Une femme à Berlin : Journal 20 avril-22 juin 1945 de Anonyme

Une femme à Berlin : Journal 20 avril-22 juin 1945 de Anonyme
( Eine Frau in Berlin)

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Ichampas, le 28 janvier 2007 (LAMBALLE, Inscrite le 4 mars 2005, 53 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 10 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (420ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 4 888  (depuis Novembre 2007)

Quel témoignage bouleversant !

Quatrième de couverture
La jeune berlinoise qui a rédigé ce journal, du 20 avril 1945 - les Soviétiques sont aux portes – jusqu’au 22 juin, a voulu rester anonyme, lors de la première publication du livre en 1954, et après. A lecture de son témoignage, on comprend pourquoi.
Un ton d'objectivité presque froide, ou alors sarcastique, toujours précis, c'est la vie quotidienne dans un immeuble berlinois quasi en ruine, habité par des femmes de tout âge, des hommes qui se cachent : vie misérable, dans la peur, le froid, la saleté et la faim, scandée par les bombardements d'abord, sous une occupation brutale ensuite. S’ajoutant alors les viols, la honte, la banalisation de l’effroi.
Cette véracité sans fard et sans phrases qui fait la valeur de ce récit terrible, c’est aussi la lucidité du regard porté sur un Berlin tétanisée par la défaite. Et la plume de l’auteur anonyme rend admirablement ce mélange de dignité, de cynismes et d’humour qui lui a permis, sans doute, de survivre.

Mon avis
Les faits relatés par cette anonyme laisse sans voix, inspire l’admiration et l’humilité. Elle a réussi à surmonter cette barbarie peut-être grâce à ce témoignage mais tout de même. A aucun moment il n’y a de haine, ni de prise de position politique. Cela suscite beaucoup de respect. Lors de sa publication, l’accueil a été très mauvais, les souvenirs étaient encore trop vifs. Par contre, il a été réédité en 2003 et là il a trouvé son public.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Une femme à Berlin [Texte imprimé], journal, 20 avril-22 juin 1945 anonyme présentation de Hans Magnus Enzensberger traduit de l'allemand par Françoise Wuilmart
    de Enzensberger, Hans Magnus (Préfacier) Wuilmart, Françoise (Traducteur)
    Gallimard / Collection Témoins (Paris. 1966)
    ISBN : 9782070771820 ; EUR 24,00 ; 09/11/2006 ; 260 p. ; Broché
  • Une femme à Berlin [Texte imprimé], journal, 20 avril-22 juin 1945 présentation de Hans Magnus Enzensberger traduit de l'allemand par Françoise Wuilmart
    de Enzensberger, Hans Magnus (Préfacier) Wuilmart, Françoise (Traducteur)
    Gallimard / Collection Folio
    ISBN : 9782070349494 ; EUR 7,80 ; 29/01/2008 ; 391 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un autre regard

7 étoiles

Critique de Falgo (Lauris, Inscrit(e) le 30 mai 2008, 77 ans) - 25 août 2017

Il s'agit du premier livre que j'achète à la suite des critiques de ce site. Et le livre, comme les critiques, m'interroge. Le récit a été très bien décrit, sous toutes ses facettes, par les commentaires précédents. Il est remarquable par sa froideur, ses précisions, son humour, son ironie cachant parfois un réel désespoir d'où jaillit cependant de l'espoir, comme le montrent les évolutions de la fin du livre. Je l'ai lu avec un intérêt intense et ai découvert effectivement une période peu connue et, aujourd'hui, largement oubliée. Cependant. J'ai été gêné par le peu de commentaires et le peu de paragraphes consacrés à la ou les causes de cette situation. La quasi absence de réflexion politique se comprend, vu les circonstances du récit, mais elle m'a interrogé: un commentaire sur la défaite allemande n'aurait pas déparé le discours. Je n'ai trouvé qu'une seule allusion, vite démentie d'ailleurs, à la sauvagerie qu'ont montrée en de nombreuses occasions les allemands en pays conquis ou perdu. La barbarie russe, évidente, doit-elle être opposée à une civilisation allemande, qui n'a pas empêché une inhumanité analogue de leur côté? A-t-elle été en partie une réponse à une autre monstruosité? L'ambiguïté du récit m'a sur ce plan perturbé. Comme m'ont perturbé les critiques précédentes. Le statut de victime est tellement valorisé dans notre monde que de l'avoir génère automatiquement la louange. J'allais dire quelles que soient les circonstances. Ici, elles sont telles que l'émotion jaillit de manière quasi spontanée. Mais elle est finalement mauvaise conseillère pour soupeser un récit qui comporte aussi ses manques.

