L'île de Robert Merle

L'île de Robert Merle

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques

Critiqué par Bolcho, le 6 novembre 2001 (Bruxelles, Inscrit le 20 octobre 2001, 69 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 7 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (900ème position).
Visites : 5 943  (depuis Novembre 2007)

Et si nous refaisions le monde ?

L'histoire des révoltés du Bounty a été contée bien des fois. Essayez la version de Robert Merle, elle vaut le détour.
S'il nous conte la révolte elle-même, c'est surtout pour planter le décor et présenter les personnages principaux qui font ensuite escale à Tahiti pour s'approvisionner, embarquer des tahitiens volontaires et puis qui se réfugient sur une île dont ils espèrent que personne ne la trouvera. Commence alors (comme pour « Malevil ») l'histoire d’une société qui se construit à partir de rien. Ou plutôt, qui se construit en toute liberté mais avec les contraintes mentales qu’impose la société dont tous ces gens sont issus. Et rien n'est simple. Il y a des officiers et de simples marins (qui dirige une fois à terre ?). Il y a des Anglais bon teint et des Tahitiens (vous avez dit « racisme » ?). Il y a des hommes et des femmes (mais pas assez de femmes : vous avez dit compétition sexuelle ?). Et comme souvent chez Merle, il y a sa façon à lui de se couler dans une langue ; ici le tahitien. Pour moi, Robert Merle est le meilleur conteur de sa génération ; un immense écrivain. Il fait bon vivre dans ses livres. Il fait bon vivre avec lui.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Merle conteur prodigieux

9 étoiles

Critique de Manu2793 (Voiron, Inscrit le 15 novembre 2010, 30 ans) - 13 mars 2015

Robert Merle signe encore un roman exceptionnel. Cette fois dans le registre fait historique. Que de plaisir de lire une histoire aussi bien contée. On se retrouve comme dans "Malevil"; dans la peau d'un super héros humaniste plein de bon sens. Celui-ci évoluera dans une société où cohabitent tous les grands vices de l'Homme (racisme, envie, jalousie et la soif du pouvoir) mais aussi l'amitié et l'amour. Par cette histoire Merle décrypte les comportements qui mènent cette société à son autodestruction.

pourtant, tout était possible

8 étoiles

Critique de Ellane92 (Boulogne-Billancourt, Inscrite le 26 avril 2012, 42 ans) - 14 mai 2013

Avec "L'île", Robert Merle imagine et réinvente, sur le postulat de l'histoire des "révoltés du Bounty », les relations interpersonnelles et groupales. J'ai trouvé son postulat de base plutôt pessimiste. Au travers de ce livre, Merle semble nous dire que l'homme, placé dans un contexte favorable à son évolution, ne change pas, ne s'améliore pas. Qu'il s'agisse de Purcell, le héros sans peur et sans reproche, consciencieux jusqu'à la presque niaiserie, Mason, le "Capitaine", qui rêve de mériter ce titre qui lui a échu en conséquence d'un meurtre, ou de Mc Leod, qui voit dans cette nouvelle vie l'occasion de prendre une revanche sur son passé, tous arrivent avec leurs bagages sur cette île, et ne sauront les poser pour construire quelque chose de nouveau.
Au-delà de cette vision un peu pessimiste que je ne partage pas, j'ai trouvé ce roman très agréable à lire, passionnant dans son analyse des rapports humains. Comme l'ont fait remarquer d'autres lecteurs, le langage des Tahitiens est porté par une écriture fleurie et imagée, qui fait voyager. Il nous permet de faire connaissance avec certains de leurs codes, de leurs coutumes, avec leur façon d'appréhender la vie.
Enfin, j'ai trouvé très intéressant le rôle que Merle fait jouer aux Tahitiennes. Elles sont pour moi au cœur de l'ouvrage, et les véritables héroïnes de l'histoire. A la fois frivoles et drôles, intelligentes et naïves, aimantes et haineuses, patientes et travailleuses, elles sont les détentrices d'une espèce de sagesse ancestrale qui tient plus à la connaissance des travers des hommes que d'une divinité quelconque. Je tire donc mon chapeau à Ivoa et à ses compagnes, et surtout à Omaata, dont j'aurais aimé faire la connaissance !

Merci Monsieur Merle pour ce présent inestimable que vous nous avez fait.

10 étoiles

Critique de Boris52 (nice, Inscrit le 3 juillet 2010, 65 ans) - 20 décembre 2010

Voici un roman d'une rare intensité ,d'une richesse de passions humaines ,impressionnante, si fort, parfois , qu'il donne le vertige.
Conflits insolubles ou presque ,violences cruelles, négociations acharnées, haines destructrices ,mais surtout, force de vie sans cesse renouvelée et , lumineuse tendresse des personnages , tel un baume apaisant leurs inexorables malheurs.
Et puis , les questions jaillissent, sans cesse , en nous, durant ce récit . En voici trois parmi une foule d'autres :-L'incompréhension entre les êtres est-elle inéluctable ? -Sommes-nous enfermés dans notre « bonté » ou dans notre « méchanceté »sans espoir d'en sortir ou de les nuancer ? -Que dire de cette propension qu'ont les humains à «  gâcher » la vie qui leur est offerte ?.
« L' ile » c'est tout cela et aussi la  «  Mère Nature »qui donne tout à ses « enfants terribles » ( ils pourraient y vivre dans l'harmonie et l'abondance ),mais ils vont « malgré tout »  la corrompre avant de se perdre .
Cette histoire à la fois magnifique et amère , n'est-ce pas le miroir qui mous renvoie notre propre image ?
J'ai été profondément ému tout au long de ce livre,jusqu'à la dernière ligne.
Merci Monsieur Merle pour ce présent inestimable que vous nous avez fait.

Quel conteur !

9 étoiles

Critique de Soili (, Inscrit le 28 mars 2005, 44 ans) - 18 novembre 2006

L'idée de départ de ce livre d'aventure est de romancer l'histoire des révoltés du Bounty, l'auteur déclare en préambule que ce qu'il raconte est bien sûr totalement inventé et en aucun cas un livre historique.

Une mutinerie a donc lieu à bord d'un navire anglais et pour ne pas devoir subir le châtiment promis aux mutins ( la pendaison ), ceux-ci décident de trouver refuge dans une île perdue et d'y faire leur nouvelle vie. Afin de permettre cette réalisation, les mutins britanniques au nombre de 9 se font "accompagner" d'hommes et de femmes tahitiennes.

Tout semble offert à ce groupe pour prospérer dans leur nouvelle île, seulement le racisme britannique vis à vis des tahitiens freine la perspective d'une vie idyllique espérée par tous.

S'ensuivront des aventures à un rythme endiablée où de nombreux travers humains feront leur apparition malgré la volonté de certains de voir une vie harmonieuse s'installer.

Robert Merle nous démontre une nouvelle fois son imagination fertile et sa grande qualité de conteur dans ce roman d'aventures foisonnant . Cela ne fait que me conforter dans l'idée de lire la grande saga " fortune de France ".

le 28ème passager

8 étoiles

Critique de Trisopathe (, Inscrit le 21 octobre 2002, 38 ans) - 18 juin 2004

Il y a les méchants très méchants, le gentil vraiment très gentil, tellement gentil qu'il en devient énervant : un saint.
Et puis, il y a les Tahitiens.

Ce qu'il y a de passionnant dans ce livre, hormis l'aventure qui l'est tout à fait, c'est les Tahitiens. On apprend quelques-unes de ce qui devait être leurs anciennes coutumes, on apprécie leurs conceptions si simples et si humaines de la vie et on se réjouit de vivre à leurs côtés tout au long des 700 pages de ce roman.

Robert Merle adopte, quand il fait parler les Tahitiens, un langage pittoresque qui ne manque pas de charme ni de subtilités et, quand il fait parler les marins, un langage populaire pas piqué des hannetons.

Bref, si chaque chapitre n'était pas voué à célébrer la sainteté de ce héros si énervant mais à qui on s'attache tout de même parce que c'est un vrai gentil quand même, ce livre serait une vraie merveille.
Quoi qu'il en soit, on trouve toute l'humanité dans ces pages, des meilleurs à ses plus mauvais aspects.

Et ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit... j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre, et cette île m'a pris en otage...
D'ailleurs, le 28ème passager a avoir embarqué dans cette aventure, c'est moi !

Piètre race humaine …

10 étoiles

Critique de Maya (Eghezée, Inscrite le 18 octobre 2001, 42 ans) - 8 novembre 2001

« L'île » est, à mon humble avis, le meilleur roman de Robert Merle avec « Malevil ». L'écrivain est à n’en pas douter un grand connaisseur de l’âme humaine et dans « L’île », il fait ressortir ce qu'il y a de plus mauvais dans l'homme.
Ce groupe de réfugiés, des mutins et des tahitiens, se retrouvant sur cette île déserte va tomber dans tous les pièges : racisme, envie, haine, violence. Le microcosme répète sans la moindre hésitation toutes les erreurs du macrocosme. Et pourtant, ils avaient tout au départ pour que cette aventure réussisse.
La nature humaine ne sort pas grandie de cette histoire mais quelle leçon magistrale !

Forums: L'île

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'île".