Cyclo
avatar 03/04/2020 @ 22:15:30
Dans la semaine qui suivit, les commentaires allaient bon train, les langues se déliaient. Et les idées les plus farfelues aussi. Finalement, Jean-René n'avait pas tort, peut-être que ça allait faire éclater l'unité du village.

Aline avait sa petite idée, comme elle disait. Elle souhaitait que les gros agriculteurs du village cessent de mettre des pesticides partout. C’est vrai, quoi, on les voyait passer dans leurs champs, épandant on ne savait quelle saloperie qui, loin de se précipiter vers le sol, stagnait un bon moment dans l’air et était parfois rabattue par le vent jusque dans son jardin, dont elle avait été si fière jusqu’à présent et dont elle hésitait maintenant à manger les légumes. Même les poules de son poulailler étaient devenues bizarres : elles ne chantaient plus avec ardeur quand elles avaient pondu un œuf, mais émettaient un petit caquètement poussif. Aline en était toute retournée : fallait-il manger ces œufs qui lui semblaient petits, obscurs, sans grade, comme dirait Flambeau, dont elle connaissait la tirade par cœur et qu’elle récitait parfois, en donnant le ton, s’il vous plaît lors des fameux apéros de Jean-René. « Les piverts nous rappellent à l’ordre », dit-elle à son mari. « Nous devons exiger du maire qu’il interdise ces pesticides. » Jean-Pierre ne disait ni oui ni non, il avait l’habitude des lubies de sa femme.

Pour lui, qui avait toujours été, depuis les bombardements excessifs, selon lui, de 1944, anti-américain, c’était encore un coup des USA : « si ça se trouve », disait-il à sa femme, « ils ont trouvé le moyen de nous fourguer des piverts génétiquement modifiés destinés à nous empoisonner la vie. Tu les connais, ils ont la manie des chiffres : 43, ça pue l’Amerloque à plein nez. Tu verras, quand on sera tous devenus fous, ils viendront nous envahir ! » Aline connaissait son antienne et ne le contredit pas. Par contre, elle entendait bien être la seule à proposer ses supputations à l’apéro et interdit à son mari de parler.

Germaine n’avait pas trop d’idée. Mais son locataire l’inquiétait un peu. D’ailleurs il était bien le seul à dormir sur ses deux oreilles. « Faut le surveiller, cui-là », dit-elle à son mari. « Au lieu de roupiller toute la journée, tu pourrais le suivre, discrètement, si tu en es capable et nous rapporter ses faits et gestes. Y a anguille sous roche. Il a pas l’air clair, ce citadin ; et puis, d’ailleurs, qu’est-il venu faire ici ? Y avait pas ces piverts avant son arrivée, non ? » Fernand ne répondit pas et il sortit de son lit en bougonnant, allant répéter ici et là dans le village que sa bourgeoise ne le laissait pas en paix et qu’un de ces jours, il allait « péter un câble », avec cette histoire de piks-verts (il appuyait volontiers sur le c).

Désormais, chaque jour, sans en avoir l’air, le gros Fernand suivait le Maximilien qui s’en aperçut assez rapidement, et de temps en temps, piquait un sprint et le distançait assez facilement, vu leur différence d’âge et de poids. Et il est vrai que personne ne savait ce que faisait de ses journées Maximilien, ce qui étonnait dans le village, où tout le monde prétendait n’avoir rien à cacher. Fernand, qui n’arrivait pas à le suivre, rendait compte de ses journées à Germaine en lui racontant des craques invraisemblables, disant qu’en fait, c’était un coureur invétéré et qu’il avait vu, le même jour, Max entrer dans trois fermes assez éloignées l’une de l’autre après s’être assuré que le mari avait enfourché son tracteur et s’était éloigné. Pure invention, mais qui satisfaisait la Germaine qui s’empressa d’en parler ici ou là d’un air mystérieux, sans citer de nom, bien entendu. Mais elle signalerait son cas au prochain apéro, en espérant que Maximilien, alléché par le nombre d’hommes qui fréquentaient ces soirées peu prisées des femmes, en profiterait pour aller voir une de ces gourgandines.

Chez Milène et Marc, toute la petite famille avait sa petite idée sur la question. Pour les gamins, pas de doute, c’était un coup des extra-terrestres. Le père avait profité des vacances pour leur projeter un vieux film de science-fiction en noir et blanc, "Le jour où la terre s’arrêta" ; ils avaient été fascinés par la soucoupe volante et le robot, et comme ils avaient traîné dehors une nuit, ils avaient aperçu dans le ciel une traînée lumineuse qui leur avait rappelé le film. Depuis, dans la journée, ils jouaient aux Martiens, José étant l’extra-terrestre et Arthur le robot : ils s’amusaient à dire à tout bout de champ « Klaatu barada nikto » et avaient entraîné dans leur jeu d’autres enfants de la campagne alentour, puisque c’étaient les vacances de Pâques.

Les parents, eux, pensaient aussi à des étrangers malintentionnés, mais voyaient plutôt là la main des Chinois qui, non contents de pousser les grands patrons à délocaliser nos usines là-bas, nous envoyaient des virus dangereux qui, par miracle, n’avaient touché que les oiseaux ! Ils se confinaient chez eux et auraient bien voulu que leurs enfants ne sortent pas non plus. Car on n’échappe pas à la guerre bactériologique. Mais, bien sûr, José et Arthur ne tenaient pas en place, et, dans leur maison assez petite – il n’y avait que deux chambres, les pauvres petits qui partageaient la même chambre –, ils avaient bien besoin de l’extérieur pour extérioriser leur trop plein de vie. Ils comptaient annoncer leur hypothèse, sans celle des enfants, au prochain apéro.

