L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas

L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas

Catégorie(s) : Littérature => Voyages et aventures

Critiqué par Ndeprez, le 28 septembre 2013 (Inscrit le 22 décembre 2011, 42 ans)
La note : 4 étoiles
Moyenne des notes : 4 étoiles (basée sur 17 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (40 904ème position).
Visites : 6 221 

Le fakir aurait mieux fait de rester chez lui.

Je suis passé TOTALEMENT à côté du livre, je n'ai pas accroché du tout à cette histoire de Fakir bloqué dans une armoire IKEA alors qu'il voulait y acheter un lit à clous et qui va faire le tour de l'Europe.
Le roman se veut burlesque , il est juste plat , parfois on rit un peu bien sûr mais il n'y a rien d'étonnant à part peut être son titre et sa couverture.
Les personnages sont assez fades et paradoxalement trop sages pour que le texte gagne en folie.
Le nouvel obs a comparé cet humour à celui des Monty Python , je doute que ce critique ait déjà visionné un film des humoristes anglais.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea [Texte imprimé] Romain Puértolas
    de Puértolas, Romain
    le Dilettante
    ISBN : 9782842637767 ; EUR 19,00 ; 21/08/2013 ; 252 p. ; Broché
  • L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea (Grands caractères)
    de Puértolas, Romain
    Éd. de la Loupe
    ISBN : 9782848685182 ; EUR 21,00 ; 15/11/2013 ; 320 p. ; Broché
  • L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea
    de Puértolas, Romain
    le Dilettante
    ISBN : 9782842637774 ; 21/08/2013 ; 256 p. ; Format Kindle
  • L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea [Enregistrement sonore] Romain Puértolas, aut. texte intégral lu par Dominique Pinon suivi d'un entretien avec l'auteur
    de Puértolas, Romain Puértolas, Romain (Personne interviewée)
    Audiolib
    ISBN : 9782356417060 ; EUR 19,90 ; 19/03/2014 ; 342 p. ; CD MP3
  • L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea [Texte imprimé] Romain Puértolas
    de Puértolas, Romain
    le Livre de poche / Le Livre de Poche
    ISBN : 9782253179900 ; EUR 7,30 ; 18/03/2015 ; 306 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Pas si mal...

7 étoiles

Critique de Cecezi (Bourg-en-Bresse, Inscrit le 3 mars 2010, 38 ans) - 6 décembre 2018

Finalement, je me suis laissé prendre par cette histoire aux personnages stylisés, à la façon des contes de Voltaire. La fin (les 30 dernières pages) sont bien trop mièvres et moralisatrices à mon goût, mais pour le reste, à quelques lourdeurs près, je m'y suis bien amusé !

Loufoque. A l’image du titre.

4 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 62 ans) - 17 novembre 2017

Avec un titre pareil on se doute bien qu’on ne va pas lire du Proust. De fait …
Romain Puertolas louche plutôt du côté du Suédois Jonas Jonasson avec ses « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » ou « L’analphabète qui savait compter », titres à ranger dans la même catégorie de loufoquerie. Pour autant, le but ; faire sourire, voire rire, n’est pas forcément aussi bien atteint. Il manque une petite étape, un truc qui puisse nous laisser à penser qu’il y a quand même quelque chose derrière tout ça. Là, pas vraiment. Un peu comme si Romain Puertolas avait trouvé le titre et avait ensuite cherché à écrire quelque chose qui cadre avec le titre. D’où une succession d’évènements tous plus improbables les uns que les autres, bien souvent mâtinés de « bon-sentimentalisme ».
Un authentique (bien que trafiqué) fakir indien du Rajasthan débarque à Roissy avec en poche une photocopie recto d’un billet de cent euros qui devrait d’après lui suffire pour ramener une planche à clous en kit (sic !) qu’il a vu dans un catalogue Ikea à tout juste en dessous de cent euros. Il a son billet retour pour le lendemain, pas de temps à perdre.
Bien entendu, du temps il va en perdre, sa photocopie de billet (recto) de cent euros va lui poser également quelques soucis mais il va voyager – et pas qu’un peu – au fil d’évènements toujours plus grotesques. Entre temps, on aura parlé (parce que croisé) migrants, misère, sans que ce soit réellement convaincant.
Beaucoup de jeux de mots sur les noms (imaginez avec le nom d’un fakir les perspectives ouvertes !) ne crédibilisent pas davantage l’œuvre.
Une pochade. Rien de plus. Jonas Jonasson définitivement fait mieux dans le genre ou, pour rester en Inde, Vikas Swarup.

