Toute passion abolie de Vita Sackville-West

Toute passion abolie de Vita Sackville-West
( All passion spent)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Monito, le 23 avril 2006 (Inscrit le 22 juin 2004, 47 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 272ème position).
Visites : 2 892  (depuis Novembre 2007)

une vie à reprendre

Comment, au soir de sa vie, une vieille dame, noble, ayant connu tous les honneurs, toutes les mondanités, décide, à la mort de son époux, de son geôlier, de vivre sa vie pour mieux préparer sa mort ?

C’est, en substance, ce que traduit ce court roman. Leçon de vie, sur la vie, sur les renoncements auxquels on est contraint, auxquels ensuite on souscrit par la force des choses.
Poids des ans, signe de sagesse ou de retard, quand si près de la mort on veut corriger ses erreurs, en tous les cas, vivre en paix avec soi même.
Une belle écriture, un peu surannée, de belles galeries de personnages, et l’espoir de toujours faire les bonnes rencontres… les inattendues !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un roman court et fort

7 étoiles

Critique de Valotte (, Inscrite le 31 décembre 2011, 55 ans) - 8 septembre 2019

Dans notre monde, la liberté de choisir ce qui est important dans sa vie est surtout donnée aux hommes. Lady Slane a la chance d’être veuve, très vieille, à l’abri du besoin et dotée de la capacité de rester à distance de ses enfants. Ces conditions lui permettent de vivre enfin libre la dernière étape de sa vie. L’amertume de constater qu’elle est passée à côté de ses aspirations profondes au profit de ses devoirs d’épouse, de vice-reine de contrées lointaines et de mère est apaisée par les décisions qu’elle s’autorise à imposer dans ce moment de la vie où on n’a surtout plus de temps à perdre.
Un roman court et fort qui, sur un fond de douce ironie et par touches subtiles nous rappelle la vanité et la superficialité de notre monde.

Extrait :
« Hélas, on peut s’attendre à tout avec Mère. Regardez comme elle a agi avec les bijoux. Elle n’avait aucune idée de leur valeur, aucune notion de ses responsabilités. Je la crois donc parfaitement capable de tout léguer à la nation. »
Une véritable terreur s’empara de la famille de Lady Slane.
« William ! Vous ne croyez pas qu’elle puisse aller si loin ! Elle a bien un peu d’affection pour ses enfants?

NB : dans le texte, « un peu » est en italique.

Merci à Christian Lacroix et au Livre de poche.

10 étoiles

Critique de Elfebretonne (, Inscrite le 11 juillet 2010, 44 ans) - 2 décembre 2010

J'ai découvert ce livre grâce à la lettre du mois du Livre de poche: à la une, une série limitée illustrée par Christian Lacroix. J'aime lire et j'aime le livre en tant qu'objet. Et, comme, je les ai trouvé beaux, je m'en suis offert un. Je ne connaissais rien de ce livre (mais les autres, je les avais déjà lus).

Dès la première page, j'ai été charmée par l'écriture. L'histoire n'a rien gâché de ce plaisir. (une vieille femme vient de perdre son mari. elle décide de vivre ses dernières années pour elle-même au grand étonnement de ses enfants qui ne reconnaissent pas leur mère. pour eux, elle est toujours restée dans le moule forgé par la société).

Puis-je ranger ce livre dans le courant féministe?
En se mariant, l'héroïne a dû renoncer à ses rêves, à son caractère pour prendre le rôle d'épouse et soutenir son mari qui lui n'a rien dû abandonner. L'auteur nous décrit la société de la grande bourgeoisie du début du XXième siècle où les rôles des hommes et des femmes étaient bien définis. Elle choisit des personnages qui acceptent de rentrer dans le moule tout en nous montrant les frustrations de la femme.
(p.108. "son fiancé la regardait avec un air qu'elle ressentit comme étant celui qu'affiche un propriétaire";"il avait donc suffi d'un seul instant -la demande en mariage- pour qu'elle soit transformée en quelqu'un d'autre. une autre femme?" p.115." son sort lui apparut différent de celui de son frère. il avait choisi le droit? on l'encourageait. pourquoi avait-elle dû refouler son désir de devenir peintre?";"un seul emploi était permis aux femmes". p.119. " comme les femmes font du tapage autour du mariage! qui les blâmerait puisqu'il est la seule et unique grande histoire de leur vie?"; "comment allait-elle remplir sa tâche. son mari continuerait à jouir de sa vie d'homme, mais elle elle devait être à la maison et se montrer prête à l'écouter" p.122."Henry n'était pas à blâmer, simplement il tenait pour acquis ce qu'on lui avait inculqué, se rangeant ainsi aux côtés de la majorité et participant à sa manière à cette conspiration générale qui visait à l'empêcher de vivre comme elle l'entendait" p.129. "après tout elle était femme. puisque l'artiste en elle était morte, lui était-il impossible de s'accomplir d'une autre manière? et s'il existait une raison profonde pour que la femme soit au service de l'homme? et si les générations précédentes avaient eu raison? si en revanche toutes celles qui combattaient pour une vie plus personnelle avaient tort?" p131." où se situait donc la vérité? Henry, par amour pour elle, l'avait privée de sa vraie vie, mais lui en avait offert une autre, plus vaste, qui lui ouvrait, si elle le souhaitait les portes du monde. elle avait également été mère.";" ainsi, elle n'avait jamais vécu sa propre existence, mais bien celle qu'Henry et leurs enfants lui avaient imposée. une partie d'elle avait accepté tout cela." p.133." pour Henry, les femmes véritables se devaient de préférer le temps où leurs enfants sont sans défense, de craindre de les voir grandir.)

Les enfants de l'héroïne sont également criants de vérité: pourquoi passé un certain âge la personne âgée est-elle considérée comme incapable de penser par elle-même et pourquoi, parce qu'elle a un comportement atypique, est-elle considérée comme folle et non plus comme excentrique, ce qu'elle serait à trente ans?

Est-ce par ce que je suis une femme que ce roman m'a particulièrement touchée? Il fait dorénavant partie de ces livres qui me permettent de réfléchir à ma place dans la société qui m'entoure.

faire le point et choisir

10 étoiles

Critique de Printemps (, Inscrite le 30 avril 2005, 61 ans) - 26 septembre 2009

Un petit bijou. Beaucoup dans ce livre m'a rappelé 'A room of one's own' de Virginia Woolf. Il est vrai que les auteures étaient très proches. Une réflexion en fin de vie d'une femme privilégiée et pourtant enfermée dans les contraintes d'un mariage plus que bourgeois. Une échappée par le renoncement, mais aussi la possibilité d'une découverte d'autres possibles à la voie tracée de par sa naissance et le mari qui s'impose. Des femmes qui découvrent d'autres valeurs (la grand-mère héroïne, mais aussi la petite-fille et Genoux, la fidèle servante) et des hommes différents (le mari, les fils, les amis en fin de vie). Une remise en question des valeurs qui ont gouverné une vie et un apaisement final.

Forums: Toute passion abolie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Toute passion abolie".