Falgo 15/03/2013 @ 16:42:09
Histoires de virgules: un extrait de Pierre Michon, Trois auteurs, Verdier 1997, pp. 73 et ss.
Michon évoque Cingria, en juin 1933 envoyant à la NRF un essai sur Venise.
Je cite: "il dit...qu'à Venise jamais on ne cultiva de légumes; que ce qui fonde l'homme n'est pas le goût du pain, mais le goût des basiliques de marbre dans lesquelles gît et s'aiguise le sel de l'esprit. Ayons des basiliques, dit-il. Il ajoute: 'Les légumes arrivent par surcroît, silencieusement, la nuit.'
Paulhan lisant dans son bureau de la NRF rit. Il regarde longtemps cette phrase où les deux virgules, très orthodoxes pourtant, mais si bien balancées, dansent comme deux belles filles légères qui précèdent vers Venise à travers des jetées un convoi nocturne de courges en provenance de Vérone. Elles dansent sans bruit pour exciter les maraîchers. Elles leur donneront du plaisir dans Venise. Elles effleurent le pavé dans Venise endormie."
Gide n'est pas d'accord avec la publication de cet essai et Paulhan l'amadoue avec un autre arguement:
'Et n'aimez-vous pas ces légumes, qui arrivent de nuit.' Cette seule virgule au sommet de la phrase suspend le souffle de Gide: Paulhan a pris une des deux petites catins, une fille à maraîchers, par la main, il la fait danser devant Gide. Paulhan est un bon danseur: etc..."
Je reviens de Venise. Tou cela est vrai.

Saule

avatar 15/03/2013 @ 23:03:34
Je suppose que restaurant solidaire est une traduction ratée pour qualifier un restaurant de pas cher, bon marché.

Myrco

avatar 16/03/2013 @ 09:34:13
Laissez-moi m'étonner de cette polémique grammaticale qui pourrait avoir un sens s'il n'existait bel et bien en France (ailleurs je ne sais pas)des restaurants dits "solidaires" qui d'ailleurs tendent à se multiplier dans les grandes villes.
Il s'agit de restaurants créés à l'initiative d'associations ou de municipalités (financés par elles,par les dons,etc...)qui s'apparentent à l'aide alimentaire mais sous forme de restauration assise et s'adressent,en principe,aux plus démunis.
En général,pour préserver la dignité des bénéficiaires,il est demandé une petite contribution symbolique (mais pas toujours je crois) sur le même principe que les "épiceries sociales".

Pieronnelle

avatar 16/03/2013 @ 12:16:30
Mais Myrco on sait bien que les restaurants solidaires existent en France; mais ce texte apparemment ne concerne pas la France c'est traduit du russe. Reste donc à savoir si ces resto existent ailleurs sous cette forme...Et puis de quel livre il s'agit au fait ?

Saule

avatar 16/03/2013 @ 13:02:24
Ah, ben non, moi je ne savais pas. Mais alors ça a du sens, et le traducteur a fait du bon boulot. Il aurait du ajouter une note en bas de page pour les lecteurs belges et québécois qui ne savent pas ce que veut dire "restaurant solidaire".

Pieronnelle

avatar 16/03/2013 @ 19:52:06
Il existe aussi des épiceries solidaires. Je suis étonnée que ça n'existe pas en Belgique.

Minoritaire

avatar 16/03/2013 @ 20:27:39
Il existe aussi des épiceries solidaires. Je suis étonnée que ça n'existe pas en Belgique.
C'est parce qu'il n'y y a pas de pauvres, bien sûr.

Minoritaire

avatar 16/03/2013 @ 20:35:19
J'ai rien compris! Finalement, cette virgule, elle est à sa place, oui ou non?!

Saule

avatar 17/03/2013 @ 14:01:29
Relis la phrase initiale, tu verras qu'il n'y avait pas de virgule et que c'était bien sans virgule (puisque solidaire s'applique indiscutablement à restaurant).

Stavroguine
avatar 18/04/2013 @ 16:53:33
Puisqu'on parle de virgule, est-elle nécessaire pour remplacer un verbe (ou un autre mot) dans une ellipse ?

En feuilletant le Dictionnaire raisonné de Thibault de Laveaux, il n'aborde pas la question (mais dit que si les grammairiens refusent qu'un verbe exprimé au singulier soit ellipsé dans une phrase au pluriel, lui trouve que c'est une chicane peu fondée).

Il cite cependant plusieurs exemple dont La Rochefoucauld, qui ne la met pas : "L'avarice produit quelque fois la prodigalité, et la prodigalité l'avarice" ;

et La Bruyère, qui la met : "Une femme inconstante est celle qui n'aime plus ; une légère, celle qui déjà en aime un autre". (Je me rends compte que dans cette exemple la virgule est peut-être plus là à cause du celle - un peu comme un "moi, je" - que pour l'ellipse.)

Bref, y a-t-il une règle ou est-ce que c'est au petit bonheur avec seulement à l'esprit l'idée de rendre la phrase intelligible ?

Stavroguine
avatar 18/04/2013 @ 16:54:32
*cet

Début Précédente Page 2 de 2
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier