Le Cercle fermé de Jonathan Coe

Le Cercle fermé de Jonathan Coe
(The closed circle)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Jlc, le 31 janvier 2006 (Inscrit le 6 décembre 2004, 74 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 20 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (608ème position).
Visites : 5 692  (depuis Novembre 2007)

L'ére de l'ironie

Surtout, surtout ne lisez pas ce livre… avant d’avoir dégusté “Bienvenue au club”. Ces deux romans sont les panneaux d’un diptyque qui ne vont pas l’un sans l’autre. Certes vous y prendriez un grand plaisir, l’auteur ayant d’ailleurs eu la délicatesse de suivre le conseil de Bolcho en ajoutant au livre le synopsis du premier. Mais je crois sincèrement qu’il faut avoir lu « Bienvenue au club » pour apprécier totalement « Le cercle fermé ».

On y retrouve des amis un peu perdus de vue mais toujours présents dans nos cœurs, un peu comme les personnages de ce superbe film italien « Nos meilleures années » : Benjamin « qui ne vivait que par et pour ses rêves, depuis toujours », Doug qui ne pourra jamais écrire un livre et restera journaliste, Philip peut-être le plus philosophe (et le plus heureux ?) de tous. Il y a aussi Claire dont la lettre à Miriam, sa sœur disparue, ouvre magnifiquement le roman, les femmes de nos héros car ils ont grandi, vieilli, parfois mûri. Et Malvina , et Paul, le frère de Ben, « affreux Jojo » devenu député travailliste ou plutôt néo travailliste et quelques autres.

Car le monde a changé. L’Angleterre des années 70 a subi le choc du thathérisme avant de succomber au charme de Tony Blair. Et c’est là où Jonathan Coe révèle tout son talent en liant le désenchantement des personnages à celui d’une époque. Il n’y a plus rien de commun entre l’engagement du père de Doug, militant syndical des années 70 et l’opportunisme de Paul. C’est un roman tout à fait contemporain qui évoque bien des évènements survenus entre 1999 et 2003 dont bien sûr la guerre en Irak, à laquelle l'auteur est totalement opposé. C'est aussi la description, pleine d'humour ironique, du milieu mediatico-politique où « ce qui compte aujourd’hui , ce n’est plus ce que vous dites, c’est la manière dont c’est interprété ». On peut d’ailleurs se demander si c’est cet aspect très contemporain du roman qui résistera le mieux au temps qui passe. Cependant je ne partage pas du tout l’avis de ceux qui parlent de roman politique, pour le dévaloriser. Certes c’est un roman d’aujourd’hui, mais surtout c’est un roman dans tout ce que ce terme a d’absolu et de magique avec des personnages qui ont ce petit plus d’universel, ce « supplément d’âme » qui font de ces êtres imaginés des êtres vivant avec nous. Plus que la posture de Tony Blair ou de Paul son représentant, et même si ou parce que « On vit à l’ère de l’ironie », ce qui importe c’est la tristesse rêveuse de Benjamin, l’énergie tendre de Claire ou les hasards saugrenus de la vie. Car la vie est passée par là avec tout ce qu’elle recèle de chagrins, de déceptions, de trahisons mais aussi de tendresse et d’amour, de musiques et de livres, de vin et de paysages, de rencontres et d’espoirs.

Je ne veux, bien sûr, pas raconter l’histoire qui est compliquée, surprenante, pleine d’humour parfois, de tendresse toujours mais sans la compassion obligée (« je n’ai jamais aimé les autres, seulement veillé sur eux » dit Claire, je crois), de révolte aussi (« Société tolérante. Qu’ai-je fait au demeurant pour que les gens doivent me TOLERER »), de vibrato, la vie quoi !

C’est superbement écrit (« ce climat anglais, avec le grouillement acre et inquiet d’une humanité détrempée »), parfaitement traduit.
Jonathan Coe a mis dans ce livre toute son imagination riche et amusée et on sent qu’il a écrit ce livre avec plaisir, aimant conduire son lecteur où il l’entend pour provoquer au détour d’une phrase, d’un mot, voire d’un signe d’imprimerie, un coup de théâtre. Mais s’il nous guide où il veut, il nous laisse aussi la liberté d’imaginer notre propre histoire avec ses personnages et c’est peut-être ceci qui distingue un grand roman d’un livre plus ordinaire : s’approprier des personnages, une histoire et la vivre non seulement à travers eux mais aussi en nous, pour nous, parce que c’est peut-être aussi notre histoire d’une certaine façon.
Vous l’avez compris, ce désenchantement de la vie est un enchantement de lecture

Finalement j’ai un énorme reproche à faire à Jonathan Coe : celui d’avoir écrit un diptyque et non un triptyque ou une série tant j’aimerais retrouver plus souvent nos vieux amis anglais.
Le livre se termine sur l’image d’un espoir, celui de la génération suivante. Alors vite, Jonathan, racontez-nous leur histoire.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une belle suite qui manque également son but

7 étoiles

Critique de Falgo (Lauris, Inscrit(e) le 30 mai 2008, 78 ans) - 14 juin 2016

J'ai trouvé Le Cercle fermé plus intéressant que la première partie du diptyque. Coe se montre plus à l'aise avec des personnages adultes qu'avec des adolescents, les caractères sont bien dessiné et le rappel des jeunes années dans la formation des adultes est plutôt bien venu. Et c'est cette caractéristique qui me fournit une explication de ma déception globale de cet ensemble. Coe est, semble-t-il, plus psychologue que sociologue. Or, pour accéder à son objectif: l'évolution de la Grande Bretagne en 20 ans, une approche sociologique plus complète et plus exemplifiée me paraît nécessaire. Mais j'ai lu ces livres en fonction de leur objectif et non de leur approche psychologique, d'où ma déception.

Diptyque bien achevé.

8 étoiles

Critique de Ngc111 (, Inscrit le 9 mai 2008, 31 ans) - 13 février 2013

Suite de l'excellent "Bienvenue au club", "Le cercle fermé" reste dans la continuité de ce qui a été fait précédemment et propose à nouveau une vision critique et pleine de bon sens de la société anglaise mais cette fois au 21e siècle et à travers les yeux de personnages bien loin de l'adolescence en ce qui concerne l'âge en lui-même, mais pourtant pas si distant de l'âge ingrat dans le comportement.

L'auteur a bien mis l'accent sur les difficultés rencontrées par ces adultes encore hantés par les spectres de leur adolescence (notamment en ce qui concerne Benjamin, mais pas seulement), dont ils cherchent désespérément à se défaire pour avancer dans leur vie, bien entamée, d'adultes accomplis et responsables.
Cela amène l'intrigue à des raccourcis un peu faciles sur le dénouement de certaines situations (la disparition de Myriam) mais l'on pardonne volontiers l'auteur au vu de la qualité du récit, de l'introduction de nouveaux personnages très réussie (Malvina et Sophie par exemple) et des thèmes abordés.

Les plans sociaux et la critique du monde patronal sont toujours d'actualité dans les années 2000 mais Jonathan Coe aborde aussi le thème de la guerre en Irak, des attentats terroristes et des rouages politiques, le tout toujours enrobé dans les histoires personnelles voire intimes de ses personnages : liaisons adultères, éducation des enfants, changements de style de vie, évolution de la carrière professionnelle... On suit l'ensemble de l’œuvre avec grand plaisir et certains passages sont d'une qualité ébouriffante.

Pourtant l'effet de surprise est logiquement un peu moindre, la faute à un style moins varié que dans le premier volet du diptyque qui s'était fait une force de multiplier les variations de style. Ici l'auteur s'est montré globalement plus sage et hors quelques chapitres écrits sous forme de relation épistolaire (les premiers chapitres par exemple) et autres retranscriptions de SMS (pour coller à la réalité de l'époque), la narration se veut plus classique et convenue que dans "Bienvenue au club".

Le diptyque de Jonathan Coe s'achève quoiqu'il en soit de fort belle manière et démontre une nouvelle fois les qualités de l'auteur pour constituer un récit mêlant fiction et moments de vie de quelques personnages à la variété et à l'intérêt équivalents, avec une satire sociale et politique bien insérée, peut-être trop évidente et pas toujours bien nuancée mais convaincante malgré tout.

Les années Blair

9 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 37 ans) - 30 août 2011

Dans Le cercle fermé, on retrouve les mêmes personnages que dans « Bienvenue au club », mais vingt ans plus tard. Ils sont tous à peu près installés. De l’eau a coulé sous les ponts. Paul Trotter est député du New Labour ; Doug est devenu un journaliste influent ; Claire vit entre l'Angleterre et l'Italie au gré d'histoires d'amour décevantes, Culpepper est un as de la finance ; et Benjamin n'en finit pas de peaufiner son chef d'oeuvre musico-littéraire. En Angleterre, ce sont les années, celles d’un parti travailliste un peu trop converti au marché ; celles où l’on part dans la guerre d’Irak sous prétexte d’éléments.
Et au milieu de cette grande histoire, celle des journaux et de la télévision, nos sympathiques héros vivent leurs vies. Des vies, pas les meilleures, pas les pires, comme aurait dit un chanteur français qui tarde un peu trop à revenir dans le parcours.
Et, avec Jonathan Coe, les hasards de la vie jouent bien souvent de drôles de tours à ces personnages toujours attachants en diable. Ils ont évolué, mais sans vraiment changer. Certains se retrouvent : espoirs déçus bien souvent. Telles de petites marionnettes, Jonathan Coe tire les fils de leur histoire sans jamais faire de nœuds. Le « Cercle fermé » est pour moi légèrement supérieur à « Bienvenue au club », plus mature. Il est cependant très important, selon moi, d’avoir lu le premier tome de cette saga, sous peine de passer à côté de certains détails. Car un détail insignifiant dans « Bienvenue au club », pourra avoir des répercussions dans « Le Cercle fermé ».

le livre fermé

6 étoiles

Critique de Lectio (, Inscrit le 16 juin 2011, 68 ans) - 10 juillet 2011

Voici les jeunes potaches de BIENVENUE AU CLUB. Adultes ils entrent dans le nouveau millénaire avec leurs fêlures, leurs écorchures, leurs plaies encore vives. Sur fond de mondialisation et de ses démons, de guerre d'Irak les "copains d'avant" sont plutôt égarés, désabusés, sans voix devant leurs enfants adolescents et surtout très égocentriques ! Mister COE est un virtuose, la construction de son livre (comme les autres d'ailleurs) est très solide : intrigue, suspense, rebondissements, humour, le tout avec un zeste de sexe. On ne s'ennuie pas un instant. Plus que la société anglaise, l'auteur nous décrit notre époque et ses contradictions. Car les conditions de vie des personnages sont plutôt aisées, ce qui laisse le loisir de contempler ses états d’âme et de poursuivre leur passé. Admirablement le cercle se referme sur des clichés bien convenus sur la mondialisation, les restructurations, la guerre, la montée du néo-nazisme. Visiblement J. COE ignore la résilience et ne peut voir les hommes ne tourner que sur eux-mêmes.

Une merveille !

10 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans) - 31 mai 2011

J'avais beaucoup aimé "Bienvenue au club" mais je trouve "Le Cercle fermé" encore meilleur.

Tout en nous montrant l'évolution de l'Angleterre, les luttes sociales, les excès du capitalisme, le déchirement provoqué par la seconde guerre d'Irak et une triste montée du racisme, ce livre reste d'une très grande sensibilité.

Oui, nous aimions Benjamin, Doug, Claire, Paul et les autres mais il est tellement intéressant de les retrouver tous dans les tourbillons de la vie d'adulte.

Je serai bref vu la qualité de la critique de JLC, mais je dois avouer que moi aussi j'ai été très triste quand j'ai fermé ce livre.

Ce livre m'a fait rêver, en effet je m'y suis retrouvé et j'admire la sensibilité, la finesse que l'auteur montre dans cet ouvrage.

Indiscutablement un très grand roman !

20 ans après

7 étoiles

Critique de Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 35 ans) - 19 mai 2011

Suite du très bon "Bienvenue au club", "le Cercle fermé" nous plonge dans l'Angleterre des années 90 à travers l'histoire de nos trois protagonistes, à savoir Doug, Ben et Philip, le tout saupoudré de nouveaux personnages renouvelant en quelque sorte l'histoire.
Là encore l'histoire est prenante, je ne reviendrais pas dessus, elle est très bien décrite dans les autres critiques des lecteurs de CL. On prend vraiment un grand plaisir à retrouver nos trois larrons qui ont pris 20 ans de plus tout de même. Leurs péripéties ne sont plus du même acabit du coup. Le récit est donc en quelque sorte plus mature, plus posé si j'ose dire. Jonathan Coe arrive là encore à nous tenir en haleine, pourtant il y' a un je ne sais quoi qui m'a fait préféré le premier volet de ce dyptique. Je ne saurais l'expliquer même si "Le cercle fermé" est un très bon roman qui ne m'a pas le moins du monde déçu, ce qui est souvent le cas avec les suites.
Pour les amoureux de Coe, ceux qui ont aimé "Bienvenue au Club", le "Cercle fermé" est à mon humble avis un indispensable.

Oui et alors ?

4 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 43 ans) - 26 juillet 2009

Si il n'est pas indispensable d'avoir lu "Bienvenue au Club" avant "Le Cercle fermé", cela est tout de même utile pour connaître les personnages et cerner leur contexte.
Dans l'un ou l'autre livre, je dois confesser que le sujet traité m'a peu, voire pas du tout, intéressée. Ce n'est pas la plume de Jonathan Coe, qui écrit bien, qui est ici en cause mais l'histoire, ce dont il parle.
Je me suis rapidement lassée de cette troupe qui se regarde beaucoup le nombril, qui vit dans un certain confort et passe du temps à s'interroger sur son moi existentiel. Pas forcément à mes yeux l'échantillon le plus représentatif pour aborder la crise de la société anglaise et les années Blair mais en même temps, ils en font partie et donc ça passe aussi par eux. C'est simplement que dès lors, je ne trouve pas ce tour d'horizon suffisamment complet. Subjectivité toute personnelle, j'en conviens et cela ne remet en rien les qualités d'écriture de l'auteur, dont la langue est agréable et accessible.
Toutefois, étaler sur autant de pages, le mal-être de ce groupe d'amis, ça passe ou ça casse si on n'arrive pas à entrer dans leur univers, ce qui fut mon cas; je les ai trouvés ennuyeux. Le fil conducteur m'a paru cousu de fil blanc et l'histoire sans véritable grand relief. Pas vraiment pour moi.

Et la boucle est bouclée...

9 étoiles

Critique de Shan_Ze (Lyon, Inscrite le 23 juillet 2004, 34 ans) - 26 juin 2009

On se retrouve de nouveau avec nos héros, 20 ans plus tard, à la veille de l’an 2000. Et comme dans Bienvenue au club, on suit pendant quelques années ce petit monde qui a muri, dans une Angleterre qui a aussi changé...

C’est un véritable plaisir de retrouver tout ce petit monde, de voir ce qu’ils sont devenus. En même temps, ce qui m’a un peu gênée, c’est qu’on retrouve vraiment tout le monde. Chaque personnage de Bienvenue au club est évoqué pour savoir ce qu’il ou elle est devenue. (Beaucoup de coup de théâtre (trop ?). Alors qu’en réalité, je pense qu’on oublierait quelques personnes, si on pensait à un passé vieux de 20 ans. (Je chipote un peu, j’ai bien aimé les redécouvrir…)

Le cercle fermé porte bien son nom, le début (de Bienvenue au club) et la fin (du Cercle fermé) se retrouvent et concluent ce subtil, impressionnant et foisonnant diptyque. L’auteur fait passer plusieurs messages par ce roman (et le précédent) en parlant de l’actualité (guerre en Irak, 11 septembre…). J’ai bien aimé le numérotage à rebours des chapitres pour montrer qu’on revenait à l’origine de l’histoire, très ingénieux ! On n’imagine pas de suite à celui-ci. Ou alors sur la nouvelle génération… ?

J’ai, à chaque fois, été impatiente de retrouver chaque personnage, chacun est très bien décrit et avec beaucoup d’humour par Monsieur Coe. Bref, il y a tant de choses à dire mais pour conclure, ce diptyque forme un ensemble assez équilibré qui se lit très facilement et avec beaucoup de plaisir.

Ferme la boucle

8 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 4 juin 2009

Les personnages sont bien dessinés, mais j'ai trouvé que l’histoire n’a pas la force du premier tome. C’est une suite logique, mais prévisible à plusieurs moments. Un diptyque à lire tout de même.

Passez par le Club avant de fermer le Cercle!

9 étoiles

Critique de Mallollo (Galera, Andalousie, Inscrite le 16 janvier 2006, 35 ans) - 1 juin 2009

Une fois le livre fermé: "Waouw". D'ailleurs, à la page 14, déjà "Waouw". Sans raison vraiment particulière, mais je me suis étonnée à m'attacher si vite à l'histoire.

Je n'en parlerai pas, de l'histoire (tout est déjà dit dans les autres critiques, et le récit est tellement dense que j'en serais bien incapable), mais elle tient à la fois de la saga passionnante et de l'étude sociologique, sans être barbante. C'est avant tout le roman d'une génération. Pas la mienne, ce qui ne m'a pas empêché d'accrocher tout de suite.

Pourquoi? Sur le fond, je suis à l'âge charnière, au milieu de tout ce qui fait d'un post-ado un futur quadra peut-être blasé, qui a peut-être oublié qui il était, et à quoi il rêvait. Fatalement, ça parle, ça interpelle et ça fait un peu flipper. Et sur la forme, c'est écrit... waouw... tout en simplicité, sans effets de manche pompeux, mais c'est vraiment bien construit, et superbement traduit. Un équilibre tout en légèreté, qui permet de profiter du récit sans être étouffé par la syntaxe, tout en profitant de quelques vraies belles tournures.

Le seul bémol (qui peut ne pas en être un): sans avoir lu Bienvenue au Club auparavant (ce qui était mon cas), il est parfois laborieux de bien suivre les personnages. Malgré le petit synopsis (bien pratique pour "tricher" en cours de lecture), Le cercle fermé présente vraiment un nombre de personnages (et leur passé qui va avec) trop important pour y entrer sans préparation... je recommande donc chaudement Bienvenue au club, pour profiter pleinement du Cercle fermé!

Les années amères

8 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 52 ans) - 17 mai 2009

Il vaut mieux lire "Bienvenue au Club" avant, dont ce livre est la suite, même si ce n'est pas indispensable. Ce livre est tout aussi bien écrit et amusant que le précédent; c'est un grand roman, avec un scénario en béton, des coups de théâtre, des personnages vivants, proches de nous, qu'on finit par aimer malgré leurs travers. On peut dire que Jonathan Coe est un sacré conteur d'histoire!

Le livre contient une dimension presque existentielle: les questionnements, les espoirs déçus, la difficile confrontation des espoirs adolescents avec la réalité de l'âge adulte. Et puis, il a la dimension sociale et politique, une description amère des années Blair. La classe moyenne a laissé l'engagement social de côté pour se contenter de faire de l'argent, les valeurs phares de nos sociétés sont devenues l'efficacité et la rationalisation. Et la politique n'est pas en reste, c'est un terrain de jeu d'opportunistes sans idéal. A ce titre, l'épisode du vote au parlement sur la guerre en Irak est vraiment une belle prouesse narrative.

Un livre tout aussi amusant à lire qu'intéressant pour la critique sociale et la description de l'Angleterre en ce début de 21ème siècle.

Réquisitoire des années Blair.

9 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans) - 10 mai 2009

Hélas je n’ai pas lu (encore) « Bienvenue au club », du même Coe, et c’est dommage puisque « Le cercle fermé » est apparemment sa suite. Dommage mais pas dommageable puisque je puis ainsi confirmer qu’on peut, avec intérêt, se lancer dans « Le cercle fermé » sans avoir lu la première partie. Ouf !
« Le cercle fermé » raconte une histoire, non plutôt des histoires, … enfin non, des sagas. Des sagas entremêlés comme le sont nos jours et ceux de nos proches et connaissances dont les jours s’entremêlent aux notres au gré des rencontres, au gré des moments importants qui surgissent parfois sans qu’on s’en rende compte.
Jonathan Coe fait tout cela très naturellement, dans un style très agréable, qui rend la lecture fluide et régulière. Et il a du mérite tant il aborde d’histoires différentes, tant il aborde de thèmes fondamentaux, les uns à la suite des autres et souvent aussi les uns en même temps que les autres !
C’est d’une grande maestria, d’autant que Jonathan Coe reprend, vingt ans après, la suite des aventures déja contées dans le roman précédent, et l’on se dit : « il a bien dû y penser à l’avance, semer des cailloux, planter des graines, … et ça donne le vertige tant l’ouvrage est grand et fort.
Nous sommes au début des années 2000, les évènements évoqués, eux, sont souvent réels : attentats, déclenchement de la guerre contre l’Irak, … C’est l’heure du désenchantement pour Doug, Benjamin, Philip, Claire, …
Et leurs désenchantements s’entrecroisent, coupent un instant l’ambition de Paul, qui lui n’a pas le temps d’être désenchanté ; un ambitieux à l’oeuvre. On peut se sentir Doug, Claire, Benjamin, Philip tellement c’est actuel et proche de nous (l’âge aussi ?). On a du mal à se sentir Paul tant il incarne l’arrivisme forcené, cette ambition qui vous ferait tuer père et mère. Qu’importe, les personnages du « Cercle fermé » prennent réellement vie sous nos yeux, et Tony Blair se fait « habiller pour l’hiver ». Jonathan Coe tenait à faire passer un message, il est très explicite !

« Vingt ans ont passé et au fond rien n’a changé»

6 étoiles

Critique de Débézed (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 70 ans) - 25 mars 2009

Mon Dieu comme il est difficile d’affronter la quarantaine pour les bobos anglais, entre Londres et Birmingham, au tournant du II° millénaire mais c’est encore plus difficile de le raconter et il faut plus de cinq cents pages à Coe pour nous faire comprendre toute la déception, l’amertume et même l’aigreur de ces pauvres quadras qui étaient déjà les acteurs d’un précédent ouvrage, « Bienvenue au club », qui les mettaient en scène dans toute la vigueur de leur jeunesse et avec toutes leurs ambitions dans les années soixante-dix.

Coe reprend donc cette bande d’amis à peu près vingt ans après les avoir abandonnés, au moment où Claire vient de quitter Stefano en Italie pour rentrer à Birmingham où elle retrouve les frères Trotter, Benjamin toujours aussi taciturne et toujours dans l’espoir de publier le livre qui révolutionnera le monde de l’édition et Paul qui a choisi la politique qu’il exerce sans scrupule mais avec beaucoup d’ambition. Elle retrouve aussi Doug Anderton, le journaliste qui a fait un mariage opportun et son ex-mari Philippe échotier local, désormais remarié avec Carol, qui élève leur fils Patrick.

Ces quadras vivent dans un confort plutôt douillet, car dans ce roman il n’y a que des gens aisés ayant des jobs valorisant comme dans les « sitcoms » américaines, mais tous sont tout de même en proie à un quelconque mal de vivre qui affecte, en général, les personnes qui n’ont pas assez de problèmes dans leur quotidien. Ils ne trouvent plus une satisfaction suffisante auprès de leur femme qui est devenue mère de famille, ou s’est aigrie en ne le devenant pas, et se trouvent ainsi disponibles pour d’autres aventures avec des femmes plus ou moins consentantes ou même carrément disponibles elles aussi. Mais ce mal de vivre peut également trouver ses origines dans le monde du travail où leur talent n’est pas forcément reconnu comme il pense qu’il devrait l’être, ou encore dans le contexte politique qui les amène à renier leurs idéaux de jeunesse et à accepter des compromissions pour assurer leur statut social et leur avenir.

En renouant, vingt ans plus tard, les liens qui les avaient réunis, ses amis de jeunesse vont retrouver leurs souvenirs et rechercher les premiers émois qui les ont agités sur les bancs de l’université, sur fond d’espoirs déçus ou d’ambitions avortées dans un contexte de politique réaliste conduite par le parti travailliste qu’ils ont porté au pouvoir et qui les déçoit vivement face à une conjoncture économique de plus en plus tendue. Et, Coe conduira cette petite bande fâchée avec son idéal jusqu’à un happy end final digne d’un bon roman à l’eau de rose où la simplicité et l’humilité sont toujours récompensées par un amour frais comme un premier amour.

Roman d’une génération qui avait de grandes ambitions et un immense idéal qui ont sombré avec la fin des trente glorieuses, et qui a dû faire face à une conjoncture économique devenue plus difficile et à de nouvelles tentions politiques issues de la déconfiture du bloc communiste et de la montée des intégrismes. Mais roman qui ne va pas assez au fond des choses, qui surfe trop sur la vague des lieux communs et des idées reçues et qui se termine dans un optimisme béat qui ne s’imposait pas forcément au moment où Coe a rédigé ce livre, et nous sommes bien placés pour le savoir aujourd’hui.

Même si les ambitions de chacun s’effilochent avec le temps, la vie reste belle car toujours l’amour finit par triompher même si Blair ne conduit pas les Anglais vers l’avenir le plus radieux. La réalité prend le pas sur les rêves et nos quadras trouvent vite la solution à leur mal être en révisant leurs ambitions à la baisse pour ne pas galvauder leur idéal et leurs amours de jeunesse. Et, ainsi, toujours le cercle se referme….

L’avenir des illusions

9 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 48 ans) - 28 janvier 2009

C’est avec grand plaisir que j’ai replongé dans les chroniques de ce groupe d’amis que j’avais pourtant oublié depuis le roman précédent. Coe possède un talent pour camper des personnages dans leur époque (ici fin 90 début 2000). Tout est amené en douceur, on ne s’attarde pas sur 9-11. La politique et le contexte social fait partie intégrante des vies de ces gens, souvent bien ordinaires, mais aucunement ennuyeux. En quelque sorte, c’est un feuilleton. Un feuilleton de luxe !

Personne n’a remarqué que la numérotation des chapitres est à l’envers ?

Suite

8 étoiles

Critique de Maylany (, Inscrite le 11 novembre 2007, 37 ans) - 23 février 2008

J'ai lu, dans la foulée de "Bienvenue au club", 'le Cercle Fermé" et j'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à retrouver tous ces personnages et leur histoire.

Les ados ont grandi, les adultes ont mûri, des intrigues se dénouent, des destins se lient, etc.

Le contexte politique britannique et international est peut-être un peu plus présent que dans "Bienvenue au Club" mais il ne parasite toujours pas la lecture.

J'ai d'autant plus apprécié ce 2ème roman que j'étais à présent bien ancrée dans l'identité de chaque personnage et de son histoire.

Un diptyque très agréable.

Bienvenue au Club 2, le retour...

8 étoiles

Critique de Olivier1180 (Bruxelles, Inscrit le 21 octobre 2007, 46 ans) - 29 octobre 2007

La voilà enfin cette suite que j'attendais tellement!

Et pas de mauvaise surprise! Nous retrouvons nos "Amis3 du club, non pas là où nous les avions laissé, mais 20 ans plus tard, dans une Angleterre qui a évolué, qui est passée de Margaret Thatcher à Tony Blair.
Les personnages ont évolué, mais très vite on retrouve leurs forces et leurs faiblesses, le tout écrit avec cette plume trempée dans le vinaigre comme Jonathan Coe l'avait déjà fait dans le premier volume.

Sans nul doute, une excellente suite, dans la parfaite lignée du premier.

Hé, Jonathan, un troisième tome?

Qu'avons-nous fait de nos 20 ans ?

8 étoiles

Critique de Sentinelle (Bruxelles, Inscrite le 6 juillet 2007, 47 ans) - 16 juillet 2007

Ce roman fait suite à « Bienvenue au club », où nous retrouvons les personnages 20 ans plus tard. Il est vivement conseillé de lire ce premier tome auparavant même si cela n’est pas indispensable : l’auteur nous fournit un synopsis du premier tome à la fin du deuxième.

« Le cercle fermé » aurait pu s’intituler « Les illusions perdues » tant la question existentielle en toile de fond de ce deuxième tome pourrait être la suivante : qu’avons-nous fait de nos 20 ans ?

Le grand talent de Jonathan Coe est de combiner "la petite" et "la grande" histoire.

Par l’intermédiaire de nos quadras se profile l’Angleterre désenchantée de Tony Blair, homme « de gauche » poursuivant une politique « de droite » en privatisant plusieurs secteurs des services publics (scolarité, soins médicaux, chemins de fer) et s'engageant dans une guerre en Irak que personne ne soutient vraiment, à part lui, ses ministres, ses députés, les conservateurs et les américains.

Roman social, politique mais également intimiste : les questions de nos quadras, qui ont bien des difficultés à assumer leurs choix de vie, font fatalement échos aux nôtres.

Quel respect avons-nous témoigné envers nous-même ?
Dans quelle mesure sommes-nous si différents qu’autrefois ? Dans quelles proportions nos actes et nos choix présents sont-ils la continuité de nos espoirs d’hier ? Qu’en est-il de nos anciennes blessures mal cicatrisées ? Quels impacts ont-ils eus sur notre vie présente ?

Nous a-t-il manque du courage, de l’opiniâtreté, de la persévérance ?
Avons-nous abouti à ce que nous attendions de la vie ? Quelles compromissions avons-nous faites pour y parvenir ?

Comment faisons-nous face à nos désillusions, nos échecs ? Que pouvons-nous en faire pour évoluer, aller de l’avant ?

Que de questions que nous partageons avec eux.

Nos quadragénaires ont décidé, bon gré mal gré, de boucler la boucle car, finalement, il n'est jamais trop tard pour changer !

« Le cercle fermé » est, en ce qui me concerne, un bon roman d’un bon auteur.

Extrait :

A propos de Steve, qui a repris contact avec son premier amour, alors qu'il est marié et père de famille. Il n'a pas osé le dire à sa femme.

Benjamin : "Ecoute, dit-il, à ta place, j'éviterais de me torturer. Je sais ce que Valérie a représenté pour toi. C'était la première, hein ? Ce genre de choses, ça ne s'oublie jamais, ça ne s'efface jamais. Alors si tu as l'occasion – si tu te donnes l'occasion – de revenir sur les lieux du passé, de les revoir et de comprendre que tu n'y as plus ta place, personne ne peut te le reprocher. Tu as besoin de boucler la boucle.
Comme tout le monde. Car c'est bien de ça qu'il s'agit, je crois."

le cercle fermé

6 étoiles

Critique de Hercule (, Inscrite le 13 mai 2006, 78 ans) - 13 mai 2006

je n'avais pas lu le premier livre je n'en ai lu que la synthèse - j'ai assez bien aimé le cercle fermé mais il ne m'a pas donné l'envie de lire le premier - j'avais envie de secouer les personnages

L'ère du désespoir

9 étoiles

Critique de Bolcho (Bruxelles, Inscrit le 20 octobre 2001, 69 ans) - 9 mars 2006

Je souscris à chaque ligne, à chaque mot de l’intervention de Jlc.
Y compris à sa conclusion comme quoi on serait prêt à lire des suites éventuelles.
Mais il n’y en aura pas. Tout l’équilibre de ces deux livres inséparables (Bienvenue au club et celui-ci) s’appuie sur cet immense désenchantement qui a accompagné le passage des années 70, tonitruantes, rageuses et optimistes, à celles d’aujourd’hui qui ne laissent plus de place à aucun espoir sinon celui de faire partie des monstres.
Coe le dit si bien : « Il n’y a plus de curiosité, d’esprit critique, on est devenus des consommateurs de la politique, on gobe tout ce qu’on nous donne ». Et : « Les lignes de partage, si claires, si manichéennes dans les années 70, étaient devenues virtuellement impossibles à identifier avec précision ».
D’ailleurs elles se confondent sans cesse, n’est-ce pas, à tel point que l’acte de voter apparaît comme un rite cocasse.
Sensation rare d’être à ce point proche de l’auteur, dans les émotions, dans les réflexions politiques et aussi dans les petits coups de rage du quotidien : les maniaques du téléphone portable, les imbéciles nantis aux 4*4 bedonnants qui ne verront jamais le Sahara …
Sensation aussi d’être un peu chacun de ces personnages qui – aussi différents puissent-ils être – sont tous porteurs d’une partie de moi-même (oui, y compris les personnages qui sentent un peu le moisi). Question de génération sans doute : les mêmes espoirs, les mêmes déceptions et le même désespoir en fin de compte.
Rideau.
Un des événements marquants du premier livre, et qui aura une influence marquante sur l’avenir de la plupart des personnages, est un meurtrier attentat de l’IRA dans un pub de Birmingham. Mais il faut tout relativiser n’est-ce pas.
« En un sens (…) les attentats de Birmingham n’ont été qu’une atrocité mineure, d’un point de vue statistique, comparés à Lockerbie, ou aux attentats de Bali, ou au 11 septembre, ou à toutes les victimes civiles de la guerre d’Irak. Qu’est-ce qui se passerait si on essayait d’expliquer tous ces morts, toutes ces vies brisées, en remontant à la source ? Est-ce qu’il y aurait de quoi devenir fou ? »
Evoquant encore tous les civils tués par les Américains en Irak : « (…) Et chacun de ces gens était important (…) Des pères tués, des mères tuées, des enfants tués. Pense à toute la rage qui monte, partout dans le monde (…) à cause de tout ça ! Pense à toute cette rage ! ».

Et c’était écrit avant les attentats de Londres…


Forums: Le Cercle fermé

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le Cercle fermé".