Meucs de Terry Bisson

Meucs de Terry Bisson

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par CC.RIDER, le 27 février 2013 (Inscrit le 31 octobre 2005, 61 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 1 406 

Puissant, étrange et dérangeant...

Des clones ont été adoptés par des familles américaines. Un jour, celles-ci doivent procéder à leur liquidation. Mais l'homme qui fut à l'origine de ce clonage a-t-il vraiment échappé à ce massacre ?… Hal lance sa voiture à fond dans le virage de l'homme mort et d'un seul coup se retrouve dans une autre dimension, une autre réalité, un autre monde. Il y entraîne ses deux amies Camille et Ruth Ann... Suite à un dérèglement dans la tectonique des plaques, la Grande-Bretagne se met doucement à dériver, met les voiles vers la haute mer en direction de l'Amérique alors que l'Irlande reste en place... Emil propose au Magnat d'utiliser sa nouvelle invention, un pistolet temporel ou spectrochronographe pour dater une flamme qui remonterait à l'époque de Zoroastre... En 1998, deux jeunes profs de collège partis en randonnée dans la nature sont frappés par la foudre. Ils se retrouvent projetés en 1944, prisonniers dans un camp ultra secret de l'armée américaine où les militaires mettent la dernière main à la première bombe atomique...
Un recueil de quinze nouvelles exceptionnelles par bien des aspects. Si toutes relèvent des registres de l'imaginaire, elles se classent dans des genres très différents : science-fiction, fantaisie, fantastique, étrange, absurde, horreur voire simple exercice de style (comme ces textes uniquement composés de dialogues). Terry Bisson use également d'une grande variété de styles, passant de la narration classique, au scénario en passant par le dialogue, la description minutieuse (ou son absence totale d'ailleurs) et de tous les niveaux de langage. Cela donne un ensemble qui pourrait sembler assez hétérogène, ce qui n'est pas forcément un défaut. Certaines nouvelles sont d'une qualité et d'une puissance bluffante comme « Feu Premier », à la fois fantastique, symbolique et poétique ou « Suivant ! », petit bijou d'ironie, de dérision et de prise à contrepied des poncifs antiracistes entendus partout. La meilleure de toutes ces nouvelles pourrait être « Avril à Paris » une histoire de réalité virtuelle qui dépasse toutes les autres en étrangeté. Bizarrement, les deux qui ont été primées (« Meucs » et « Les Ours découvrent le feu ») ne m'ont pas semblé les plus passionnantes. Il faut dire que si Bisson est un écrivain qui ne peut laisser personne indifférent, c'est également un auteur d'un accès plutôt déroutant. Son univers est d'une grande richesse, son imagination semble sans limite, mais il se maintient très souvent dans l'ambiguïté, le flou, le paradoxal, les possibles multiples, les questions ouvertes à un point tel que le lecteur peut quelquefois se demander s'il ne se joue pas un peu de lui et s'il ne le fait pas un peu trop naviguer aux limites de l'improbable, de l'incohérent et même de l'invraisemblable. Un auteur à suivre, puissant, étrange, dérangeant. Il y a du Swift, du Ionesco et du Lewis Caroll chez Bisson. C'est tout dire !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Meucs

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Meucs".