Ne jamais s’abandonner à soi-même

8 étoiles

Critique de Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 52 ans) - 18 mai 2017

Cet ouvrage d’une haute valeur historique et remarquable, l’est aussi par le caractère philosophique du récit et par son style travaillé, alors qu’il est censé avoir été écrit sur un coin de table, par une jeune intellectuelle allemande maîtrisant le russe.

Alors que par son métier elle a voyagé à travers l’Europe, l’auteure se retrouve à Berlin, à un moment assez mal choisi, soit lorsque l’armée rouge déboule sur la capitale allemande dès fin avril 1945. Ces événements sont bien connus mais en raison d’évidents tabous, ils n’ont pas été couverts à la hauteur de leur ampleur, les vainqueurs ayant tous les droits, ceux-ci n’ayant pas toujours montré que leurs côtés civilisés.

La grande pudeur de l’auteure et la narration contextuelle de ces faits font de ce récit historique une référence absolue. Par ailleurs, elle se livre à quelques réflexions sur le contexte de ces événements et l’atmosphère du moment est retranscrite avec un grand talent.

Elle donne parfois l’impression de dédramatiser son cas d’esclave sexuelle, le relativise par rapport à d’autres femmes bien plus malmenées et fortement traumatisées et justifie son comportement par rapport au viol ou à son nouveau statut de prostituée guidée par la peur et la faim. On peut lire qu’en temps de paix le viol est « un choc », en temps de guerre, il n’est qu’ « un contexte ». Cette froideur est justifiée par son éditeur comme une forme de protection et non comme une simple indifférence teintée de fatalisme.

Un livre qui décevra ceux qui cherchent le sensationnel mais ravira les lecteurs intéressés par la seconde guerre mondiale.

Terrible !

10 étoiles

Critique de Saint Jean-Baptiste (Ottignies, Inscrit le 23 juillet 2003, 81 ans) - 7 août 2014

Dans le genre « livre témoignage », je crois qu'on a rarement fait mieux.
L'auteur(e) raconte tout se qui se passe à Berlin durant les deux mois de la prise de la ville par les Russes. Et quand les soldats russes sont à Berlin leur première préoccupation est de violer les femmes qui sont restées seules dans la ville.

L'auteur(e) connaît suffisamment le russe pour parler au vainqueur du jour ; elle choisit son violeur parmi les gradés de l'armée russe, dans l'espoir qu'il en fera sa chasse gardée et aussi, qu'il la gratifiera de quelques denrées prises sur sa ration d'officier.

Cette femme écrit au jour le jour pour exorciser sa peur et sa honte. C'est un livre exceptionnel et poignant dans son authenticité.

Ce qui frappe dans ce récit c'est le côté lucide et déterminé de cette femme. Elle sait le sort qui est toujours réservé aux vaincus, elle est au courant – et c'est très intéressant à savoir – de tous les crimes commis par les Allemands pendant la guerre, y compris les camps de concentration et les massacres d'enfants en Russie, et elle sait que la vengeance sera terrible.

Ce qui fait aussi l'intérêt du livre c'est la personnalité de l'auteur(e) : elle ne dit pas qui elle est, ni comment elle est mais, par petites touches, on peut reconstituer le personnage : il semble qu'elle soit d'un milieu assez raffiné et qu'elle soit bien de sa personne ; elle doit avoir une trentaine d'années ; c'est une femme remarquablement intelligente et très indépendante, elle a voyagé seule dans toute l'Europe et en Russie, ce qui à l'époque, était exceptionnel ; elle est introduite dans le grand monde et son amoureux est à la guerre.
En particulier, le retour de son amoureux est raconté avec une simplicité désarmante qui cache un drame effroyable. C'est un livre qui ne peut laisser personne indifférent.

Certains ont vu de l'humour dans ce récit ; moi j'y ai vu seulement, et à de rares moments, une ironie tragique : quand elle raconte qu'une violée répète en toute occasion le compliment que son violeur lui a fait à propos des femmes allemandes. Ou quand elle rapporte certains propos de femmes qui trouvent qu'elles sont mieux avec un Russe sur le ventre qu'avec des Américains dans le ciel ! (Les Américains continuaient à bombarder Berlin). Mais ça fait partie de tous les propos qu'elle entend autour d'elle et qu'elle rapporte au jour le jour dans son journal.

Son journal respire l'authenticité et il est pathétique. Il est révélateur des conditions de vie dans l'Allemagne vaincue et son intérêt est historique. Il est à classer parmi les plus grands témoignages de la seconde guerre mondiale.

Une voix

10 étoiles

Critique de Valadon (Paris, Inscrite le 6 août 2010, 36 ans) - 9 décembre 2013

Comment parler de ce livre ? Comment partager l’émotion ressentie au cours de cette lecture, comment trouver les mots pour dire la force bouleversante qui émane de ce récit, pour traduire la valeur inestimable de ce témoignage ?
L'auteur de ce journal était une jeune femme cultivée, et seule. Elle transcende cette solitude par la grâce de l’écriture, livre chaque soir sur le papier le récit des atrocités dont elle est la victime, elle ainsi que des centaines de milliers d'allemandes. Ainsi, elle raconte les viols, la peur, la faim, la mort qui rôde, les absurdités quotidiennes, l'angoisse de l'avenir. Elle raconte la débâcle, le chaos, Berlin sous les bombes, Berlin aux mains des vainqueurs. Elle raconte aussi la vie qui s'accroche et la volonté de rester debout, de ne pas se laisser broyer. Avec une lucidité impressionnante, elle raconte, avec intelligence, humour et humanité, avec dureté aussi, c'est une histoire de survie, c'est la tragédie d'un gâchis sans nom...
J'ai lu ce livre à la suite de "Mon enfance en Allemagne nazie" de Ilse Koehn, et de "Seul dans Berlin" de Hans Fallada. Trois livres qui m'ont broyé le coeur et qui m'ont surtout offert un nouveau regard sur ce régime et sur cette guerre qui ont apporté bien plus de destruction et de misère que je ne l'avais imaginé.
J'ai refermé ce livre avec tristesse, j'aurais aimé suivre cette femme longtemps encore, à partager son intimité elle m'est devenue proche. Car au delà de la valeur historique de son témoignage, c'est la voix d'une femme forte et libre qui s’élève dans ces pages.

une femme à berlin

10 étoiles

Critique de Gigi 2 (, Inscrit le 9 juillet 2012, 71 ans) - 9 juillet 2012

Un témoignage rare, bouleversant, sur un sujet rarement évoqué, nullement revanchard, avec en plus des épisodes drôles, farfelus, comme tout conflit doit en amener, je suppose. A noter évidemment, la lâcheté de certains, la conduite digne de certains officiers russes qui pourtant auraient pu avoir un sentiment légitime de vengeance, l'écriture dépouillée, bref un tout grand livre à lire d'urgence, il n' y aura plus beaucoup de témoins de la chute de Berlin!

le quotidien pendant la 2ème guerre

10 étoiles

Critique de Yotoga (, Inscrite le 14 mai 2012, - ans) - 9 juillet 2012

Oui, ce journal évoque les viols, et ce n'est pas un sujet facile.
Mais, le ton est ironique et piquant, l'auteure raconte les faits presque plein d'humour : impensable ? Non, la guerre est une horreur, ce n'est pas une raison pour abandonner...
Elle sait qu'elle va être violée, s'arrange pour l'être le moins possible. Elle sait qu'elle n'a rien à manger, profite alors du poisson en boite apporté par ses "amants"...

Il n'y a pas de jugement, juste des faits.

On découvre aussi ce que pensent les populations allemandes des hommes allemands en 1945, leurs soldats déchus, symbole d'une génération qui devait durer 1000 ans et d'un idéal politique essoufflé après 6 ans de guerre...

Que ceux qui sont choqués par ce livre n'aient jamais à se poser la question : qu'aurais-je fait dans la même situation ?

Citation : "Notre nouvelle prière du matin et du soir est désormais : "C'est au Führer que nous devons tout cela." Phrase qui, pendant les années de paix, exprimait louanges et gratitude sur des panneaux peints ou dans les discours. Maintenant, et bien que la formulation soit restée la même, le sens est inversé, ne trahissant plus que mépris et dérision. je crois que cela porte le nom de renversement dialectique. "

Vols et viols dans Berlin occupé …

10 étoiles

Critique de Ori (Kraainem, Inscrit le 27 décembre 2004, 81 ans) - 6 février 2012

Quel extraordinaire témoignage que ce journal d’avril à juin 1945 rédigé par une jeune journaliste-photographe berlinoise de 34 ans, laquelle a minutieusement rendu compte de la vie quotidienne de cette population affamée, se terrant sous les bombes des alliés avant d’être envahie par l’armée russe.

Le lecteur suit au jour le jour le siège d’une ville écrasée dont les habitants apprennent à se terrer dans des caves éclairées à la chandelle, à voler de jour les réserves alimentaires des maisons bombardées, à repérer parmi les gravats ou les jardins tout bois de chauffe potentiel, et à protéger les mineures des appétits des envahisseurs russes, les « Ivan » comme on les appelle outre-Rhin.

La narratrice nous raconte, avec beaucoup de pudeur, que pour s’éviter les viols collectifs, la survie lui a commandé de se trouver l’un ou l’autre violeur gradé tenant les troufions à distance et qui quelquefois même nourrit la maisonnée à l’aide des denrées circulant sous le manteau.

Avant le retour de l’eau courante, les femmes ont dû faire quotidiennement des heures de file pour remplir leur seaux à la pompe, une pompe toutefois prioritaire pour les chevaux de l’armée russe.

Et puis doucement, l’ordre succède à la folie guerrière, les rationnements se mettent en place, le courant électrique se rétablit, et les femmes sont réquisitionnées pour nettoyer les usines et aider à charger machines et ferrailles dans des wagons à destination de l’ Est.

L’on sait aujourd’hui que l’auteure de ce poignant témoignage a pour nom Marta Hillers, dont la volonté était de conserver l’anonymat jusqu’à son décès. Il est survenu en 2001.

Qui l'a écrit ?

6 étoiles

Critique de Monito (, Inscrit le 22 juin 2004, 45 ans) - 31 mars 2009

Etrange, cet ouvrage anonyme bien écrit, étrange et dérangeant ce récit des quelques semaines qui séparent la fin du régime nazi de l’installation des troupes russes à Berlin.

Sous la forme d’un journal, c’est une réalité rarement évoquée en France par le cinéma ou la littérature, qui nous est présentée. La crudité du propos sur les viols perpétrés par ces militaires de l’Armée Rouge privés de femmes mais aussi pour certains animés par l’esprit de vengeance, bouleverse.

Plus bouleversant encore, peut-être, c’est la vie de privations qui s’étale sous nos yeux, les artifices pour trouver de quoi se nourrir, s’abriter, vivre simplement.

Les références à Knut Hamsun sont présentes, elles rappellent le moteur et la prison que peut constituer la faim.

La lâcheté obligée, la domination éprouvée, sont tant d’éléments qui banalisent les viols dont la portée n’est pas encore mesurée par les victimes elles-mêmes ; trop tôt ou déjà trop tard…

Le sentiment, quelle que soit sa forme, est présent durant ces quelques jours et les « Ivan » apparaissent parfois attendrissants. Ce peuple allemand, dominateur, rejoint vite la position du dominé. Loi du Talion ou bêtise humaine offerte grand à nos yeux. Ce journal est aussi l’illustration de la passivité, devant le régime nazi d’abord et annoncée déjà avec la domination soviétique qui s’installe pour 45 ans, on le sait. C’est aussi cette passivité du quotidien qui heurte une sensibilité engagée parce qu’elle démontre que même écrasé, l’Homme trouve en lui toujours ce ressort… étonnant… inqualifiable.

Survivre coûte que coûte.

9 étoiles

Critique de Fa (La Louvière, Inscrit le 9 décembre 2004, 42 ans) - 26 janvier 2009

Les russes sont là, la "hordre barbare" dépeinte par la propagande nazie déferle sur l'Allemagne vaincue. Il y aura effectivement une barbarie certaine sur la population allemande à l'arrivée des russes, un peu comme des chiens fous laissés deux semaines en liberté afin de commettre tous les excès.
Ces exactions doivent être mises à jour et condamnées, comme à chaque fois que des civils subissent les exactions des soldats. C'est là l'enseignement principal de ce récit poignant.

Au-delà des horreurs décrites par l'héroïne, on ne peut qu'être une nouvelle fois impressionné par l'incroyable instinct de survie de l'espèce humaine.

Forums: Une femme à Berlin : Journal 20 avril-22 juin 1945