Pays perdu de Pierre Jourde

Pays perdu de Pierre Jourde

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Dominiq, le 7 avril 2009 (Inscrit le 18 mars 2005, 55 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 727ème position).
Visites : 3 119 

Pas de doute

Pierre Jourde, certains devaient l'attendre au tournant de ces rudes lacets ! Plus vindicatifs, plus à vif encore, mais plus sournois aussi que ces quelques personnes qui, se considérant mal évoquées - à tort, vraiment - dans Pays Perdu, s'en sont pris physiquement à l'auteur.
Je veux parler de tout ceux, journalistes, éditeurs, scribouilleurs que "La littérature sans estomac" avait épinglés ! A raison, cette fois !
Parce que, voilà, c'est bien dommage pour eux, mais il faut le reconnaitre: Pierre Jourde est un authentique écrivain.
Dans "Pays perdu", Pierre Jourde fouille sans concession, et avec un talent, une sincérité évidents, un stylet qui ne se ménage pas, développe parfois avec acharnement, ne lâche prise qu'après avoir épuisé le sujet, les tréfonds sombre d'une humanité qui se délite à l'écart de presque toute socialité. Et c'est terriblement convaincant.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Pays perdu [Texte imprimé] Pierre Jourde
    de Jourde, Pierre
    Pocket / Presses pocket (Paris)
    ISBN : 9782266143783 ; 5 EUR ; 11/02/2004 ; 166 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un moment d'égarement

7 étoiles

Critique de Sissi (Besançon, Inscrite le 29 novembre 2010, 48 ans) - 1 mai 2014

C'est un véritable petit moment d'égarement que ce livre, car oui on s'égare, spatialement dans un premier temps tant l'accès à ce "pays perdu" semble impossible, temporellement ensuite tant la vie s'écoule dans un rythme qu'aucun citadin moderne ne peut connaître, humainement ensuite tant la galerie de personnages présentée lors de la tournée des maisons semble irréelle.
Plusieurs fois il faut se redire que tout ça se passe ici et maintenant, que dans les petits villages reculés la vie est une autre vie, faite de traditions, de ruralité, de ripailles en communauté dont on ne sort que titubant.
A la fin, le narrateur et son frère reprennent la route, ferment la parenthèse et s'en retournent dans la "vraie vie".
Mais, au fait, quelle est la vraie?

La vérité nue, simplement: sans complaisance, ni malveillance

10 étoiles

Critique de Provisette1 (, Inscrite le 7 mai 2013, 7 ans) - 8 décembre 2013

Ayant lu "La première pierre" précédemment, il me fallait lire celui-ci pour pouvoir connaitre l'origine littéraire, pour moi, l'origine de réalités décrites pour tous ces villageois, paysans, source de cette violence, cette haine que l'auteur et sa famille ont eu a subir ensuite.

Je partage l’intégralité des propos de Bebmadrid dans sa critique: juste et pertinente.

Car, oui, si l'auteur nous évoque avec un immense talent et la distanciation nécessaire ce monde rural où se mêlent "des temps différents", ce monde où "rares sont les maisons où l'alcool n'a pas ses victimes, ses esclaves... où "l'alcool est entré dans le sang", un monde "à l’espèce répandue des vieux célibataires", un monde où même mourir devient un problème, un monde, hélas!, si réel dans la campagne dite "profonde", il met, en conséquence, à nu des réalités humaines qu'il n'ignore pas depuis l'enfance, les ayant connues au plus près, des vérités qui ont, sans nul doute, blessé chacun des villageois décrits dans ce "Pays perdu".

En qualité de lectrice mais ayant vécu de nombreux mois dans un de ces "pays perdus"- abandonnés, sans conteste, pour moi- j'ai, donc, lu ce livre en tant qu'oeuvre littéraire mais, dans le même temps, en tant que chronique sociologique d'un monde ignoré d'une immense majorité.

Pierre Jourde est un écrivain rare, un écrivain qui sublime même la mort.

Un livre marquant. Précieux.

Une réalité crue

8 étoiles

Critique de Bebmadrid (Palma de Mallorca, Inscrit le 29 novembre 2007, 40 ans) - 26 décembre 2011

J'avais hâte de lire ce Pays perdu de Pierre Jourde qui lui a valu des démêlés avec les propres personnages du roman.
Effectivement, on peut reconnaître qu'il n'y va pas de main morte avec le village et ses habitants: l'alcoolisme, les rivalités entre familles, l'odeur de merde (trois pages consacrées aux différents types de fiente!), etc...
Mais en même temps, on ne trouve aucune agressivité dans le livre. Jourde n'est pas insultant, il se limite à nous offrir une description crue et réaliste de ce petit hameau profondément enfoui dans la nature.
J'ai été séduit par ce roman, l'écriture est superbe et le vocabulaire est d'une grande richesse. Il dépeint la France rurale et sa désertion progressive.

Profonde France

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 63 ans) - 26 mars 2011

« Pays perdu » est une œuvre originale, entre biographie, sociologie et fiction rurale. Le pays perdu existe. Pierre Jourde le connait bien et il a manifestement souhaité lui rendre hommage par le biais de cette œuvre. L’enfer, dit-on, est pavé de bonnes intentions. Celles de Pierre Jourde l’ont, semble-t-il, effectivement conduit en enfer puisqu’après la publication de « Pays perdu », s’en retournant au dit pays, il a failli se faire lyncher par des habitants qui considéraient que, j’imagine, Pierre Jourde s’était moqué d’eux.
Ce pays perdu est plutôt du côté du Centre de la France, ou tout au moins dans un Massif couramment qualifié de Central. Ce n’est pas que rural, c’est aussi montagnard. Circonstance plutôt aggravante en terme de développement, de dynamisme, de vie même, simplement. Il y en a combien de ces villages dont la vie s’effiloche inexorablement et dont le futur s’écrit définitivement au passé ?
Le roman commence avec l’arrivée de deux frères, qui manifestement ont eu l’occasion de vivre au village (vacances) et qui refont la route en voiture, l’un d’entre eux héritant d’un Joseph, lointain cousin qui lui lègue sa masure. Une masure, oui, mais une masure où, peut-être, on imagine que des biens pourraient être cachés.
Pierre Jourde ne nous épargne rien de la difficulté d’accès (et on s’étonne que les villages se désertifient !). Puis c’est l’arrivée et, comme une revue d’effectif, les retrouvailles avec ceux d’ici, qui survivent encore, vaille que vaille. Atmosphère sombre – d’hiver froid – nihilisme sociétal, ou quasi, mais la langue de Pierre Jourde fait merveille pour nous toucher sur le présent et le devenir de ce village (on n’ose parler de futur !) et de ceux qui y vivent. Comment ceux-ci ont-ils pu si mal interpréter la démarche ?
C’est dommage. Mais reste « Pays perdu ».

Forums: Pays perdu

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Pays perdu".