Bordeaux de François Mauriac

Bordeaux de François Mauriac

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Jlc, le 21 avril 2009 (Inscrit le 6 décembre 2004, 73 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 229ème position).
Visites : 1 838 

Bordeaux ou les commencements d'une vie

Ecrire sur Bordeaux c’est, pour François Mauriac, parler de lui tant il se sent habité par cette ville, celle de son enfance, de son adolescence, ces temps où tout se joue et qui donne à la vie sa couleur, parfois son destin et peut-être son âme. « Les maisons, les rues de Bordeaux, ce sont les évènements de ma vie…Voici l’endroit de ma candeur. » Et parce que ce fut la ville de l’enfance, son temps fut celui où tout advint à ce garçon chétif, trop sensible, trop fragile, et qui croit que « tout est déjà fini ». Le catholicisme et la folle recherche de pureté y ont leur part mais c’est pour mieux mettre en évidence le malheur de la solitude de cet adolescent trop différent dont « la vie individuelle est refoulée, sans expression ».

François Mauriac décrit magistralement cet amour qu’il espère et redoute de cette ville, attirante autant qu’étouffante. Bordeaux qu’il décrit superbement au travers du prisme de sa sensibilité est une prison où il est impossible de revivre tant « toutes les rues sont bloquées par mes chagrins d’enfant, par les souvenirs de mes joies pires que mes tristesses » mais une prison où il reviendra toute sa vie ; n’est-ce pas parce qu’elle fut prison que Bordeaux poussa l’enfant si seul à aimer la poésie, la religion puisque « la prière est d’abord le droit de parler seul ». Au-delà de l’amertume, écume d’injustice, il y a l’amour pour cette ville qui lui a offert le spectacle de la vie qu’il va ensuite raconter dans ses livres. Bien sûr Mauriac ne serait pas Mauriac sans ses coups de griffe légers, drôles et cruels à la société bordelaise à laquelle il rend cependant hommage d’avoir fait de son vin un des plaisirs nobles.

Bordeaux, c’est le brouillon de ce que sera Mauriac et s’il y revient toujours c’est parce que « je l’aime ; c'est-à-dire je m’aime ».

Sur CL, nous savons depuis Débézed qu’un petit texte peut faire un grand livre (Cf. sa critique du livre de Barcelo « Le secret de l’orfèvre »). Eh bien cette centaine de pages sont un grand texte écrit avec un style, une élégance, une poésie qui font de sa lecture un moment de grâce littéraire.

PS : C’est sous le titre « Les commencements d’une vie » qu’on trouve aussi ce texte dans quelques éditions de ses œuvres complètes

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Beau et troublant...

10 étoiles

Critique de JEANLEBLEU (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 49 ans) - 4 août 2013

C'est en effet l'effet qu'a produit en moi ce texte. Je souscrit entièrement à la magnifique critique de Jlc et j'ajoute que ce bref essai sur Bordeaux a remué beaucoup de choses en moi. En tant que Bordelais (de naissance si ce n'est d'origine), ayant quitté Bordeaux à 24 ans, les mots de François Mauriac ont résonné en moi en éveillant beaucoup de choses dont certaines sont proches de ce qu'a vécu l'auteur. A tel point qu'à certains moments, je pouvais me prendre pour l'écrivain (dont je n'ai malheureusement pas le talent !). C'est étrange ce sentiment de pouvoir s'identifier autant à une oeuvre littéraire !
De façon générale c'est pour cette raison que j'aime tout particulièrement François Mauriac : au-delà du fait d'être un écrivain génial, le fait qu'il parle de Bordeaux et de sa région (qui sont aussi mon terreau) de cette façon amplifie en moi la puissance de son oeuvre.
Mais je pense, que cet essai touchera aussi l'âme de non bordelais et qu'il doit être faisable pour tout lecteur non girondin de transposer les sentiments et les sensations décrits dans un autre cadre géographique.

Forums: Bordeaux

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Bordeaux".