Les morsures de l'ombre de Karine Giebel

Les morsures de l'ombre de Karine Giebel

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Ayor, le 1 avril 2009 (Inscrit le 31 janvier 2005, 45 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 22 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (656ème position).
Visites : 9 524 

Terrifiant.

Après avoir lu "Terminus Elicius" que j'avais bien apprécié sans toutefois le trouver extraordinaire, je me suis lancé dans cet autre roman de Karine Giebel dont le synopsis me laissait entrevoir un thriller palpitant. Pari plus que réussi. Tous les ingrédients sont présents pour vous faire passer un excellent moment. En dehors d'un tic de ponctuation quelque peu abusif, le style est direct, percutant et rien ne vient entraver un suspense habilement entretenu jusqu'aux ultimes lignes. Le scénario diabolique tient parfaitement la route, tout comme les personnages dont la psychologie travaillée sans excès les rendent soit attachants, soit antipathiques selon les situations. Et alors que dire de l'ambiance... glauque et oppressante à souhait.
Roman court (ce qui parait être une habitude chez cet auteur) qui se dévore chapitre après chapitre sans jamais baisser de rythme. Vivement son prochain sur ma liste, à savoir "Chiens de sang".


Benoît Lorand, commandant de police dans la région de Besançon, se réveille dans une cave. Rapidement, il se rend compte qu'il est retenu prisonnier. Sa geôlière se trouve être une superbe femme rousse prénommée Lydia. Celle-ci parait quelque peu dérangée et veut se venger des soi-disant méfaits du policier. Ce dernier nie tout en bloc et cherche à comprendre comment il a bien pu se retrouver dans une situation aussi désespérée. Sa vie ne tient qu'à un fil et ses tortures autant physiques que psychologiques ne font que commencer.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Les morsures de l'ombre [Texte imprimé] Karine Giebel
    de Giebel, Karine
    Fleuve noir
    ISBN : 9782265085848 ; EUR 14,90 ; 08/11/2007 ; 290 p. ; Broché
  • Les morsures de l'ombre [Texte imprimé] Karine Giébel
    de Giebel, Karine
    Pocket / Presses pocket (Paris)
    ISBN : 9782266181365 ; EUR 6,95 ; 10/09/2009 ; 320 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un peu déçue mais...

8 étoiles

Critique de Palmyre (, Inscrite le 15 avril 2004, 56 ans) - 21 novembre 2015

Mon premier contact avec Karine Giebel fut "Meurtres pour rédemption". Une révélation! Je me suis promis de lire tout ce que cet auteur écrirait!
C'est donc avec entrain que j'ai commencé la lecture de ce livre-ci.
Il m'a fallut pas mal de temps pour "entrer" dans l'histoire, mais j'ai quand même fini par me laisser prendre par le suspense.
Au final donc, un bon roman mais dont je trouve la fin un peu bâclée.

Bon roman, mais petite déception

5 étoiles

Critique de Lolo6666 (, Inscrit le 20 août 2009, 44 ans) - 10 avril 2015

Après la claque reçue par "Meurtres pour rédemption", Karine Giebel avait forcément un puissant goût de "revenez-y".

Je me suis donc lancé dans "Les morsures de l'ombre", mais j'ai compris, au fil des pages, que la Lydia de ce roman n'aurait pas le même impact que Marianne de Gréville.

Peut-être est-ce le thème de la séquestration, rappelant le "Misery" de Stephen King. Un huis clos moins surprenant. Une impression de déjà vu. Ou bien en attendais-je beaucoup trop tout simplement ? Car, finalement, cela reste un vrai plaisir de lire Karine Giebel. Et bien que n'ayant pas été happé sur ce coup, j'y retournerai.

Captivant

9 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 58 ans) - 28 février 2015

Un roman en vase clos très prenant.
Toutefois, à mon sens, il aurait mérité une meilleure qualité d'écriture ; mais là n'est peut-être pas le but... le thriller étant un style bien à part.
Donc j'ai trouvé l'histoire bien ficelée et c'est le genre de livre qui donne l'eau à la bouche : impossible de lâcher prise.
Bilan : une nuit blanche et 290 pages de plaisir de lire.

Mon 1er Karine GIEBEL

7 étoiles

Critique de Gilou (Belgique, Inscrite le 1 juillet 2001, 70 ans) - 6 juin 2014

Benoît est un policier un peu volage. Il offre un dernier verre au bar à une jolie rousse rencontrée par hasard.

Il propose de la ramener chez elle... et elle accepte avec une facilité qui ne lui paraît pas louche, au premier abord.

Cette femme a décidé de se venger d'un crime qu'il a OU pas commis. Le mystère est entier jusqu'au bout.

Cette rencontre sera pour lui le début de l'enfer.

Mon avis :
Etant donné que c'est un thriller, je n'en dévoile pas plus.
L'intrigue est tellement bien ficelée.
Ecrite dans un style facile et fluide , on ne se rend pas compte qu'on lit presque sans discontinuer.

Le lecteur est dans l'attente depuis la première page.

On ne saura la vérité qu'à la toute dernière page, si pas à la dernière ligne...

Peut-être cette histoire vous restera en mémoire, comme moi, vous poursuivra même... encore longtemps après avoir fermé le bouquin.

Je ne suis pas trop "amateur" de policiers & thrillers mais j'en lirai sûrement d'autres de Karine GIEBEL.

Bonne lecture aux amateurs de Policiers & Thrillers.

Les morsures de l'ombre de Karine Giebel

10 étoiles

Critique de Lesthrillers.canalblog.com (, Inscrit le 7 mars 2014, 31 ans) - 7 mars 2014

Présentation de l'éditeur
Une femme rousse, plutôt charmante. Oui, il se souvient. Un peu... Il l'a suivie chez elle... Ils ont partagé un verre, il l'a prise dans ses bras... Ensuite, c'est le trou noir. Quand il se réveille dans cette cave, derrière ces barreaux, il comprend que sa vie vient de basculer dans l'horreur. Une femme le retient prisonnier. L'observe, le provoque, lui fait mal. Rituel barbare, vengeance, dessein meurtrier, pure folie ? Une seule certitude : un compte à rebours terrifiant s'est déclenché. Combien de temps résistera-t-il aux morsures de l'ombre ? Ça ressemble a un jeu. Le premier qui bouge a perdu. Dans ce roman noir magistral et tendu à l'extrême, Karine Giebel nous entraîne dans un huis clos glaçant au cœur de la folie. Un livre dont on ne ressort pas indemne.


Karine Giebel est varoise depuis toujours. Elle est entrée dans le monde de l’écriture après des études de droits. Son premier prix (en littérature) date de 2005. Les morsures de l’ombre est son troisième roman, et d’autres ont été publiés depuis et ont, eux aussi, connu un vif succès.


J’ai lu Les morsures de l’ombre il y a trois ans, et ce livre reste sans conteste un de mes préférés. Pour différentes raisons, la première étant qu’il m’a hanté pendant des semaines. Je ne cessais de repenser à l’histoire et aux personnages. Un vrai choc ! Des images crues et violentes, parfois intenables, et une succession de scènes d’action à couper le souffle. Les morsures de l’ombre est un huis clos capable d’inonder le lecteur d’une rage de colère. Cette femme « torturée » torture l’esprit autant que la chair et l'âme de son prisonnier, et aucune autre ne lui ressemblera jamais. Et de ce flic, son condamné, ce coureur endurci, on s’en souviendra longtemps ! L’auteure use d’une écriture souple aux phrases courtes crachées comme du venin paralysant.


Un régal.

Allez jeter un oeil à mon blog pour voir d'autres chroniques de thrillers et polars.

http://lesthrillers.canalblog.com/

Quelle déception!

2 étoiles

Critique de Kevin_f (, Inscrit le 20 août 2009, 37 ans) - 24 janvier 2014

J'ai commencé ce roman plein d'espoir, l'auteure que je n'avais jamais lu jouissant d'une réputation de faiseuse de suspense très flatteuse.

Début du livre, première déception : le style est très faible. Je continue tout de même...

Deuxième déception, l'histoire : il ne se passe rien, ou plutôt toujours la même chose! Le héros est enfermé dans une cave détenue par sa geôlière Lydia, convaincue qu'il a tué sa sœur. Il lui dit que non, ce n'est pas lui, elle lui dit que si, c'est lui. Et ce pendant 150 pages...

Troisième déception (attention je spoile) : le rebondissement ridicule! Quand enfin Lydia se rend compte qu'il est innocent, elle descend à la cave pour le libérer, s’électrocute en allumant la lumière et meurt en chutant... Ok... A ce niveau d'incohérence, un avion aurait tout aussi bien pu s'écraser sur la maison!

Je suis parvenu difficilement à aller au bout du livre, la fin est plutôt réussie, mais le mal était déjà fait...

histoire de fou

8 étoiles

Critique de KAROLE (, Inscrite le 9 février 2010, 42 ans) - 6 décembre 2013

J'ai pris plaisir à lire ce livre.
Un huis clos très angoissant, étouffant et prenant, il y a beaucoup de suspense,
on a du mal à lâcher ce livre .
Une histoire de la folie pour elle et de la peur qui évolue vers l'horreur pour lui,on souffre avec lui d'ailleurs.
Une fin inattendue qui glace le sang.
Bravo karine Giebel encore un roman noir et psychologique mené d'une main de maitre ;elle a l'art de nous transmettre une certaine tension et d'être comme dans un film.
Une écriture fluide .
Un conseille lisez ce livre et même tous les autres livres de Karine Giebel vous ne pouvez pas être déçu si vous aimez les thrillers psychologique.

Mission remplie

10 étoiles

Critique de Marlène (Tours, Inscrite le 15 mars 2011, 40 ans) - 23 décembre 2012

Je l'avais dans mon sac (j'ai toujours un livre dans mon sac , si je m'ennuie ...) et en attendant je l'ai lu , et si finalement je suis en train de lire totalement autre chose (la troisième enquête de Theodore Tate , le flic de Paul Cleave) j'ai été intriguée et finalement , comme il était pas gros j'ai continué plus tard .
Le livre se lit vite , j'ai même pas mis 48 heures (en journée , c'est possible) mais j'y ai pris beaucoup de plaisir , enfin , si je peux dire ainsi !
On rentre dans le vif du sujet dès la première page , cela m'a fait penser à une scène d'Un employé Modèle de P.Cleave d'ailleurs ... Et j'ai voulu savoir , c'est très sombre et oppressant . On ressent de l'empathie pour le prisonnier (un commissaire de police) comme pour la tortionnaire (une jeune femme) et on a envie de savoir toujours plus . On a le point de vue d'un peu tout le monde , et j'ai vraiment eu envie de savoir les tenants et les aboutissants , je n'ai d'ailleurs pas lâché le livre du milieu à la fin , me faisant me coucher tard ;)
Deuxième livre de Giebel , après l'excellent Juste une Ombre , qui m'a donné envie de commencer en alternance avec P.Cleave Jusqu'à ce que la mort nous unisse .
Une auteur à découvrir !

huis clos

7 étoiles

Critique de Gardigor (callian, Inscrit le 27 avril 2011, 40 ans) - 15 octobre 2012

après être passé par le "vertige" de Thilliez (petite déception) me voilà face à un premier livre de Giebel dont j'ai lu le plus grand bien.
je n'ai pas été très emballé par le huis clos au sens large, on tourne assez vite en rond même si le roman est plutôt court et se lit très vite.
Par contre les idées sont bonnes et le rythme plutôt intéressant et on passe finalement un moment agréable.
Je vais essayer de découvrir cette auteur sur d'autres romans moins axés sur le côté huis clos.

Huis-clos infernal

7 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 59 ans) - 17 juin 2012

Le commandant de police Benoit Lorand se réveille douloureusement et découvre qu'il est enfermé dans une cave sombre. Sa surprise est grande quand il voit apparaître sa geôlière, Lydia, une belle jeune femme rousse. Les souvenirs de la nuit lui reviennent; elle était en panne, il lui a proposé son aide... et le voilà à sa merci. Car Lydia est décidée à le tuer; lentement, le plus lentement possible.
Elle lui dévoile peu à peu les raisons qui l'ont poussée à organiser ce drame.
La suite du roman reposera principalement sur le déroulement de ces journées d'enfermement et de torture, quelquefois d'espoir pour Benoit.
Son histoire personnelle, ses aventures extra-conjugales, ses relations au commissariat, l'enquête de ses collègues permettent pendant quelques pages de s'échapper de ce cauchemar.
Un roman qui tire sa force de ce huis-clos diabolique mais qui manque d'épaisseur dans la construction et surtout le développement des responsabilités qui ont plongé le commandant dans cette cave.
Malgré tout, on peut difficilement arrêter la lecture avant d'arriver à une fin inattendue.

Un captif captivant

9 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 38 ans) - 6 mai 2012

L'histoire se lit à cent à l'heure et on est balancé comme dans un flipper au rythme du récit et des dialogues brefs et incisifs. Karine Giebel utilise une écriture simple d'une grande efficacité même si les échanges courts et rapides entre les deux protagonistes vont parfois un tantinet trop vite: on est un peu étourdi.
On se retrouve en totale empathie avec la victime et on ressent toute la détresse, l'incompréhension et les douleurs de cet homme pris au piège et tourmenté par une inconnue. La tension est d'autant plus forte que les raisons de sa détention sont inconnues. Un dernier bémol que je peux mettre à ce huis clos, c'est d'être trop court car à la fermeture du livre, on en redemande.

La fin m'a scotchée!

10 étoiles

Critique de Lalie2548 (, Inscrite le 7 avril 2010, 33 ans) - 16 février 2012

Autre coup de coeur de ce début d'année! J'ai adoré et la fin je l'ai dévorée. Je ne m'attendais pas du tout à cela.

Ce livre est assez sombre et suivre l'histoire de cet homme enfermé et qui ne sait même pas pourquoi, il est traité de la sorte m'a vraiment captivée tant je voulais savoir le fin mot de l'histoire.

J'adore l'écriture de Karine Giebel. C'est une auteure que j'apprécie beaucoup. J'ai déjà lu trois de ses bouquins et je ne risque pas de m'arrêter en si bon chemin!

Bon thriller mais...

7 étoiles

Critique de Lynch (Perpignan, Inscrit le 15 avril 2007, 41 ans) - 1 novembre 2011

Pour faire simple : j'ai aimé ce roman.
J'ai aimé l'ambiance qu'a su créer l'auteure: sordide, glauque, lourde. J'ai aimé la fin ( chose faisant souvent défaut à certains romans par ailleurs prometteurs). J'ai lu ce livre quasiment d'une seule traite dans l'après midi et je suis encore imprégné du climat encore une fois très bien instauré par Karine Giebel.
Malgré tout j'apporterais quelques bémols:
Tout d'abord, un ou deux rebondissements que j'ai trouvé légèrement trop tirés par les cheveux et qui m'ont un peu sorti de ma lecture. Ensuite quelques longueurs dans un livre paradoxalement court.
Pour conclure je dirais que malgré ces réserves je suis plus qu'ouvert à une prochaine lecture d'un roman de cette auteure.

Bon polar noir

8 étoiles

Critique de Didoumelie (, Inscrite le 5 septembre 2008, 45 ans) - 10 septembre 2011

Un bon polar, qui se lit facilement, avec juste ce qu'il faut comme rebondissements et ambiance noire pour que le suspense fonctionne.
J'ai passé un bon moment avec ce livre lu très rapidement, au style très facile à lire.
J'envisage donc de lire "Meurtres pour rédemption" dont j'entends beaucoup de bien.

KARINE GIEBEL : une valeur sûre

9 étoiles

Critique de Vertigineux (, Inscrit le 11 février 2011, 57 ans) - 24 mai 2011

Subjugué par la lecture de "Meurtres pour rédemption", c'est avec un grand plaisir que j'ai avalé "les morsures de l'ombre".
Ce livre se lit en toute facilité. On se trouve vraiment à l'aise dans les intrigues de cet écrivain incroyablement méconnu vu son immense talent.
C'est une intrigue bien ficelée, le genre de bouquin que l'on ne pose pas avant d'en avoir enfin terminé.
C'est très bon.
Mais Karine a pondu un chef d'oeuvre. C'est "Meurtres pour rédemption". Celui-là est à lire absolument!
Si vous êtes comme moi, le plaisir de lire sera dûr à retrouver après cette lecture...
Il demeure étonnant qu'un auteur d'une telle qualité soit méconnu alors que des auteurs médiocres réussissent à vendre des milliers de bouquins profitant de marketing efficace.

Un livre surestimé...

4 étoiles

Critique de Marsup (, Inscrit le 22 octobre 2009, 42 ans) - 9 mai 2011

J'ai découvert cet auteur et ce livre au rythme de mes pérégrinations sur notre site préféré. Et cela m'a donné envie de le lire.

J'avoue que je trouve les critiques très exagérées. Ce thriller est bien écrit mais, au bout du compte, ne raconte pas grand chose.

C'est court, et paradoxalement très long. Le récit stagne et l'intrigue tarde à se dénouer (pas d'indice semé par ci par là!). J'ai donc progressé dans ma lecture un peu comme un fantôme, si bien que lorsque le dénouement est arrivé, je me fichais de savoir qui avait fait quoi, qui manipulait qui et dans quel but !

C'est assez banal, sans inventivité...

Tout simplement stupéfiant !

10 étoiles

Critique de Chitme (, Inscrite le 19 avril 2011, 27 ans) - 19 avril 2011

Au départ, quand j'ai pris ce livre entre mes mains, je me suis dit que ce ne serait qu'un thriller comme les autres... J'ai avancé un peu dans ma lecture (une vingtaine de pages )puis l'ai abandonnée quelques jours me demandant si c'était vraiment possible d'écrire un roman dont l'histoire se passerait dans un même pièce en autant de pages ?! Je pensais cette histoire ennuyante.

Puis il m'est venu l'envie de la reprendre, j'aime finir ce que j'ai commencé....et je n'ai plus décroché avant d'avoir fini ! C'est incroyable le pouvoir que certains livres ont sur nous. L'envie de connaitre la fin est plus forte que nous ! Il nous faut des réponses et un dénouement ! En parlant du dénouement, quelle secousse !! Je me suis sentie si concernée quand j'ai eu fini !

L'écriture est agréable, on ne se perd pas l'histoire, je ne trouve pas qu'il y ait des futilités inutiles, les personnages qui nous sont présentés sont tous les personnages utiles à la compréhension de l'histoire, ni plus ni moins.

J'ai adoré et j'ai hâte de découvrir les autres histoires de l'auteure !
J'aimerais la remercier pour le moment plein d'émotions qu'elle m'a fait passer en ce jour.

À mon avis, plutôt mauvais

2 étoiles

Critique de Gabri (, Inscrite le 28 juillet 2006, 32 ans) - 7 septembre 2010

J’ai eu beaucoup de mal avec ce livre. Premier accroc : la ponctuation. Nul besoin de nous jeter des points d’exclamation à toutes les fins de phrases, au point d’en venir à la nécessité d’ajouter un point d’interrogation aux points d’exclamations pour marquer les phrases ou les dialogues «vraiment» exclamatifs. Deuxième accroc : le huis-clos. J’aime les romans policiers aux enquêtes tentaculaires, avec différents morceaux de puzzle s’imbriquant tranquillement les uns dans les autres tout au fil de l’histoire pour créer un suspense ne nous laissant aucun répit. Les deux cents premières pages de ce roman m’ont laissé une impression totalement contraire. Nous avons un genre de «huis-clos» entre un policier pris en otage par une geôlière qui prend au moins cent pages à lui expliquer pourquoi, et encore cent pages à ne rien vouloir entendre de ce que le policier a à lui dire. Ce qui donne : des insultes, de la torture, des insultes, de la torture et encore des insultes, le tout parsemé de quelques incursions dans l’enquête policière qui n’avance jamais, faute de pistes. Donc, pas de suspense pour moi. Troisième accroc : les incohérences. Depuis quand une policière ayant eu une aventure avec le principal intéressé de l’enquête est-elle autorisée par son patron, qui est au courant de tout, à livrer un interrogatoire à la femme de celui-ci, qui est aussi au courant de tout, au sujet… des infidélités de son mari. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Quatrième accroc : les idées reçues. Il n’y a aucune nuance dans ce roman : l’infidélité, c’est mal, point. Supporter l’infidélité se mérite des «?!?!?!?» tout au long du livre. Aucune psychologie de côté-là. Cinquième accroc : les personnages. Ils m’ont semblé beaucoup trop caricaturés, et peut-être est-ce justement ce qui finit par faire tomber le huis-clos complètement à l’eau. Avec un peu plus de crédibilité, de réalisme, de psychologie et surtout, avec plus d’éléments, peut-être aurait-on réussi à donner à ces deux cents pages de prise d’otage un peu plus de suspense et de fébrilité.

Le rythme s’accélère lors des 80 dernières pages. L’enquête finit par avancer et on a enfin quelques réponses à nos questions. La fin se lit bien et on est finalement pris par l’histoire… Mais il reste qu’une fois la dernière page tournée, je me suis dit que tout ça était assez tiré par les cheveux. Encore une fois, trop de caricatures, trop de stéréotypes, et donc une impression finale de polar assez superficiel.

J'adore cette auteure, j'en suis fan

10 étoiles

Critique de Kikounette (Nîmes, Inscrite le 15 mai 2003, 46 ans) - 5 août 2010

Tous ces bouquins sont bien.

A lire absolument : "Chiens de sang", "Terminus Elicius" et certainement "Jusqu'à ce que la mort nous unisse" que je n'ai pas encore lu mais qui promets d'être super !

Lisez ses bouquins vous ne serez pas déçus !

huis-clos monumental

10 étoiles

Critique de Clubber14 (Paris, Inscrit le 1 janvier 2010, 38 ans) - 12 mai 2010

J'ai tout simplement adoré ce thriller pour les raisons suivantes :

1) noirceur implacable
2) huis-clos saisissant
3) style d'écriture direct, punchy, sans fioritures, fluide
4) des dialogues crus
5) un finish sensationnel
6) pas besoin d'un roman de 600 pages pour vous faire rêver, ici c'est 300 pages max et qui se lisent à une vitesse hallucinante (4 heures de lecture maximum)

Pour faire simple comme l'a fait Karine Giébel : juste à lire d'urgence

Magistral

9 étoiles

Critique de Loïx (, Inscrit le 19 mars 2010, 33 ans) - 19 mars 2010

Roman que je n'ai pas pu quitter avant d'avoir fini. On a envie de savoir. Toujours plus. Ce livre m'a un peu harcelé jusqu'à la fin.

Forums: Les morsures de l'ombre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les morsures de l'ombre".