Septularisen

avatar 14/06/2018 @ 21:41:04
Pas si sûr que les éditeurs français se précipitent;-)) Un roman écrit en une seule phrase sur 270 pages ! C'est quand même une curiosité...


Bah, ça doit pas être pire que certains livres de la "mouvance" du nouveau roman...

Septularisen

avatar 14/06/2018 @ 21:47:21
Publié en 2016, il s'était déjà fait remarquer avant d'être nominé pour l'International Dublin.


En tout cas c'était le grand favori et son nom revenait avec insistance ces derniers jours...


Je ne sais pas comment on doit interpréter cela (marketing ou gage de qualité ou les deux), reste que si l'on regarde la liste des lauréats des années précédentes, comme la plupart d'entre eux existent maintenant en version française, on peut penser que le livre de monsieur McCormack puisse intéresser les éditeurs français.


Ou comme je le dis toujours, malgré l'aversion de certains pour les prix en tout genres et littéraires en particulier, cela permet au moins de découvrir des auteurs qui sans cela seraient restés dans les limbes de la littérature...

Septularisen

avatar 14/06/2018 @ 22:23:19

Signalons aussi que c'est le poète Tchèque Ivan WERNISCH (*1942) qui est le lauréat 2018 du prestigieux Prix littéraire international Franz Kafka.

La récompense est de 10 000 $ américains. Créé en 2001 ce prix compte parmi ses lauréats figurent Philip ROTH, Margaret ATWOOD, Haruki MURAKAMI, Amos OZ, Claudio MAGRIS ou bien encore Peter HANDKE...

SpaceCadet

avatar 15/06/2018 @ 05:38:10
Pas si sûr que les éditeurs français se précipitent;-)) Un roman écrit en une seule phrase sur 270 pages ! C'est quand même une curiosité...



Bah, ça doit pas être pire que certains livres de la "mouvance" du nouveau roman...


Disons que ça n'est pas une nouveauté quand même, mais c'est vrai que de prime abord... Enfin, si je me fie aux commentaires de quelques lecteurs, contrairement à ce que j'aurais imaginé, ça se lit plutôt bien. Constat qui va dans le sens du commentaire de Feint au sujet de Zone de M. Enard.




Ou comme je le dis toujours, malgré l'aversion de certains pour les prix en tout genres et littéraires en particulier, cela permet au moins de découvrir des auteurs qui sans cela seraient restés dans les limbes de la littérature...


Tout à fait. Et si je me place dans la peau de l'écrivain, un petit peu de visibilité et/ou de reconnaissance doit quand même faire plaisir. Du reste, m'est avis que dans le cas des prix mieux pourvus, cela doit sans doute permettre à certains auteurs d'arrondir leurs fins de mois comme on dit, chose qui, dans la majeure partie des cas, ne doit pas être de refus!

SpaceCadet

avatar 15/06/2018 @ 06:24:32


Pas si sûr que les éditeurs français se précipitent;-)) Un roman écrit en une seule phrase sur 270 pages ! C'est quand même une curiosité...


Difficile de dire, sachant qu'il y a des œuvres de bonne qualité qui ne passent jamais le cap de la traduction, tandis que des œuvres de moindre qualité retiennent l'attention des éditeurs (ou des traducteurs).

Feint

avatar 15/06/2018 @ 10:49:56

Ou comme je le dis toujours, malgré l'aversion de certains pour les prix en tout genres et littéraires en particulier, cela permet au moins de découvrir des auteurs qui sans cela seraient restés dans les limbes de la littérature...
Les prix littéraires récompensent toujours des auteurs plus ou moins attendus. Ils ne peuvent pas faire découvrir des auteurs vraiment inconnus : pour le faire il faudrait que les membres du jury aillent eux-même acheter leurs livres au lieu d'attendre de recevoir des SP. Seules les maisons d'édition les plus riches peuvent se permettre d'inonder tous les jurys de SP (le coût est considérable). Du coup, les prix littéraires ne peuvent que contribuer à donner une idée fausse de la littérature de leur temps.



Tout à fait. Et si je me place dans la peau de l'écrivain, un petit peu de visibilité et/ou de reconnaissance doit quand même faire plaisir.

La visibilité, c'est surtout une absolue nécessité pour celui qui souhaite continuer à être publié.

SpaceCadet

avatar 15/06/2018 @ 12:54:05

Ou comme je le dis toujours, malgré l'aversion de certains pour les prix en tout genres et littéraires en particulier, cela permet au moins de découvrir des auteurs qui sans cela seraient restés dans les limbes de la littérature...

Les prix littéraires récompensent toujours des auteurs plus ou moins attendus. Ils ne peuvent pas faire découvrir des auteurs vraiment inconnus : pour le faire il faudrait que les membres du jury aillent eux-même acheter leurs livres au lieu d'attendre de recevoir des SP. Seules les maisons d'édition les plus riches peuvent se permettre d'inonder tous les jurys de SP (le coût est considérable). Du coup, les prix littéraires ne peuvent que contribuer à donner une idée fausse de la littérature de leur temps.



Je les conçois (les prix) plutôt comme des sentiers par le biais desquels je pars à la découverte d'œuvres, d'auteurs ou encore de maisons d'éditions car considérer un prix comme étant 'représentatif de...' serait faire preuve de naïveté.

Feint

avatar 15/06/2018 @ 13:48:38

Je les conçois (les prix) plutôt comme des sentiers par le biais desquels je pars à la découverte d'œuvres, d'auteurs ou encore de maisons d'éditions car considérer un prix comme étant 'représentatif de...' serait faire preuve de naïveté.
Ce sont plutôt des autoroutes en fait. Si je regarde le palmarès Médicis depuis 2000, par exemple, les éditeurs récompensés sont Grasset, Gallimard, Grasset, Le Seuil, Gallimard, Minuit, Grasset, Zulma, Grasset, Verticales, POL, l'Olivier, POL, le Seuil, POL, le Seuil, Gallimard. Combien d'éditeurs indépendants là-dedans ? deux : Minuit, qu'on connaît depuis les années 50 (et qui vit pas mal sur son catalogue et sur sa réputation) et Zulma. Pour les découvertes de maisons d'édition, tu avoueras que c'est limité.
Cela ne signifie pas que les auteurs primés sont nécessairement mauvais, il y a quand même dans le lot Volodine, Pireyre, Mingarelli, Kérangal et d'autres livres suffisamment corrects pour être consensuels... Mais à côté il y a quand même Darrieussecq, Haenel et sûrement d'autres fausses valeurs... (A noter que les deux seuls éditeurs indépendants représentés, Minuit et Zulma, sont diffusés et distribués par Volumen, et donc rapportent de l'argent au groupe La Martinière auquel appartient le Seuil.)

SpaceCadet

avatar 15/06/2018 @ 16:15:18


Ce sont plutôt des autoroutes en fait. Si je regarde le palmarès Médicis depuis 2000, par exemple, les éditeurs récompensés sont Grasset, Gallimard, Grasset, Le Seuil, Gallimard, Minuit, Grasset, Zulma, Grasset, Verticales, POL, l'Olivier, POL, le Seuil, POL, le Seuil, Gallimard. Combien d'éditeurs indépendants là-dedans ? deux : Minuit, qu'on connaît depuis les années 50 (et qui vit pas mal sur son catalogue et sur sa réputation) et Zulma. Pour les découvertes de maisons d'édition, tu avoueras que c'est limité.


Euh... au fait ça n'est pas le genre de prix littéraire auquel je me réfère et comme je lis beaucoup plus en anglais qu'en français et que mon intérêt est principalement orienté vers la littérature étrangère, je pense plutôt aux prix qui s'intéressent à ce genre de littérature. Au surplus quand j'évoque la découverte de maisons d'éditions, je pense surtout à celles justement que l'on ne voit pas apparaître sur les listes des prix les plus connus.

En ce sens donc, l'Impact me semble pas mal, si tant est que l'on se donne la peine d'examiner la première sélection (compilation des propositions provenant de bibliothécaires basés dans différentes villes à travers le monde), car à lui seul, le lauréat (choisit par un comité) ne constitue qu'un tout petit morceau de l'affaire, on peut déjà trouver quelques pistes pour partir à la découverte.

Quoi qu'il en soit, il final, disons qu'il faut savoir discerner le bon grain de l'ivraie.


SpaceCadet

avatar 15/06/2018 @ 16:17:17
Et veuillez excuser les fautes ;-)

Septularisen

avatar 15/06/2018 @ 23:41:41
Les prix littéraires récompensent toujours des auteurs plus ou moins attendus. Ils ne peuvent pas faire découvrir des auteurs vraiment inconnus : pour le faire il faudrait que les membres du jury aillent eux-même acheter leurs livres au lieu d'attendre de recevoir des SP. Seules les maisons d'édition les plus riches peuvent se permettre d'inonder tous les jurys de SP (le coût est considérable). Du coup, les prix littéraires ne peuvent que contribuer à donner une idée fausse de la littérature de leur temps.


Ah bon, donc tu avais déjà entendu parler du poète Tchèque Ivan WERNISCH avant que j'en parle plus haut?

Septularisen

avatar 15/06/2018 @ 23:54:18


Ce sont plutôt des autoroutes en fait. Si je regarde le palmarès Médicis depuis 2000, par exemple, les éditeurs récompensés sont Grasset, Gallimard, Grasset, Le Seuil, Gallimard, Minuit, Grasset, Zulma, Grasset, Verticales, POL, l'Olivier, POL, le Seuil, POL, le Seuil, Gallimard. Combien d'éditeurs indépendants là-dedans ? deux : Minuit, qu'on connaît depuis les années 50 (et qui vit pas mal sur son catalogue et sur sa réputation) et Zulma. Pour les découvertes de maisons d'édition, tu avoueras que c'est limité.


Les prix littéraires français ne sont pas une référence, je ne t'apprends sans doute rien ici...
C'est bien d'ailleurs pour cela que je n'en parle pratiquement jamais.
Les grands prix littéraires que je prends comme référence sont internationaux : le Nobel, L'Impac Dublin, le prix Heinrich Heine, le Hans Christian Andersen, le Nonino, le Prix de la paix des libraires allemands, etc etc...

SpaceCadet

avatar 16/06/2018 @ 05:27:55
L'un des problèmes avec ces prix, c'est que les plus prestigieux font ombre aux autres, de la même façon d'ailleurs que les grosses maisons d'éditions font ombre aux autres, si bien qu'aux yeux du grand public, ce sont les auteurs 'plus ou moins attendus' (sic) qui retiennent l'attention et cela est d'autant plus dommage que ça n'est pas tous les lecteurs qui ont le temps et/ou le goût de faire la démarche d'aller voir 'ailleurs'.

Début Précédente Page 5 de 5
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier