Amour anonyme de Tecia Werbowski, Émile Martel (Traduction), Nicole Martel (Traduction)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Dirlandaise, le 28 novembre 2008 (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 63 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 2 147 

Le rituel des adieux

À l’enterrement de son mari, Lucy remarque une femme que personne ne connaît. Qui est-elle et quel rapport entretenait-elle avec Henri, son mari défunt ? Olga est une ergothérapeute qui a entretenu une longue liaison d’une durée de vingt-trois ans avec Henri. Elle souhaite assister aux funérailles afin de rendre un dernier hommage à cet homme merveilleux avec qui elle a partagé tant d’années de bonheur. En effet, malgré leur situation trouble, Henri était le soutien d’Olga, celui sur lequel elle pouvait s’appuyer, celui qui était là lorsqu’elle avait besoin d’aide. Henri était un homme réaliste et pratique qui savait dompter son caractère exalté de rêveuse. Olga assiste donc à ses funérailles d’une façon anonyme et s’éclipse en douce une fois la cérémonie terminée. Commence alors pour elle une longue période où elle devra faire son deuil d’Henri. C’est difficile et douloureux. Olga laisse les souvenirs l’envahir et la nostalgie l’habite presque constamment. Elle se confie à Christine, sa meilleure amie mais celle-ci ne lui apporte qu’une mince consolation. Un jour, Olga veut téléphoner à Christine et trouve dans la cabine téléphonique quelques feuillets manuscrits. C’est une lettre d’une femme à son amant. La lettre n’est pas signée et Olga la glisse dans son sac. Ce sera déterminant pour son futur…

Encore une fois, Tecia Werbowski m’a littéralement enchantée avec une belle histoire de triangle amoureux. Elle ne nous emmène pas à Prague cependant car l’action se situe à Montréal et à New York. L’auteure a su très bien dépeindre la douleur et le bouleversement qu’entraîne la perte de l’être que l’on aimait le plus au monde. Le livre baigne dans une atmosphère douce-amère où les relations humaines sont d’une complexité telle qu’il est facile de perdre pied et de glisser dans une douce folie ce qu’Olga frôle souvent. Mais la vie doit continuer avec ses projets et ses défis et Olga, en survivante, sait que la route est devant elle et non derrière. Beau !

« Se promener dans Central Park était un voluptueux plaisir et un cadeau pour les yeux. Les boutiques de luxe, l’hôtel Pierre, les gens qui couraient dans toutes les directions, une clocharde un peu folle, un voyou qui demandait de l’argent, un jeune barbu qui se parlait à lui-même, des femmes élégantes – des diamants aux doigts et accompagnées de vilains petits chiens – et cette étrange odeur venue des égouts ou Dieu sait d’où. Il commença à pleuviner mais ils marchaient la main dans la main. »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Amour anonyme

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Amour anonyme".