Catinus
avatar 30/11/2014 @ 00:34:42
Heureusement, il est encore des personnes qui sont contre la réforme de l’orthographe. L’un d’entre eux est François Cavanna - que l’on peut difficilement taxer d’élitiste -. Rappelons qu’avec quelques amis, il fut le fondateur de « Charlie-Hebdo » et de « Hara-Kiri ». Il est l’auteur de romans de tout premier ordre tels « Les Ritals », « Les Russkoffs « etc. Il est également l’auteur de « Mignonne, allons voir si la rose » qui, de bout en bout, est un éloge de la langue française.
Voici des extraits concernant la réforme de l’orthographe. Pour rappel, Cavanna nous a quitté au début de cette année 2014 à l’âge de 90 ans.



« A douze ans (de mon temps), chaque Français savait écrire correctement sa langue, même s’il butait sur quelques malicieuses vacheries (…) En tout cas, personne ne trouvait l’orthographe injuste, tyrannique, élitiste, méprisante pour le bon peuple aux mains calleuses. On s’y montait excellent, moyen ou médiocre, le dictionnaire était là pour un coup, et même si l’on coupait un « m » à « commode », ou si l’on collait un « r » de trop à « intéressant », on n’en faisait pas une maladie. On avait bien d’autres sujets de soucis. »

(…)


« Or, à qui servira-t-elle, cette réforme ? Pour qui la fait-on ? On la fait pour des gens qui ne lisent pas, qui liront de moins en moins, qui n’écriront pas davantage. On la fait pour ceux qui ne s’en serviront pas. C’est en lisant qu’on apprend à écrire. Pas en ânonnant du « par cœur ». En lisant, l’orthographe s’acquiert, par assimilation inconsciente. Pas seulement l’orthographe : tout l’art de convaincre et d’émouvoir en arrangeant des mots, l’art d’être clair, précis et aussi, pourquoi pas, l’art de faire beau… Pourquoi donc « simplifier » l’orthographe à l’usage des gens qui lisent et écrivent sur un magnétophone ? Réponse : pour qu’ils puissent décrocher leur bac ! »

(…)

« On réforme l’orthographe, admettons. Mais le fameux accord du participe passé conjugué avec « avoir », qu’en fait-on ? (C’est juste un exemple.) Il ne s’agit plus là de fantaisies étymologiques, de double « n » abusifs ou de « ph » fossiles, mais bien du mécanisme même de la phrase française ! Or, il se trouve que c’est là une des plus fréquentes occasions de fauter (pour quiconque ne comprend rien de ce qu’il écrit !) »


(…)

« L’orthographe française ? Un raffinement d’aristocrates. Un divertissement pour « élites « compliqué à loisir afin de rebuter le peuple … » L’ai-je entendue, l’ai-je lue, cette thèse ingénieuse, séduisante par sa nouveauté … et pute à faire vomir ! Pour ceux que vous appelez « le peuple », ceux qu’avec un mépris ingénu vous osez appeler « le peuple », la lecture même est devenue une affectation d’élitisme et divertissement d’aristocrate. Ils savent à peine lire, ils ne sauront bientôt plus du tout, non parce que l’orthographe trop raffinée les rebute, mais parce qu’ILS N’AIMENT PAS CA ! » (…)

(…)

« Une des principales sources de désespoir pour les étranger, et aussi pour les Français pas très doués, est l’existence des homonymes, ces mots qui sonnent à l’oreille de la même façon mais ne signifient pas du tout la même chose. Ils ont en général une orthographe différente, pas toujours cependant. Une réforme de l’orthographe qui voudrait vraiment rendre service à l’usager – après tout, c’est l’objectif proclamé, non ? – devrait, entre autres, supprimer ces ambiguïtés fâcheuses. Prenons l’exemple, tellement typique, du son « so « . Ce monosyllabe clair et sonore, efficace assemblage d’une sifflante bien aigre et d’une voyelle tout ronde, s’applique à : « seau », « sceau », « saut », « sot » et peut-être à d’autres que j’oublie. Tous ces mots viennent du latin, certes, mais de racines différentes et nettement tranchées. En italien, frère quasi jumeau du français, les mêmes racines latines ont donné des mots actuels que l’oreille ne peut absolument pas confondre. « Sechio », « sigillo », « salto », « stolto », qui se traduisent , dans l’ordre, par « seau », « sceau », « saut », et « sot », ne sont pas homonymes. (…) »

(…)

« Mais j’y pense : s’ils réforment l’orthographe, il faudra réimprimer tous les classiques ! Et même tous les textes importants (qui décidera de leur importance ?) parus avant la réforme ! Car les chers petits qui auront été élevés dans la nouvelle mode seront devant ces antiquités aussi perdus qu’un vendeur de Cocotte-minute d’aujourd’hui devant la chanson de Roland en version originale … Je suppose alors qu’il sera enseigné une orthographe à deux vitesses, dont une sera réservée à l’élève qui poursuivra des études universitaires au-delà de la licence ès lettres. Pour la masse, les œuvres de Molière, de Hugo, de Balzac, de Dumas, de Proust … ou de Cavanna ne seront accessibles que dans la mesure où l’éditeur estimera leur réimpression selon les nomes nouvelles d’une rentabilité prospective justifiant la mise en chantier. » (…)


(…)


« Je vais me faire traiter de passéiste, ce qui est la façon polie de dire « vieux con », et même, implicitement, « vieux con de droite ». Car on ne fera pas dans le détail. Tu es contre la généreuse, égalisatrice et progressiste réforme de l’orthographe, DONC tu es aussi pour la peine de mort, pour l’école des curés, pour la reconduction des immigrés basanés à la frontière à coups de pied dans le cul, pour les vigilantes milices de citoyens armés, pour l’église intégriste, pour la femme aux casseroles, contre l’avortement, la pilule et l’accouchement dans la joie, pour l’accroissement du budget de l’armée et, vu ton âge, tu cultives la nostalgie des bons vieux temps vert-de-gris devant un portait du Maréchal . La réforme, c’est le Progrès. Qu’est-ce que le Progrès ? Ce qui est nouveau. Quel est le contraire du « progrès » ? Réponse: « ringard ». Surtout, surtout, ne pas être ringard ! La réforme est dans le vent. Les médias vont donner à fond la caisse. Comme, bien obligée, la gauche se rangera derrière les enseignants, c’est-à-dire du côté de la réforme. (…)"

Radetsky
avatar 30/11/2014 @ 11:17:18
Cavanna au Panthéon ! Bon, je crois qu'il préfèrerait un carré de gazon autour duquel ses amis viendraient boire à sa santé...
La "réforme" ? Une tentative de plus afin de tuer dans l'oeuf tout espoir de vraie libération dans la cervelle du peuple, en le coupant de toute histoire ; car la langue, c'est la chronique de l'histoire d'un peuple, quel qu'il soit et surtout c'est la mémoire d'un futur qui n'a pas été mais qui pourrait germer encore si on l'alimentait correctement par une culture non réduite à un langage d'ordinateur ou de portable. Si encore on libérait les langues voisines (breton, catalan, basque, gallo-roman, etc.), mais on ne "régionalise" que pour le folklore.

Merci Catinus pour cette trouvaille !

Pieronnelle

avatar 30/11/2014 @ 11:30:48
Merci ! Un vrai plaisir cette lecture ; existe-t-il encore des Cavanna ?
Mais c'est vraiment triste et la remarque sur la lecture des oeuvres anciennes est très pertinente...

Hiram33

avatar 30/11/2014 @ 16:20:29
J'aimais tant Cavanna et ses coups de sang dans Charlie...
J'en profite pour vous demander de soutenir Charlie hebdo en l'achetant chaque mercredi, en vous abonnant et en achetant le dernier hors série sur la vie de Jésus (même SJB !).

Catinus
avatar 30/11/2014 @ 19:34:58
J'aimais tant Cavanna et ses coups de sang dans Charlie...
J'en profite pour vous demander de soutenir Charlie hebdo en l'achetant chaque mercredi, en vous abonnant et en achetant le dernier hors série sur la vie de Jésus (même SJB !).


J'ai acheté la semaine dernière " La véritable histoire du petit Jésus " que je vais bientôt lire et sans aucun doute proposer sur CL

Catinus
avatar 30/11/2014 @ 19:42:42
Ma " critique " sur le livre de Cavanna, c'est par ici :

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/38697

Arnaud Gérard
avatar 11/02/2017 @ 09:43:40
Ce Cavanna était effectivement quelqu'un...

Fanou03
avatar 11/02/2017 @ 10:03:59
Et pour avoir un autre point de vue, lire "zéro faute: l'orthographe, une passion française" de François de Closets (http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/24239)

XooHooX
avatar 13/09/2017 @ 15:43:20
Juste uen question ... illettrisme est moderne ? il n'existais pas avant ? j'en doute !


Et pour avoir un autre point de vue, lire "zéro faute: l'orthographe, une passion française" de François de Closets (http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/24239)


Par rapport a ceci : "Il stigmatise aussi la culpabilité qu'entraîne la faute d'orthographe (et non l'erreur !). "

Justement moi je parlais avec une personne à se sujet la dernière foi ... et je lui disait que les FAUTES d'orthographe ne sont en fait pas des FAUTES mais des ERREURS ! C'est ma vision ! Car on ne fait pas exprès de faire des fautes pour manquer de respect aux gens comme le croient certaines personnes !

XooHooX
avatar 13/09/2017 @ 15:45:33
Après je peut comprendre que certaines personnes soit attacher à la complexité de la langue Française ... même si moi même je ne la maitrise pas ... mais peut être avoir une façons complexe de la pratiquer et une version plus simple pour ceux qui ont du mal .... comme la plume et le stylo bille ... la stylo bille à démocratisé l'écriture manuscrite en la rendant plus praticable pour ceux qui ne maitriser pas la plume !

XooHooX
avatar 13/09/2017 @ 16:01:17
Mais pourquoi je vois des personne de 60 ans faire des fautes d'orthographe si de leurs temps personne n'en faisait ?

Minoritaire

avatar 14/09/2017 @ 22:59:10
J'aimerais bien savoir quelles sont les règles d'orthographe dont la réforme fait tant baver certains de colère et d'indignation (et mon courroux, coucou !).
Et aussi d'où vient cette idée que l'orthographe française ne pourrait plus évoluer aujourd'hui alors qu'elle n'a fait que cela depuis des siècles.
Et aussi d'où vient le "ph" des nénufars ;-)

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier