Mourir partir revenir, c'est le jeu des hirondelles de Zeina Abirached

Mourir partir revenir, c'est le jeu des hirondelles de Zeina Abirached

Catégorie(s) : Bande dessinée => Divers

Critiqué par Sahkti, le 7 décembre 2007 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 43 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 665ème position).
Visites : 3 042 

Beyrouth, la guerre, la vie

Sur le site de l’INA, en consultant les archives, Zeina Abirached tombe sur un reportage à Beyrouth, en 1984, dans lequel sa grand-mère apparaît. C'est un déclic, le moment venu de se dire qu'il est temps d'enfin se lancer dans ce récit qui attend depuis trop longtemps.
Et ce récit, le voilà.
A Beyrouth, en 1984, dans un immeuble sous les feux des bombes avec un appartement au premier étage qui devient le refuge d'un tas de gens, presque un havre de paix. Des êtres avec lesquels nous faisons connaissance, dans leur vie de tous les jours, leurs espoirs. Leur peur de la guerre aussi qui est là, omniprésente, symbolisée particulièrement par une tenture de l'appartement supposée masquée la réalité.

Il y a une magnifique utilisation des noirs et blancs chez Zeina Abirached; elle utilise les contrastes pour faire parler les objets et les gens, tout comme le temps qui passe. Les dessins, habilement structurés, donnent vie à un univers riche et humain, qui témoigne bien de cette vie au jour le jour qu'ont vécu les Libanais pendant la guerre, terrés chez eux ou rasant les murs.
Je suis admirative face au mouvement que l'auteur insuffle à des images fixes, elle possède l'art de l'animation (comme Marjanne Satrapi, par exemple) et arrive à donner une identité très particulière à la guerre, en utilisant peu de dialogues et pas d'images violentes. Tout est suggéré, évoqué, esquissé avec subtilité. Je suis vraiment tombée sous le charme de cet album magnifique.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Mourir, partir, revenir, le jeu des hirondelles [Texte imprimé] Zeina Abirached
    de Abirached, Zeina
    Cambourakis
    ISBN : 9782916589039 ; EUR 20,00 ; 10/10/2007 ; 186 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un jour à Beyrouth

7 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 48 ans) - 10 septembre 2010

Il s’agit d’une jolie bande dessinée en effet. Par contre, j’ai eu de la difficulté avec le farfelu du dessin par rapport à la gravité du propos sous-jacent. De même, il y’a quelque chose de très Warhol/années 60 dans le graphisme qui ne colle pas avec la période des années 80s où se situe la chronique. Par contre, j’ai bien aimé l’approche, cette idée d’un microcosme au milieu de la guerre.

Beyrouth Est 1984

8 étoiles

Critique de Koudoux (SART, Inscrite le 3 septembre 2009, 53 ans) - 31 août 2010

"Dans les quartiers situés autour de la ligne de démarcation, des murs de sacs de sable amputent les rues.
Des conteneurs, pris sur les quais du port abandonné, sont dressés au milieu des ruelles, pour protéger les habitants des balles des francs-tireurs.
Les immeubles se calfeutrent derrière des murs de parpaings et des barils métalliques.
A l'intérieur des secteurs cloisonnés, la vie s'organise en fonction des cessez-le-feu."

Le ton est donné.
On découvre alors des personnages touchants, réunis dans la pièce la plus sûre de la maison.
Chacun est décrit avec ses particularités.
Ils ont une sensation de sécurité en restant chez eux.
L'utilisation de dessins en noir et blanc pour décrire et expliquer les diverses situations sans avoir recours à un dialogue est très surprenante.
Ces dessins représentent bien l'atmosphère de la guerre et de l'attente continuelle.

Tic tac tic...

8 étoiles

Critique de Shan_Ze (Lyon, Inscrite le 23 juillet 2004, 34 ans) - 29 janvier 2010

On est à Beyrouth, en 1984. Toute l’histoire se passe dans un appartement. Plusieurs personnes se donnent rendez-vous là. La journée est rythmée par l’arrivée des uns et autres, on reste à l’écoute des bruits de l’extérieur. Une galerie de personnages : d’Anhala la servante de Ramzi et Farah, en passant par Victor le jumeau qui déclame du Cyrano, sans oublier les enfants, la narratrice et son frère, qui attendent le retour de leurs parents.

Il n’y a pas beaucoup d’actions dans cette histoire. On suit une journée ordinaire dans le Beyrouth-est. Les personnages qui arrivent les uns après les autres, une image se succède à une autre où parfois seulement un changement la différencie de la précédente. C’est le temps qu’ils passent à attendre.

Malgré le contexte, ils paraissent heureux d’être ensemble même si on décèle parfois de l’inquiétude dans l’attente. On ne voit rien de ce qui se passe dehors mais on le comprend. Un titre qui prend tout son sens à la fin. Une belle mise en scène pour comprendre l'atmosphère de la Guerre du Liban.

Forums: Mourir partir revenir, c'est le jeu des hirondelles

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Mourir partir revenir, c'est le jeu des hirondelles".