Il me reste une pièce. C'est normal?

5 étoiles

Critique de Hamilcar (PARIS, Inscrit le 1 septembre 2010, 63 ans) - 11 mai 2015

Comme pour le montage d'une armoire IKEA, la lecture de ce livre m'a fait passer d'instants béats à tenter de comprendre la notice -c'est quoi, ça?- à des énervements contenus quand trop, c'est trop. Au final, une certaine satisfaction à l'avoir fait, reconnaissant l'aspect détente et la qualité moyenne de l'objet. Il me reste juste une pièce que je n'ai pas su placer. Elle doit stabiliser le tout, certainement. A prendre comme ça vient, sans trop se poser de questions. On aura compris la démarche de l'auteur, celle d'amuser sans prétention.

Insipide

3 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 39 ans) - 11 mai 2015

Loufoque vous avez dit loufoque ? Voilà en un seul mot le résumé de ce court roman. L’idée de départ, les personnages, le fil de l’histoire, tout est conditionné dans le sens de l’absurde. Mais ce qui fait son originalité au début, devient très vite lassant et ne tient pas sur la longueur, pourtant réduite du livre.
Avec une écriture très simple, des acteurs peu sympathiques, Romain Pertuolas nous entraîne dans son délire qui n’a ni queue ni tête, et auquel je n’ai pas du tout adhéré. Je suis resté en dehors du coup dès les premières pages.
L’auteur ne semble avoir utilisé aucun plan pour construire le scénario de son aventure. Il donne l’impression d’inventer les nouveaux événements au fil de ses lignes. Et pour que son récit ait une quelconque logique, il utilise à outrance des raccourcis faciles et des péripéties invraisemblables, qui font de son « Fakir » un capharnaüm d’idées saugrenues qui m’a profondément ennuyé.
Pour moi, le véritable point noir de ce livre est qu’il n’a aucun intérêt, à part peut-être de faire sourire (à de très rares instants). Malgré les promesses de certaines critiques, j’ai passé un moment insipide. Il est des livres qui magnifient le temps, d’autres qui font passer le temps, celui-ci m’a plutôt fait perdre mon temps…

Burlesque navrant

2 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 60 ans) - 10 mai 2015

Voilà bien une couverture et un titre réussis ! Atypiques, j'ai immédiatement pensé à un roman d'Arto Paasilinna (Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen) avec un titre à rallonge, de l'humour, des pérégrinations hasardeuses.
La comparaison s'est très vite arrêtée là. Si j'ai souri la première fois que j'ai lu « prononcez... », j'ai vite trouvé le procédé lourd.
La suite n'a ni queue ni tête, n'est même pas drôle et je rejoins complètement Ndeprez dans sa critique.
Un court voyage pour le fakir mais trop long pour le lecteur.

à éviter

1 étoiles

Critique de Ucca (, Inscrit le 13 février 2015, 36 ans) - 14 février 2015

à part la typographie sympathique dans certains chapitres, rien à tirer de ce livre.
Lourdingue ("Lavash... sacrée...", pfiou...), mal écrit, histoire superficielle abordant superficiellement tous les sujets...
bref, je ne comprend pas l'engouement qu'a provoqué ce livre, mais alors pas du tout.
L"anti-thèse de la littérature.

Peut faire mieux...

5 étoiles

Critique de Macapat (, Inscrite le 26 juin 2014, 62 ans) - 19 août 2014

Je l'ai lu malgré les critiques que j'avais lues... De fait ça commence bien et puis au fur et à mesure on est déçu, on continue tout de même pour voir jusqu'où ça va aller... Dommage!

Un fakir qui ne vaut pas un clou !

2 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 45 ans) - 7 mai 2014

Prenez Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devint milliardaire de l’indien Vikas Swarup + Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire du Suédois Jonas Jonasson, mélangez bien et vous obtenez L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea … Pour l’originalité vous repasserez …
Il faudrait qu’on m’explique comment on peut trouver désopilant ce roman low cost, rempli de clichés ad nauseam. Il offre un humour tellement bas de gamme que les bras m’en sont tombés.
Consternation à tous les étages : au niveau de l’humour ça oscille entre jeux de mots insipides et blagues carambar, et au niveau du style on atteint le summum de la platitude.
Quand je pense qu’il a fallu couper des arbres pour imprimer ce livre, ça me déprime.

Une histoire en kit, avec du bon... Et du moins bon !

