La ballade de l'impossible de Haruki Murakami

La ballade de l'impossible de Haruki Murakami
(Noruwei no mori (ノルウェイの森))

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par Saule, le 3 juillet 2001 (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 54 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 26 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (393ème position).
Visites : 15 788  (depuis Novembre 2007)

Un étudiant à Tokyo

Un étudiant à l'université raconte ses amours, sa vie, ses pensées dans un long récit nostalgique qui se passe au début des années 70 à Tokyo.
Le narrateur est amoureux de Naoko, une belle fille nerveusement malade suite à plusieurs décès autour d'elle. Cette quête vers un amour impossible n'empêche pas notre jeune étudiant d'avoir une vie sentimentale et sexuelle assez remplie (certains passages sont plutôt 'chauds'), n'y de tomber amoureux de Midori, une jeune fille délurée et pleine de vie.
Evidemment, le livre se lit avec beaucoup de plaisir, il ne manque pas de nous plonger dans une profonde nostalgie pour nos propres années d'étudiant. L'écriture est très simple, il y a beaucoup de bons sentiments et de tendresse, les personnages s'incrustent dans notre esprit et y restent une fois le livre refermé.
Pas étonnant que ce livre ait eu un succès énorme au Japon, où Haruki Murakami (ne pas confondre avec son homonyme Ryu dont le livre Lignes est critiqué sur le site) a un statut d'auteur culte. Il est très apprécié à l'étranger également, il a d'ailleurs vécu longtemps en Europe et aux USA, ce qui explique que la plupart de ses oeuvres sont imprégnées de culture occidentale.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Et si on faisait l'amour ? J'allais justement te le demander.

8 étoiles

Critique de Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 54 ans) - 18 avril 2017

Du Murakami pur jus, dans son style prenant et caractéristique mais ici sans aucune forme de fantastique, et surtout avec une couche assez épaisse d’érotisme.

On est en plein dans la lignée de l’œuvre du romancier japonais, mais je ne le conseillerai pas à ceux qui n’ont pas encore ouvert un de ses romans car ils pourraient avoir une fausse idée du véritable registre ou du talent de ce formidable auteur.

En effet, l’histoire racontée du jeune Watanabe peut apparaître assez fade et donc pas très emballante, l’œuvre reposant surtout sur des dialogues qui sonnent étonnamment juste, un style et l’ambiance particulière qu’on retrouve dans les ouvrages de l’auteur.

Pas le meilleur de ses livres, mais on est tout de même transporté vers cet univers envoûtant de ce magicien de l’écriture.

Une vague de mélancolie...

5 étoiles

Critique de Caro des bois (, Inscrite le 27 février 2010, 9 ans) - 1 février 2015

J'ai mis du temps à terminer ce livre, peut être est-ce dû à Watanabe que je n'ai pas bien compris dans son errance amoureuse, "sautant sur tout ce qui bouge" (!), car il est question tout le long de sexualité adolescente un peu ... dérangeante et sans fioriture.
De l'ambiance générale, il en ressort une tristesse, sur fond musical sympa, occidental, avec de vastes références aux Beatles, au jazz, à Hemingway... Secouez tous ces noms cités et vous obtenez le cocktail d'une "ballade impossible", que je rangerais dans le rayon "rock" pour ma part. Une certaine explosion latente, tellurique rayonne dans les corps des jeunes gens, qui arriveront à atteindre leur plaisir, au final , mais pour une fin, pour certains d'entre eux, pour le moins tragique.
C'est donc triste, émouvant ( l'amour a sans doute sa carte à jouer dans un monde imparfait), mais un poil trop lent pour moi. Dommage.

Lenteur...

10 étoiles

Critique de MEloVi (, Inscrite le 6 juillet 2011, 34 ans) - 16 décembre 2013

... et frénésie japonaises.

Je ne vais pas revenir ici sur l'histoire et le protagoniste de ce roman qui mêle à la fois culture japonaise et occidentale.

Culture japonaise tout d'abord, pour la lenteur et la profondeur des sentiments, la réflexion quant à la mort et le passage à l'âge adulte, les questionnements sur les bouleversements sociétaux, les lieux de vie.

Culture occidentale ensuite pour la musique et l'attirance éprouvée par le protagoniste.

Ce roman est éclairant sur l'ensemble de ces aspects qui se reflètent dans l'écriture. C'est magnifique, lent et profond mais aussi facile d'accès. Un excellent Murakami, un classique.

Adolescence

8 étoiles

Critique de GiLau (Annecy, Inscrite le 18 septembre 2010, 56 ans) - 5 septembre 2013

Je suis plutôt fan de Murakami même si je ne conseillerais pas tous ses livres.
La ballade de l'impossible est un livre sur la période de l'adolescence / jeune adulte, qui replonge dans l'ambiance du célèbre Attrape-cœur.
J'ai apprécié les différents personnages auxquels on s'attache tout au long de l'histoire, puis leurs doutes et leurs actes parfois irraisonnés.
Pas de logique partout, c'est Murakami et ça fait du bien !

très partagé

5 étoiles

Critique de Acid Jazz (, Inscrit le 29 novembre 2004, 36 ans) - 1 juillet 2013

C'est mon premier roman en littérature japonaise. mais je suis très partagé après ma lecture. Autant je comprends les passages assez "hard", autant j'ai du mal à lire les 6 ou 7 scènes de sexualité. Était-ce nécessaire?
Je trouve le personnage de watanabe déroutant: pour moi c'est un gars sans sentiments, et je trouve ici le génie de l'auteur! et c'est cela qui m'a plu dans ce roman

Choisir de vivre

8 étoiles

Critique de Monito (, Inscrit le 22 juin 2004, 47 ans) - 10 février 2013

Kikuchi se suicide à 17 ans. Il laisse sa petite amie Naoko et son meilleur ami Watanabe.

Les deux abandonnés ne se connaissent guère et c’est un long flash back du garçon survivant que cette ballade de l’impossible.

Murakami n’a décidément pas son pareil pour transporter son lecteur et lui faire vivre les aventures qu’il écrit. Avec lui et Watanabe nous essayons de mieux comprendre les traumatismes de tous les personnages croisés/rencontrés, les héros mais aussi Reiko et Midori.

Watanabe va coucher avec toutes celles que j’ai citées. A chaque fois cela sera un don de soit mais aussi une découverte de l’altérité autant que du caractère inévitable des choses, de la mort en évidence, et des choix qu’il convient de faire en connaissance de cause et d’emblée sans craindre de les regretter.

Une fois de plus, la simplicité affichée de Murakami derrière une poésie descriptive permanente abrite t-elle plus de profondeur qu’il n’y parait.

A la recherche de soi

8 étoiles

Critique de Isad (Occitanie, Inscrite le 3 avril 2011, 59 ans) - 30 juillet 2012

Il s’agit d’une sorte de récit d’initiation à la vie d’adulte, autopsie minutieuse d’un passage dont le narrateur a franchi les différents obstacles et qu’il se remémore avec un brin de nostalgie mêlé d’un léger remord.

Les thèmes sont proches des questions que se posent principalement les adolescents. Les suicides parsèment ces quelques années difficiles où des individus fragiles se cherchent, ne trouvent pas de raison suffisante pour vivre et décident de quitter ce monde sans signe avant coureur et sans laisser d’explication, leur geste définitif suffisant. De même, le livre aborde les aspects sexuels de leurs vies qui sont décrits, comme leurs états d’âme, sans que cela ne paraisse déplacé.

Thomas Mann avec sa Montagne magique est cité plusieurs fois dans ce livre qui comporte un certain nombre de références littéraires ou musicales.

Une chanson écoutée dans un avion rappelle au narrateur âgé de 37 ans des événements qui se sont passés 18 ans plus tôt. L’histoire montre les tâtonnements d’un étudiant en littérature parti vivre dans un foyer à Tokyo et qui travaille à temps partiel pour se payer ses études. Il raconte ses relations avec ses camarades et petites-amies d’alors.

IF-0712-3910

Le choc des cultures?

8 étoiles

Critique de Spirit (Ploudaniel/BRETAGNE, Inscrit le 1 février 2005, 59 ans) - 30 juin 2012

Une écriture particulière que celle d’ Haruki Murakami, une écriture lente où l’action est réduite à un certain minimalisme ; une chose en amenant une autre pour brosser un tableau de la destinée des protagonistes de ce roman. Les héros ne sont que le reflet d’une certaine normalité, tout en se libérant de certains tabous que dressent en travers de nos destinées la morale et la société.

Ce rythme lent fait justement le charme de ce récit lui permettant de s’installer et de souffrir la comparaison avec notre propre vie. Haruki Murakami est un auteur que l’on lit et absorbe par tous nos sens.

Il est même difficile dans la lecture des premières pages des lectures suivantes de ne pas se retrouver dans un certain décalage tant au niveau du rythme que du sujet et des préoccupations qu’il décrit. Un auteur rare qui demande une ouverture d’esprit, nécessaire à la compréhension d’une culture différente.

Un Salinger nippon ?

8 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 80 ans) - 4 mai 2012

Oui, ce roman de Murakami m'a fait penser à l'attrape-coeurs : un héros narrateur un peu "paumé" qui promène ses états d'âme un peu partout. Mais il a ici un peu plus de classe, un peu plus de tenue ; et l'attrait de l'exotisme joue en sa faveur auprès des lecteurs européens.

Le livre nous présente de nombreux personnages intéressants, navigant entre ennui, sexe et alcool, faisant la preuve de la grande détresse de cette génération. Plusieurs suicides ponctuent d'ailleurs le récit et nous avons du mal à les comprendre, à les accepter.

Murakami a beaucoup de choses à nous raconter ! Souhaitons qu'il continue longtemps. Pour ma part je vais m'attaque au 3ème tome de 1Q84 avec impatience...

Pas ma tasse de thé

5 étoiles

Critique de Valotte (, Inscrite le 31 décembre 2011, 55 ans) - 19 février 2012

Le seul Murakami que j'aie lu, sur la recommandation enthousiaste de mon conjoint.
Le livre m'a laissée perplexe. Pas désagréable à lire, avec de l'humour, un style...
Mais à aucun moment, je ne suis sentie en empathie avec les personnages, ni accrochée par l'histoire, ni émue... Je n'ai pas compris où l'auteur me menait. Il raconte une succession d'événements, dont certains dramatiques, qu'il semble traverser comme un funambule ou un spectateur. Quand il évoque ses sentiments, je n'arrive pas à y croire. Les passages "chauds" m'ont donné la nausée.
Au nom de sa réputation, je lirai volontiers d'autres livres de cet auteur. Mais celui-ci n'a pas été ma tasse de thé !

Autopsie d'une mue

8 étoiles

Critique de Minakochan (, Inscrite le 22 mai 2011, 36 ans) - 22 mai 2011

Cette lecture a eu une résonance particulière. Murakami nous montre bien que le passage à l'âge adulte est loin d'être évident pour tout le monde et semble relever d'une véritable décision. Nagasawa ou Midori se sont organisés, l'un en se fixant une ligne de conduite, l'autre en décidant d'aller de l'avant ; ils ont en quelque sorte élaboré une stratégie. Pour les autres, dont le narrateur, la route à suivre est beaucoup plus floue. On ressent très bien tout au long du livre les impressions de flottement des uns et des autres à travers leurs dialogues, leurs propos un peu "à côté de la plaque".
J'ai été émue par la panique de l'auteur au début qui fait remonter ses souvenirs dans une sorte d'urgence, de peur de tout oublier pour de bon. Il nous interroge sur notre rapport à la mémoire, et donc à notre personnalité. Comment s'est opérée notre propre mue, qu'a-t-on laissé derrière nous ?
Ce livre est empreint de nostalgie et de poésie. Curieusement, malgré les scènes explicites, je le trouve sobre et presque "respectueux" des personnages. La délicatesse de Murakami, déjà.

Toujours un plaisir de lire Murakami !

8 étoiles

Critique de Listelle (Bordeaux, Inscrite le 25 juillet 2010, 33 ans) - 18 août 2010

J'ai appris plein de choses en lisant ce bouquin. Toujours autant aimé les personnages de Murakami, c'est jamais pareil, toujours original et toujours bien écrit, bien construit !

NORUWEI NO MORI - NORWEGIAN WOOD – LA BALLADE DE L’IMPOSSIBLE

8 étoiles

Critique de Septularisen (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 52 ans) - 27 mai 2009

Au début du roman Watanabe Tôru a 37 ans et arrive en avion à Hambourg, en écoutant la chanson des Beatles "Norwegian Wood", il se plonge dans la réminiscence de ses années de jeunesse…
En 1968, diplômé d’un lycée de Kobe, il entre dans une université de Tôkyô et s’installe dans une étrange pension au règlement très strict et aux forts relents nationalistes – le drapeau national y est hissé tous les matins -, avec pour compagnon de chambre un futur cartographe au régime de vie très strict, qu’il surnomme bien vite «le commando».

Un jour, il retrouve par hasard Naoko, l’ancienne petite amie de son meilleur camarade de lycée, Kizuki, qui s’est suicidé alors qu’il avait 17 ans. Il se met alors à la fréquenter et un soir d’avril 1969 pour les 20 ans de la jeune fille, il passent la nuit ensemble.
A son grand étonnement, il découvre qu’elle est vierge. Elle disparaît ensuite sans laisser de traces, et ce n’est que bien après, en recevant une lettre d’elle, qu’il apprend qu’elle séjourne dans un sanatorium des montagnes de Kyôto…

Sur le bandeau publicitaire de l'édition japonaise de Norwegian Wood - titre curieusement traduit par "La ballade de l'impossible" en Français -, Haruki MURAKAMI, avait fait figurer la mention «100% roman d’amour», je dirais plutôt qu’il s’agit ici d’un roman traitant plutôt des relations entre le héros et les autres personnages féminins, et comme toujours chez le grand écrivain Japonais, la relation implique ici le corollaire d’incommunicabilité (et de non-dits) entre les êtres, et son contraire : le combat perpétuel pour la communication !

«La ballade de l’impossible» (1987) est le deuxième grand roman d’Haruki MURAKAMI (après «La course au mouton sauvage» de 1982) et donc un roman de «jeunesse», de formation, on y sent une écriture encore tâtonnante, moins achevée que dans les autres romans de l’écrivain, (notamment "Kafka sur le rivage" et "Chroniques de l'oiseau à ressort") ce qui peut rebuter et "refroidir" certains lecteurs habituels de cet écrivain. Toutefois l’écriture reste toujours aussi magnifique et le livre reste toujours aussi beau, les pages se tournent toujours aussi vite, l’inventivité et l’imagination sont toujours au pouvoir…
On y retrouve comme souvent chez l’écrivain Japonais des éléments aux résonances autobiographiques, cette fois mêlés à un récit d’une tendresse, et d’une intensité érotique saisissantes…

Inutile de dire que, comme tous les livres d’Haruki MURAKAMI, celui-ci vaut la peine d’être lu!..

Un bon livre, un murakami moyen

7 étoiles

Critique de Lyrzine (Paris, Inscrit le 15 janvier 2008, 39 ans) - 27 janvier 2008

Un roman qui se laisse apprécier comme un dimanche matin printanier. Un forme de fraicheur dans l'écriture, de spontanéité simple et loin d'un style alambiqué.
On découvre (ou redécouvre) l'univers et les thèmes de Murakami avec plaisir, cependant cette histoire parait un peu en demi teinte si l'on a déjà lu les chefs d'oeuvre que sont les chroniques de l'oiseau à ressort ou la course au mouton sauvage.
Ce livre serait plutôt à recommander pour les admirateurs de murakami, dont je fais partie, qui n'auraient pas encore lu celui ci, mais pour une personne qui souhaiterait s'initier à cet univers je recommanderais plus aisément l'une des deux oeuvres que je viens de citer.
En effet, dans "la ballade de l'impossible", on retrouve tout ce qui est cher à l'écrivain, mais le livre dégage une impression de survol du sujet par rapport à la maitrise dont l'auteur à su faire preuve dans d'autre roman.
Pour résumer (et pour subtilement reprendre mon titre) un bon livre, mais un Murakami moyen.

Entre détails et poésie

7 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 45 ans) - 24 juillet 2007

Deux facettes me sautent aux yeux dans cet ouvrage: le contraste entre la poésie et la sensibilité qui se dégage des deux personnages principaux et la froideur, la rigueur, du sens du détail que Murakami manie à outrance, à mes yeux en tout cas. Est-ce que cette confrontation est volontaire? Je l'ignore mais elle m'a frappée, presque dérangée, tant j'ai trouvé que cette abondance d'informations, parfois inutiles, constitue un frein au plaisir de se plonger dans cette mabiance magique des souvenirs.
Une manière de faire qui m'avait déjà gênée dans "la course au mouton sauvage" et m'avait empêchée d'aller à l'essentiel et d'apprécier le récit. J'ai trouvé cela encore plus frappant ici, car le style, la manière de raconter ce passé n'ont par moments rien de très naturel.
Alors je me dis que ça ne peut être que volontaire, que c'est une manière d'illustrer la folie, la confrontation avec la mort ou la force de l'amour, qu'il faut cette rigueur presque clinique pour mieux mettre en valeur la pureté des émotions nées de Watanabe et Naoko. Mais ceci n'est bien entendu que supposition de ma part...

La puissance du continu

5 étoiles

Critique de Kinbote (Jumet, Inscrit le 18 mars 2001, 60 ans) - 24 juillet 2007

La narrateur revient vingt ans après sur une histoire vécue dans les années 68-69, ponctuée (pour faire vrai) par les titres de chansons de ces années-là. Très vite il est tiraillé entre deux femmes, Naoko, qui, pour le dire vite, représente la mort, et Midori, symbolisant la vie. Il ne choisira pas vraiment. La leçon de ce roman pourrait être : dans l’amour, dans notre rapport intime à l’autre, il y a un élan vital de même qu’une pulsion morbide ; Eros et Thanatos, quoi.

Ce qui m’a surtout frappé, c’est le souci de l’auteur de nous narrer par le menu les épisodes de la vie de son narrateur. Une abondance de détails qui, il est vrai, nous plongent au cœur de la problématique et qui est censée nous faire éprouver au plus près les émotions du narrateur. En même temps, cette profusion de détails (comme, au cinéma, certaines prises de vue subjectives) trahit son objectif : nous révéler que cette histoire est inventée car, dans ce souci du détail, pas un moment le narrateur ne signale qu’il tient un journal, seule façon pour un être humain mentalement constitué de se rappeler cette masse de souvenirs. Cette « puissance du continu » est à mon avis la force de ce livre comme sa faiblesse.

Je me suis plusieurs fois demandé : « Mais quel intérêt de nous raconter tout cela ? ». J’eusse aimé une narration signalant plus le travail de la mémoire, les blancs de la remémoration, une écriture marquée de trous, au style peut-être moins appliqué – mais plus percutant ? Combler tout l’espace narratif empêche le temps d’investir ses interstices.

L'univers de Murakami

9 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 64 ans) - 6 juillet 2006

C'est une véritable histoire d'amour que je vis avec cet écrivain japonais. Son écriture toute en douceur et en sensibilité m'enchante et me repose. Les personnages de Murakami sont aux prises avec leurs sentiments et éprouvent le mal de vivre. Dans ce livre, l'écrivain aborde le thème de la maladie mentale, de la mélancolie et du suicide avec beaucoup de justesse et de respect. La difficulté d'être y est exposée simplement et d'une façon touchante qui ne laisse pas indifférent. La vieillesse et la mort y sont aussi abordés et Murakami y expose la futilité de l'existence et le vide que la mort laisse dans le coeur de ceux qui survivent à la mort d'un proche. Enfin, les rapports humains et leur complexité tissent la trame de ce très beau livre d'un écrivain que je ne me lasse pas de lire. L'amour, l'amitié, la tendresse et les souvenirs sont des thèmes qui reviennent dans tous les livres de Murakami à mon plus grand bonheur.

Et puis, j'aime bien le dépaysement que le Japon apporte et Murakami excelle dans l'art de décrire les petits gestes du quotidien et la façon de vivre des Japonais. La musique et la littérature occupent un place importante dans le récit et je crois que je vais lire "The Great Gatsby" sans tarder...

"(...) le seul à me tenir en dehors de ce paysage"

8 étoiles

Critique de Bolcho (Bruxelles, Inscrit le 20 octobre 2001, 71 ans) - 1 septembre 2005

D’abord, lire ce que les autres critiqueurs ont écrit et qui me parait toujours très juste. Hommage à eux donc.
Et hommage à cet auteur qui nous parle des choses simples et essentielles par le biais de personnages dont on a effectivement du mal à se détacher une fois le livre refermé. La vie, la mort, les frontières hésitantes entre les deux, l’incertitude du monde, la sensation de détachement et de flottement qui nous prend lorsqu’on se place en observateur. C’est surtout ce rapport au monde qui m’a frappé, en ce qu’il a de passager, quotidien, micro-événementiel et de fondamentalement problématique. Si on se laisse entièrement capter par le monde, la vie de tous les jours, alors on est englouti. Mais si au contraire on ne se laisse pas capter du tout, si l’on reste observateur, alors le contact avec les autres devient difficile, un peu sans objet.

Une petite faiblesse je trouve. Le récit est à la première personne et le narrateur parle d’événements vieux de plusieurs années. Il y a pourtant de très nombreuses notes du genre de celle-ci : « Quand le vin fut terminé, Nagasawa commanda une autre bouteille et réclama un double whisky pour lui ». Non, on ne se souvient pas de ce genre de détail dans la réalité, n’est-ce pas. Et en plus, ça n’a aucun intérêt dans le fil du récit. D’où cette impression d’artificiel un peu gênante qui rejette le lecteur dans sa position critique alors que ce type de détail est prévu pour inclure le lecteur au contraire, pour le faire s’asseoir à la table des convives en quelque sorte. Alors, pourquoi surcharger ainsi le récit ? Peut-être après tout cela exprime-t-il la tentative – par définition avortée – de reconstituer le passé ? Murakami nous dit au début de son récit : « (…) je crois que seules les pensées et les souvenirs incomplets peuvent venir se loger dans des phrases qui, par définition, sont incomplètes ».

Le style est d’une extrême simplicité. On est presque dans la langue orale. Au point que les passés simples y semblent parfois incongrus. Si je croise un jour la traductrice, il faudra qu’on en parle… Après tout, l’effet déstabilisant est peut-être voulu là aussi : dans le genre, j’ai l’air d’être le réel mais je ne le suis pas.

"(...) dans ma famille (...) il nous faut beaucoup de temps pour mourir. A tel point qu'à la fin on ne sait même plus si on est mort ou vivant"

la ballade d'un homme heureux

10 étoiles

Critique de Grass (montréal, Inscrit le 29 août 2004, 42 ans) - 3 juin 2005

À lire tous les commentaires, je ne vois pas comment je pourrais apporter quelque chose de pertinent, si ce n'est que mon témoignage de bonheur atteint. Murakami est tout ce que je désire en littérature. Je n'ai jamais trouvé ça ailleurs et je tout content de savoir qu'il m'en reste tout plein d'autres à lire. Bravo.

Eprouvant

10 étoiles

Critique de Spleenofrock (, Inscrit le 27 janvier 2005, 39 ans) - 27 janvier 2005

Je me suis toujours dit que la note maximale ne devait pas trop être donnée ici, mais je la donne, comme étant mon livre préféré (à égalité avec de (trop) nombreux autres)
Je le place également à part dans l'oeuvre de Murakami, car si dans les autres, les sensations de perte, d'absurde sont présents, ici ils sont à leur paroxysme.
Le livre est bouleversant, j'ai été pris à la gorge par le traitement de thèmes aussi essentiels que l'amour (comme dans tous les livres de H.Murakami) ou le deuil et la fatalité.
Les personnages sont étrangement mûrs mais toujours crédibles...

Rien à ajouter

9 étoiles

Critique de Duncan (Liège, Inscrit le 21 février 2004, 38 ans) - 5 juillet 2004

Comme FightingIntellectual, je suis totalement sous le charme de ce livre et de l'oeuvre de Murakami en général...

Et dans celle-ci, "Norway no Mori", incompréhensiblement traduit par la "Ballade de l'impossible" ce qui fait perdre à ce titre l'hommage "Beatlesien" qu'il contenait ("Norwegian Wood" étant une des chansons de ce groupe, et mélodiquement une des plus abouties à mon avis ), est tout à fait remarquable...

J'éprouve un attachement presque sentimental pour les héros de ce livre... C'est touchant, émouvant et ça ne manque pas d'une certaine profondeur en effet. Que demander de plus ? Voilà ce que la littérature francophone n'arrive plus à m'apporter depuis pas mal de temps: un mélange de fraîcheur et de réflexion...

Une certaine idée de la vie étudiante aussi (*snif*).

Enfin une histoire d'amour solide

10 étoiles

Critique de FightingIntellectual (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 36 ans) - 3 juillet 2004

Je le dis, je le cris et le galvaude sur critiqueslibres.com depuis mon arrivée. Haruki Murakami est un génie. Je ne peux pas me passer de son écriture. S'il existait en seringue, je m'en enverrais dans les veines.

Il explique l'hyper-complexe et bâtit même l'hyper-complexe à l'aide de mots & de phrases simples. Nous plongeant dans l'espace méconnu de l'intériorité masculine. Il expose avec une simplicité et une sensibilité désarmante, la masculinité de Watanabe en amour.

Étant écrite, vue et ressentie par un homme, cette histoire est cependant un pont tendu vers la gent féminine pour réconcilier les potentielles incompréhensions entre les deux sexes.

Il est a compter parmi les grands, il est le prochain maillon d'une chaine amorcée par Dostoïevski.

GÉ-NI-AL

J'aime beaucoup

9 étoiles

Critique de Manu55 (João Pessoa, Inscrit le 21 janvier 2004, 46 ans) - 13 février 2004

Toute l'oeuvre de Murakami me touche.
Celui là, autant que les autres que j'ai déjà lus.

À lire absolument!

9 étoiles

Critique de MC (Montréal, Inscrite le 12 février 2004, 31 ans) - 12 février 2004

Haruki Murakami reprend toujours les même thèmes dans ses romans, mais à chaque fois, même s'il s'agit toujours d'un jeune homme qui se ressemble dans chacun des livres, un jeune homme qui est déchiré entre la quête d'un idéal et une femme mystérieuse, on est toujours pris au dépourvu par la justesse des mots utilisés. Particulièrement dans La Ballade de l'impossible, où l'on s'attache tour à tour autant à Midori qu'à Naoko. Et que dire de Reiko, cette femme au passé si troublant... Excellent

Quelle sensibilité!

9 étoiles

Critique de Féline (Binche, Inscrite le 27 juin 2002, 41 ans) - 30 juin 2003

Ce livre m'a beaucoup touchée. D'une part car il est très beau. Mais aussi parce qu'il traite de sujets tels que la mort et les maladies nerveuses avec beaucoup de pudeur, de réserve et de sensibilité. Comme le dit Saule, on s'attache aux personnages.
C'est le deuxième roman écrit par un japonais que je lis et je me demande comment j'ai pu hésiter si longtemps. Le suicide et la mort en général sont très présents dans cette littérature et il est intéressant de découvrir la manière dont ils traitent ce sujet, complètement différente par rapport à ici, mais surtout la manière dont ils perçoivent la mort.

Forums: La ballade de l'impossible

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La ballade de l'impossible".