Page d'accueil | Forums | A propos | Blog | Aide | Pour un petit clic...
  S'identifier     Biblio    Listes |

Recherche par

Discussions

Lettre d'information

Conseiller à un ami

Contact

Soutenez-nous en passant par amazon pour commander vos livres ou autres articles. Merci !

Passer par Sauramps nous aide aussi pub
medium
Le cycle des Dieux, tome 3 : Le mystère des Dieux de Bernard Werber

Catégorie(s) : Littérature => Horreur, SF et Fantastique

critiqué par Le rat des champs, le 1 novembre 2007 (Inscrit le 12 juillet 2005, 64 ans)

La note: 9 etoiles
Moyenne des notes : 6 etoiles (basée sur 17 avis)
Cote pondérée : 5 etoiles (18 730ème position).
Visites : 6 580 

Jamais déçu par Bernard

Faut-il se fier aux avis des amis d'un écrivain? Eliette Abécassis est une copine de Bernard Werber, et elle a commenté ainsi le dernier livre de cet auteur: " Un véritable visionnaire, inventeur d'un genre littéraire qui n'appartient qu'à lui, entre science-fiction, fantastique, thriller et livre de sagesse. Une oeuvre en avance sur son temps..."

Eh bien, je l'avoue, après la lecture de ce dernier opus de la trilogie des Dieux, j'approuve sans réserve cette opinion. Les accros à l'univers de Bernard Werber ont suivi depuis des années l'odyssée de Michael Pinson, ancien médecin-anethésiste, ancien ange, et élève-dieu depuis la terre jusqu'à l'île d'Aeden. Michael va de l'avant, toujours un peu plus loin dans une quête de l'infini aux allures d'épopée, jusqu'à l'ultime mystère, celui caché derrière Zeus, le Créateur. On peut lire ce livre, comme le fait remarquer Eliette Abécassis à plusieurs niveaux, comme une fiction agréable, dans laquelle on ne s'ennuie pas une minute, mais aussi comme un roman que j'ose qualifier d'initiatique, aussi galvaudée qu'en soit cette appellation. Michael est un dieu prévenant et gentil pour l'univers dont il a la charge, mais des circonstances indépendantes de sa volonté le feront défaillir dans son travail, laissant sa brillante culture delphinienne seule face aux assauts des autres peuples. L'auteur profite de l'occasion pour nous offrir un résumé saisissant de l'histoire de l'humanité et de nombreuses réflexions philosophiques sur la nature humaine, sur le mal et la souffrance. Superbe. Bernard Werber est un auteur de génie, snobé par les critiques, qui comme chacun sait sont des messieurs sérieux et austères, mais adoré par un public enthousiaste. Et si c'était le public qui avait raison?

Inscrivez-vous
pour ajouter ce livre dans vos listes
 
Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable
 Partager sur Twitter
Partager sur Facebook
Les éditions
small Le mystère des dieux [Texte imprimé], roman Bernard Werber
de Werber, Bernard
Albin Michel / LITT.GENERALE
ISBN : 9782226179791 ; EUR 22,90 ; 2007-10-03 ; 475 p. ; Broché
 Go Amazon

» Enregistrez-vous pour ajouter une édition
Livres liés
  Nous, les dieux

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les critiques éclairs (16)

Enregistrez-vous pour publier une critique éclair! »

Mystères sur mystères qui déçoit... 4 etoiles

Ce dernier tome conclut définitivement le cycle des Dieux et de Michael Penson.

Ensuite l'histoire au début était pas mal, on arrivait directement en final des cours, où Michael échoue et finit par commettre un meurtre qui le conduira directement au châtiment de devenir un immortel parmi les mortels, donc vivre sur terre 18... mais à partir de là je me suis ennuyé, encore des longueurs, je m’attendais pas à ça et franchement on sent que l'histoire est bâclée car après il revient dans le monde des dieux et découvre le dernier mystère, enfin d'où ce mystère annoncera qui a encore un autre mystère etc.

Enfin ça reste original mais c'était pas du niveau de Bernard comme je m’attendais, mais en revenant sur d'autres cycles qu'il avait écrit, je trouve qu'il a beaucoup de mal à conclure ces histoires d'où même la fameuse trilogie des fourmis...

Portax (, Inscrit le 14 décembre 2012, 23 ans) - 24 décembre 2012


Le Mystère des Dieux 7 etoiles

J'ai bien aimé ce roman et il m'a bien diverti mais j'avais sensiblement bien deviné la fin. Ce n'était pas vraiment difficile à deviner. Dans le second tome, un des personnage suggère la fin. J'ai fait immédiatement le lien. Ce n'est pas mon préféré de Werber mais au moins, la fin est bien moins ridicule que celle de Le Père de Nos Pères.

Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 35 ans) - 6 août 2011


Décevant 4 etoiles

En y réfléchissant bien ce type de livre peut être écrit par n'importe qui avec un peu de temps devant lui. La trilogie des Dieux n'est finalement qu'un mélange entre le Larousse de la mythologie grecque et L'Histoire pour Les Nuls.
Les allusions ne sont absolument pas subtiles contrairement à ce que l'auteur tente de faire croire. Sans compter en filigrane ce parti pris douteux du peuple dauphin = "le plus beau, le plus persécuté parce que le plus intelligent alors que tous les autres sont des barbares" (çà vous rappelle pas une certaine religion?).

La fin est digne d'une histoire de la bande à Picsou ce qui n'est que la signature d'un manque de travail évident et d'une recherche de l'intérêt commercial.
En gros le slogan c'est "Regardez les gens, c'est tout simple j'ai enlevé tous les mots compliqués, vous aussi vous avez accès à la culture". Culture avec parti pris, interprétations scientifiques placardées comme vérités d'évangile (si vous n'êtes pas d'accord c'est que vous êtes tels le romain persécutant les premiers chrétiens).

Bref manque de rigueur, de style ,de travail çà fait beaucoup de choses en moins pour en faire autre chose qu'un livre de plage qui ravira votre enfant entre 2 Pif gadget.

Snake (, Inscrit le 2 février 2011, 31 ans) - 3 février 2011


Excellent 10 etoiles

Moi j'ai trouvé ce livre excellent contrairement aux autres critiques qui, principalement sont mauvaises... Un livre avec une chute à laquelle on ne s'attend vraiment pas, et non je ne trouve que cette chute est enfantine ! J'ai accroché au premier, le deuxième pas trop, et le troisième j'étais de nouveau dedans et franchement... Un truc de fou. Oui, j'avoue, il y a énormément de répétitions, mais toujours dans un contexte voulu.

Bref, un excellent livre, j'étais très découragée quand j'ai lu les critiques, mais au final... Comme quoi, faut pas se fier aux autres, tout le monde est différent.

Merci Bernard Werber

Wiskiki (, Inscrite le 28 janvier 2010, 26 ans) - 28 janvier 2010


Une fin étonnante 9 etoiles

Sans bien sûr vous révéler la fin de cette trilogie, ce dernier tome est tout simplement super. On retrouve Michael dans une toute nouvelle situation ce qui apporte un nouveau souffle à la trilogie qui pâtissait d'un deuxième tome moins bien. Et enfin, nous avons la réponse à la question mais qui y a-t-il là haut !? Vous voulez le savoir ? Et bien rendez-vous à la fin du livre qui n'est finalement qu'un début...

Vero911 (, Inscrite le 23 janvier 2010, 27 ans) - 27 janvier 2010


une fin géniale 7 etoiles

J'avais lu les quatre livres précédents d'une traite et je m'étais autorisé une pause avant de lire celui-ci car le souffle des dieux m'avait légèrement ennuyé. je l'ai donc pris quand même pour connaître la fin, qu'y a-t-il après Zeus? Je dois dire que tous le bouquin se laisse lire sans forcément apporter du nouveau et même en ressassant un peu les épisodes précédents. Il n'est pas ennuyeux mais pas non plus révolutionnaire.