6 étoiles

Critique de Stitch (, Inscrit le 18 octobre 2013, 30 ans) - 6 mai 2014

"L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea" est une histoire drôle et attachante, relatant les péripéties du fakir-arnaqueur dans ce qui ne devait être au début qu'une simple visite dans un Ikea français, mais qui se révèle être au final un tour du monde et quelques leçons de vie.
Malheureusement, l'histoire est un peu gâchée par l'auteur qui souffre d' une envie compulsive de montrer qu'il a de l'humour, en mettant à tout-va des jeux de mots, des blagues, de figures de style humoristiques, etc... Le livre s'en serait mieux sorti avec la moitié des blagues en moins ! Le récit devient vite lourd, et loin de le rendre plus attachant et drôle, cela ne le rend que plus vide, et lui enlève du crédit...
En dehors de ça, l'histoire est sympathique, on ne peut s'empêcher de sourire face à l'infortune de ce fakir, et même si le livre est un peu prévisible et qu'on y retrouve une dimension "Disney" (rencontres improbables, morales puériles et histoire un peu trop sucrée), on y prend quand même du plaisir.
Mais que cela serve de leçon à l'auteur : à trop vouloir faire rire, on fait fuir...

Bonne lecture !

fakir… pour rire

10 étoiles

Critique de Jfp (Yerres (Essonne), Inscrit le 21 juin 2009, 70 ans) - 2 mars 2014

Drôle de voyage, en effet. Drôle de fakir, aussi, qui n’hésite pas à faire part de ses tours (et détours) pour arriver à tromper le chaland. Tout part du voyage d’un "véritable" fakir du Rajasthan, venu en France se fournir chez Ikea (qui refuse d’ouvrir des magasins en Inde) d’un non moins véritable lit à clous en kit. Pour seul pécule, il dispose d’un billet de cent euros, imprimé d’un seul côté, avec lequel il va devoir régler ses frais de transport, de bouche et… de couche. Hélas, ses plans vont être sérieusement contrariés par sa méconnaissance des us et coutumes du doux pays de France et de ses taxis parisiens. Inspiré par "L’armoire volante", un film français qui avait fait le bonheur des salles obscures dans les années 1950, ce roman jubilatoire nous emmène d’Europe en Afrique aller-retour, à la rencontre des gens du voyage et autres migrants volontaires ou forcés que rencontre notre indien enturbanné au cours de son circuit périméditerranéen. De l’humour en veux-tu en voilà, mais aussi une belle leçon d’humanisme au-delà des multiples invraisemblances qui ne tromperont personne. D’ailleurs, les fakirs et leurs pouvoirs extraordinaires, moi j’y crois. Pas vous ?

Vraiment pas "prise de tête"

7 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 45 ans) - 27 février 2014

Ne cherchez pas un quelconque réalisme ni une quelconque logique à cette histoire (non, Ikéa n’a jamais vendu de lit à clous pour les fakirs !) et laissez vous entrainer par l’humour absurde de ce récit.

C’est un peu tiré par les cheveux, les jeux de mots sont un peu faciles, suivre les aventures de notre fakir (qui d’armoire en malle, telle une chenille de cocon en chrysalide, se transforme en écrivain-papillon) est assurément une fable un peu niaise mais la lecture est plaisante et ne vous donnera pas mal à la tête, d'autant moins que le vocabulaire et la syntaxe sont du niveau collège.

Moi j'ai passé un bon moment

8 étoiles

Critique de Verosalie (, Inscrite le 15 novembre 2009, 40 ans) - 24 février 2014

Ce livre m'a bien fait sourire. J'aime beaucoup ce genre d'enchainement tout à fait improbable, mais qui, si ils sont bien gérés, peuvent paraitre presque possible!!
Un vrai bonne blague ce livre. Bien entendu, on ne parle pas de grande littérature, mais d'un livre divertissant et souriant.
Ce personnage atypique qui débarque chez Ikea pour un lit à clous, c'est très drôle. Il y a plein de clins d'oeil à la vie de tous les jours, et c'est chouette.
Après une longue journée de boulot, détente garantie:-)
Moi je le conseille à ceux qui aiment une lecture un peu loufoque par moment!!

Doubitchou, coproculture livresque.

1 étoiles

Critique de Homo.Libris (Paris, Inscrit le 17 avril 2011, 52 ans) - 4 janvier 2014

Ce livre m'a été offert ce Noël par un ami bien intentionné qui m'en a souhaité "bonne lecture" avec un sourire malicieux ! Vous êtes caustique Mr. Preskovitch ! Bon il va donc me falloir trouver un "chien de ma chienne" pour son prochain anniversaire.
Cher Arundhati, ce livre dépasse de beaucoup le record de l'année, et bien que le siècle soit très loin d'être fini, je pense qu'il faudra frapper très fort pour faire pire ! Donc le livre le plus nul du siècle.
Un chroniqueur a comparé cette vague prose aux péripéties monty-pythonesques ? Ca frôle l'injure ! Mais je suis d'accord avec Ndeprez, celui qui s'est permis cette comparaison n'a jamais du voir une production des MP. D'ailleurs la presse dithyrambique sur ce "Fakir …" n'a probablement pas lu le livre, juste sans doute, comme d'hab', le dossier de presse !... Impossible autrement !
Rien de burlesque, rien de déjanté, rien d'onirique ici… Seulement des jeux de mots plats et vaseux, des incongruités primaires (primaires en cela qu'elles sont involontaires, cf. le fameux "bled" – et puisque le Fakir est indien, son bled est sans doute composé de teepees ?), une histoire sans imagination, inodore et insipide, d'une fadeur dépassant l'entendement. Quant aux sentiments généreux sur les "clandestins", ils auraient (d'après certains sites journalistiques) été insufflés par l'éditeur … Il faut bien rester dans la mouvance bien-pensante consensuelle pour être vendeur et attirer le gogo-bobo. Le mercantilisme est bien loin de la générosité.
Reste une excellente édition, belle typographie, bonne mise en page, pas de faute d'orthographe relevée (ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en a pas), du bel ouvrage. Mais ce n'est pas suffisant pour sauver l'affaire.

Pas mal... quoique!

5 étoiles

Critique de MEloVi (, Inscrite le 6 juillet 2011, 34 ans) - 16 décembre 2013

Ce roman débute à une vitesse faramineuse, le lecteur est pris dans le rythme et l'écriture bouillonnante. Puis, on ne sait par quel subterfuge, la magie n'opère plus et on commence à regarder combien de pages est ce qu'il nous reste à lire.

Je l'ai fini il y a un peu plus d'un mois et ne m'a vraiment pas laisser un souvenir impérissable comme quoi, la valeur accordée par les médias n'est pas toujours la même que la valeur accordée par les lecteurs lambda. Catégorie à laquelle je m'associe!

Potacheries

4 étoiles

Critique de Isad (Saint-Germain-en-Laye, Inscrite le 3 avril 2011, 58 ans) - 17 novembre 2013

Ce récit est composé de petits chapitres courts qui contiennent des plaisanteries douteuses sur des noms propres qui répétées deviennent vraiment lassantes. Les situations sont caricaturales, les personnages sans nuance, les quiproquos téléphonés, ... Je sauve quelques sentiments généreux d’aide à son prochain de la part de différentes personnes, une esquisse de la mauvaise foi des États envers les clandestins que nos pays riches font rêver ou l’explication de quelques truquages de magicien.

L’histoire est celle d’un fakir qui vient acheter un tapis à clous en France chez Ikéa et qui n’a d’autre moyen de paiement qu’un faux billet de 100€ imprimé d’un côté et retenu par un élastique et qui va d’aventures rocambolesques en rencontres improbables à travers l’Europe en 9 jours qui vont changer sa façon d’envisager sa vie.

Rien d’inoubliable.

IF-1113-4116

Le plus mauvais livre de l'année...

1 étoiles

Critique de Arundhati (, Inscrit le 9 octobre 2005, 57 ans) - 15 novembre 2013

J'ai hésité à critiquer ce livre, j'avais peur de manquer de mesure.
Ce qui me désole le plus, c'est qu'il se vende si bien (et je dois l'avouer, de m'être fait gruger en l'achetant).
Outre le fait que l'auteur est le roi des vannes à deux balles, c'est une écriture indigente, un récit sans imagination, où les clichés s'empilent à une vitesse effarante. Les personnages sont pitoyables et méprisés, et il y a tellement d'approximations dans ce roman fainéant que ça en devient presque un jeu de les noter.
Deux petits exemples :
- le fakir pense de temps en temps au "bled" (!)
- Une valise contenant 100 000 euros est pleine à craquer de liasses de 10 billets de 500 euros (hormis le fait que les liasses devraient être de 20 billets, ça ne fait jamais qu'une pile d'une dizaine de centimètre de haut).
Bien sûr, ce ne sont que des détails, mais tout est du même niveau de dilettantisme.
Consternant...

Forums: L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea".