Pour qui sonne le glas de Ernest Hemingway

Pour qui sonne le glas de Ernest Hemingway
(For Whom the Bell Tolls)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Jules, le 10 décembre 2000 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 13 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (272ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 11 797  (depuis Novembre 2007)

Un très grand roman du siècle, une grande écriture

Le personnage principal de ce livre s'appelle Robert Jordan. Il est spécialiste en dynamite et le quartier général républicain l’envoie dans les montagnes chez les maquisards.
Sa mission est simple, mais cruciale : faire sauter un pont au bon moment. Pas trop tôt, pas trop tard. Les républicains déclencheront une offensive et Jordan ne doit faire sauter le pont que si les troupes franquistes tentent de s’en servir pour faire passer des renforts et faire échouer l’offensive. Dans le maquis Jordan est entouré de plusieurs hommes dont Pablo est le chef. Ce dernier pense plus à sa petite guerre personnelle qu'aux intérêts de la République. Mais Pilar (Hemingway donnera plus tard ce nom à son bateau pour la pêche au gros), est une véritable républicaine et a une réelle influence sur Pablo et ses hommes. Il y a aussi Maria, très belle jeune femme, qui a fortement souffert des troupes franquistes et s’est réfugiée là.
Laissons l'histoire se dérouler…
Hemingway a une façon bien à lui d'écrire : il est très concis. C’est l’influence de son métier de journaliste qui ressort. Il luttera toujours contre les mots de trop. Un jour Faulkner, au style opposé, dira de lui que son vocabulaire ne tenait qu'en bien peu de mots. Sa réponse sera dans le genre : il ne me semble pas nécessaire que le lecteur doive prendre le dictionnaire pour arriver à comprendre des émotions. Et Hemingway s'y connaît pour faire passer les émotions, souvent suggérées plutôt que décrites. Son style a frappé son époque et nombreux sont ceux qui s’y sont essayés. Cette capacité de concision a d’ailleurs fait de lui un des grands spécialistes de la nouvelle. Il en écrira toute sa vie et Gallimard vient de les rassembler toutes en un seul volume, classées par ordre chronologique : une merveille !
Les thèmes de " Pour qui Sonne le Glas " sont ceux de l'ensemble de l'œuvre d'Hemingway. La lutte contre la mort, mais accompagnée de l'acceptation et de la volonté de l'affronter. C’est elle qui donne son sens à la vie et la capacité de l'affronter faitr la grandeur de l’homme. À la guerre, en tauromachie, à la chasse : le combat est le même. Il est imprégné du mythe de la virilité, qui ne va bien souvent de pair d'ailleurs qu'avec la peur de l'impuissance. L’homme a à faire ce qu’il doit, indépendamment du prix à payer pour cela. Déjà blessé, Robert Jordan fera ce qu'il doit, mais pas sans mal. Il souffre d’une fracture ouverte de la jambe, pense à se suicider avant que d’être pris, mais il pense au pont et se dit : " Non, ce ne serait pas bien. Parce qu’il y a encore quelque chose que tu peux faire. Tant que tu sais ce que c'est, tu dois le faire. Tant que tu te rappelles ce que c’est, tu dois l'attendre. Allons, qu’ils viennent. Qu'ils viennent ! ".
Il nous donne une vision très juste de ce qu'est une guerre civile : le fils contre le père, le frère contre le frère, l'oncle contre le neveu. C’est la guerre la plus horrible qui soit et il n’est pas étonnant que l'Espagne en soit toujours marquée à ce jour. Un sondage fait, il y a quelques semaines, lors des fêtes pour le vingt-cinquième anniversaire du règne du Roi Juan Carlos, a révélé que plus de 62 % des jeunes se considéraient encore comme concernés par cette guerre !
Si vous ouvrez ce livre, je pense que vous ne voudrez plus l'abandonner !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Très beau livre

8 étoiles

Critique de Benson01 (, Inscrit le 26 mai 2012, 21 ans) - 6 juillet 2013

"Muy guapo libro" même, si mon espagnol est bon.
Pour qui sonne le glas est une œuvre pleine d'humanité se déroulant durant la guerre d'Espagne. Le livre met en scène un groupe de républicains chargés de faire sauter un pont afin de nuire aux fascistes. L'aventure est rythmée par l'émotion et les sentiments, en particulier par la belle histoire d'amour entre Maria et le héros anglais, Robert Jordan, venu combattre pour son idéologie républicaine. C'est tellement beau sous l'écriture d'Hemingway qu'il en est facile pour n'importe quel lecteur de venir à bout de ces 500 pages. Les personnages principaux sont très vivants, l'histoire ne manque pas d'intérêts et de rebondissements bref, c'est une lecture enrichissante et passionnante.
La fin du roman est typique dans les livres d'Hemingway il me semble. Très dure et très triste mais jamais sans émotions.

Voilà un ouvrage que je recommande chaudement.

Destination finale

7 étoiles

Critique de Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 35 ans) - 28 mars 2013

Assurément un bon roman, comme les autres lecteurs je l'ai bien aimé, mais...
Après avoir lu Malaparte tous les autres romans ayant pour toile de fond la guerre sous toutes ses formes font pâle figure.
Pour qui sonne le glas est bien écrit, il est profondément humain et décrit parfaitement les différents sentiments de protagonistes charismatiques: Pablo, quel personnage!
Pourtant pour moi il n'y a pas photo avec Kaputt et la Peau qui lui sont bien supérieurs, plus marquants. Après ce n'est qu'une question de goût.
Au final, un bon roman, à lire assurément, mais pas si exceptionnel que cela.

Du grand Hemingway!

9 étoiles

Critique de Elko (Niort, Inscrit le 23 mars 2010, 41 ans) - 12 janvier 2013

Une grande émotion! Il y a de l'humanité, partout, dans ce qu'elle a de pire lorsque les hommes deviennent fous et lynchent sans retenue leurs semblables, dans ce qu'elle a de meilleure dans l'amour, le sacrifice, le sens du devoir. De la pureté des sentiments au désabusement éclairé de ceux qui luttent et n'abandonnent pas, ce roman ne peut pas laisser indifférent. Une écriture simple et sobre, mais d'une grande puissance. Tout le talent d'Hemingway!

Pour qui sonne le glas

10 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 38 ans) - 6 août 2011

Ce livre est une belle surprise pour moi. Je n'avais pas lu le résumé avant de le lire. Le sujet est la guerre civile en Espagne. Je connaissais peu de chose sur ça.

À mes yeux, le livre parle beaucoup de la violence de l'être humain. L'homme est prêt à tuer d'autres hommes parce qu'ils ne pensent pas de la même façon. C'est aussi un peu l'histoire du début du XXe siècle. Dans ce livre, on voit que communisme ou fascisme, c'est du pareil au même car le seul but est d'éliminer physiquement les gens qui ne sont pas en accord avec l'idéologie. Il y a même pire encore, il y a ceux qui ont la même idéologie et qui sont éliminés pour avoir été ami avec la mauvaise personne.

Ce livre tourne donc beaucoup autour de la mort, surtout celle qui se produit au combat. Mourir pour la liberté ou tout autre concept idéologique.

À couper le souffle

10 étoiles

Critique de Jwpack (, Inscrit le 1 novembre 2010, 37 ans) - 4 décembre 2010

Je viens tout juste de tourner la dernière page de ce bouquin digne d'une œuvre d'art. Comment autant d'aspects peuvent tenir dans un seul livre tout en nous emportant dans une montagne russe d'émotions? Amour, guerre, souvenirs, peurs, humour et j'en passe. Il est difficile de croire que ce roman fut publié la première fois en 1940. J'ai carrément eu un film devant les yeux en lisant chaque ligne.

Avant d'entamer ce livre, j'avais d'emblée quelques préjugés, qui se sont très vite évanouis à la lecture des premières lignes. En effet, je croyais qu'Hemingway était un poète, un auteur classique qui serait difficile à interpréter. Je ne sais d'ailleurs pas trop pourquoi. Je m'attendais à des proses qui devaient nécessiter l'utilisation d'un dictionnaire à chaque phrase. Je me suis trompé. Il s'agit d'un roman fluide, sympathique à quiconque aimant la lecture et d'une beauté extraordinaire.

Voici un court résumé selon Wikipédia: "L'histoire raconte la mission d'un jeune professeur américain, Robert Jordan, engagé dans les Brigades internationales, qui est envoyé en Castille par le général Golz pour faire sauter un pont."

J'ai mangé les premières pages à une vitesse hallucinante. La première soirée, j'en étais rendu presque à la moitié du livre, en me demandant comment j'avais fait pour arriver aussi vite à lire 252 pages. L'histoire est passionnante, captivante et émotionnelle à souhait. Que dire de la finale...

C'est dans cette finalité qu'on retrouve la beauté du roman. C'est dans la manière d'écrire qui nous permet l'incursion dans les pensées de Jordan comme si c'était les nôtres. Je suis maintenant un fervent accro à Hemingway et je m'attarderai sous peu à la lecture de toutes ces œuvres.

À conseiller à tous. Ces romans sont des bijoux de littérature, d'une facilité de lecture déconcertante pour tous ceux croyant, comme moi, que les classiques sont écrits dans un français hautain. Ce n'est pas le cas.

Ma note: 5 étoiles sur 5

Je ne trouve pratiquement aucun point négatif. En fait, le seul serait l'un des chapitres qui m'a donné un peu de difficulté, mais seulement par l'utilisation de plusieurs noms et un peu d'explication politique, mais sans plus. L'auteur ne s'y attarde pas vraiment.

James W. Pack

Que dire de plus?

9 étoiles

Critique de PA57 (, Inscrite le 25 octobre 2006, 34 ans) - 19 mars 2009

Tout a été dit dans les critiques précédentes. Je tenais juste à ajouter que moi aussi j'ai adoré ce livre qui m'a bouleversé. Je suis tombée sous le charme de l'écriture de Hemingway, qui arrive si bien à faire comprendre les sentiments de ses personnages.
Je le conseille vivement.

Comment ne pas en sortir transformé?

8 étoiles

Critique de Soldatdeplomb4 (Nancy, Inscrit le 28 février 2008, 28 ans) - 27 janvier 2009

Ce livre commence doucement, et monte crescendo en émotion, en intensité, et en profondeur. Quels personnages! J'ai rarement vu des personnages avec autant de profondeur, d'intensité, de psychologie, de caractères, alors même qu'ils sont décrits de l'extérieur. Tous ont une aura incroyable, même ceux dont on entend très peu parler.
Pour ce qui est de ce qu'il faut tirer de ce livre, les autres critiqueurs libres l'ont dit mieux que moi.
Mais je tiens à signaler que si le début peut paraître longuet, il faut s'accrocher. Les 200 dernières pages sont magistrales, les 100 dernières à couper le souffle, les 50 dernières énormissimes, et je n'ai pas de mots pour les dix dernières.

Je suis soufflé. J'enlève une étoile pour le début un chouille trop long, mais tant de longueur avec tant de style, c'est excusable!

La mort au bout du chemin

9 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 37 ans) - 24 janvier 2005

Spécialiste en explosifs, Robert Jordan est envoyé dans un maquis dans les montagnes castillanes. Cet idéaliste américain s’est engagé aux côtés des républicains espagnols en guerre ouverte contre Franco. Il rejoint un groupe de maquisards républicains réfugiés dans une grotte et va les rallier à sa mission. Avec eux, il va tenter de faire sauter un pont, point stratégique qui permet aux fascistes d’acheminer du renfort. Œuvre dramatique et politique, « Pour qui sonne le glas » raconte la destinée tragique de cette galerie de personnages hauts en couleurs. Il y a donc Robert Jordan, le résistant. Maria, la femme-enfant un brin naïve, avec qui il va avoir une liaison, bien conscient que ce sera la dernière. Pilar, la femme-chef autoritaire et Pablo, un ancien guérillero autrefois courageux et aujourd’hui devenu lâche et fourbe.
Ce roman raconte les 72 heures durant lesquelles ils vont se préparer tant matériellement que psychologiquement à cette attaque dangereuse. Pour eux, c’est l’occasion de s’interroger sur leur mort imminente, sur l’absurdité mais aussi l’utilité de la guerre d’Espagne, sur l’amour,…. Tout comme « La condition humaine » d’André Malraux, « Pour qui sonne le glas » est l’un de ces romans dont on ne peut ressortir que différent après la lecture.

Derniers jours d'un condamné

9 étoiles

Critique de Bluewitch (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 38 ans) - 6 juin 2004

Ces derniers jours qui sont la vie à eux seuls, ou inversément cette vraie vie qui survient seulement en quelques jours. Cette vie qui contient l'amour à l'état brut, inéluctable. Et ce glas dans l'imminence de sonner...
Robert Jordan est un personnage fascinant, solide et vulnérable, décidé et parfois douteux de son propre sort. Il vit cet amour auquel il ne croyait pas, cet amour qui le rend plus faible tout en le confortant dans son désir d'exister, d'agir.
La Maria, douce, enfantine, naïve et pourtant souillée, se lavant dans cet amour. Pilar, la femme-homme, la courageuse, la rebelle, l'aimante, la jalouse, la douloureuse, la laide et si avide d'amour Pilar.

S'il est concis dans les mots, Hemmingway ne l'est pas dans le développement de son récit. Il s'ancre, s'étale, fait vivre ces derniers jours au centuple. Il aime ces êtres qui prennent corps dans ses pages, ça se sent. Il aime ces vies fortes et tellement autres.
La conscience de la mort qui est si proche, cette lutte envers l'idée même de la mort alors que celle-ci ne fait que croître et prendre de l'ampleur.
C'est un grand roman, en souffrance. Un roman fait d'exaltation, de victoire et d'amour de la vie. C'est une compréhension, une acceptation de cette mort qui nous concerne tous.
Un livre impressionnant, lourd, qu'il m'a fallu apprendre à comprendre, à découvrir, à finalement aimer. Jusque dans ces dernières pages où tout le reste nous submerge.

Tout a été dit

0 étoiles

Critique de Sorcius (Bruxelles, Inscrite le 16 novembre 2000, 47 ans) - 24 février 2001

Par Jules d'abord, et de très belle manière, par Francassa ensuite (et mon expérience rejoint la sienne), par Mauro enfin. Ils ont tout dit et je n'ai rien à ajouter, à part le fait que moi aussi, j'ai adoré ce livre. Il vous apprend des choses importantes, des faits de guerre et des émotions d'humains.
Je l'ai lu il y a plus de 10 ans, et si les détails se sont effacés de mon esprit, les impressions très fortes sont toujours là. J'étais en vacances à Biarritz, dans un camping, et je ne fermais mon livre, très tard, que pour me réveiller à l'aube et le reprendre très vite. J'étais d'ailleurs amoureuse de Jordan... mais ça, c'est une autre histoire...

Un classique moderne.

0 étoiles

Critique de Mauro (Bruxelles, Inscrit le 20 février 2001, 54 ans) - 23 février 2001

L'esthétique de la situation (et de l'émotion) se substituant à l'esthétique de la phrase (et du style). Tout Hemingway est dans ce livre : sa lucidité, sa tendresse. Un des vrais grands chefs d'oeuvre de ce déplorable XXe siècle.

Un de mes livres préférés

0 étoiles

Critique de Francassa (Paris, Inscrit le 8 janvier 2001, 46 ans) - 8 janvier 2001

Je ne vais pas raconter à nouveau l'histoire, ce n'est pas le but, je voulais juste dire que j'ai lu ce livre il y a quelques années et qu'il m'a littéralement soufflé, impressionné, une histoire d'amour, d'êtres humains, et le tout dans une écriture si précise et qui fait mouche à chaque fois.
Je l'ai commencé un soir, je l'ai lu en deux nuits, c'est un souvenir formidable. Je l'ai lu en français, et ça m'a donné envie de connaître la VO, je l'ai donc relu et le plaisir était encore plus grand.
Je crois que c'est le livre qui m'a fait vraiment découvrir et aimer Hemingway, je le conseille à tous ceux qui veulent pénétrer dans son univers.

Forums: Pour qui sonne le glas

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  L'écriture d'Ernest Hemingway 4 Jules 2 8 juin 2004 @ 19:31

Autres discussion autour de Pour qui sonne le glas »