Les forums

Forums  :  Vos écrits  :  à dormir debout

Magicite
avatar 03/02/2019 @ 09:45:05
Je t’aime cheval au plafond pouvait-on lire sous la peinture écaillée et ses craquelures en boursouflures crevassées telle une chair tirée en une plaie ouverte par l’humidité comme une araignée marchande sous la voûte crânienne jamais à court de boniments.
Qui donc avait gravé sous la couche et la sous-couche dans le béton ces traits appuyés en mots que je n’eusse nu remarqué si quand tardant à m’endormir mon regard s’y fixa?

Je dors sans appareil compliqué et il est vrai que mon lit est surélevé formant une sorte de mezzanine et me rapproche du sommet de l’étage inférieur me rendit propice à les lire quand j’arrivai au portes de l’imperception du sommeil, tête renversée sur l’oreiller et prêt à tirer les stores horizontaux des paupières clôturant la boutique de mon être.
Et qui était donc ce cheval tant aimé que son évocation fût restée depuis les temps de locataires précédant les précédents, bien avant la peinture murale, à ma vue soudain révélée?
De là à penser que l’on peint les murs pour y cacher des messages de romance équestre il n’y a qu’un pas que je ne franchirais pas au galop tellement de sots obstacles peuvent s’y dresser.
Un gagnant du PMU y aurait-il pu se payer la peinture sans se désarçonner pour masquer ses gravures rupestre en tout équidé?

Un doute m’a saillit!
Se peut-il qu’il y ait d’autres phrases?
Peut-être pas d’autres affirmations à tous crins mais diverses phrases par-ci par-là masquée sous le vernis de la peinture; un poème, un roman entier pourquoi pas?
Atteint soudain d’une fièvre de cheval je me redressais sur ma couche pour gratter couche et sur-couche où les formes des mots étaient masquées, enroulant la couverture autour de moi pour me préserver du frais sur la peau. Gratter à la main de mes ongles n’eut aucun action sur l’épaisseur depuis longtemps séchée. Plus au bord, vers le coin formé avec le mur, le temps et l’humidité fait pendouiller les lambeaux de la peinture crevassée par . J’en saisis un bord et tirant précautionneusement mais vivement en retirais tout un large pan de vernis dans un crissement.

Ciel, le plafond me tombait sur la tête, métaphoriquement et en partie littéralement.
Il y a bien d’autres inscriptions jusque là invisibles.
Je suivis les traces et lus :
Je t’aime cheval au plafond pouvait-on lire sous la peinture écaillée et ses craquelures en boursouflures crevassées telle une chair tirée en une plaie ouverte par l’humidité comme une araignée marchande sous la voûte crânienne jamais à court de boniments.
Je tombais les quatre fers en l’air et me réveillai inspiré par autant de questions que dans mon rêve.
En regardant le plafond je n’y vois nulle inscription gravée sous la peinture, que des traits et lignes de coups de pinceaux irréguliers, les bosses d'un ciment enflé. Peut-être me dis-je si je gratte un peu j’y trouverais un poème,un roman entier pourquoi pas... et même mémé qui m’aimait et m’appelait cheval quand je courais en rond en imitant cow-boys et indiens dans le saloon du salon.

Magicite
avatar 03/02/2019 @ 10:11:55
j'ai moins de fautes.. mais toujours, et j'arrive à en rajouter en relisant et remaniant les phrases snif...
Si la phrase du début ne vous rebute pas trop j'espère que vous y comprendrez un peu chers céliens, lectrices, lecteurs que je veut bousculer de mes délires.
Pour la petite histoire j'étais en train de m'endormir quand j'ai lu cette phrase dans les stries du plafond: 'Je t'aime cheval'. Il m'est alors venu l'idée de la compléter à moitié groggy, j'ai continué alors et décidé que puisque j'étais à nouveau réveillé je pouvais bien écrire quelque chose.Hu dada sur mon bidet, quand il trotte il fait...
Certaines inspirations sont donc véridiques (et prouve que j'ai à nouveau un chauffage fonctionnel bien que je sois plus vêtu c'est déjà plus agréable de pas dormir avec plusieurs épaisseurs sur soi). Ma mémé ne m'appelait pas cheval toutefois, je suppose que je n'ai pas pu résister à écrire 'même mémé qui m’aimait'

bon sniff ..2 relectures avec retouche/corrections et j'ai encore ça, entre autres des plus évidentes:
...par-ci par-là masquée
avec 's' à la fin sujet pluriel


de la peinture crevassée par.
sans 'par' parce que j'ai remaniée la phrase autrement
il est peut-être temps que je dorme alors, j'ai cette araignée au plafond déjà et plein de fautes...mais peut-être j'ai rêvé écrire et mettre le texte sur CL ;)

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier