Ombres sur l'Hudson de Isaac Bashevis Singer

Ombres sur l'Hudson de Isaac Bashevis Singer
( Shadows on the Hudson)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone , Littérature => Anglophone

Critiqué par Pavane, le 1 septembre 2001 (Les Lilas, Inscrit le 16 mars 2001, 74 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 354ème position).
Visites : 2 993  (depuis Novembre 2007)

Le dernier roman de I.B. Singer

La difficulté d'être après la Shoah quand on est juif et survivant aux Etats-Unis.
Pour pouvoir vivre, il faut comprendre mais comprendre amène à détruire sa vie, ses vies... une descente au coeur de l'humanité de chacun d'entre nous...
Le personnage principal, Grein, et ses trois femmes, nous y précèdent et nous y entraînent... Un roman qui a été d'abord un feuilleton et qui, ainsi, retrouve les accents des grands romans qui nous donnent à voir à travers des êtres perdus dans leur souffrance et exténués par leur effort pour vivre, les grands défis de nos sociétés modernes qui cherchent aussi à exorciser les barbaries qui sont et ont fait leur histoire.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

L'histoire d'un homme déchiré

10 étoiles

Critique de Fa (La Louvière, Inscrit le 9 décembre 2004, 44 ans) - 15 mars 2016

Ce fort roman est d'abord l'histoire d'un homme déchiré entre son entourage, sa culture, ses valeurs, sa religion et sa passion, ses passions pour deux femmes Esther et Anna. Passant de l'une à l'autre, retournant vers son épouse, retournant vers la religion, s'isolant pour mieux assumer (subir?) le poids de la culpabilité et l'arrivée plus si lointaine du soir de sa vie.

C'est aussi le tableau fort vivant d'une communauté juive new-yorkaise de la fin des années 40, qui oscille entre affaires, politique, réflexions religieuses et passions. Ce tableau se décline en toute une série de portraits de personnages profondément humains, entre l'homme cocu, qui veut se suicider mais meurt finalement de maladie de façon fort (in)opportune, le saltimbanque que l'on croyait mort dans l'hiver russe qui ressurgit de nulle part, les banquiers véreux, une parapsychologue à l'entourloupe facile...

Comment vivre parmi les siens, parmi sa famille, alors même que succomber à ces passions répond précisément à la question de savoir ce qu'est vivre? Grein cherchera la réponse et en trouvera une. Quelle en sera la valeur? On pourra l'apprécier - ou pas - après avoir parcouru les 900 pages de cette oeuvre admirable qui, pour moi, reste une de mes meilleures lectures à ce jour.

Forums: Ombres sur l'Hudson

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Ombres sur l'Hudson".