En revanche j'ai lu les cinquante dernières pages d'une traite, la fin est réellement bien trouvée et j'ai retrouvé là l'esprit et le niveau de conscience de Werber, à tel point que je conseillerai ce livre ne serait-ce que pour la fin qui est vraiment magique et très philosophique.

Mais Mr Werber, essayez quand même de rendre TOUT le livre intéressant la prochaine fois.

Soup34 (, Inscrit le 30 septembre 2007, 34 ans) - 17 janvier 2010


Partagée 5 etoiles

Je viens de l’achever il y a à peine une minute et je suis partagée.
Partagée, parce que jusqu’aux dernières pages (les 10 dernières à peu près) j’ai été très déçue par ce dernier opus.
En effet dès le début, la même histoire est répétée sur des dizaines de pages, un peu comme si elle était vue sous un autre angle à chaque fois. Michael Pinson, personnage principal depuis le premier tome, les Thanatonautes, a tout les privilèges, accordés non seulement par l’écrivain mais aussi au sein même du livre. C’est toujours lui qui a tous les droits, et c’est toujours lui le meilleur, celui qui prend les meilleurs choix, le seul à pouvoir comprendre l’histoire.
Car l’histoire ne s’enchaine pas aussi bien que ce à quoi Werber nous a habitué ; dans les précédents ouvrages, on pouvait observer les moindres recoins de l’imagination de l’auteur. Dans le Mystère des dieux, on a souvent l’impression que le travail est bâclé.
Depuis toujours, et particulièrement après la sortie du Papillon des étoiles, Werber est bien loin d’être le chouchou des critiques littéraires. On reprochait à ce dernier de refaire encore et toujours la même chose, d’aborder les même thèmes, les même personnages. Pourtant le Papillon des étoiles m’avait assez convaincu.
Mais cette fois, je suis les critiques.
D’ailleurs Werber a mis en avant ces critiques ; Michael Pinson s’incarne dans sa vie d’écrivain, et si le nom est différent, on sent une forte ressemblance, ce qui laisse penser un certain pédantisme et égocentrisme de Bernard Werber. Décevant.

Les habitués des romans de Werber (je les ai moi-même tous lus) savent et souvent apprécient le fait que l’écrivain enrichisse son récit d’extrait d’une certaine “encyclopédie” (là aussi le terme est assez pompeux) dont il est lui même l’auteur. En règle général, ces extraits, souvent historiques, mythologiques ou scientifiques, concordent parfaitement avec ce qui est dit dans le récit juste avant ou après. Mais dans le mystère des dieux, c’est souvent loin d’être le cas, et là encore, c’est décevant.

Je ne peux malheureusement pas trop préciser ma critique, parce qu’elle révèlerait le fil du récit, et ce ne serait pas sympa vis-a-vis du lecteur qui n’a pas encore commencé ou achevé le bouquin.
Mais je dois quand même préciser que j’ai enfin été ravie, et que j’ai eu le sentiment de retrouver l’écrivain que j’apprécie, une fois arrivée vers la 460ème pages du livre (qui en compte environ 475). Soulagements. Agréable surprise, après des passages encore plus décevants : on a à peine le temps de trouver l’histoire intéressante qu’elle bascule complètement, sans véritable justification. Et tout se déroule en accéléré. Alors que dans chaque roman on découvrait un à un la signification de chaque chiffre (0,1,2, 3 etc…), dans celui-ci, on en découvre beaucoup, beaucoup trop pour ne pas ressentir cette impression de travail bâclé.

Bref, je suis sans doute un peu trop sévère avec Werber, mais il est tellement rare que des écrivains imaginatifs utilisent la science pour écrire des romans qu’on a le droit de les admirer et d’être déçus parfois. Ceci dit, Le mystère des dieux (et surtout les précédents opus) reste un livre agréable.

