m, pointure 37. Salaire attractif, excellentes conditions de travail». Treize jeunes femmes se présentent aussitôt pour un entretient d’embauche, cinq d’entre elles ont de toute évidence menti sur leurs mensurations…

Que dire de plus sur cette nouvelle du grand écrivain japonais ? Comme toujours l’écriture est toujours aussi belle et fluide. Les thèmes chers à l’auteur sont, bien sûr, présents : l’incommunicabilité entre les êtres, le manque de repères chronologiques, les héros enfermés, bloqués dans leur monde intérieur, une fin très ouverte pouvant donner lieu à de nombreuses interprétations, l’absence quasi-totale de nominalisation des héros... ainsi p. ex. le nom de la femme de Tony Takitani ne nous est jamais donné!...

En tout cas, comme toujours, avec Haruki MURAKAMI, cette simple fable urbaine, empreinte de grâce et de mélancolie, sur la solitude et la profondeur de l’amour est absolument géniale et on se demande où sont les limites du talent d’écrivain d’Haruki MURAKAMI... et si il y en a d’ailleurs!...

A noter, enfin, que cette nouvelle d’Haruki MURAKAMI, a été adaptée au cinéma en janvier 2006 par Jun ICHIKAWA avec Issey OGATA et Miyazawe RIE dans les rôles principaux et sur une musique originale de Ryuchi SAKAMOTO. Ce film a reçu le Prix de la Critique et le Prix de la Jeunesse au festival du film de Locarno.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Tony Takitani

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Tony Takitani".