Libra de Don DeLillo

Libra de Don DeLillo
( Libra)

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques

Critiqué par Saule, le 4 novembre 2001 (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 54 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (33 773ème position).
Visites : 3 569  (depuis Novembre 2007)

L'assassinat de Kennedy vu par Delillo

Lee Harvey Oswald, qui entra dans l'histoire comme l'homme qui a abattu Kennedy, est le héros de ce roman dans lequel Don Delillo apporte son éclairage sur cet assassinat qui reste encore largement inexpliqué. Avec son génie narratif habituel, Delillo introduit à côté de Oswald d'autres personnages et d'autres histoires, pour tout faire converger vers les six secondes fatales du 22 novembre 1963. Les six secondes qui ont secoué l'Amérique et le monde entier.

Il y a des agents de la CIA, désabusés par le débarquement manqué à Cuba, qui complotent contre Kennedy, des agents du FBI, du KGB, des personnages de la mafia, un propriétaire de cabaret plus ou moins lié à la mafia (Jack Ruby qui va abattre Oswald), il y a des activistes pro-castro et d'autres anti-castro... Delillo nous montre un monde de secrets et de rumeurs, un monde de complots, avec des assassinats suspects, des dossiers secrets contenant des masses d'informations parfois contradictoires.

Le fait que tout s'embrouille et qu'il est très difficile de démêler le vrai du faux est souvent drôle. Ainsi cette réflexion à propos d'un agent qui enquête sur l'assassinat : "Comment Branch peut-il oublier les contradictions, les incohérences ? Elles sont l'âme même de cette histoire fantastique [...]. Les yeux d'Oswald sont gris, bleus, marron. Il mesure un mètre soixante-quinze, un mètre soixante-dix-sept, quatre-vingt. Il est droitier, il est gaucher. Il sait conduire, il ne sait pas conduire. C'est un tireur d'élite, il tire mal. Branch a des arguments pour étayer toutes ces propositions, provenant de témoins sûrs et d'enquêtes officielles."

Outre l'aspect historique du roman et le portrait magistral de Oswald, un personnage bourré de contradictions, qui est loin d'être un imbécile ou un fou, ce livre vaut surtout pour l'incroyable description d'un monde de complots, de rumeurs qui s'entremêlent, et tous les éléments qui peuvent conduire un homme comme Oswald à accomplir un tel geste. Bref c'est un livre grandiose, qui nous apprend beaucoup, mais qui nécessite un effort de par sa longueur (500 pages) et sa complexité. J'ai beaucoup aimé.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une autre interprétation

6 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 39 ans) - 22 août 2004

A travers "Libra", Don Delillo s'interroge lui aussi sur les sept secondes qui ont fait basculer les Etats-Unis : l'assassinat du président Kennedy le 22 novembre 1963 sur la Dealey Plaza de Dallas. On suit des agents de la C.I.A., des exilés cubains avides de revanche après l'épisode douloureux et sanglant de la Baie des Cochons, des membres de la mafia,... Mais c'est surtout autour du personnage trouble et sulfureux de Lee Harvey Oswald que s'articule le récit de cette énorme conspiration impliquant plus de monde que les manuels d'Histoire n'ont bien voulu en retenir. Oswald, cet antihéros à l'enfance misérable sans cesse obligé de déménager dans des quartiers de plus en plus lugubres. Oswald, cet adepte fervent du communisme et procastriste jusqu'au bout des ongles, qui a passé quelques années en Russie, y trouvant cependant l'amour. Et finalement, Oswald, personnage manipulé par des forces puissantes et obscures désireuses de réécrire l'Histoire des U.S.A. à leur manière.
"Libra" est donc une énième interprétation pour tenter de comprendre ce terrible attentat. L'initiative est louable bien entendu,mais le roman s'avère fort complexe dans ces premières pages. Le livre m'est souvent tombé des mains mais la dernière partie se révèle cependant très prenante.
Sur le même sujet, je lui préfère " American Tabloïd", le premier volet de la trilogie de James Ellroy et dont le dernier volume devrait sortir incessamment sous peu.

Forums: Libra

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Libra".