Le Vampire de John William Polidori

Le Vampire de John William Polidori

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone , Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Nance, le 2 juin 2009 (Inscrite le 4 octobre 2007, - ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (43 266ème position).
Visites : 3 144 

Le prédécesseur du genre vampire

Cette nouvelle a été commencée par Lord Byron lors du fameux été 1816 (avec les Shelley). Étant retenus à l’intérieur par le mauvais temps, Lord Byron suggère à ses invités d’écrire une histoire de fantôme. Lord Byron écrivit un fragment qu’il abandonna et que son secrétaire/médecin particulier John William Polidori décida de compléter quand le docteur va être rejeté par lui. La nouvelle est publiée en 1819 sans la permission de Byron et lui est malheureusement (malheureusement pour les deux) attribué. Lord Byron va publier son fragment pour éclaircir le malentendu, avec plus ou moins de succès.

Dans le récit, nous suivons Aubrey, un jeune fortuné en quête de romanesque qui fera la rencontre de Lord Ruthven, un homme charismatique et désabusé qu’Aubrey accompagnera en voyage. Polidori n’hésite pas à se servir de Lord Byron de modèle pour son personnage de Lord Ruthven :

« Au milieu des cercles de la haute société que le retour de l'hiver réunit à Londres, on voyait un seigneur aussi remarquable par ses singularités que par son rang distingué. Spectateur impassible de la gaieté qui l'environnait, il semblait ne pouvoir la partager. Si la beauté, par un doux sourire, fixait un instant son attention, un seul de ses regards la glaçait aussitôt et remplissait d'effroi ces coeurs où la légèreté avait établi son trône. La source de la terreur qu'il inspirait était inconnue aux personnes qui en éprouvaient les effets ; quelques-uns la cherchaient dans ses yeux gris et ternes, qui ne pénétraient pas jusqu'au fond du coeur, mais dont la fixité laissait tomber un regard sombre dont on ne pouvait supporter le poids. Ces singularités le faisaient inviter dans toutes les maisons : tout le monde souhaitait le voir. Les personnes accoutumées aux sensations fortes, et qui éprouvaient le poids de l'ennui, étaient charmées d'avoir en leur présence un objet de distraction qui pût attirer leur attention. »

C’est une des premières histoires de vampires écrites en anglais, elle a inspiré le roman Dracula (de Bram Stoker, publié en 1897) et sera éclipsée par lui. C’est une histoire intéressante, j'apprécie le charme de l'écriture de l'époque romantique, mais dans le genre vampire, je préfère Baudelaire, Anne Rice et Lovecraft pour l’instant. Je n’ai pas encore lu Dracula et Carmilla (de Sheridan Le Fanu, publié en 1871), deux oeuvres-clés du genre.

C’est un livre presque introuvable dans les bibliothèques de Montréal et que j’ai trouvé miraculeusement dans une petite librairie. Hors sujet : superbe choix de peinture pour la couverture, Jeune orpheline au cimetière d'Eugène Delacroix.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Rendons à Lord Ruthven ce qui n'est pas à Dracula...

5 étoiles

Critique de Amnezik (Noumea, Inscrit le 26 décembre 2006, 52 ans) - 29 septembre 2011

Si le vampire appartient depuis la nuit des temps à la tradition orale il est coutume de penser que c'est Bram Stoker qui lui donna une "vie littéraire" avec Dracula. Certes Dracula est le pilier fondamental de toute la littérature vampirique et d'une bonne partie du mythe du vampire mais c'est cette courte nouvelle qui introduit, pour la première fois, un vampire dans la littérature.
A découvrir pour les curieux mais ne vous attendez pas à du grand art ; l'histoire est assez quelconque, les personnages manquent de profondeur... L'atout majeur de ce Vampire est d'avoir ouvert la voie à d'autres qui viendront enrichir le mythe, à ce titre je ne peux que vous conseiller vivement la lecture de Carmilla qui fut une des principales sources d'inspiration de Bram Stoker pour rédiger Dracula.

Forums: Le Vampire

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le Vampire".