Jean-René, lui, avait fait un tour au chef-lieu du département pour acheter à la librairie un guide détaillé des oiseaux et demander discrètement s’il n’y avait pas un savant ornithologue dans les parages. Quand le libraire, qui en faisait partie, lui dit que le Président de la société archéologique, historique, littéraire et scientifique du Département était un ornithologue, il se fit donner son adresse. Rentré au village, il avait lu dans le livre tout ce qui concernait les piverts. Il comptait proposer au prochain apéro de convoquer discrètement ce savant homme, sans avertir les autorités naturellement.

Et le nouvel apéro arriva.

Darius

avatar 03/04/2020 @ 22:17:18
bravo.. on se suit à une minute près.. je te lirai ensuite...

Darius

avatar 03/04/2020 @ 22:28:31
super, c'est incroyable combien nos récits sont différents.. tu t'es lancé dans plein de pistes compliquées.. Bravo !

Evaetjean
avatar 03/04/2020 @ 22:36:32
Oh punaise mon texte me semble bien simple d'un coup... J'aime ton univers ouvert sur un peu tout le monde ! ça donne envie de lire la suite fichtre !

Nathafi
avatar 04/04/2020 @ 09:42:51
Beau développement, chacun à sa petite idée sur le phénomène. C'est bien écrit, argumenté et ouvert à toutes propositions. Bravo Cyclo !

Martin1

avatar 04/04/2020 @ 09:53:52
En fait, ce n'est pas une, mais plutôt trois ou quatre idées intéressantes que tu nous offres là
Intéressant de voir comment chaque personnage calque sur la même situation ses propres préoccupations ou élucubrations : un coup des citadins, des pesticides, des amerloques, la guerre bactériologique, le génie génétique, et les enfants sont bien les seuls à suspecter autre chose que la main de l'homme (ils apprendront qu'après un certain âge, que la méfiance envers ses congénères est toute une philosophie)...
C'est original et on imagine parfaitement ce village où les rumeurs sont reines et je prévois à l'ami des ornithologues une certaine difficulté à se faire entendre.
De plus c'est assez bien écrit, avec une petite référence à Rostand pour nous rappeler que même dans les villages les plus égarés, il existe encore des vers qui s'apprennent par coeur.

Tistou 07/04/2020 @ 16:37:25
"« Les piverts nous rappellent à l’ordre », dit-elle à son mari. « Nous devons exiger du maire qu’il interdise ces pesticides. »"

" 43, ça pue l’Amerloque à plein nez"

"la main des Chinois qui, non contents de pousser les grands patrons à délocaliser nos usines là-bas, nous envoyaient des virus dangereux qui, par miracle, n’avaient touché que les oiseaux "

Mais c'est une véritable session de complotisme ! Entre les Amerloques, les Chinois et les pics-verts moralisateurs ... Ca aurait effectivement pu être un épisode 2 mais on sait bien que la vérité est toute autre. N'est-ce pas Arundhati ?
Tu as été manifestement inspiré, et même plutôt bien inspiré ! Des idées intéressantes ...


Magicite
avatar 08/04/2020 @ 17:57:31
Super théories du complots. Pour moi ça montre bien la sagesse de la rumeur et des intuitions avec leurs à-prioris, ah oui 43 comme les américains...excellent celle là.
Quant on s'intéresse un peu aux mythes on voit qu'il y a toujours un truc du genre à la base et que le reste est brodé par l’imagination est perpétué en tant que culture collective. Mais à la base rien du tout.
Alors ce village serait victime d'une hallucination collective? D'un fait anodin qui a pris des proportions exagérées, une sardine à bien bouché le port de Marseille alors des pics-verts qui font un show façon natation synchronisé e pourquoi pas.

Pieronnelle

avatar 08/04/2020 @ 19:10:13
J'ai adoré tes personnages complotistes ! Tout y passe, rien que dans un petit village . L'impact des infos qui tournent dans les esprits dès qu'un fait "pas ordinaire " arrive (j'ai mis avec des guillemets car c'est la formule qu'utilisait ma mère quand elle ne comprenait pas quelque chose...:-) En fait ces Pic Verts avertiraient d'un danger ! Ils sont là pour titiller les esprits ,même ceux des enfants qui ont bien raison de partir dans l'imaginaire, les adultes étant plûtot terre à terre. On a un beau panorama de l'être humain.

"C’est vrai, quoi, on les voyait passer dans leurs champs, épandant on ne savait quelle saloperie qui, loin de se précipiter vers le sol, stagnait un bon moment dans l’air et était parfois rabattue par le vent jusque dans son jardin, dont elle avait été si fière jusqu’à présent et dont elle hésitait maintenant à manger les légumes. "
Ca m'a rappelé quand je vivais dans ma campagne, le champ se trouvait à peine à 10 mètres de la maison et on a bien "profité" des épandages !
Le pompon: les piverts génétiquement modifiés !!! :-))) Merci !

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier