Myrco

avatar 10/04/2012 @ 12:25:22
Cela fait bien des années que j'avais cessé toute pratique assidue de l'écriture...alors,de plus en plus souvent,et dans le contexte actuel,j'ai des doutes quant au bien fondé de certaines formulations!

Ainsi,j'ai trouvé,et à deux reprises dans la traduction française d'un roman de Mac Carthy une formule type:"La prochaine fois qu'il sortit son revolver...".Cela m'a heurtée.Selon moi,l'adjectif "prochain" s'emploie avec le futur et ne peut s'employer avec le passé simple.Personnellement,j'aurais écrit:"La fois suivante lorsqu'il sortit le revolver...".Ai-je tort?Amoins qu'il ne s'agisse de la traduction fidèle d'une formulation déjà incorrecte en anglais?Allez savoir...

Et puisque nous y sommes (toujours dans le même roman,mais il ne s'agit plus d'un strict problème de grammaire),que pensez vous de ceci:"La maison avait été construite en 1872.Soixante-dix-sept ans plus tard son grand-père était encore le premier homme qui y fût mort.Les autres..." N'est ce pas pour le moins curieux ou est ce mon cerveau qui ne fonctionne plus très bien?
Je pense qu'il voulait dire le seul...parce que le premier,il le serait toujours!

Saint Jean-Baptiste 10/04/2012 @ 16:05:25
Dans le premier cas, tu as certainement raison, ton cerveau fonctionne encore très bien. Félicitation Myrco !
« La prochaine fois qu’il sortit son révolver » est certainement faux.

Dans le second cas, ça me paraît plus ou moins bon : « ...le premier homme qui y fut mort ». Mais ce serait mieux : le premier homme qui y mourut et, ensuite : les autres y moururent quelques années plus tard… par exemple.

Mais moi je n’aurais pas mis soixante-dix-sept ans plus tard, mais : septante sept ans.
Je crois qu’il faudra attendre Provis pour être tout à fait certain.

Stavroguine
avatar 10/04/2012 @ 16:38:51
Le premier semble surtout être une mauvaise traduction littérale de quelque chose comme "The next time he took out his gun..." qui sonne en effet assez bizarrement en français (c'est aussi un peu bizarre en anglais pris séparément, mais dans un contexte de récit au passé, ça colle).

Pour la deuxième, il faudrait un peu plus de contexte. Si le grand-père est mort en 1872 et qu'à cette époque, c'était la première personne à mourir dans cette maison, clairement, ce sera toujours le cas 77 ans après et la phrase est mal construite. Mais ce que l'auteur semble plutôt vouloir dire, c'est que la maison fut construite en 1872 et que 77 ans plus tard, le grand-père y mourut alors qu'avant lui, personne n'était mort dans cette maison. Ca n'explique pas le "encore", mais c'est pour ça qu'il faut plus de contexte : le grand-père a peut-être été le premier à faire un certain nombre de choses, dont mourir dans cette maison ; ou bien il a une histoire particulière avec cette maison (l'a-t-il construite ?), dont le fait d'être le premier à y mourir.

Aria
avatar 10/04/2012 @ 17:17:06
Myrco, je ne crois pas qu'un adjectif puisse entraîner une modification du temps du verbe.

"La prochaine fois qu'il sortit" ne sonne pas bien, mais je ne vois pas par quoi le remplacer.

@SJB, septante sept ans, tu sais bien que c'est un belgicisme, ça se dit en Suisse aussi, mais pas en France.

Myrco

avatar 10/04/2012 @ 18:24:34
@Aria
Pour le premier point,sauf avis d'expert,je continue à penser comme SJB que c'est incorrect.C'est vrai que de manière générale un adjectif n'a pas d'impact sur le temps mais dans ce cas précis...la langue française est,comme on le sait,complexe et pleine de subtilités.L'alternative que je proposais n'est peut-être pas terrible mais elle a le mérite d'être en français.
@Stavro et SJB
Pour le premier point,Stavro tu dois être dans le vrai.Pour le reste,il s'agit de "De si jolis chevaux..".
Je vous donne un peu plus de contexte:(c'est un début de paragraphe;ce qui est dit avant n'éclaire en rien ce qui suit)
"La maison avait été construite en 1872. Soixante-dix-sept ans plus tard son grand père était encore le premier homme qui y fût mort .Tous les autres dont la dépouille avait été exposée dans ce vestibule y avaient été amenés allongés sur une barrière ou enveloppés dans une bâche de chariot ou livrés emballés dans une caisse en planches de sapin mal rabotées tandis qu'un roulier attendait à la porte avec sa lettre de voiture.Ceux-là c'étaient ceux qui arrivaient jusqu'ici.La plupart leur mort était annoncée par la rumeur."

Stavroguine
avatar 10/04/2012 @ 18:47:40
Ce qui aurait été plus intéressant, c'est de savoir pour quoi le grand-père était mentionné avant. Mais je trouve que même si ce n'est pas le cas, la phrase tient la route. La maison a été construite en 1872 et pendant 77 ans, personne n'y est mort. Puis le grand-père est mort. Le "encore" insiste sur la durée, semble sous-entendre que c'est étrange que personne ne soit mort dans la maison durant cette longue période contrairement à ce que toutes les dépouilles (de gens qui sont morts en-dehors de la maison) qui y sont exposés pourraient laisser croire. Après, là encore, le traducteur aurait peut-être gagné à prendre plus de distances avec le texte original pour clarifier les choses (mais peut-être aurait-il moins bien rendu le style de l'auteur ?), mais ça ne me semble pas faux.

Feint

avatar 10/04/2012 @ 19:28:15
Il est difficile d'employer "la prochaine fois" dans un contexte coupé de la situation d'énonciation, comme c'est le cas ici - alors que c'est très possible en anglais avec "next". Il faudrait le contexte pour s'en assurer mais la traduction me paraît déficiente par facilité.

Numanuma
avatar 10/04/2012 @ 21:13:57
"La maison avait été construite en 1872.Soixante-dix-sept ans plus tard son grand-père était encore le premier homme qui y fût mort.Les autres..."

Ce genre de formulation relève de l'analyse stylistique, soit une matière compliquée qui demande une très bonne connaissance de la langue française. Ici, il faut relever l'utilisation de "encore" à la place de "toujours".
Utiliser "encore" suppose qu'il pourrait y avoir une autre situation de départ : le grand-père est le premier à être mort dans cette maison, 77 ans plus tard, rien n'a changé mais comment pourrait-il y avoir un autre premier mort si c'est le grand-père qui est le premier?
On attend un autre premier, je suppose que cela a voir avec l'intrigue.

Cafeine

avatar 10/04/2012 @ 23:42:55
J'aimerai bien que tu nous donnes les phrases qui entourent le révolver.
Pour celui-ci je peine à trouver une quelconque bonne raison.

Pour le second, je suis d'accord avec l'idée que "seul" à la place de premier permet de comprendre la phrase, d'ailleurs, remise dans son contexte c'est ce qu'elle semble vouloir signifier.

Saule

avatar 11/04/2012 @ 00:04:36
Faut voir la fin de l'histoire. Comme le dit numa, le encore veut probablement dire "à cet instant dans la narration", et l'auteur indique ainsi subtilement qu'en réalité une autre personne est morte mais qu'on ne le sait pas encore.

Myrco

avatar 11/04/2012 @ 11:52:48
@Saule et Numanuma
j'admire votre sagacité ,je n'y avais pas pensé en lisant la phrase ;cela aurait pu être la bonne explication.Mais désolée la suite ne vient pas confirmer cette explication puisque le grand-père et la maison disparaissent très vite du champ de la narration;il faut donc conclure à une mauvaise traduction...
@Caféine
Je te donne les deux phrases incriminées:
"La prochaine fois qu'il se réveilla le maton avait ouvert la porte et attendait debout avec une pile de vêtements et avec ses bottes."
"La prochaine fois qu'il sortit le revolver des braises l'extrémité du canon luisait d'une chaleur rouge fonçé et il le posa sur les pierres et le saisit vivement par la poignée à travers la chemise mouillée et enfonça dans la blessure de sa jambe le canon chauffé au rouge et la cendre avec."

Radetsky
avatar 11/04/2012 @ 13:26:19

Je te donne les deux phrases incriminées:
"La prochaine fois qu'il se réveilla le maton avait ouvert la porte et attendait debout avec une pile de vêtements et avec ses bottes."

C'est vraiment mal fichu : cette "prochaine fois" nage dans un futur indécis laissant penser que rien ne risque de survenir au moment où l'on parle. Et le redoublement du "avec" est totalement inutile : on a l'impression que le maton apporte des vêtements tandis que lui-même porte des bottes ; la conjonction "et" aurait suffi afin d'inclure les vêtements et les bottes.

"La prochaine fois qu'il sortit le revolver des braises l'extrémité du canon luisait d'une chaleur rouge fonçé et il le posa sur les pierres et le saisit vivement par la poignée à travers la chemise mouillée et enfonça dans la blessure de sa jambe le canon chauffé au rouge et la cendre avec."
Encore ce futur en gésine et un passé simple qui se téléscopent... Sans compter que dans ce cas le traducteur (sic !) a dû avoir un prix de gros sur les "et" : et patati et patata. Ou alors il est bégue ?
Mais quelle lourdeur, quelle maladresse ! Tu as une cheminée chez toi...?

Feint

avatar 11/04/2012 @ 14:23:29
"La prochaine fois qu'il se réveilla le maton avait ouvert la porte et attendait debout avec une pile de vêtements et avec ses bottes."
"La prochaine fois qu'il sortit le revolver des braises l'extrémité du canon luisait d'une chaleur rouge fonçé et il le posa sur les pierres et le saisit vivement par la poignée à travers la chemise mouillée et enfonça dans la blessure de sa jambe le canon chauffé au rouge et la cendre avec."
Impression confirmée : traduction basique de "next time" par "prochaine fois", sans tenir compte qu'en français cette expression n'est possible que dans un contexte ancré dans la situation d'énonciation, ce qui n'est manifestement pas le cas. En outre l'emploi du passé simple, qui souligne cette coupure de la situation d'énonciation, aggrave encore l'impression d'incompatibilité. A noter que le problème ne se pose pas en anglais, ni concernant le choix du temps, ni concernant l'expression "next time", parfaitement possible dans un énoncé coupé de la situation d'énonciation.

Cafeine

avatar 11/04/2012 @ 15:43:21
Je suis d'accord avec vous, certains traducteurs devraient avoir des traducteurs...

Myrco

avatar 11/04/2012 @ 16:16:27
Mes chers amis...
...je ne vous le fais pas dire!Et pourtant ils se sont mis à deux pour traduire.
Cormac Mac Carthy est pourtant un auteur encensé par la critique y compris sur C.L,notamment pour son style (enfin beaucoup moins par moi!).Vous devriez aller voir à "La trilogie des confins" par curiosité.

Myrco

avatar 11/04/2012 @ 16:19:33
@Radetsky
Continues tu me fais rire!

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier