Golden City, tome 1 : Pilleurs d'épaves de Daniel Pecqueur (Scénario), Nicolas Malfin (Dessin)

Golden City, tome 1 : Pilleurs d'épaves de Daniel Pecqueur (Scénario), Nicolas Malfin (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Sci-fi & fantastique

Critiqué par Shelton, le 11 septembre 2005 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 63 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (19 689ème position).
Visites : 2 352  (depuis Novembre 2007)

Résidence de luxe cherche locataires riches...

Souvent la science fiction a pour objet de nous faire réfléchir sur notre monde en nous emmenant dans un autre univers. C’est exactement ce que vont faire les auteurs de la série de bandes dessinées Golden City, Daniel Pecqueur pour le scénario, Nicolas Malfin pour le dessin, Pierre Schelle et Stéphane Rosa pour les couleurs. Une équipe pour créer un monde original avec des personnages attachants, du moins pour certains d’entre eux, exécrables pour d’autres, vous en rendrez compte très rapidement, et surtout porter un jugement très précis et fort sur notre société actuelle, je dirais même un regard politique… Une bande dessinée politique ! Alors, il n’y a aucun intérêt à lire ça ! Non, en fait, vous allez rapidement comprendre que l’on peut aussi lire cette série comme une simple histoire, enfin non, comme une belle histoire…
Golden City est une sorte de résidence pour riche, hyper protégée, inaccessible aux femmes et hommes qui ne font pas partie de l’élite mondiale, élite économique s’entend, et cette résidence de la taille d’une ville a la particularité de flotter comme un gros paquebot en pleine mer… Elle est organisée avec un maire, un conseil, une milice, une thalasso… et de magnifiques appartements hors de prix. La vie y est merveilleuse et on ne s’y soucie pas de ce qui se passe en dehors. Après tout si certains sont pauvres et malheureux, c’est bien leur problème…
Mais vous comprenez bien qu’une telle cité de rêve ( ? ) ne peut, à elle seule, donner une matière suffisante pour réaliser une série entière qui comte aujourd’hui six épisodes plus une série parallèle avec deux albums (Golden Cup). Il faut surtout un scénario solide avec des objectifs de qualité… Que l’on se rassure, Daniel Pecqueur a mis sur pied une histoire dont vous allez me donner des nouvelles…
Harrison Banks, le fils de madame Banks, la créatrice de Golden City, est devenu le maître absolu de Golden City. Il n’est pas du tout un dictateur, on pourrait même le comparer à un philosophe, un démocrate, un fils des lumières… Mais voilà qu’en quelques heures sa vie bascule dans l’absurde, dans le drame…
Dans un premier temps sa femme, Jessica, meurt dans un accident d’avion, enfin accident c’est que l’on aimerait lui faire croire… Il part secrètement à sa recherche et, à peine est-il parti le voilà devenu la cible d’un mystérieux tueur… L’aventure part à 100 à l’heure, les explosions et meurtres s’enchaînent à grande vitesse et voilà bientôt l’homme le plus important de Golden City menacé d’être mis en prison… Mais je vous en dis probablement trop …
Dans ce premier album, on fait aussi la connaissance de sœur Léa, une religieuse qui donne entièrement son temps et toute son énergie aux malheureux, aux déshérités, aux sans papier, sans famille, un mélange de sœur Emmanuelle et mère Térésa. On découvre aussi que ce monde de Golden City cache une misère effroyable dans le reste du monde et nous prenons le temps de faire connaissance avec de jeunes pilleurs d’épaves qui vont nous accompagner durant toute la série : Mifa, Apple, Kumiko… mais aussi du terrible Chacal. Bref la vie ne sera pas paisible et tranquille pour ceux qui vont se retrouver pris dans cette terrible histoire de mystification politique…
Ce premier album pose la problématique générale : qui cherche à tuer Harrison Banks après avoir fait disparaître sa femme Jessica ?
Pour ce qui est du graphisme, de la narration en images et des couleurs, on peut parler d’une réussite. Comme Golden City est une sorte d’île, vous ne serez pas surpris de lire un album où le bleu est bien la couleur principale… sans le scénario diabolique de Pécqueur, nous aurions pu affirmer être en présence d’un livre apaisant…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Pilleurs d'épaves [Texte imprimé] scénario, Daniel Pecqueur dessin, Nicolas Malfin...
    de Malfin, Nicolas (Illustrateur) Pecqueur, Daniel (Scénariste)
    Delcourt / Neopolis (Paris)
    ISBN : 9782840552611 ; EUR 13,50 ; 01/01/2004 ; 47 p. ; Cartonné
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Golden city.

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

très bon

8 étoiles

Critique de Sufull (Quevy-le-petit, Inscrit le 29 mai 2005, 42 ans) - 7 octobre 2005

Difficile de venir faire une critique de BD après Shelton.
Les dessins sont magnifiques, l'univers dans lequel se déroule l'histoire est bien fait aussi.
Pour ce qui est de l'histoire, des très riches sur une pseudo île et les très pauvres sur la terre mais voilà un accident d'hélicoptère envoit la femme de Banks (homme le plus riche et puissant de Golden City) sur la terre ferme. Il décide de partir à sa recherche mais tout s'emballe et l'aventure commence.

Forums: Golden City, tome 1 : Pilleurs d'épaves

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Golden City, tome 1 : Pilleurs d'épaves".