Des jumeaux presque parfaits de Teresa Solana

Des jumeaux presque parfaits de Teresa Solana
( Un crim imperfecte)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Sahkti, le 7 avril 2009 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 44 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (39 893ème position).
Visites : 2 233 

Détectives du dimanche

Quel fantastique roman que celui-ci !

Borja et Eduard sont frères jumeaux. Pourtant, rien ne les assemble, on ne pourrait jamais dire qu'ils sont frères. Borja n'est d'ailleurs pas un vrai nom, c'est une fausse identité créée à la place du prénom de Josep, parce que ça fait mieux, parce que Borja aime épater et qu'Eduard est plutôt synonyme d'ombre.
Après quelques années de séparation, les deux frères se sont retrouvés et associés dans une entreprise bancale d'enquêteurs. Le but est de séduire quelques gros clients pour s'assurer des fins de mois plus faciles. C'est ainsi que Lluis Font, député très connu à Barcelone, sollicite les service des joyeux drilles pour investiguer sur sa femme, qu'il soupçonne d'avoir un amant, après l'avoir découverte peinte par un célèbre artiste alors qu'elle ne lui en avait jamais parlé. C'est le début d'un engrenage, drôle et dramatique à la fois. Borja et Eduard vont de surprise en surprise et dans leurs maladresses, finissent tout de même par collationner les pièces du puzzle.

C'est bien mené du début à la fin, dans un langage fluide et accrocheur. Ces deux anti-héros, un brin patauds et pas bien méchants, deviennent rapidement attachants et l'histoire, quelque peu rocambolesque, captive l'attention par tout ce qu'elle a d'étonnant et qui peut toutefois se révéler extrêment banal. Sur ce point, Teresa Solana maîtrise l'art de monter en épingle les petits détails de la vie et de faire tourner en rond ses enquêteurs (et aussi ses lecteurs), les menant vers de fausses pistes mais aussi de vraies découvertes.
Un roman lu d'une traite, vraiment agréable, grave et léger à la fois. Tout cela est drôle et en même temps s'esquisse à travers ces lignes, une certaine réalité espagnole, celle de la classe moyenne qui peine de plus en plus à nouer les deux bouts. Un bon moment de lecture !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Des jumeaux presque parfaits [Texte imprimé], roman Teresa Solana traduit du catalan par Juan Vila
    de Solana, Teresa Vila, Juan (Traducteur)
    Actes Sud / Lettres hispaniques (Arles)
    ISBN : 9782742782482 ; EUR 22,00 ; 30/03/2009 ; 341 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un roman assez imparfait …

3 étoiles

Critique de Ori (Kraainem, Inscrit le 27 décembre 2004, 82 ans) - 2 février 2010

Le héros, personnage falot, l’aîné d’une paire de jumeaux, suit aveuglément son puîné, lequel, jouant à l’aristocrate, prend toutes les initiatives dans la gestion de leur agence de détectives privés. Une affaire délicate vient de leur échoir : à la demande d’un notable catalan, aussi fortuné que mystérieux, il s’agit d’effectuer la filature de son épouse, soupçonnée d’infidélité et qui finit par être assassinée.

A la faveur de l’enquête discrète menée par nos amis, en parallèle avec la police, le lecteur se familiarise avec la vie à Barcelone, et notamment la fracture qui en affecte la sociologie. Au sud de l’avenue Diagonale se regroupent les classes moyennes qui vivent au jour le jour, tandis qu’au nord, la haute bourgeoisie y déploie ses fastes en vase clos, et use de ses relations pour accéder au pouvoir.

L’auteur fera appel à de nombreux rebondissements farfelus, tels l’effondrement d’un plafond livrant dans les gravats la petite amie de l'un des personnages, ou la livraison accidentelle à la police d’un vrai-faux tableau, ou encore l’exécution d’un portrait en pied effectué à partir de la photo d’une femme endormie dans un train …

Tandis que les autorités finissent par classer sans suite l’affaire du meurtre, nos détectives nous présentent quasiment en fin d’ouvrage, un ''deus ex machina'', un assassin sorti de nulle part, antithèse de toutes les bonnes recettes de polars et pourtant dernière ficelle d’un roman assez désordonné et qui m'aura somme toute peu séduit ...

Premier roman bien ficelé

7 étoiles

Critique de Garance62 (, Inscrite le 22 mars 2009, 56 ans) - 28 juin 2009

Jolie réussite que ce premier roman traduit de l'espagnol. Suite à la bonne critique de Sahkti je me suis décidée à l'essayer. C'est bien imaginé, bien construit. L'histoire joliment rocambolesque nous fait nous perdre dans une histoire politico-policière avec des accents de description de la vie Barcelonnaise. Les deux protagonistes sont des jumeaux, associés dans une agence de détectives, dont personne ne connait le proche lien de parenté, la vie les ayant éloignés pendant très longtemps. J'ai aimé la façon dont cette femme, Teresa Solana, a pu s'approprier la psychologie masculine, les réactions, sentiments, impressions de ces deux hommes si différents mais qui se comprennent sans forcément beaucoup se parler. Est-ce la gémellité qui permet cette compréhension quasi évidente qu'ils ont l'un de l'autre? Peu importe. C'est réussi. Nous les suivons dans leurs pérégrinations, le narrateur faisant confiance et acceptant (sans quelquefois que le choix contraire lui soit possible!) les décisions inopinées, inattendues de son frère. Une symbiose idéale dans ce genre d'enquête tordue, le meurtre de la femme d'un homme politique très en vue. Si l'enquête policière est le fil conducteur, il ne s'agit pas pour moi d'un roman policier. Petites cerises sur le gateau avec des traits d'humour sympathiques. On ne s'y ennuie pas mais on n'apprend pas non plus grand-chose.. ce n'est pas le but. Un bon roman de détente qu'on avale sans aucune peine. Juste déçue par la fin (je me tais !).

Forums: Des jumeaux presque parfaits

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Des jumeaux presque parfaits".