Elya (Chambéry, Inscrite le 22 février 2009, 24 ans) - 1 septembre 2009


Tiré en longueur 6 etoiles

On ne m'a dit que du mal de ce livre. Ce qui explique que je n'ai pas été si déçu que ça, m'attendant à pire. Le récit tire vraiment en longueur, et la chute, originale, apparait un peu enfantine après 2000 pages. Un écrivain sans style, mais un conteur doué !

Soldatdeplomb4 (Nancy, Inscrit le 28 février 2008, 25 ans) - 21 novembre 2008


la voila la vraie fin de MONSIEUR PINSON 8 etoiles

Bon, difficile de donner un avis au dernier opus des histoires de Michael Pinson sans prendre en compte, de façon inconsciente, les épisodes précédents.

Ce dernier chapitre est simplement à la hauteur des autres, c'est à dire tout simplement énorme. On prend une nouvelle fois plaisir à s'immerger dans le monde complètement ahurissant de Bernard Werber. Et comme à son habitude, il réussit toujours à nous faire réfléchir sur notre bonne vieille société, à savoir ce qu'elle aurait pu être si... et si... et si....

Et pour ceux qui se demandent encore quelle fin peut prendre cette oeuvre, et bien ils ne seront pas déçus et pourront réfléchir à la question: l'homme a créé Dieu à son image ou l'inverse.

Un petit point négatif malgré tout (mais qui n'existe QUE dans MON interprétation du roman), c'est de ne pas avoir fait assez preuve de retenue concernant l'image donnée par la civilisation de M.PINSON : celle d'une civilisation ouverte, pacifique et compréhensive et "comparée" implicitement à une religion bien réelle celle-là.

En dehors de ce détail, c'est simplement génial.

LecteurBêta (, Inscrit le 22 juillet 2008, 38 ans) - 23 juillet 2008


Du foutage de gueule commercial... 1 etoiles

Comment saborder une saga par la grâce d'un épisode final indigeste. Oh certes, c'est toujours aussi facile à lire, pas besoin de sortir de khâgne. Par contre, niveau contenu, on frise le néant, pour reprendre une des notions phares de l'auteur. On tourne en rond, on ressasse ce qui a été dit dans les opus précédents (notamment pour les anecdotes encyclopédiques) et la révélation finale nous laisse pantois d'hébétude. Tout ça pour ça! Heureusement que j'ai emprunté ce bouquin, ça m'aura évité d'enrichir indécemment des gens ne le méritant pas.

Gooneur (TOULOUSE, Inscrit le 14 janvier 2008, 30 ans) - 24 juin 2008


Le verre à moitié vide. 5 etoiles

Pour être honnête il est difficile de détester ce dernier livre de la trilogie des Dieux.
Le récit est bien ficelé, la lecture est agréable et le héros toujours attachant. Impossible toutefois de négliger l'intrigue qui se répète et tourne en rond, les incohérences qui plombent le récit et les astuces scénaristiques grosses comme des cables.
Enfin la déception se poursuit avec le terme de la saga où la surprise manque de cachet et laisse un certain manque au lecteur.
C'est l'histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide... sauf qu'ici on dira à moitié vide.

Ngc111 (, Inscrit le 9 mai 2008, 28 ans) - 12 mai 2008


j'ai trouvé mieux ailleurs ! 3 etoiles

j'ai pris ce bouquin à la biblio mais je l'ai rapporté très vite après avoir lu 1/3 du livre seulement. Comme écrit dans des commentaires précédents par des lecteurs, c'est écrit pour remplir des feuilles, rien de plus, c'est un récit très déçevant...
Le mystère du succès Weber?: c'est bien là le mystère !

Sybilène (40) (Capbreton, Inscrite le 4 avril 2008, 43 ans) - 4 avril 2008


Werber nous arnaque de plus en plus. 5 etoiles

On a beau apprécier l'oeuvre de Werber, il n'empêche que l'on se sent de plus en plus floué par cette machine qui est désormais plus commerciale que littéraire.
On part avec "Les Thanatonautes" à l'idée originale mais au résultat très long et ennuyant, on continue avec "L'Empire des anges" à l'intérêt limité si ce n'est de faire plaisir aux fans du premier. On se dit - c'est bon, le dernier livre de la trilogie arrive. Et qu'est-ce que l'on apprend? Qu'il sera divisé en trois parties! On veut nous arnaquer? Trois livres intéressants tout de même, mais qui présentent des longueurs à donner envie de refermer le livre. Quel intérêt d'expliquer l'histoire de l'humanité en changeant simplement les noms? Et quelles horreur et sueur froide quand l'histoire recommence de nouveau dans "Le Mystère des Dieux"!
Et ce dénouement infame qui répond à notre question : oui, on m'a arnaqué!
Ce qui est appréciable chez Werber, et qui fait son style, ce sont ces petites miscellanées, ces anecdotes : originales, intriguantes et parfois surprenantes. Mais là encore arnaque, puisqu'on les retrouve dans la plupart de ses livres. Et là le sentiment de machine commerciale, c'est quand on se dit "déjà vu".
D'autre part, on a de quoi s'énerver quand on paye à prix d'or des livres de 110 pages imprimés en grosses lettres.

Suspicious Character (, Inscrit le 18 mars 2008, 29 ans) - 4 avril 2008


décevant... 2 etoiles

Hélas la saga des thanatonautes s'effrite au fil des romans et le dernier opus est franchement ridicule... Quelle fin lamentable! Werber est parvenu à écrire un roman fantastique (je parle du genre littéraire, hein) qui manque de crédibilité. Bel exploit... Exit l'originalité - parfois géniale - qui distinguait le(s) premier(s) volet(s) de la saga, ce n'est certainement pas son style télégraphique qui va nous faire apprécier le roman.
Dommage, le concept initial était très courageux, et le tout premier roman, "les thanatonautes", fort réussi...

-Moi- (, Inscrit le 13 mars 2008, 33 ans) - 14 mars 2008


Peu mieux faire 6 etoiles

Je viens de finir la lecture de la trilogie du "cycle des dieux" de Bernard Werber. Le dernier Opus, "Le mystère des dieux" est sorti au mois d'octobre. J'ai pris l'habitude de lire les livres de Werber systématiquement à leur sortie pour une raison simple. Lorsque j'ai lu il y a quelques années "Les fourmis", j'ai été totalement emballé, subjugé. J'ai adoré, surtout le premier de la série "Les fourmis".
Ensuite, disons-le, tous les romans qui ont suivi étaient... moins bien... Par rapport aux Fourmis. Aujourd'hui on attend quelque chose de Werber, et il a fait tellement bien avec son premier roman que forcément le challenge de renouveler un tel chef-d'oeuvre semble assez difficile.
le cycle des dieux fait suite au roman "Les Thanatonautes" et au cycle des anges. Au niveau de l'écriture il se présente comme "les foumis" avec de courts chapitres entrecoupées de "l'encyclopédie du savoir relatif et absolu" d 'Edmond Wells. J'attend toujours ces petites notes avec beaucoup d'impatience car on apprend toujours quelque chose en relation avec la narration.
Avec la fin du cycle, on s'attendait à une fin décapante, surprenante. En fait, je reste un peu sur ma faim. Ainsi se termine le cycle ? Bon ! Pourquoi pas !
Allez, ce cher Werber, qui aime tant se comparer, ou disons faire référence à Barjavel, Jules Verne, Alexandre Dumas et Pierre Boulle, maintenant, il faut qu'il fasse autre chose. Il lui faut prendre des risques et qu'il écrive maintenant quelque chose de différent.
Je crois qu' en fait je suis un peu déçu de ces deux cycles qui ont traînés en longueur à mon goût. Et puis comme les romans de Werber n'ont aucun style, il faut qu'il compense par une histoire super costaude et la surprise totale comme dans "Les fourmis"
De Werber, je conseille surtout le cycle des fourmis, Le père de nos pères et l'ultime secret.
D'autres critiques sur : http://xiberoa.blogspot.com

Lurbeltz (, Inscrit le 15 novembre 2007, 44 ans) - 15 novembre 2007


Aaaarghh !!! Noooon ! Pas d'accord avec l'avis ci-dessus ! Mais pas du tout !!! 6 etoiles

Synopsis de l'éditeur :


Après avoir rencontré Zeus au sommet de la montagne d'Aeden, Michael Pinson retrouve sa classe d'élèves dieux pour la partie finale. Ayant échoué à cet examen, il commet l'irréparable : tuer un autre élève dieu.

