Feint

avatar 26/06/2018 @ 12:45:42
Un article salubre de Pierre Jourde sur la situation des auteurs sous le quinquennat de Macron (avec une éditrice au décoratif Ministère de la Culture) : http://pierre-jourde.blogs.nouvelobs.com/archive/…

Hexagone
avatar 28/06/2018 @ 11:29:38
Un auteur m'a dit qu'il était mieux payé si l'on achetait un livre électronique .

Feint

avatar 28/06/2018 @ 13:39:08
Un auteur m'a dit qu'il était mieux payé si l'on achetait un livre électronique .
Le vente en numérique ça ne représente presque rien pour le moment.

Hexagone
avatar 29/06/2018 @ 15:25:01
A mon avis les chiffres sont faussés. Autour de moi beaucoup de gens lisent du numérique. Dans les transport aussi. Je pense qu'il y a un intérêt à taire les vrais chiffres.

Hexagone
avatar 29/06/2018 @ 15:30:24
J'ai trouvé ça :
https://planetoscope.com/Culture/…
Chiffres de 2016

Sans compter que ceux lisent sur liseuse téléchargent illégalement sur des sites qui proposent un bon catalogue.

Provisette1 29/06/2018 @ 15:37:37
(avec une éditrice au décoratif Ministère de la Culture)


(et qui a quelques gros soucis avec sa "gestion" de son patrimoine arlésien...cf les 2 derniers Canards)

AmauryWatremez

avatar 29/06/2018 @ 15:39:38
Le problème (je vais encore mettre les pieds dans le plat) c'est que tel ou tel pélerin persuadé que sa confession sexuelle ou non sur tel ou tel sujet passionnera arrivera toujours à placer sa camelote, et donc à encombrer le marché de la littérature, faisant baisser les rémunérations d'autres auteurs peut-être plus intéressants...
Bien que pensant qu'un auteur ayant vraiment du talent finit toujours par être découvert...

Feint

avatar 29/06/2018 @ 19:14:47
A mon avis les chiffres sont faussés. Autour de moi beaucoup de gens lisent du numérique. Dans les transport aussi. Je pense qu'il y a un intérêt à taire les vrais chiffres.
Je parle en connaissance de cause. Je dois vendre trente à cinquante fois plus en papier qu'en numérique. Le numérique que tu vois concerne surtout des auteurs morts.
Le problème (je vais encore mettre les pieds dans le plat) c'est que tel ou tel pélerin persuadé que sa confession sexuelle ou non sur tel ou tel sujet passionnera arrivera toujours à placer sa camelote, et donc à encombrer le marché de la littérature, faisant baisser les rémunérations d'autres auteurs peut-être plus intéressants...
Bien que pensant qu'un auteur ayant vraiment du talent finit toujours par être découvert...

Je ne vois pas bien le rapport avec l'augmentation de la CSG pour les auteurs :)

Frunny

avatar 01/07/2018 @ 12:17:30
Faint, je vais encore mettre les pieds dans le plat mais je trouve que le prix d'un livre est complètement déconnecté de sa valeur intrinsèque.
Tu vas le dire qu'un "Musso" ne vaut pas un "Zola" et tu aurais raison mais quand je vois que -sur le marché de l'occasion, on peut acheter des tonnes de livres à 1 euro, je me dis qu'il y a quelque chose qui ne va pas.
Le rapport "Plaisir/Prix" est absurde.
Un livre devrait valoir au bas mot -au minimum- 15 à 20 euros.
Après, il y a le débat sur l'accès à la culture et là, les bibliothèques ont leur place.

Feint

avatar 01/07/2018 @ 12:33:20
quand je vois que -sur le marché de l'occasion, on peut acheter des tonnes de livres à 1 euro, je me dis qu'il y a quelque chose qui ne va pas.
Le rapport "Plaisir/Prix" est absurde.
Un livre devrait valoir au bas mot -au minimum- 15 à 20 euros.
C'est un autre problème mais réel en effet. C'est un contournement de la loi Lang sur le prix unique du livre qui nuit beaucoup aux auteurs et aux éditeurs.

Hexagone
avatar 05/07/2018 @ 20:44:23
quand je vois que -sur le marché de l'occasion, on peut acheter des tonnes de livres à 1 euro, je me dis qu'il y a quelque chose qui ne va pas.
Le rapport "Plaisir/Prix" est absurde.
Un livre devrait valoir au bas mot -au minimum- 15 à 20 euros.

C'est un autre problème mais réel en effet. C'est un contournement de la loi Lang sur le prix unique du livre qui nuit beaucoup aux auteurs et aux éditeurs.


C'est clair que si tu utilises amazon et leur plateforme amazon market tu fais de bonnes affaires, le dernier Carrère que j'ai lu je l'ai eu pour 3 euros ttc alors que neuf il vaut plus du double !

Pour ma part j'achète très rarement un livre neuf, je ne vois pas l'intérêt de le payer aussi cher 22 €. Rien qu'en numérique c'est 15 € vu le nombre de livres que je lis l'économie est bien réelle.

Badzu
avatar 05/07/2018 @ 21:26:34
Bonjour,

Je me permets d'intervenir pour soumettre ma conviction que l'art, que ce soit la peinture, la musique ou la littérature, n'a pas intrinsèquement besoin de rémunération pour émerger. Il y aura toujours des gens sensibles qui s'exprimeront même avec la conviction qu'ils n'en retireront aucun bénéfice. On peut très bien écrire un livre en ayant une activité professionnelle par ailleurs. Bien sûr le mécénat a toujours joué un grand rôle dans l'histoire pour soutenir tel ou tel artiste, mais faire payer cher le grand public avec des livres à 20€ pour moi n'est pas la solution. Personnellement je n'achète que d'occasion, chez Emmaus notamment, et bien sûr j'emprunte énormément à la bibliothèque. Si j'aime une œuvre qui sort vraiment du lot, alors je l'offrirai en l'achetant au prix fort. Mais trop de livres moyens et décevant pour les payer 20€ avant lecture

Feint

avatar 05/07/2018 @ 23:13:20

Pour ma part j'achète très rarement un livre neuf, je ne vois pas l'intérêt de le payer aussi cher 22 €. Rien qu'en numérique c'est 15 € vu le nombre de livres que je lis l'économie est bien réelle.
L'intérêt est très simple : quand tu achètes un livre d'occasion (qui souvent a été offert gracieusement en service de presse), l'auteur ne touche rien, l'éditeur non plus ; en revanche tu engraisses un revendeur qui revend 3 euros un livre qu'il a acquis pour 30 centimes.

Pieronnelle

avatar 05/07/2018 @ 23:53:25

Pour ma part j'achète très rarement un livre neuf, je ne vois pas l'intérêt de le payer aussi cher 22 €. Rien qu'en numérique c'est 15 € vu le nombre de livres que je lis l'économie est bien réelle.

L'intérêt est très simple : quand tu achètes un livre d'occasion (qui souvent a été offert gracieusement en service de presse), l'auteur ne touche rien, l'éditeur non plus ; en revanche tu engraisses un revendeur qui revend 3 euros un livre qu'il a acquis pour 30 centimes.

C'est vrai et c'est aussi un vrai dilemme. Le problème c'est que ce sont les gens qui aiment lire ou qui lisent beaucoup qui sont contraints à acheter en occasion ; ceux qui lisent peu achèteront au prix fort les derniers livres connus et pararadoxalement ce seront eux qui feront mieux vivre les auteurs. On marche un peu sur la tête..
On peut aussi se demander pourquoi il y a autant de livres en occasion ? Invendus, mauvaise gestion des libraires ou éditeurs ?
Mais pour en revenir au premier post de Feint cette CSG pour les auteurs est scandaleuse. Déjà qu'il y a un problème difficile à résoudre à la base taxer encore plus lourdement c'est nettement une intention pour dissuader le désir d'écrire et de le faire partager. Dire que parce trop de livres publiés sont mauvais n'a pas beaucoup de sens. D'abord c'est très subjectif et de plus sans publication nouvelle et en dehors de best seller, que va-t-on offrir aux lecteurs qui recherchent autre chose que ce que tout le monde lit. Le formatage il commence bien là...
Opposer numérique et papier n'a pas beaucoup de sens non plus, le numérique n'est qu'un moyen pratique pas une fin en soi ; pour ma part je lis en numérique pour des raisons de déplacements fréquents (et je paie pratiquement le même prix que le papier ) mais mes bibliothèques sont remplies de livres qui m'attendent sur place.
Faire vivre des revendeurs ne me choque pas , les livres ne partent pas à la poubelle mais ce qui est choquant c'est bien qu'un livre, c'est à dire une œuvre, soit achetée 30 centimes, voire pratiquement pas achetée car les achats se font souvent par lots !
Et ce ne sont pas les nouvelles politiques culturelles, en supposant même qu'il y en ait, qui vont changer quoi que ce soit ! Quand le livre ne sera plus qu'une marchandise comme une autre au lieu d'une nourriture de l'esprit, ce sera plus qu'une paupérisation de la culture mais un déclin total...

Donatien
avatar 06/07/2018 @ 08:18:29
Si les gens peuvent s'acheter des smartphone à 800 euros, ils peuvent aussi s'acheter des bouquins à 20 euros, après avoir consulté des avis parfois pertinents, si nécessaire!
A+

Pieronnelle

avatar 06/07/2018 @ 14:03:08
Si les gens peuvent s'acheter des smartphone à 800 euros, ils peuvent aussi s'acheter des bouquins à 20 euros, après avoir consulté des avis parfois pertinents, si nécessaire!
A+

Oui mais pas des dizaines voire plus...et puis qui achète un smartphone à 800 € ?! J'ai pas le sentiment que ce sont ceux qui lisent beaucoup...

Hexagone
avatar 10/07/2018 @ 19:37:51
Si les gens peuvent s'acheter des smartphone à 800 euros, ils peuvent aussi s'acheter des bouquins à 20 euros, après avoir consulté des avis parfois pertinents, si nécessaire!
A+


Je ne suis pas le genre de personne a acheté un téléphone 800 €, reconditionné c'est moins onéreux, comme mon kindle.

Hexagone
avatar 10/07/2018 @ 19:41:17

Pour ma part j'achète très rarement un livre neuf, je ne vois pas l'intérêt de le payer aussi cher 22 €. Rien qu'en numérique c'est 15 € vu le nombre de livres que je lis l'économie est bien réelle.

L'intérêt est très simple : quand tu achètes un livre d'occasion (qui souvent a été offert gracieusement en service de presse), l'auteur ne touche rien, l'éditeur non plus ; en revanche tu engraisses un revendeur qui revend 3 euros un livre qu'il a acquis pour 30 centimes.


Engraisser le gars qui marne !
L'équation n'est pas compliquée. Mon salaire est fixe depuis des années, mes frais fixes ne cessent d'augmenter, gaz, essence, impôts, donc l'occasion est une bonne solution, d'ailleurs j'achète aussi d'autres choses en occasion comme les vêtements. Il y a de bons sites pour cela.
Ma compagne achète beaucoup de choses d'occasion, vêtements, maquillage, soins.
Le livre à 22.50 € c'est trop onéreux pour moi.

Hexagone
avatar 10/07/2018 @ 19:42:35
Faint, je vais encore mettre les pieds dans le plat mais je trouve que le prix d'un livre est complètement déconnecté de sa valeur intrinsèque.
Tu vas le dire qu'un "Musso" ne vaut pas un "Zola" et tu aurais raison mais quand je vois que -sur le marché de l'occasion, on peut acheter des tonnes de livres à 1 euro, je me dis qu'il y a quelque chose qui ne va pas.
Le rapport "Plaisir/Prix" est absurde.
Un livre devrait valoir au bas mot -au minimum- 15 à 20 euros.
Après, il y a le débat sur l'accès à la culture et là, les bibliothèques ont leur place.


J'habite à la campagne et pas de bibliothèque digne de ce nom, l'abandon des campagnes par nos zélites.

Feint

avatar 10/07/2018 @ 22:24:26

Engraisser le gars qui marne !
L'équation n'est pas compliquée. Mon salaire est fixe depuis des années, mes frais fixes ne cessent d'augmenter, gaz, essence, impôts, donc l'occasion est une bonne solution, d'ailleurs j'achète aussi d'autres choses en occasion comme les vêtements. Il y a de bons sites pour cela.
Ma compagne achète beaucoup de choses d'occasion, vêtements, maquillage, soins.
Le livre à 22.50 € c'est trop onéreux pour moi.

Un bouquin, c'est souvent un an de travail, voire plus, et avec un peu de chance il rapporte à l'auteur 1000 euros la première année, 100 la deuxième, 10 la troisième. Mais ça c'est si tout se passe bien, la plupart du temps c'est beaucoup moins.

Page 1 de 2 Suivante Fin
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier