Les hommes protégés de Robert Merle

Les hommes protégés de Robert Merle

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par CC.RIDER, le 25 novembre 2008 (Inscrit le 31 octobre 2005, 59 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (9 603ème position).
Visites : 4 127 

Le jour où les femmes prirent le pouvoir

Une terrible maladie inconnue, l’encéphalite 16, frappe la plupart des hommes en âge de procréer en épargnant les femmes, les enfants et les vieillards. Comme l’Humanité ne dispose ni de vaccin ni de traitement, les hommes meurent par milliers. Les femmes les remplacent à tous les postes clés et prennent conscience de leur importance. Une présidente ultra-féministe, Sarah Bradford s’installe à la Maison Blanche et réorganise toute la société. Avec quelques savants triés sur le volet, le docteur Martinelli qui n’est pas loin de découvrir un vaccin contre la maladie, se retrouve enfermé à Blueville, une « zone protégée » qui permet aux chercheurs d’être à l’abri de l’épidémie mais les oblige à vivre dans un climat d’humiliation, d’angoisse et de brimades permanentes. Le féminisme de Bradford apparaît comme un machisme à l’envers et est loin de ne faire que des heureuses. Pour elle, l’homme n’est qu’un subalterne, une sorte de sous-humain ou de semi-esclave tout juste bon à être castré ou à donner son sperme pour les banques de reproduction artificielle.
Livre passionnant et toujours d’actualité, « Les hommes protégés » pousse le féminisme jusqu’à ses limites les plus extrêmes, montre qu’il peut générer une société totalitaire, inhumaine, puritaine et digne des pires excès nazis. Avec finesse et intelligence, Merle aborde le problème des rapports de pouvoir entre les sexes, de l’eugénisme, des manipulations génétiques et de l’instinct de maternité ou de survie. L’étude psychologique est d’une grande qualité, les personnages attachants et crédibles et l’intrigue pleine de surprises et de suspense. Merveilleusement écrit, ce texte, qui n’a pas pris une ride, se dévore littéralement. Un excellent bouquin d’anticipation par l’auteur de « Malevil », « La mort est mon métier » et « Fortune de France ».

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

neutral analysis 2

10 étoiles

Critique de Antihuman (Paris, Inscrit le 5 octobre 2011, 34 ans) - 5 octobre 2011

Elle est intéressante votre critique, Rider, même si cette oeuvre ne ressemble pas à ce qu'a pu faire auparavant Robert Merle.

De plus le clairon beauf qu'on entend bien souvent à propos de cette histoire, est, bien entendu; de la taxer de préférence de machisme aggravé:

Il n'en est rien, d'autre part, il est évident que ce livre récent, très cinématographique, et plutôt aisé à lire, sonne scrupuleusement réaliste pour qui vit quelque peu dans le monde d'aujourd'hui.

Notons, par exemple, comment le personnage principal de Martinelli inquiète autant la planète pour ses qualités, autant d'ailleurs que pour ses tares.

sex equality

7 étoiles

Critique de Fanou03 (*, Inscrit le 13 mars 2011, 42 ans) - 16 avril 2011

J'ai lu avec beaucoup de plaisir ce roman de politique-fiction et qui prouve encore une fois que Robert Merle peut s'attaquer avec bonheur à beaucoup de genre littéraire. Fidèle à lui-même, Robert Merle nous propose un récit enlevé et vif, avec comme toujours une solide trame narrative qui vous tient en haleine. Robert Merle a choisi de ne pas nous plonger au cœur de l'épidémie puisque le narrateur principal vit les évènements dans un camp coupé du monde, ce qui fait que l'aspect dramatique des décès et du chaos est gommé au profit de ce qui finalement intéresse particulièrement l'auteur : la relation homme-femme. On se délecte du jeu du chat et de la souris auquel le narrateur principal, bien malgré lui mais pas tout à fait, participe avec les personnages féminins du livre. Ce ton presque badin finit par gommer l'arrière-plan plutôt sombre, et le roman s'achève d'ailleurs de façon presque drôle.
Le tout forme une histoire bien moins pessimiste et noire que "Malevil" par exemple, et malgré ce ton particulier qui pourra déconcerter certains lecteurs et quelques petites facilités, "Les hommes protégés" vous procurera j'en suis sûr un excellent moment de lecture !

Forums: Les hommes protégés

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les hommes protégés".