Guide triste de Paris de Alfredo Bryce Echenique

Guide triste de Paris de Alfredo Bryce Echenique
( Guía triste de París)

Catégorie(s) : Littérature => Voyages et aventures , Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Sahkti, le 30 novembre 2007 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 45 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 2 617 

Paris nostalgique

Alfredo Bryce-Echenique débarque du Pérou, en 1964, il s’installe dans le Quartier Latin et apprend à connaître Paris. Devenu professeur à Nanterre, il demeura de longues années dans la capitale avant de prendre le chemin de Lima, puis de Barcelone, sa demeure actuelle.
La France et ses auteurs, Bryce-Echenique les connaît bien. Ses parents, cultivés et aisés, lui ont fait prendre des cours de français et l’ont initié à la littérature dans la langue de Molière. Lorsque son grand-père disparaît, Alfredo hérite de son imposante bibliothèque, sa conviction est faite, il sera écrivain.

Bryce-Echenique fait la connaissance de Paris dans les années 60, les années folles, les révoltes, les intellos, une vie trépidante, des étudiants enthousiastes. Paris s’illumine et s’enflamme, il faut révolutionner le monde. Paris n’est pourtant pas qu’une ville de fête et de joie, il y a des zones d’ombres, des chambres crasseuses, des clochards, des gens pas sympas, de la misère et de la tristesse. Paris, c’est tout cela à la fois et si on veut vraiment s’imprégner de la ville, il faut en connaître les deux profils, le joyeux et le plus sombre. C’est pour cela que Bryce-Echenique nous offre ce recueil de nouvelles au titre étrange. Des récits épiques et colorés, empreints de tendresse et de lucidité, d’une certaine mélancolie aussi, tournant autour de personnages (des exilés latino-américains) comme on en rencontre tous les jours qui vivent de petites aventures et croisent les aléas de la vie. Pour nous faire vivre "son" Paris, Alfredo Bryce-Echenique jongle avec les mots, avec les idées (quel goût pour passer du coq à l’âne !), avec les couleurs du langage, c’est très dynamique, plein de vie. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé le récit de cet écrivain désoeuvré, qui n’arrive plus à écrire, doté d’une femme moche et vulgaire, qui ternit son univers de grisaille, alors il se réfugie dans les bras de son chat noir, étrange animal pourtant peu attirant. Et j’ai bien ri devant la combine de deux artistes fauchés au look particulier qui se font passer pour de grands bandits, des terroristes, afin d’impressionner les clients du Flore et se faire inviter à boire un verre avec eux. Des histoires touchantes, parfois sans queue ni tête, qui ressemblent à des souvenirs, à un journal intime déguisé et pas vraiment à de la littérature. On a sans doute connu Bryce-Echenique en meilleure forme littéraire mais était-ce le but recherché pour cet ouvrage ? Je ne le pense pas, l’auteur avait envie de se plonger dans sa nostalgie sans que celle-ci ne sombre dans le pathétisme ou la mélancolie, alors il a choisi l’humour, le délire, la folie, car le rire empêche parfois les larmes d’inonder un visage.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Guide triste de Paris

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Guide triste de Paris".