Condamné au pire châtiment, redevenir un mortel, il va connaître les affres de vivre une vie normale avec la perspective qu'offre le savoir divin. Pourtant, l'épreuve s'avère moins dure qu'il ne le redoutait. Sur Terre 18, il rencontre le grand amour et s'aperçoit que, même mortel, on peut changer beaucoup de choses dans l'univers.

Michael Pinson ne pourra pourtant pas aller au bout de cette expérience nouvelle car l'appel d'Aeden résonne à nouveau. Son ami le professeur Edmond Wells et Aphrodite, la déesse de l'amour, l'appellent pour la dernière grande odyssée, celle qui le mènera au sommet de la deuxième montagne, jusqu'au Créateur.

Il va connaître enfin le Grand Secret de l'Univers.

Mon avis :

La fin de la Saga

Et en ce qui me concerne, ce pourrait bien être la fin de la Saga Werber. En effet, je pense avoir lu tous ses livres, sauf l’espèce de catalogue pour le film ‘Nos amis les terriens’ et si le Papillon des étoiles m’a profondément déçu, je dirai que l’Olympe selon Werber abonde en mites (non, ce n’est pas une faute d’orthographe, c’est exprès ;) ) de toutes sortes.

Le style est certes facile à lire et coule comme du petit lait, mais la trame est usée jusqu’à la corde à force d’avoir servi et le lait commence à cailler un peu sur les bords. A nouveau, on nous ressert la théorie des chiffres, les rats dominateur, autonome et souffre-douleur, le monde que l’on recrée, l’encyclopédie de l’inutilité relative et absolue, les poncifs. Si je suis si amer, c’est parce que j’attendais beaucoup de ce livre. Depuis les Thanatonautes, j’étais émerveillé par une imagination que je trouvais débordante. L’Empire des Anges m’avait ensuite ébloui, Nous les dieux, scotché et Le souffle des dieux interpellé. Mais cette fois-ci, non, la (deuxième) montagne accouche d’une souris.


Comme le dit le synopsis de l’éditeur, Michael Pinson est réincarné en terrien. Je me dois d’admettre que certaines trouvailles sont très bonnes mais ce qui m’a dérangé au plus haut point et ce n’est qu’une petite révélation, il y a tout ce qui gravite autour : devinez en quoi il se réincarne ? En écrivain qui écrit un livre intitulé ‘Le royaume des dieux’ et qui va contribuer à la création d’un jeu vidéo du même nom, qui permettra aux humains de deviner ce qui peut se passer en Aeden. Si cela ne sent pas la publicité… De plus, cet auteur réincarné, qui écrit le matin, rédige une nouvelle par jour et a, bien sûr, lu des livres tels que Les enfants d’Eve ou d’autres œuvres de BW, prétend donner des leçons de vie. Après tout, pourquoi pas, cela pourrait faire partie du jeu, mais c’est présenté de façon si grosse que l’on sent l’auteur vraiment convaincu.


Au fur et à mesure, tout ce passage m’a vraiment fait penser à de la propagande pure et simple. L’écrivain se complaît à dire que ceux qui le critiquent sont des auteurs ratés et va jusqu’à dire « Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ceci que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». Lorsque cette phrase sort de la bouche d’une personne qui semble, justement, avoir beaucoup de détracteurs… ne serait-ce pas une façon indirecte de régler ses comptes ? Et si je n’ai pas lu maintes fois dans ces pages que beaucoup de gens ont commencé à lire grâce à lui, ce n’est certes pas de sa faute. J’extrapole peut-être exagérément, mais le parallèle entre BW lui-même et la réincarnation de Michael Pinson est vraiment trop flagrant. Et bien sûr, cela n’apporte absolument rien de nouveau pour ceux et celles qui ont lu les autres livres ou quelques articles sur l’auteur. Donc : un profond ennui.


Idem pour certains jeux sur Aeden, où l’histoire de Terre 18, si proche de la nôtre, me fait penser à un récapitulatif de mes manuels scolaires. Tout cela m’a semblé du pur remplissage. Ainsi, je me demande si on n’aurait pas une page ou deux en moins en supprimant toutes les occurrences de la maxime ‘ce n’est pas parce qu’ils sont plusieurs à avoir tort qu’ils ont raison’. L’auteur nous ressasse sans arrêt qu’il ne faut pas prendre la société pour argent comptant, mais il le fait au travers de phrases toutes faites à prendre… pour argent comptant.


Et le final… je m’attendais à l’apothéose, à la cerise sur le gâteau, mais je n’ai eu droit qu’à un soufflé qui, non content de se dégonfler, dégouline le long des parois du four. Ridicule ! 5 livres, des milliers de pages et plusieurs années, dont une en suspens, pour arriver à cela ? Le dialogue de la fin est bien pensé, mais la révélation en elle-même est loin de répondre aux attentes suscitées par un auteur qui s’attaque à la déité elle-même. En terminant ce livre, je me suis dit ‘Ça finit comme un bouquin pour gosses’. D’ailleurs, un conseil : ne faites pas comme moi et ne regardez pas la dernière page afin d’en connaître le nombre : vous tomberez sur un mot qui vous gâchera la surprise. Ne le faites pas et peut-être aurez-vous au moins un sentiment d’inattendu. Mais l’inattendu ne signifie pas nécessairement que la surprise est agréable ou originale. Imaginez-vous sur le début des montagnes russes : ça monte, ça monte, ça monte… clic ! un arrêt et puis zouuuuu ! ça desceeeeeend !!! Mais boum ! y a un mur au bout et splash ! Vous vous écrasez dessus. C’est cet effet que m’a procuré la fin du livre. Et flûte ! Tout ça pour ça ! Si j’avais su, j’aurais attendu le Poche, histoire de ne pas gaspiller les 25 euros que m’a coûtés ce bouquin.


D’après ce que j’ai lu, BW se targue de connaître les bonnes recettes pour faire un best-seller, mais à force de toujours manger les mêmes plats, on finit par se lasser. J’attendrai de voir les critiques de son prochain livre avant de l’acheter.


En conclusion, je dirais que Le mystère des dieux m’a profondément déçu par son côté répétitif et ‘autoflagorneur’ de l’auteur qui me semble y faire l’apologie de lui-même et de sa façon de penser. J’ai eu le sentiment que ce livre s’écartait du côté science-fiction pour glisser vers le traité philosophique alors que je souhaitais lire la fin d’une saga d’aventure. Quant à la révélation, je l’ai trouvée bien en deçà des attentes suscitées par les livres précédents.

Ceci dit, ce n'est que mon avis personnel et BW doit avoir autant d'admirateurs inconditionnels que de détracteurs.

Marc Florian (, Inscrit le 9 mai 2007, 45 ans) - 2 novembre 2007


Forums: Le cycle des Dieux, tome 3 : Le mystère des Dieux

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le cycle des Dieux, tome 3 : Le mystère des Dieux".

Ajouter une critique éclair

Enregistrez-vous pour publier une critique éclair! »

haut de page

Commander chez un de nos partenaires
Amazon.fr
Amazon.ca
Fnac.com
Abebooks.fr - Livres neufs, anciens, rares et d'occasion.
 
  S'identifier | Page d'accueil | RSS2 | Forums | A propos | Blog | Pour un petit clic | ©2000-2014 critiqueslibres.com ASBL®. Tous droits réservés.