Darius

avatar 28/04/2021 @ 20:01:15
Le rêve de Gwenn fut peuplé de cauchemars.. Il avait fait tout ce trajet depuis sa Bretagne jusqu’aux Balkans pour mettre fin à ce Grand jeu manipulateur. Et il avait revu Anna, douce et fragile, celle qui, 10 ans auparavant, il avait tenté maladroitement de protéger.

Quelque chose d’indéfinissable s’était noué entre eux, une chose qui lui faisait encore si mal lorsqu’il y repensait. Et de but en blanc, on lui annonce que ses restes ont été retrouvés avec des stigmates qui ne trompent pas, lâchement assassinée par un pervers narcissique, un certain Srdja Ismaelovic , alias Abou Hamza, de sinistre mémoire.

C’est donc lui qui avait séquestré Anna ? Il l'avait cherchée pendant des mois, inconsolable, et il lui avait fallu tellement de temps pour se remettre de sa disparition.. Anna, dont il venait justement de retrouver la trace chez le couple Bosko et Admira. Où était-elle passée durant toutes ces années ? Combien il avait été idiot lorsqu’il l’avait revue de ne pas s’être plus préoccupé d’elle. Il était loin de s’imaginer que quelques jours plus tard, on ne retrouverait que son cadavre, il avait tellement de questions à lui poser, tant de choses à lui dire. Sa tête allait éclater à force de ne trouver aucune réponse.
.
Le lendemain, il se fit une promesse. Il fallait qu’il sache à tout prix ce qui était arrivé à Anna. Les seules personnes qui pourraient l’aider étaient les dernières chez qui il s’était rendu et qui l’avait accueilli, Bosko et Admira. Il devait impérativement quitter l’Améthyste coute que coute, retourner chez Bosko et Admira et avoir une franche conversation avec eux. Une partie de l’énigme se trouvait chez eux.

Comment faire faux bond au commandant ? Quel prétexte fallacieux inventer pour retourner à terre ?
Bien que ses bafouillements tiennent peu la route, des remerciements pour leur accueil ?, une valise oubliée ?, le Commandant mit tout cela sous le coup de l’émotion d’avoir pu éliminer un ennemi, cancer de l’humanité. Et il ne croyait pas si bien dire. Car ce que Gwenn apprit sur Srdja de la bouche du couple dépassait l’entendement.
Ce jour-là, il faisait un temps un peu frais, elle était sortie de chez elle comme si elle allait acheter le pain avec juste un petit sac le temps d’un court aller-retour, rien qui puisse éveiller les soupçons. Elle avait pris un premier train qui partait pour n’importe où, en s’asseyant dans un wagon, attendant qu’un contrôleur vienne lui coller une amende qu’elle ne paierait pas faute d’avoir une adresse à elle. Le soir arrivé, elle était restée dans une gare abandonnée dans un trou perdu.
Par le plus grand des hasard, perdue, vagabonde, sans le sou, elle était tombée sur Bosko et Admira qui l’avait accueilli. Réticente au début, elle avait fini par raconter son calvaire.

Gwenn avait-il seulement imaginé aux mains de qui elle était tombée, elle, la jeune, fragile et naïve Anna ? Concevait-il sous la coupe de qui elle avait été entre les mains ? Un individu à côté de qui Docteur Jekyll et Mister Hyde n’était qu'un enfant de choeur ? Qui changeait de nom comme de chemise ? Omniprésent même à des lieues de chez elle ? Qui parvenait à prouver noir sur blanc qu’il s’était incrusté dans sa tête ? Dans le moindre recoin de ses pensées ? Et que ses pensées d’ailleurs ne lui appartenait plus à elle ? Que c’était lui qui les lui dictait ?

Elle avait vécu dans l’ombre et la terreur. La terreur, ce n’est pas la peur. Avec la peur, on peut toujours s’en sortir, alors que la terreur impose chaque jour, chaque nuit un mur infranchissable, un enfer qui recommence sans cesse. Vivre sous la coupe de quelqu’un qui vous écrase et vous supprime dans votre tête, vous promet des châtiments dont vous n’avez même pas idée.
Partir ? Même pas en rêve ! Car rêver c’est risquer de le croiser, entendre ses mots crachés sur tout ce qui reste d’illusions ou d’espoir que cela s’arrangera un jour. Alors que de toutes façons, vous méritez de vous traîner à genoux devant lui, en demandant pardon et en avouant que vous n’êtes qu’une trainée puisque vous en avez connu un autre avant lui et que vous avez porté l’enfant d’un autre.

Il avait juré qu’elle n’échapperait pas à sa punition parce qu’il était dans son droit, un droit qui n’a rien à voir avec le droit des juges ou surtout du sien , Anna, car qui était-elle pour se revendiquer un droit ? Etait-elle seulement capable de sortir de son orbite ? Il croyait dur comme fer qu’il était impossible pour quiconque de se dégager de son emprise et de la fascination qu’il exerçait sur qui il avait décidé.

Et puis, il y avait cet otage, cet enfant innocent qu’elle avait baptisé Gwenn, qu’elle appelait ainsi en secret, mais que son bourreau appelait Omar, non il ne l’appelait pas, il lui hurlait dessus, alors que le pauvre gamin terrorisé se cachait derrière sa mère, le temps que l’orage passe. Mais l’orage pouvait se déclencher n’importe quand, même sous le soleil, même sans pluie, même sans éclair, juste parce que le rayon de soleil qui tombait sur la table faisait l’affront de passer à côté de lui, éclairait la tête de l’enfant et pas la sienne.

Cyclo
avatar 28/04/2021 @ 20:22:34
Je ne vois pas trop où je pourrai insérer quelque chose, mais il est vrai que j'ai encore le temps.
Mais rester dans le ton, ça va être dur !

Darius

avatar 28/04/2021 @ 20:34:22
Je ne vois pas trop où je pourrai insérer quelque chose, mais il est vrai que j'ai encore le temps.
Mais rester dans le ton, ça va être dur !


C’est ce que je pensais aussi .. mais tu vois que je ne suis pas du tout dans le ton de Radetsky ..lors d’un atelier d’écriture avec un écrivain belge il nous incitait justement à changer de ton lors d’un récit .. donc j’en ai profité ici pour trouver un créneau que je connaissais ayant lu et relu l’épisode de Pieronnelle qui m’avait inspiré .. donc j’espère qu’elle va poursuivre vu que c’est grâce à elle que j’ai pu continuer

Pieronnelle

avatar 28/04/2021 @ 21:25:39
Je ne vois pas trop où je pourrai insérer quelque chose, mais il est vrai que j'ai encore le temps.
Mais rester dans le ton, ça va être dur !



C’est ce que je pensais aussi .. mais tu vois que je ne suis pas du tout dans le ton de Radetsky ..lors d’un atelier d’écriture avec un écrivain belge il nous incitait justement à changer de ton lors d’un récit .. donc j’en ai profité ici pour trouver un créneau que je connaissais ayant lu et relu l’épisode de Pieronnelle qui m’avait inspiré .. donc j’espère qu’elle va poursuivre vu que c’est grâce à elle que j’ai pu continuer

Merci Darius d'avoir fait revivre Anna même si sa pauvre vie à ressemblé plutôt à un calvaire ce dont il fallait s'attendre...ton épisode est dans la droite ligne du mien et ça me touche. En même temps tu termines l'histoire avec elle, tout en lui rendant hommage, puisqu'elle à été assassinée et du coup Gween peut revenir en Bretagne et retrouver Soizig, ah non Radesky :-)
Mais ce Grand Jeu est toujours aussi difficilement appréhendable ; est-il l'œuvre de ceux qui veulent combattre ce Srdja ou le contraire ? Tous les épisodes précédents apparemment se sont refilé la patate chaude :-) Mais j'ai toujours du mal à comprendre comment il aurait pu provoquer "un éclat de rire mondial" selon notre cher Mino, plutôt silencieux d'ailleurs :-)

Marvic

avatar 29/04/2021 @ 17:39:05
Très beau texte Darius alors qu'on est tous focalisé sur le 11° épisode. On en sait un peu plus sur Anna. Anna avait un fils ?
Voilà un nouveau personnage intéressant.
Bien joué !

Darius

avatar 29/04/2021 @ 18:17:10
Très beau texte Darius alors qu'on est tous focalisé sur le 11° épisode. On en sait un peu plus sur Anna. Anna avait un fils ?
Voilà un nouveau personnage intéressant.
Bien joué !


Super que tu l’ai remarqué .. et il s’appelle Gwenn .. et est (était) le souffre douleur d’Habou Hamza alias Srdja ..
J’espère qu’en lisant on comprendra pourquoi ...

Pieronnelle

avatar 30/04/2021 @ 11:53:10
Très beau texte Darius alors qu'on est tous focalisé sur le 11° épisode. On en sait un peu plus sur Anna. Anna avait un fils ?
Voilà un nouveau personnage intéressant.
Bien joué !



Super que tu l’ai remarqué .. et il s’appelle Gwenn .. et est (était) le souffre douleur d’Habou Hamza alias Srdja ..
J’espère qu’en lisant on comprendra pourquoi ...

Oui cet enfant est une vraie ouverture, comme d'ailleurs la vie de Soizig avant son arrivée en Bretagne, et comme aussi l'origine de son engagement dans les Renseignements...

Marvic

avatar 30/04/2021 @ 12:12:25
Très beau texte Darius alors qu'on est tous focalisé sur le 11° épisode. On en sait un peu plus sur Anna. Anna avait un fils ?
Voilà un nouveau personnage intéressant.
Bien joué !



Super que tu l’ai remarqué .. et il s’appelle Gwenn .. et est (était) le souffre douleur d’Habou Hamza alias Srdja ..
J’espère qu’en lisant on comprendra pourquoi ...

Je crois avoir compris ;-)

Magicite
avatar 04/05/2021 @ 08:18:09
Darius affine son style et ses thèmes.
C'est réussit et prenant mêeme si je suis pas convaincu par Srdja "Ismaël" = Abu Hamza , Radetsky était plus terre à terre il me semble(un comble pour la marine certes):
https://fr.wikipedia.org/wiki/Abou_Hamza_al_Masri
On en apprends plus sur Anna et la relation compliquée avec Gwen même si elle va (de nouveau) ressusciter au chapitre suivant ça donne de la profondeur.

Nathafi
avatar 06/05/2021 @ 08:45:46

Flash back sur l'histoire Gwenn - Anna, on en apprend plus et ton texte tranche avec l'épisode précédent.
Ce Mille Mains est compliqué je trouve, beaucoup moins limpide que les deux précédents, il faut se triturer l'esprit pour trouver une suite cohérente.
Tu apportes un nouveau personnage qui, j'espère, ne tombera pas aux oubliettes...

Darius

avatar 06/05/2021 @ 09:16:51

Flash back sur l'histoire Gwenn - Anna, on en apprend plus et ton texte tranche avec l'épisode précédent.
Ce Mille Mains est compliqué je trouve, beaucoup moins limpide que les deux précédents, il faut se triturer l'esprit pour trouver une suite cohérente.
Tu apportes un nouveau personnage qui, j'espère, ne tombera pas aux oubliettes...


En fait je me suis quand même inspirée de l’épisode précédent rédigé par Radetsky .. il décrivait Srdja alias Abou Hamza comme un pervers narcissique qui avait fini par assassiner Anna .. donc quoi de plus simple qu’imaginer une relation perverse sous emprise entre eux deux, relation que Anna avait pu quitter puisqu’elle était réapparue face à Gwenn, mais hélas son bourreau l’avait retrouvée et l’avait assassinée car un pervers narcissique ne supporte pas être quitté

Tistou 06/05/2021 @ 11:23:58
Fichtre, Darius nous trouve une faille spatio-temporelle pour justifier que Gwenn ait pu revoir Anna avant qu'on ait retrouvé ses restes. Un peu capillo-tracté mais ça permet de redonner un aspect cohérent.
Donc Gwenn a convaincu le Commandant du sous-marin de le ramener à la côte. Là il apprend l'histoire d'Anna et, élément principal de l'épisode, apprend qu'apparemment il a eu un fils d'Anna !
Accessoirement Gwenn est de nouveau sur la côte adriatique ... Et Soizic ?

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier